Les vampires sociaux

  • 60944cc9a5130 bpthumb

    geapix

    Membre
    13 novembre 2021 à 13 h 48 min
  • 615ecd584d09c bpthumb

    jabberwocky

    Membre
    13 novembre 2021 à 17 h 54 min

    Les vampires sociaux ne sucent pas le sang mais aspirent l’attention – c’est là leur côté vampirique. Ils ne semblent participer aux conversations, même les plus graves, que pour tout ramener à eux, leur santé, leur expérience, leur personne…

    Attend, laisse-moi deviner…🤔
    C’est un des traits de ta personnalité ? C’est ça ?🤣

  • 6187d1898871b bpthumb

    neba

    Membre
    14 novembre 2021 à 11 h 29 min

    @jabberwocky Je me demande ce qui est vraiment vampirique entre partager des opinions personnelles en utilisant le Je dans la volonté de partager et contribuer et le fait d’utiliser le Tu en jugeant constamment les autres sans se remettre en question sur son propre comportement et ses conséquences sur les autres.

  • 6187d1898871b bpthumb

    neba

    Membre
    14 novembre 2021 à 11 h 58 min

    @kitsunebi Le vampirisme ne me semble pas un angle de vu mais un fait.

    Le vampirisme est utilisé pour combler des manques.

    Chercher l’amour de soi à travers l’autre est une forme de vampirisme.

    Chercher l’estime de soi à travers l’humiliation de l’autre est une forme de vampirisme.

    Chercher la confiance en soi à travers la domination de l’autre est une forme de vampirisme.

    La base du vampirisme est un manque en soi que nous cherchons à combler au dépend de l’extérieur qui s’épuise face à notre demande excessive.

    Certaines formes d’échanges font partie du cycle de la vie. Un lien immuable entre les choses liées à une perfection de la vie pour nous aider à comprendre que nous sommes en lien et que tout est choix et conséquence pour trouver l’équilibre entre soi et l’autre.

    Nous avons chacun des failles, des manques, des besoins et nous pouvons les soulager avec des intentions agréables ou désagréables pour l’autre. Nous pouvons epuiser l’autre ou reconnaître notre part de responsabilité et chercher à se satisfaire par nous-même.

    Aimer et respecter l’autre autant que soi.

  • 6187d1898871b bpthumb

    neba

    Membre
    14 novembre 2021 à 15 h 37 min

    @kitsunebi

    où est-ce qu’on met le curseur dans le vampirisme ?

    En se posant chacun la question : “Est-ce que je m’aime et je me respecte ?” en sachant que l’autre n’est pas responsable de ma vie et que je ne suis pas responsable de la sienne. Aimer l’autre et le respecter ne doit pas nous soumettre à ses besoins aux dépends des nôtres. C’est notre envie d’être en lien et de satisfaire nos besoins mutuels qui devraient motiver nos choix.

    Les gens qui se plaignent tout le temps et qui veulent en plus te faire culpabiliser ou encore qui cherchent à te rabaisser sont pour moi juste des personnes frustrées pour lesquelles je ne peux rien et pour lesquelles je ne veux rien faire.

    Ces personnes sont ainsi car elles font face à un besoin qu’elle n’arrive pas à satisfaire ou soulager seul. Quand je ne suis pas dans l’envie de le satisfaire ou que je suis épuisé, c’est à moi de me respecter car je suis le mieux placé pour cela. A moi d’apprendre à mettre mes limites, me faire respecter et m’éloigner de ce qui veut me soumettre sans avoir du respect pour mes besoins.

    Il est bon de s’assurer par des faits que l’autre n’a vraiment aucun respect pour moi et mes besoins et non l’interpréter.

    En tout cas, libre à nous de nous éloigner des personnes qui ne nous correspondent pas. Et elles peuvent aussi s’éloigner, si elles ne sont pas contentes.

    En ce qui me concerne, j’ai de la sympathie pour ces personnes qui souffrent, mais je me ferai toujours passer avant elles, parce que moi aussi j’ai ma propre vie à mener.

    En effet, je pense que c’est prendre soin de soi et être responsable de sa vie que de se tourner vers notre bonheur et s’éloigner de ce qui n’est pas agréable à vivre. Ces gens en profiteront pour comprendre ou pas les conséquences de ce comportement. 😉

    Les personnes qui cherchent à humilier les autres ou encore à les faire culpabiliser sont-elles des vampires ou seulement des êtres qui ne savent pas gérer leurs émotions, dont leurs frustrations ?

    Les personnes qui font cela ont un besoin, celui de soulager un état émotionnel lié à une interprétation. Humilier l’autre permet de soulager un état émotionnel. Cette émotion est peut-être de la peur ou c’est peut-être devenu de la colère envers l’autre qui ne fait pas ou n’est pas ce qu’il doit être à nos yeux. Nous rencontrons tous des moments ou nous avons besoin de soulager un état émotionnel. Nous avons le choix de le faire en bienveillance ou en souffrance. La bienveillance est dans l’amour et le respect de l’autre. Pas de contrôle, pas de dégradation du corps ou de l’esprit. Certains n’ont pas fait l’expérience pour comprendre que la souffrance crée la souffrance inévitablement.

