Etre ou ne pas être

  • Etre ou ne pas être

    Posted by ladycla3 on 6 juin 2022 à 22 h 38 min

    Bonsoir à tous.

    Me voilà ici ce soir, car je me pose beaucoup de questions, enfin disons, encore plus que d’habitude.

    J’ai 34ans. Je me suis toujours sentie en décalage avec les autres, je suis mariée et heureuse en couple alors je peux dire que j’ai “réussi” ma vie sentimentale, mais sinon, je suis seule. Aucun ami, aucune connaissance. Je ne parle à strictement personne. Les gens m’ont déçue, agacé, et naturellement, j’ai coupé les ponts au fur et à mesure.

    J’ai toujours été une bonne élève, avec des disparités dans mes résultats: j’aime la matière je suis la meilleure et peux travailler sans relâche, à contrario, je n’aime pas la matière je me retire dans mon monde et c’est pas terrible en terme de résultat. C’est justement ce qu’il s’est passé avec mes études universtaires, un vrai fiasco, j’ai fini par tout quitter sans diplome. J’étais à cette époque complètement larguée. J’ai fini par faire une formation en hotellerie. Le domaine me plaisait. Ni une, ni deux, j’ai bossé, investi à 10000% et en quelques années j’occupais un poste de cadre dans un grand hotel parisien. De belles conditions de travail, un super salaire, j’étais valorisée, mon travail reconnu, et pourtant, j’ai fini par froler le burn out. D’abord, envahi d’un sentiment que les gens se trompaient à mon égard, je vivais dans la peur qu’ils réalisent que je n’étais pas à ma place et que j’étais nulle. Puis, au fil des mois, j’ai ensuite été submergée par une grande lassitude, perte d’intérêt pour mon travail, sentiment d’avoir fait le tour. J’ai tout plaqué, j’ai quitté la capitale et repris mes études supérieures. Cela va faire un an que j’ai repris le chemin de l’école (école en ligne), et ce sentiment de décalage refait surface. Je n’ai d’ailleurs sympathisé avec personnes de ma formation. En fait, j’ai l’impression de ne pas réussir à me connecter avec les gens, ou alors il faudrait que je joue un role ce dont je n’ai pas envie.

    Lors des cours, j’ai pris conscience d’un décalage. Un sujet est abordé, j’écoute je le comprends et j’ai envie d’avancer, de passer à autre chose, quand finalement le cours va continuer avec des questions de d’autres étudiants ou même des exercices d’application Dans ces moments là je suis principalement blasée et frustrée. Alors j’ai pris l’habitude de bosser seule et d’avancer à mon rythme. J’ai réalisé que je me sens particulièrement apaisée quand j’apprend d’ailleurs.

    Bon, je commence à me dire que je suis en train d’écrire un roman sur ma vie, sans en venir au sujet principal. J’adore lire et me documenter et c’est justement comme sa, au hasard d’un site internet que je suis tombée sur un article sur les adultes haut potentiel qui s’ignoraient. Et là, je me suis reconnue. Tant sur le sentiment de décalage, mais aussi la recherche de sens, de justice, une pensée rapide, la sensibilité également. Et puis plus globalement, le sentiment d’être incomprise.

    Et maintenant alors? Je me dis, c’est bien sympathique d’avoir lu cet article et d’avoir fait quelques recherches sur le net, mais je fais quoi avec tout sa? Déjà l’auto diagnostic me laisse perplexe, mais j’ai du mal à m’imaginer arriver chez un psy et dire “je viens car je pense être haut potentiel”. Et puis, est ce que je suis sûr de vouloir faire le test? Si finalement, mon auto diagnostic s’avère erroné, ne vais-je pas être prise dans un nouveau tourbillon de questions pour comprendre l’origine de ce sentiment de décalage? Et si je suis vraiment haut potentiel, le test changera-t-il quelque chose dans ma vie?

    Alors, me voici ici ce soir, sur ce forum, à vous raconter un peu ma vie et partager avec vous mes interrogations actuelles car je pense (j’espère) que d’autres sont déjà passés par là, et sauront me donner de sages conseils.

    Merci de m’avoir lu et bonne soirée à vous

    thony40 a répondu il y a 5 mois, 4 semaines 3 Membres · 2 Réponses
  • 2 Réponses
  • 6102d404d2a0b bpthumb

    hautpotentieldeconneries

    Membre
    6 juin 2022 à 23 h 07 min

    Alors comme ça, grâce à cet objet merveilleux : le pifomètre à moteur, je dirais que tu as besoin d’être testée. S’il est positif tu trouveras “une” réponse à tes questions, s’il revient négatif tu pourras sérieusement te questionner sur ton rapport aux autres.

    L’illégitimité, le syndrome de l’imposteur est un marqueur du hpi, mais pas que. L’ennui face à des connaissances académiques qui ne nous intéressent pas aussi, mais pas que… Bref si cette interrogation (suis je hpi?) est primordiale, alors fonce, sinon, les hpi sont pétris de névroses, comme tout le monde, et leur statut ne conditionne pas l’ensemble de leurs questionnements.

    Nevrozzz powa 😁

  • 62379d5744c36 bpthumb

    thony40

    Membre
    6 juin 2022 à 23 h 28 min

    Bonsoir,

    Nous avons sensiblement le même âge.

    J’ai un parcours assez similaire et différents. J’ai quitté l’école avant d’avoir mes diplômes. Genre le bac 😅 et j’ai monté mes projets très tôt. Passionné de plein de truc j’ai 33 ans bientôt aussi vieux que toi et je suis à la tête de plusieurs boîtes, d’une grande expertise dans des domaines complexe et je forme des ingénieurs et doctor. Bref le chemin hors académique qui m’a poussé à m’autorealisé pour ne pas m’ennuyer 😅j’ai moi aussi besoin de toujours apprendre. J’en ai fait mon métier.

    On me paie pour apprendre et innover 😅

    Si je te raconte ça c’est parceque j’ai mis longtemps à créer du lien avec des gens. Déjà le fait de ne pas reconnaître ma différences était un frein. Ensuite quand tu essaies de résoudre des problématiques en lien avec la survie de milliers de personnes pendant que les gens que tu croises a l’école de tes enfants sont en train de se demander combien de bière ils vont boire… Forcément tu vis dans deux mondes parallèles.

    Le fait que tu sois différente t’obligera sûrement à trouver des atypiques aussi pour que tu ne t’ennuies pas.

    Personnellement je m épanouie avec les normaux pensant parceque j’aime créer avec eux un peu de magie.

    Mais mes amis aujourd’hui sont souvent assez atypique et plutôt hors norme dans leur Vie. ( Genre médecin aventurier, diplomate, gestion d’entreprise..) disons que les enjeux intellectuelle et le besoin de créer du sens est plus proche de ma façon de penser. Il n’y a pas de jugement et j’ai des copains qui font des métiers diverse . Mais la je suis moins épanoui et ressent plus ma différences quand ils sont normaux pensant..

    En gros recherche et accepte peut être plus que tu es différente et qu’il te faut aussi des gens qui te ressemble plus et qui t’intéressent plus

    Après attention aussi à ne pas tomber dans le travers de l’égocentrisme qui nous éloigne de l’autre en oubliant les efforts que nous devons faire nous même pour qu une relation fonctionne. Est donnant donnant.

    Mais dans ce que tu écris je ne le lis pas en tout cas

    Belle soirée et j’espère que tu trouveras des personnes avec qui t’épanouir un peu. La vie est une aventure à partager😊😊