Et un jour on se réveille…

  • Et un jour on se réveille…

    Publié par Membre Inconnu le 28 janvier 2024 à 10 h 04 min

    J’avais 22 ans je crois quand un des enfants que je gardais à l’époque m’a demandé : “comment on sait qu’on est devenu un adulte ?” Et moi, du tac au tac, je lui ai répondu : “quand on n’a plus de rêve.”

    11 ans plus tard, je me réveille, la gueule de bois. Où sont donc passés mes rêves ? Mon optimisme ? Ma joie de vivre ? C’est donc bien cela, être devenu adulte ? Hmmm…

    Je me retrouve à écrire ici après avoir passé un certain moment en sous-marin, à observer. Ce que je sais faire de mieux.

    Je suis moi-même devenue maman, il y a 16 mois, d’une petite fille pleine de joie de vivre. Parfois, j’ai l’impression qu’elle est le vestige de cet optimisme que je cherche en moi mais qui n’est plus. Que suis-je devenue ?

    La solitude est amère. Rencontrer l’Autre est pénible. Toujours décevant. Ereintant, même. Je ne sais plus faire. Je n’ose plus soutenir un regard, j’ai honte et mal à la fois.

    L’étiquette de “haut-potentiel” a été posée, alors que je ne la cherchais pas, il y a six ou sept années maintenant. Un profil INFJ incompréhensible, que je vis comme une sorte de malédiction : il est donc impossible d’être comprise, reconnue ?

    J’ai été abandonnée par ma mère quand j’avais 14 ans. Mon père rassemble toutes les caractéristiques du “narcissique” (pas pervers). J’en veux encore à la vie pour cette blessure d’amour, j’ai du mal à dépasser mon statut de victime. Et pourtant, je crois m’être battue, avoir ramé sans cesse à contre-courant pour arriver là où je suis.

    Je suis aujourd’hui aimée et soutenue par le père de ma fille, un homme au coeur tendre et sincère, mais aux contours rugueux. Mon partenaire. C’est mon seul repère dans ce monde chaotique, froid, injuste. Je n’ai plus d’amis, plus la patience de faire confiance, plus l’énergie d’y croire encore.

    Et pourtant, que je me sens seule. Vidée aussi, parfois. Une sorte d’extraterrestre qui ne parvient plus à comprendre comment faire pour survivre dans un monde qui ne tourne pas rond, se nourrissant d’injustices innommables.

    Comme beaucoup, je me sens en manque de solidarité, d’échanges, de partages et d’amour. Je ne crois plus le mériter. Je ne parviens plus à fournir les efforts nécessaires pour m’ouvrir à l’autre, j’ai été bien trop déçue par le passé.

    Et pourtant, je suis là aujourd’hui, à écrire ces lignes. Ai-je des attentes ? Autres que celle d’être lue, je ne crois pas.

    Alors déjà, merci à toi de l’avoir fait. C’est beaucoup. Et pardon pour ce tableau sombre et pessimiste, mais c’est là où je suis aujourd’hui.

    generatrice_de_vierges_chemins a répondu il y a 2 mois, 1 semaine 11 Membres · 18 Réponses
  • 18 Réponses
  • stef-78

    Membre
    28 janvier 2024 à 10 h 45 min

    Je vous ai lu. Merci d’avoir écrit ce message. C’est bien de partager surtout lorsque c’est trop lourd à porter. J’entends beaucoup de fatigue, de souffrance, et de lassitude. Et cela m’a reconnecté à à mes propres heures “sombres”. Je n’ai pas de mots magiques pour vous soulager. Mais j’ai envie de vous dire qu’il faut garder espoir. Vraiment…Chacun à son propre chemin, sa propre expérience intérieure de la vie. Parfois juste en changeant le point de vue avec lequel on regarde le monde, on s’émerveille de ce celui-ci aussi cruel et fascinant soit-il. Il m’a fallu des années pour comprendre que tout part de soi et non des autres. Se reconnecter à soi est un voyage merveilleux. Je vous adresse mes pensées chaleureuses.

  • la-cle

    Membre
    28 janvier 2024 à 12 h 01 min

    Je vous lis et je vous vois….

    Le chemin est parfois long et difficile mais l’issue est belle.

    30 ans pour effectuer ce chemin et me connecter à moi. Hypersensible j’ai toujours voulu porter la douleur des autres , sauver la terre entière, et en premier lieu ma mère. Je me suis brûlé les ailes…

    J’ai 52 ans , je me suis reliée à moi-même il y quelques mois grâce à une psychothérapie enfin porteuse de 3ans, une pratique de la meditation et le regard aimant de mon fils de onze avec qui je vis seule.

