Individualisme



  • Individualisme

    ?s=1&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue Anonyme mis à jour Il y a 1 année, 4 mois 4 Membres · 7 Messages
  • aa6997a963fd61ac83b95b5ba000fd55?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    olbius

    Organisateur
    14 décembre 2018 à 22 h 16 min

    L’individualisme, on en entend parler tous les jours. Mais dans 97% des cas (à vue d’œil 😉 ), le terme est employé à tort.

    L’erreur la plus commune est de confondre “individualisme” et “égoïsme”. L’individualiste serait alors l’individu qui ne penserait qu’à lui-même, qui serait prêt à tout pour se mettre en avant, pour réussir, au détriment des autres bien souvent (voire en prenant plaisir à écraser autrui). Au final, l’individualisme, serait-ce une forme de narcissisme ?

    Dans le cas de l’univers des surdoués, on note d’ailleurs également, sous la plume de Christel Petitcollin, un mauvais emploi du terme.
    Ainsi écrit-elle, dans Je pense trop : Comment canaliser ce mental envahissant :

    La mentalité des normopensants choque régulièrement les cerveaux droits !
    Effectivement, il peut y avoir de quoi, notamment dans leur valeur de partage.
    La dominance du cerveau gauche incite à l’individualisme, voire à l’égocentrisme, quand le cerveau droit donne une pensée collective et altruiste.

    (…) Cet individualisme est donc plus structurel que volontaire chez les normopensants. Lors d’un échange avec un interlocuteur, ils seront focalisés sur ce qui les différencie de cet interlocuteur alors qu’un cerveau droit aurait essentiellement cherché tout ce qui pouvait les rapprocher.

    Pouvoir se différencier de l’autre est important pour avoir un ego bien structuré.
    Parfois, les surefficients mentaux manquent tellement d’ego qu’ils n’ont plus d’identité personnelle. Ils ne savent que jouer collectif.
    La solitude leur devient insupportable et les ruptures encore plus.

    Problème : l’individualisme, par définition, n’est pas une sorte de forme modérée d’égocentrisme.

    Car si l’on reprend la définition de l’individualisme, elle est bien différente. Ne serait-ce pas en réalité tout le contraire ?

    Voici ce que nous dit le Larousse :

    • Doctrine qui fait de l’individu le fondement de la société et des valeurs morales.
    • Attitude favorisant l’initiative individuelle, l’indépendance et l’autonomie de la personne au regard de la société.
    • Tendance à s’affirmer indépendamment des autres, à ne pas faire corps avec un groupe.

    Source : individualisme (définition)

    Par ailleurs, comme le rappelle l’introduction de la page Wikipedia :

    L’individualisme est une conception philosophique, politique, sociale et morale qui tend à privilégier les droits, les intérêts et la valeur de l’individu par rapport à ceux du groupe. Il prône l’autonomie individuelle face aux diverses institutions sociales et politiques (la famille, le clan, la corporation, la caste…) qui exercent sur lui de multiples pressions.

    Source : individualisme (Wikipedia)

    Voici ce qu’écrit Émile Durkheim, dans L’Individualisme et les intellectuels :

    L’individualisme, bien entendu, n’est pas l’égoïsme, mais la pitié et la sympathie de l’homme pour l’homme et que je mets au défi qu’on nous propose une autre fin que celle-là. (…) L’individualisme ainsi entendu, c’est la glorification, non du moi, mais de l’individu en général. Il a pour ressort non l’égoïsme, mais la sympathie pour tout ce qui est homme. N’y a-t-il pas là de quoi faire communier toutes les bonnes volontés ? (…) Non seulement l’individualisme n’est pas l’anarchie, mais c’est désormais le seul système de croyances qui puisse assurer l’unité morale du pays.

    L’individualisme, loin d’être opposé à l’altruisme, serait donc une capacité à penser l’autre – en tant qu’individu, et non en tant que cellule d’un corps qui le dépasse. Ce qui est une condition nécessaire, bien que non suffisante, à l’altruisme.

