Impression de décalage du Surdoué



  • Impression de décalage du Surdoué

    5ed683b441075 bpthumb toc mis à jour Il y a 3 mois, 3 semaines 6 Membres · 8 Messages
  • 5ed683b441075 bpthumb

    toc

    Membre
    30 mai 2020 à 18 h 21 min

    Bonjour à tous,

    Je viens d’arriver sur ce forum, et je suis ravi de cette découverte.

    J’ai écrit un texte un soir sur l’impression que je pouvais avoir dans ma vie de tous les jours. C’est un poil triste, mais je voulais vous le partager et échanger avec vous pour savoir si vous aviez des impressions similaires.

    Il s’intitule « Je suis ». Il faut imaginer la lecture de ces mots avec la même rythmique que le cœur qui bat. ( désolé si la forme n’est pas toujours parfaite, j’ai fait ça d’un bloque est je ne l’ai pas retravaillé).

     

    « Je suis, je suis, je suis…

    Cette phrase résonne dans ma tête et tout mon être. Elle tambourine au rythme de mon cœur.

    Je suis.

    Cette affirmation constante, calme, puissante et impérieuse. Je veux être qui je suis, je veux le clamer au monde entier. Je veux l’assumer et non plus le cacher. Fini de montrer les facettes que chacun souhaite voir. Fini les adaptations sans fin pour répondre aux besoins des autres. J’ai l’impression d’être une boule d’énergie, lancé à pleine vitesse dans une cage en verre. Tel une balle rebondissante. A chaque contact au verre je me déforme, j’absorbe et rebondi vers un autre bord. Cette impression est celle que j’ai constamment, lors de mes échanges, lors de ma vie. Impression de me cogner à des normes que je ne vois pas, a des logiques que je ne comprends pas. Et pourtant j’ai ce battement de cœur, inextinguible qui est là et me soutient.

    Je suis, je suis,

    Battements qui me redonnent de l’énergie pour tenter de comprendre, m’adapter, rebondir. Énergie qui me permet de ne pas désespérer. Qui me permet de me dire qu’un jour, je pourrais m’affirmer. Peut être que l’image est mauvaise. Le verre est poreux, je ne suis pas une balle mais du brouillard. Je m’exfiltre et je pense comme je l’entends. J’épouse les formes que je rencontre, mais je peux les contourner. Dans le brouillard tout est flou, les contours rencontrés, les bruits entendus. Tout est source d’interprétation. Mais peut être est ce cela la vie. Un être se déplaçant dans le brouillard, rencontrant des gens, écoutant son environnement. Tout est sujet à interprétation. Tout est question de ressenti et d’imagination. Tous les sens sont en éveil. Seul notre état d’âme persiste, demeure et teinte tout cela.

    Je ferme les yeux et j’hume l’air présent. L’humidité présente dans l’air, le bruit du ressac à côté. Je ressens les intentions, amitiés ou inimité des personnes qui me frôlent. En effet, elles ne peuvent me toucher, je m’enroule autour d’elles car je suis ce brouillard. Mais un brouillard présentant une unicité tout en ne pouvant être relié. Un brouillard habité qui résiste au vent qui souffle et qui demeure sur place. Et j’entends ces bruits, cet appel, Je suis

    Comment peut-on prendre place dans un monde ou tout est objet défini par une unicité temporelle, matérielle, avec un léger halo, alors que vous vous définissez comme antithèse ? alors je me condense, je prends forme, je m’enferme pour répondre aux exigences des autres. La cage de verre se remet en place et la balle apparaît.

    Je suis,

    Cette différence n’est pas sous-jacente à une façon de penser qui diffère, mais plutôt à un être qui vie et se meut avec tout ses sens et son unité. Qui voit avec sa peau, entend avec ses yeux, ressent avec ses oreilles.

    Mon monde intérieur est peuplé d’images et de sensations. C’est ma manière à moi de traduire les informations extérieures que je reçois.

    Caché derrière cette nappe de brouillard se trouve, entre deux montagnes, un immense lac retenu par un barrage. Ce lac, ce sont mes émotions, que j’ai par le passé dans mon enfance tant eu de mal à gérer. Au final j’ai pris le parti de les contenir et les cacher. Mais quand le vent souffle et que des tremblements de terre se font sentir, le barrage se fissure, des surplus d’eau s’en échappent et viennent lécher le pas des passants.

    C’est avec une immense tristesse que je me dois de cacher ce lac plein de vie et de poisson. Tout le monde ne peut pas en supporter la vue et l’étendu. Alors je me meurs d’envie de partager cette eau. Mes émotions, mon affection ou mon amour, mais aussi mes tremblements et mes remous.

    J’ai une soif inextinguible d’absolu. Que quelqu’un puisse venir, voir, me comprenne et m’accepte, dans mon intégralité. Qu’il puisse venir planter sa tente auprès de ce lac par moment pour s’y reposer ou s’y baigner. Et moi, lac que je suis, je puisse lui dire « Bonjour bel étranger », l’enrouler dans mon eau, le guider, caresser son corps dans ses mouvements.

    On me dit Olivier, ouvre-toi aux autres. D’accord, je veux bien essayer.