    Je raccroche ma culpabilité au porte manteau et je m’en vais vivre enfin.

    Ressentir la vie, d’abord en moi, à été le point de départ. Ressentir la vie autour la 2 ème étape. Et m’autoriser juste à me poser au milieu de cette vie, se sentir le droit d’être là. Voir que l’autre est aussi posé là à côté. On peut se regarder, se sourire, ou se parler …ou pas…Pas de jugement.

    Je commence à regarder l’autre sans peur….

    mes parents, surtout ma mère narcissique, sont dénués d’émotions, qui a fait de moi une enfant hypersensible, probablement hpe et un frère hpi, traumatisée, perdue.

    J’étais jusque là angoissée dans ce monde , sans repères. Et ce sont les émotions retrouvées , le faux self abattu, qui m’ont permis de me reconnecter à mes ressentis. Ici est la clé….

    La meditation, couplée à la psychothérapie m’ont permis une perception du monde différente.

    Tranquillement la peur s’envole et le bonheur la remplace.

    Le chemin est difficile mais il en vaut la peine.

    Je me fais opérer dans 8 jours pour un carcinome in situ canalaire du sein, diagnostiqué très très tôt. C’est une chance, et je le prends ainsi.

    Je suis sereine, car j’ai trouvé ma place, et j’accepte aujourd’hui les épreuves de la vie avec calme.

    Prenez le temps de renouer avec vos ressentis.

    Bien à vous

    Sandrine

  • Membre Inconnu

    Membre
    28 janvier 2024 à 16 h 44 min

    Bonjour Madder,

    Votre écrit m’a fait beaucoup écho, car nous sommes tous différents certes, mais je suis entièrement dans la même lignée que vous sur votre ressenti général, questionnements, constats.

    J’ai également trouvé « l’étiquette haut potentiel » sans avoir demandé à la connaître. On m’a rajouté de même la couleur de INFJT. Je souris donc en vous lisant et je vous reconnais dans cette perte de sens. Mais également sur ces questions existentielles.

    Je suis en cours de travail pour percer le mystère de cette perte de motivation à trouver une solution pour sortir de cela.

    Vous pouvez toquer à ma porte en m’écrivant, nous pourrons partager ou trouver des solutions à notre rythme.

    Je place également le partenaire amoureux comme étant presque le seul être qui donne sens à ma Vie… C’est inconcevable pour moi de composer sans. Cette donnée est révélatrice de plusieurs blessures.

    La principale clé est de trouver des personnes avec qui relationner (en dehors de la sphère amoureuse) pour avoir cette respiration, retrouver une ligne tutrice.

    Pas besoin d’une armée d’individus… J’ai aussi baissé les bras pour laisser une place à la sphère extérieur.

    Croyez moi, je vous comprends à 100%.

    Vous êtes dans un timing qui vous propose un changement. Pas d’inquiétude ou d’attente à avoir, vous êtes déjà en chemin.

    Ne perdez pas espoir…

  • Membre Inconnu

    Membre
    28 janvier 2024 à 18 h 28 min

    Merci beaucoup pour vos réponses, qui sont comme des étoiles filantes dans la nuit noire : de vives lueurs d’espoir.

    Aujourd’hui, j’ai été marcher, en montagne. Et j’ai croisé mon voisin éleveur de brebis avec qui nous sommes restés parler un long moment. Ça m’a fait un bien fou. Un petit rien qui a tout illuminé et refait ma journée. Comme quoi, vous avez raison, la joie n’est pas très loin. 🙂

  • stef-78

    Membre
    28 janvier 2024 à 22 h 14 min

    Génial ce petit moment … qui mine de rien résume tout. On est heureux finalement qu’à travers le regard des autres.

  • generatrice_de_vierges_chemins

    Membre
    29 janvier 2024 à 3 h 56 min

    Bijourr, mes félins te parrlent @ trraverrs moi.

    Être adulte moi je le définis spontanément comme le fait d’être matûre & indépendant[e].
    Comme conséquences on perd l’envie de jouer, l’aptitude @ s’émerveiller… Celle d’apprendre diminue & on a tendance @ vouloir imposer ses conceptions & manières de faire aux enfants & adolescent[e]s comme si elles étaient des vérités abouties & absolues.
    Ce qui manque le plus aux adultes pour moi c’est de considérer l’enfant comme leur égal[e] & de l’écouter véritablement, & de lui laisser une vraie liberté de décider {ce qui | la – le | responsabiliserait}, d’accorder autant de valeur @ ses opinions & goûts qu’@ celles – ceux des plus grand[e]s. C’est triste.

    voici les tableaux des tranches d’âge que j’identifie & leurs caractéristiques : http://chaelande.1s.fr/?identite_d_age