    Ce besoin de dominer l’autre ou vouloir le posséder ne veut-il pas dire qu’on est justement faible ?

    Pourquoi vouloir juger faible quelqu’un qui a un besoin ? N’as tu pas besoin de t’épanouir à travers tes sens ? Es-tu faible d’avoir des besoins que tu ne peux satisfaire sans l’autre ? Celui qui veut dominer montre sa peur à mes yeux et sa volonté de contrôler l’autre. J’ai de la compassion pour celui qui veut me dominer ou m’humilier car je sais que cela cache un mal-être et une souffrance.

    Vouloir posséder l’autre est une dépendance à l’autre pour s’épanouir dans sa vie. Cette dépendance est partagé ? Celui qui veut me posséder me montre qu’il a besoin de moi et c’est à moi de choisir si j’ai envie de lui dans ma vie et de faire mes choix en conséquence pour me respecter.

    On a tous des failles, des manques, des besoins… Et si on peut être affamé, je pense qu’on n’a pas toujours besoin de se précipiter pour les combler. Et chacun a ses priorités.

    A chacun de s’aimer, se respecter et d’exprimer ses priorités pour que l’autre puisse les comprendre et les accepter ou non.

    La vie est courte et parfois l’incertitude n’est qu’un choix pour rester dans sa zone de confort même si celle-ci est inconfortable et que nous l’exprimons.

    La précipitation, c’est parfois la compréhension que quelque chose se joue d’important pour notre vie et la conscience de passer à coté d’un épanouissement supplémentaire.

    Qu’importe les choix que nous faisons, il y a une leçon pour évoluer dans sa conscience.

  • 6d0d6da040fd28bd3ba19e2cf66f6640?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    gueko

    Membre
    15 novembre 2021 à 11 h 36 min

    Je viens de lire les articles. Ce qui me surprend, c’est qu’il me semble que c’est seulement une façon de redéfinir le triangle de Karpman (bourreau, victime, sauveur), en rejetant la faute sur celui qui se pose en victime. Sauf que pour que le triangle fonctionne “dans ses dysfonctionnements”, il faut être au moins deux… Donc, encore une fois, le “vampirisme social” n’est possible que si on demande (consciemment ou non) à être vampirisé… Si on se place en sauveur pour répondre à un besoin narcissique, il est compréhensible que l’autre puisse se poser en victime. Mais dans ce cas, les deux ont besoin d’un psy, à mon sens…

  • 6d0d6da040fd28bd3ba19e2cf66f6640?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    gueko

    Membre
    15 novembre 2021 à 12 h 44 min

    @carl 😂😂😂

  • 615ecd584d09c bpthumb

    jabberwocky

    Membre
    15 novembre 2021 à 13 h 19 min

    Comme dit par @kitsunebi, le vampire social c’est moi ou toi pour un certain autre mais pas pour tous.

    Vouais, vouais, on est tous le con de quelqu’un et patati et patata (ronfle)…

    @geapix @gueko je pense que vous voulez appliquer à des réalités insaisissables la grille de lecture de la psychologie d’outre atlantique, alors que nous avons en France une très riche école de psychologie et cela me choque…

    Je crois que tu n’as pas tout compris ce que dit @gueko .
    Si geapix est un prototype en matière de concepts à la Kentucky Friend Chicken ou de Junk Theory, ce que dit gueko est juste du bon sens. Se baser sur le triangle de Karpman pour faire sa démonstration ne veut pas dire qu’elle est inféodée au wokisme ou aux autres délires sociologiques contemporains, en provenance des USA.

    […] parce que vous faîtes du prêt à penser sans utiliser votre réflexion personnelle. Je ne veux pas vous agresser, mais juste vous le dire.

    Nan mais sérieux @carl t’as pas l’impression qu’en matière de prêt-à-penser, avec les formules toutes faites et complètement creuses que tu te permets dans beaucoup de tes interventions, tu n’as pas de leçons à donner ?
    Hein ?
    Si un peu…

  • 6d0d6da040fd28bd3ba19e2cf66f6640?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    gueko

    Membre
    15 novembre 2021 à 14 h 53 min

    @carl Je ne suis pas d’accord, ce rire reflète juste ce que je pense de la pertinence de ton analyse. Comme je te l’ai déjà expliqué, je n’ai pas besoin de soutien ou autre pour avoir un avis personnel.

  • 6d0d6da040fd28bd3ba19e2cf66f6640?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    gueko

    Membre
    15 novembre 2021 à 14 h 58 min

    @carl Donc, au lieu de reconnaître une idée pour sa pertinence, tu la reconnais en fonction du lieu où elle a été émise… c’est beau!

Page 1 of 2