    A quoi cela sert de rester avec mon lac et mon brouillard dans un lieu isolé ? Il me faut retourner sur le pavé, mais ne jamais oublier d’exprimer cette unicité et cette unité,

    Je suis, je suis, je suis… »

  • 5e538ff590b75 bpthumb

    max

    Modérateur
    30 mai 2020 à 18 h 58 min

    J’ai l’impression qu’on est nombreux à arriver ici “un poil triste” , tu aurais vu mon texte d’arrivée !

    Aucun de nous n’utilise les mêmes mots (et les tiens sont très bien choisis), mais on exprimé tous ce sentiment de décalage. Certains font semblant de s’en réjouir, mais soyons honnêtes, ils ne seraient pas ici si c’était le cas !

    Bienvenue parmi nous, ce n’est qu’un espace virtuel, mais le décalage est plus toléré qu’ailleurs. Ça aide à surmonter le monde réel !

  • 5ed683b441075 bpthumb

    toc

    Membre
    30 mai 2020 à 21 h 09 min

    Merci !!!

    Ce textes a 2 ans maintenant, mais j’avais envie de le partager ^^

  • 5f22f30465dcc bpthumb

    hanae

    Membre
    30 mai 2020 à 22 h 00 min

    Magnifique et très poétique, on sent bien cet emprisonnement intérieur que je ressens moi-même.

    Bienvenu à toi 🙂

  • 5edb60375dec8 bpthumb

    yugen

    Membre
    6 juin 2020 à 14 h 50 min

    Bonjour @Toc,

    Et merci : tes mots m’ont mis la larme à l’œil. Certainement parce qu’ils illustrent magnifiquement ce que j’ai ressenti toute ma vie. Parce que chaque fois que mon barrage a menacé de lâcher, j’ai cédé à la tentation de le reconstruire pour ne pas déborder. Parce que quand j’ai su que j’étais zèbre, j’ai décidé qu’il était temps de l’exploser à la masse, qu’importe ce qu’ils en diront.

    Depuis mon “dépistage” en Janvier j’observe ce que disent les autres zèbres sur internet, et je constate que ce sentiment de décalage revient souvent. Et je ne sais pas ce que vous en pensez vous-autres, mais personnellement je trouve vraiment rafraîchissant de voir d’autres personnes exprimer ce que j’ai au fond de moi et que j’ai tant de mal à retrouver IRL autour de moi. Merci à tous pour vos partages !

  • 017f058830bd705b85c860af44af6feb?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    mariion

    Membre
    8 juin 2020 à 22 h 34 min

    Très beau texte, je partage totalement ton ressenti ..

  • 5d2a2cb085eb8 bpthumb

    bagayaga

    Membre
    9 juin 2020 à 0 h 40 min

    Ohlalala oui c’est tellement ça. Merci Olivier pour ce très juste partage. J’étais passée à côté !

    Je ne sais pas toi mais depuis près d’un an que je viens ici, petit à petit j’arrive de plus en plus à être moi au contact des autres. Pour les émotions ça reste délicat. Car j’ai tellement aussi j’imagine dénié tout ça. Que je reste très timorée sur mes ressentis. Ton texte m’a rappelé un peu des phases de mon enfance où en effet je me suis consumée dans mes émotions. Joie, tristesse, colère, injustice, incompréhension, honte, remords, excitation, attente. Tout était si intense.

    Comment arrive-t-on à tout aplanir comme ça… Est-ce que ça revient un jour? Ou allons nous pour toujours rationnaliser tout ? Prendre de la hauteur. Être observateur de soi?

  • 5ed683b441075 bpthumb

    toc

    Membre
    9 juin 2020 à 16 h 30 min

    Je suis heureux que cela ai pu vous toucher. Et surtout de voir que cela vous parle.

    C’est pareil pour moi @bagayaga, ça fait beaucoup de bien ces échanges. De voir que je ne suis pas seul à ressentir cela. De voir que je ne suis pas seulement un vilain petit canard. Un type rigolo mais un peu bizarre.

    De voir aussi que les personnes ici sont sincères et direct. Pas de flonflon autour du pot. Y a un sujet et tout de suite on rentre dans le vif du sujet. Et tout le monde est d’accord avec ça.

    De sentir que je n’ai pas besoin de m’adapter, les gens fonctionnent d’une manière similaire. De ne pas avoir à être un peu sur mes gardes à cause d’incompréhension d’une norme sociale.

    Tout comme toi où @Yugen, je trouve qu’exprimer ces émotions qui nous ont tant posé de problème, est délicat. Et ce même si on décide de commencer à les assumer, on ne peut pas revenir sur une habitude qui a des dizaines d’année aussi facilement.

    De plus, montrer ces émotions, c’est aussi accepter d’être vulnérable. Accepter de se montrer soi sans mettre de masque. Accepter aussi que les gens qui nous entourent nous apprécie pour ce que l’on est. Je trouve, pour ma part, qu’accepter qu’on puisse tenir à moi tel que je suis est assez difficile. Les vécus de rejets sociaux, notamment dans l’enfance, sont des souvenirs vivaces.

    Mais j’ai un peu l’impression que c’est ce que nous recherchons en venant sur ce site. Nous ressourcer et apprendre petit à petit à être qui nous sommes. Un signe et pas un canard (histoire que j’ai mis longtemps à pouvoir lire à mes enfants).

    Oula, je me suis un peu emballé là.


Affichage des publications 1 - 8 de 8

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 messages Juin 2018
Maintenant

New Report

Close