    Notons également que le terme est souvent utilisé en politique, systématiquement de façon péjorative : la philosophie individualiste serait, en effet, ennemie du Bien Commun de l’Intérêt Général (ou encore du Destin Commun, de l’Avenir en Commun, etc., la liste est longue).

    En réalité, l’individualisme politique s’oppose au constructivisme :

    Le constructivisme ou rationalisme constructiviste est une attitude politique – définie et dénoncée par des libéraux – qui proclame que les choix publics doivent être guidés par la volonté de construire un certain type de société. Elle s’oppose à l’individualisme qui, selon Friedrich Hayek dans La Route de la servitude, consiste à “reconnaître l’individu comme juge en dernier ressort de ses propres fins, [à] croire que dans la mesure du possible ses propres opinions doivent gouverner ses actes”.

    Source : constructivisme (Wikipedia)

    Au final, l’individualisme serait un refus du monde tel qu’il existait avant les Lumières, où la pensée se limitait aux “groupes”, où l’individu n’avait de sens que de par sa fonction au sein du “groupe”.

    Pourquoi ouvrir ce sujet aujourd’hui ? Parce que je viens de retomber sur un truc que j’avais posté il y a deux ou trois ans, lassé de voir “individualisme” et “ultra-individualisme” condamnés à longueur de journée, faute d’avoir été compris 🙂 :

    • Le “raciste” dit : le noir est inférieur au blanc.
    • L'”anti-raciste” dit : le noir est opprimé par le blanc, il faut donc compenser en favorisant le noir par rapport au blanc pour que le noir devienne l’égal du blanc.
    • Le “néo-raciste” dit : le noir doit obtenir réparation des préjudices causés par le blanc depuis des millénaires, pour que le noir devienne l’égal du blanc.
    • L'”alter-raciste” dit : le noir est supérieur au blanc, il faut que le noir en prenne conscience et se libère de ses chaînes blanches, pour que vienne enfin l’heure du noir.
    • Le “safe-raciste” dit : le noir et le blanc doivent chacun avoir leur safe-space, car seul un noir peut comprendre un noir, seul un blanc peut comprendre un blanc.

    Tous sont racistes.

    – L’individualiste dit : on ne juge un être humain ni sur la couleur de sa peau ni sur les actions de ses ancêtres.

    Et vous, êtes-vous individualiste ? Et surtout : pourquoi (ou pourquoi ne l’êtes-vous pas) ?

  • aa6997a963fd61ac83b95b5ba000fd55?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    olbius

    Organisateur
    4 janvier 2019 à 12 h 39 min

    Le sens du bien commun est-il malmené par l’individualisme et le libéralisme, comme on l’entend de plus en plus? Tout au contraire: l’individualisme démocratique ne signifie pas la fin du collectif, mais son accession à l’âge adulte. Et il est plus que jamais indispensable.

    Source : Luc Ferry: “Le “réveil collectif” contre l’individualisme”

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    4 janvier 2019 à 14 h 25 min

    Yeap, merci beaucoup pour ces messages !

    Le problème est qu’en l’absence de culture philosophique ou politique, les gens ont tendance à tout psychologiser, c’est-à-dire qu’au lieu d’accéder aux principes généraux, on se borne à l’ad hominem…

    C’est ainsi que nous voyons des personnes qui se disent politisées, alors qu’elles restent dans le domaine de la morale. Or dans le cadre d’une société laïque, il ne faut pas raisonner en terme de “bien” ou de “mal”, cela est l’affaire des religieux, il faut raisonner en terme de juste ou d’injuste…

    Mais bon, à l’ère du développement personnel, il est difficile d’amener certaines personnes à réfléchir au-delà de leur petite personne et de leur “ressenti”… Hélas, on ne fédère personne sur cette base, c’est un relativisme philosophique qui nous conduit dans cette forme de nihilisme contemporain… Il faut au contraire développer des arguments, faire preuve d’un minimum de raison…

