souhaitons-nous la fin de la civilisation humaine ?

  • souhaitons-nous la fin de la civilisation humaine ?

    Publié par ulmart le 18 septembre 2023 à 21 h 49 min

    Bonjour à tous.

    J’ai remarqué, au cours de discussions avec des gens assez fins dans leurs réflexions, qu’une majorité pense que l’humanité a eu sa chance et que, désormais, elle mérite de disparaître. Pour ma part, je déteste l’humanité, même si j’ai espoir en l’individu. Je m’explique : nos sociétés sont basées sur la réussite individuelle ou partisane, la croissance, .. Or pratiquer des vertus est à l’encontre de ces dogmes modernes. Alors que l’on voit des individus aider spontanément des gens ayant besoin, en particulier hors des métropoles. Donc, oui, je partage cet avis qui est de dire qu’il faut détruire cette civilisation et en inventer une plus centrée sur le bien de l’humain dans sa communauté.

    Quelqu’un a t-il une remarque à ce sujet ? Et est-ce fréquent chez nous ?

    Membre Inconnu a répondu il y a 6 mois, 3 semaines 13 Membres · 254 Réponses
  • 254 Réponses
  • Membre Inconnu

    Membre
    19 septembre 2023 à 0 h 57 min

    Bonjour

    Je ne pense pas que ce soit des choses qu’on maitrise…

    https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9clin_de_civilisation

  • dalifan

    Membre
    19 septembre 2023 à 2 h 19 min

    Pour repondre a votre question, je suis lassée de lire ce genre d’idéologie pour son côté sur réaliste. Cependant, je vous remercie de l’avoir posée. Je m’explique:

    1. l’individualisme n’est pas quelque chose de mauvais en soi. Au contraire, vouloir être heureux, penser à soi, vouloir réaliser ses propres rêves, objectifs, s’épanouir et être heureux est loin d’être un crime, tout comme payer ses factures. En revanche, ce qui peut être nuisible pour autrui c’est la façon dont on s’y prend. On commet tous des erreurs plus ou moins “coûteuses” pour soi et les autres. Certains apprennent, d’autres s’enlisent.

    Si tout le monde reussissait dans cette quête sans causer de préjudice ni de dommages collatéraux à autrui, alors nous pourrions parler de réussite collective et structurelle. Juger quelqu’un parcequ’il s’occupe de lui même est déshumanisant en soi.

    2. Vouloir construire une société fondée sur l’entre- aide, le soutien, le partage… est inutile parceque cette société existe déjà. Vous le dites vous même a travers des exemples.

    Rappelons que sans catastrophes, conflits, pauvreté, violence, ect… il n’y aurait ni empathie ni compassion, ni entre aide, ni solidarité, ect…. et le principe de justice et d’equilibre n’existerait pas. C’est notre creation.

    Le bien ne peut pas exister sans le mal. C’est très désagréable mais c’est pourtant le cas.

    3. Tout le monde rêve d’un monde meilleur et harmonieux. Pas plus un HP qu’un normo. Sauf que rien ne l’est et ne le sera jamais. Si demain, l’humanité devait être détruite, avec quoi se reconstruirait elle? Qui la remplacerait? Est ce que cela détruirait l’avidité ? L’ego? Les luttes de pouvoir ? L’argent ? Les inégalités? Les maladies ? Comment en être sur? Peut être que se serait pire. L’être humain a souvent tendance à croire qu’un mieux est toujours possible ailleurs et dans le changement voir la destruction. Il ne pense pas que l’inverse soit possible car c’est plus facile d’imaginer le meilleur quand on ne sait pas ce que serait le pire. Et le pire serait l’éternel recommencement.

    4. Peut être faudrait il apprendre par apprécier ce qui peut l’être et de le maintenir avant de tout jeter à la poubelle.

    Nous sommes fait pour s’aimer et se haïr. Il n’y a que l’inertie qui ne ressent rien, qui ne pense pas, qui n’agit pas, qui ne vie pas. Est-ce cet idéal dont il faut rêver pour avoir la tranquillité d’esprit?

    C’est justement parceque l’humain veut tjrs plus et mieux qu’il commet de terribles erreurs, mais il accompli aussi de belles choses.