    Le terme “égoïsme” appartient au domaine de la morale. En politique, l’individualisme est une conséquence du libéralisme, cela coïncide effectivement avec la philosophie des Lumières. Il n’y a pas si longtemps, l’individu n’avait aucune liberté de conscience religieuse et il n’avait aucun mot à dire sur la politique menée dans le pays. C’est donc en réaction à cela qu’a été élaborée “La Déclaration des Droits de L’Homme et du Citoyen” en 1789. A la base, c’est ça le sens du libéralisme… Il faut donc être parfaitement idiot pour associer cela à de l’égoïsme ^_^’

    Hélas, trop peu se soucient du sens des concepts, c’est un flou artistique qui fait parfois peur. Et les rhétoriques fallacieuses de nos politiques n’aident en rien à y voir clair… Il n’est donc pas rare de confondre le libéralisme philosophique avec le capitalisme, d’associer le néolibéralisme actuel avec l’idée de la liberté que s’en faisait les révolutionnaires (ce qui est d’une malhonnêteté intellectuelle indicible), etc. Et lorsque nous sommes intellectuellement fainéants, nous nous bornons à la racine “individu” de “individualisme”, nous nous disons que ça doit s’opposer au collectif, et que c’est moralement pas bien lol… Bref…

    Je suis un peu sarcastique, mais j’en ai vu un bon paquet fonctionner comme ça… Et comme ils le prennent souvent mal quand nous essayons d’expliquer les fondamentaux, j’évite désormais d’échanger avec, ça ne sert à rien… Mais faire ce genre de rappel, surtout à l’heure où il y a un gros mouvement social en France, où nous avons tout à gagner à repenser notre modèle politique et social actuel, je le vois comme une bénédiction ! 😉

  • 5c36aecc7594c bpthumb

    jabberwocky

    Membre
    4 janvier 2019 à 16 h 13 min

    C’est ainsi que nous voyons des personnes qui se disent politisées, alors qu’elles restent dans le domaine de la morale. Or dans le cadre d’une société laïque, il ne faut pas raisonner en terme de “bien” ou de “mal”, cela est l’affaire des religieux, il faut raisonner en terme de juste ou d’injuste…

    Ainsi parlait Zaradarren ! 😉

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    4 janvier 2019 à 21 h 58 min

    héhé… 😉

  • 5bb3b8d771436 bpthumb

    rickla

    Membre
    5 janvier 2019 à 15 h 52 min

    Racisme a aussi dévié de son sens premier (au lieu d’en créer un proche et explicite du le sens actuel), sans doute pour des questions éthiques, morale et disons le de Bien et de Mal… Quand au Juste et Injuste ça me plait, mais personnellement je ne rejette ni ne réfute pour autant l’intérêt de la morale et/ou le notion toute relative mais essentielle de Bien et de Mal… d’ailleurs les Lumières et la déclaration des droits de l’Homme doivent aux Moralistes (pas moralisateurs)… Mais j’avoue que là on va dévier fort si on doit s’attacher au(x) sens et aux vues de la morale. C’est juste une nuance en passant qui ne n’infirme en rien l’essence et la justesse de vos post !
    (En plus je m’exprime là que sans vraie volonté de m’investir, encore moins de provoquer un lourd débat (potentiellement douloureux) )

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    6 janvier 2019 à 2 h 45 min

    @rickla a écrit :

    Racisme a aussi dévié de son sens premier (au lieu d’en créer un proche et explicite du le sens actuel), sans doute pour des questions éthiques, morale et disons le de Bien et de Mal… Quand au Juste et Injuste ça me plait, mais personnellement je ne rejette ni ne réfute pour autant l’intérêt de la morale et/ou le notion toute relative mais essentielle de Bien et de Mal… d’ailleurs les Lumières et la déclaration des droits de l’Homme doivent aux Moralistes (pas moralisateurs)… Mais j’avoue que là on va dévier fort si on doit s’attacher au(x) sens et aux vues de la morale. C’est juste une nuance en passant qui ne n’infirme en rien l’essence et la justesse de vos post !
    (En plus je m’exprime là que sans vraie volonté de m’investir, encore moins de provoquer un lourd débat (potentiellement douloureux) )

    Je comprends…
    Disons que l’idée du juste implique de penser dans le cadre d’une société (d’un pacte social).

    Quant aux notions de “bien” et de “mal”, elles sont religieuses et portent sur l’individu. Par exemple, il n’est pas illégal d’être avare ou orgueilleux, et ça n’est pas moins deux péchés capitaux pour un chrétien. En outre, ce sont des notions dogmatiques, même Kant “réussit” à justifier une morale très rigide (enfin, façon de parler, car je n’adhère pas du tout à ce genre de notions).

    Dans le bouddhisme, il n’y a pas de “mal”, c’est juste l’expression de l’ignorance, qui aura pour conséquence une forme de souffrance. Et c’est une grille de lecture qui fonctionne assez bien en politique, puisque des lois stupides seront injustes et causeront le malheur des gens qui réagiront à leur tour… On s’épargne également le chantage de la morale institutionnelle qui vise à préserver les intérêts des puissants, disons qu’il n’y a pas de culpabilité à avoir… Lorsque nous savons dans quelle direction il faut aller, la question du choix ne se pose pas, rien ne justifie une vision manichéenne non plus…

    Donc lorsque nous voyons des “journalistes” s’indigner de la violence des Gilets Jaunes, car la violence c’est mal, bon… C’est juste un peu de casse, ça ne vaut certainement pas d’être mutilé à vie par un tir de flashball… Et si nous raisonnons, nous comprenons que tout mouvement social est l’effet d’une cause, qui est le politique. Une politique injuste est toujours terriblement violente pour celui qui la subit. Dernièrement, il était question des indemnités chômage qui pouvaient être supprimées. Pour quelqu’un qui n’a pas d’argent de côté, cela signifie ne pas pouvoir payer son loyer, remplir son frigo ou nourrir ses enfants.

    Et s’il y a des ahuris pour trouver ce genre de procédés punitifs intelligents, en quoi les enfants sont-ils responsables de cette situation ? Concrètement, c’est une menace qui signifie se retrouver à la rue ou crever de faim… Quelle différence y a-t-il avec une lettre d’un inconnu qui menace de brûler votre maison et d’anéantir le peu que vous avez ? Là, curieusement, nous la voyons la violence, nous jugeons que c’est mal… Une voiture brûlée, idem… Mais une politique injuste qui rend la vie infernale à des millions de gens, là nous faisons avec… Bah autant dire que je préfère que nous nous préoccupions un peu plus de ce qui est juste, de ce qui est mal ou bien… ^^

    Pour donner un exemple, pour Kant, nous ne devons jamais mentir, car c’est un péché. Donc imaginez-vous sous l’Occupation, si vous cachez des Juifs et qu’un Allemand vous demande quoi que ce soit, vous ne devez pas mentir ! C’est contraire à la morale ! Sauf que moi, j’en ai rien à cirer, ce qui est juste à mes yeux, c’est de préserver la vie de personnes en danger. Et pour cela je mentirais comme un arracheur de dent, sans éprouver la moindre culpabilité… Cela ne plaira sans doute pas aux chrétiens, mais baser sa vie sur des dogmes n’a jamais rien donné de bon… Combien de personnes font le mal tout en pensant agir bien ? Un bon paquet… A commencer par nos politiques… 🙂


Affichage des publications 1 - 7 de 7

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 messages Juin 2018
Maintenant

New Report

Close