    Le vivant n’a que pour seule mission et ambition sa survie et sa pérennité. C’est dur, mais il faut arriver à trouver un juste milieu.

    Bien à vous

  • generatrice_de_vierges_chemins

    Membre
    19 septembre 2023 à 4 h 56 min

    D’oustes façons la question ne se pose point. Une société ne peut pas se suicider elle-même & l’instinct la poussera bien @ repousser ses limitations pour évoluer & s’en sortir·˙
    Dans quelques millénaires on sourira d’avoir pu douter de savoir relever les défis qui s’offrent actuellement @ nous alors que ce n’est là que le processus normal & que de nouveaux se seront présentés entre temps·

  • matty

    Membre
    19 septembre 2023 à 9 h 22 min

    Je ne suis pas certain que “l’humanité” ai eu eu sa chance. Le temps qui passe ne suffit pas en soi pour être considéré comme une chance.

    Alors a-t-elle eu une seule fois sa chance ? Je dirais que probablement non, qu’elle n’a jamais été aux commandes de sa destiné. Seul une infime partie d’elle préside aux choix qui enferme la masse soumise dans une aliénation mortifère où au fil des siècles seul l’échelle de la destruction change.

    J’ignore si elle mérite de disparaître, si elle mérite mieux. Tout dépend du point de départ auquel on se réfère, à savoir que l’humanité est d’essence animale ou de nature divine.

  • bagayaga

    Membre
    19 septembre 2023 à 14 h 28 min

    Lorsque l’on étudie l’humanité du plus loin que l’on puisse remonter et à l’infime lueur des connaissances que l’on a déduit à son sujet, je trouve qu’il est difficile de la positionner dans le couloir de la mort. De plus on ne peut pas vraiment être juge et partie. C’est incohérent. Lorsque l’on réduit à l’échelle du temps géologique de la Terre, la présence humaine, on peut aussi observer que l’humanité est plus que récente. Notre espèce est encore à ses balbutiements, nos sociétés encore plus. On peut dégager comme axe de complexité inhérente à notre espèce, la cohabitation hardue des instincts animaux et de la “raison” humaine. Qui est à l’origine de beaucoup si ce n’est la majorité de l’incohérence des comportements humains. La marée entropo/neguentropique qui nous déforme inlassablement. Je trouve fatigant et mortifère les discours moralistes/culpabilisateurs qui condamnent notre espèce. Nous poussant inexorablement vers un burn-out taxonomique. C’est comme les adultes qui s’horrifient des adolescents, générations après générations, depuis Babylone en vrai. (véridique https://parcoursduloupblanc.com/manque-de-confiance-aux-jeunes-une-histoire-ancienne/ )

    D’ailleurs les individus souffrants de cette société en sont les emblèmes. Incapables de faire face à leur part sombre. Projettants toute leur proprio-saleté sur les autres. Rêvants d’égalité et de justice dans des bains de sang. Contre l’ennemi,la souillure sociétale qui selon eux gateraient le monde. Y’a pas plus meurtrier qu’un idéaliste.

    – Oui buttons soixante-dix pour cent de la population au profit des autres pour qu’on soit enfin bien entre nous les gens bons.”

    Réfléchissez un peu les tartempions, à quel moment le bonheur d’une minorité vaut plus la peine, est plus juste que la cohabitation de l’ensemble ??? Pourquoi Ta vie et tes idéaux ont plus de valeur que ceux des autres? Et par quel miracle l’avenir pourrait se contenter que de toi et de tes Bros nauséabonds d’idéologie ???

    Quelqu’un l’a développé dans un commentaire au dessus. Le fameux paradoxe du Dragon, morale en filigrane de la pièce éponyme d’Evgenie Schwartz. On massacre l’oppresseur Dragon, puis à la place vient le bourgmestre qui est cent fois pire. L’humain rêve de répit et de douceur, mais la Vie, l’existence où que cela soit dans l’univers n’a rien de doux ni de reposant. Cela fait bien longtemps que nous vivons dans une ère de répit, mais si l’on interrogeait un Néandertal durant le dernier épisode glaciaire … J’ai lu récemment que l’on peut corréler augmentation du volume de la boîte crânienne du genre Homo et bordel climatique. Corrélation n’est pas causalité. Mais si l’Homme ne pouvait évoluer que lorsqu’il il est dans la merde ?(Ça me rappelle notre super habilitée avec mes camarades pour pondre des devoirs écrits la veille au soir et s’en sortir avec des notes plus qu’honorables❤️) Et si tous les appels humanistes à la régulation de la merde humaine pour enfin vivre dans le calme et la sérénité ne finiraient que par abrutir et faire stagner l’espèce. Cela a été développé aussi dans un commentaire au dessus du miens et je rejoins cette analyse. L’enfer est pavé de bonnes intentions. Acceptons les nuances de l’humanité. Arrêtons un peu le manichéisme Waltdysnéen. Et embrassons notre humanité telle qu’elle est. Relevons les défis de notre époque et apprenons à nos enfants à se lancer avec force dans l’avenir et avec goût pour les défis, pour la persévérance,pour la force et l’endurance. DU COURAGE en somme. L’optimisme et la gourmandise de l’existence sous toutes ses formes. Et remercions Néandertal de ne pas avoir stoppé la reproduction, par ce que sérieux faire des enfants dans un monde glaciaire, c’est pas une vie pour des enfants. C’est pas grave si le peigne de la neguentropie aussitôt qu’il essaye de tout démêler est succédé par l’entropie qui renmêle tout😅 C’est juste la réalité.

    Moi je dis vive l’espèce Humaine. Et vive son étude. Nous observer et nous comprendre est la quête la plus bandante que je connaisse.

  • Membre Inconnu

    Membre
    19 septembre 2023 à 14 h 56 min

    @bagayaga

    “– Oui buttons soixante-dix pour cent de la population au profit des autres pour qu’on soit enfin bien entre nous les gens bons.”

    Mais enfin, personne n’a dit ça, il était question des civilisations, j’avais cru…

    De toute façon même s’il restait 30% de gens bons, à mon avis leurs enfants seraient à l’identique de la souche actuelle…😀

  • hautpotentieldeconneries

    Membre
    19 septembre 2023 à 18 h 32 min

    La civilisation, laquelle ? <div>

    La civilisation thermo industrielle va mourir faute d’énergie. La question c’est quand.

    Quelle civilisation lui succédera? Je ne m’essayerai pas à une prédiction, même s’il est probable que la contraction du monde entraîne une belle période de chaos bien sanguinolante.

    Quant à poser un jugement moral sur l’humanité toute entière, ça me paraît tendax du string à paillettes, car on en oublie vite les individus quand on observe les grands nombres.

    https://youtu.be/L1ZNf–PGE8?si=PtScgsLbFK0HBpSQ

    <div>

    </div></div>

  • Membre Inconnu

    Membre
    19 septembre 2023 à 19 h 04 min

    car on en oublie vite les individus quand on observe les grands nombres.

    C’est justement l’intérêt de la psychanalyse, on part de l’individu pour aller observer le plus grand nombre ( ahah, entre la psychanalyse et la crise du covid revue et corrigée pour la 200 eme fois par Matty, on te gâte encore, niveau sujets de conversations 😁 ) @hautpotentieldeconneries

  • hautpotentieldeconneries

    Membre
    19 septembre 2023 à 19 h 17 min

    @sangliers

    Il me semble que la psychologie parle aussi d’individu. Elle est plus “modeste” dans son approche, ce qui est un atout à mon sens.

    Et bon je crois qu’on peut s’accorder sur notre désaccord à propos de la psychanalyse et passer à autre chose…

    Quand aux sujets évoqués dans les topics, celui ci par exemple est déjà plus stimulant.

  • Membre Inconnu

    Membre
    19 septembre 2023 à 20 h 35 min

    @hautpotentieldeconneries

    Oui c’est un sujet plaisant.

    On peut bien rêver de voir la civilisation industrielle s’effondrer, à juste titre, mais ce n’est pas la première qui tient avec trois bouts de ficelles depuis des siècles. C’est pour ça que ne m’avance pas trop sur le sujet, mais je trouve passionnante l’histoire des civilisations en général…

Page 1 sur 26

Connectez-vous pour répondre.