    & effectivement ne plus avoir de ”rêves‟ ou ne plus y croire ou ne plus vouloir se battre pour eux me semble être une autre conséquence vraie du fait de devenir adulte.
    Par contre j’ai foi que tout ce que nous disons ici devienne faux un jour. Qu’un jour les adultes soient heureu|x–ses|, insouciant[e]s, motivé[e]s pour apprendre, impliqué[e]s dans leur évolution personnelle, plein[e]s de projets. Qu’|elle–il|s comprennent enfin que non le but de la vie n’est pas d’avoir plein d’argent pour se | caser – poser |, fonder une famille & se reproduire & bouffer gras le week-end ensemble & puis c’est tout. Ce qui ira probablement avec une espérance de vie beaucoup plus longue & un état de santé meilleur.

    Mais rien ne vous empêche de déjà vous rapprocher de cet état… C’est vous-même qui comptez, vous n’avez aucune raison de vous conformer @ une norme sociale, @ un mode de vie standard. Votre responsabilité vous l’avez envers vous-même & envers l’humanité future, pas envers l’humanité actuelle.
    Vous pouvez le faire, avez besoin de le faire & devez le faire.
    Le changement commence maintenant…
    Vous êtes déjà réveillé[e]s : levez-vous & marchez.

    Maintenant en ce qui concerne le reste de ton texte n’oublie pas que c’est la crroyance qui crrée la rréalité… Tu Attires forrcément @ toi des expériences qui vérifient ce que tu penses.
    Si tu crois que les choses soient mauvaises tu as tord puisque c’est seulement ta disposition mentale qui les rend telles, & si tu crois que les choses soient bonnes tu as raison car cela travaille pour ton bien.
    C’est pour ça que c’est important d’exercer un contrôle sur ses croyances. Ça détermine ton futur proche. Ton vécu sera @ l’image de ta conception du monde·

    & on peut faire des choses incroyables & aller très loin avec ça. Je pense par exemple aux artistes qui ont longtemps dans l’ombre tout fait pour percer & ont toujours cru en elles – eux. Le jour où l’opportunité s’est présentée toutes les conditions requises étaient réunies pour en profiter & les voilà célèbres mais après en avoir raqué. Regardez par exemple Jul qui est si pauvre artistiquement mais qui manie @ merveille la confiance en lui & de par cet art fait ramper une massive part de la France…

    C’est tellement vrai que parfois ce que tu crois ferme vient te chercher pour te bousculer si ça crée une dissonnance dans la sphère mentale commune : comme quand tu es complètement blasée d’un certain type de personnes @ cause de plusieurs évènements, tu te le répètes en marchant puis en passant dans un quartier inhabituel tu en rencontres une qui se comporte totalement différemment & dément de manière indubitable ce dont tu étais persuadée.

    C’est le monde de la conscience qui te dit ‟Eh oh tu vas arrêter de diffuser ici des croyances dissonnantes aussi fortes ! On reçoit ça en pleine figure nous ! Change ta conception !”· Ta réalité fait écho @ ta croyance mais cette fois-ci de manière inhabituelle pour te secouer, ça se produit me semble-t-il quand tu as déjà appris un élément mais que tu as tendance @ l’oublier & repartir dans le mauvais sens car sinon l’en-haut te laisse faire tes erreurs.

    Moi c’est pareil en tant que princesse : je ne doute pas de l’être mais n’en parle plus & n’y pense plus depuis longtemps & pourtant les gens viennent régulièrement vers moi pour m’appeler ‾princesse‾, encore cette après-midi je suis sortie un peu @ cheval électrique pour étudier une partie de la conscience & trois personnes différentes en différents endroits sont venues @ moi ou se sont manifestées en m’appelant ‾princesse‾, c’est souvent sans même parler plus que ça comme pour me rendre leurs hommages…

    Moi @ moins que je sois très énergique & apaisée ça me terrifie quand les gens me parlent enfin ‾traumatise‾ plutôt, instinct de refoulement de la connection psychique, mon biochamp se rétracte énormément & je peux pas du tout employer la télépathie, mais c’est seulement l’autisme qui veut ça je sens bien en fond de télépathie leur bienveillance & ça me saoûle, je vais devoir neutraliser sa condition (pour pas qu’il se reprogramme) puis déprogrammer ce schème inutile & limitant.
    Je ne les connaîs pas vraiment pour la plupart mais c’est parfois même des gens que je n’avais jamais vues. & même celles qui m’aiment pas trop maintenant m’appellent ‾la princesse de [lieu]‾.

    & c’est normal, c’est un fait donc il n’y a rien d’étonnant @ ce que ça se concrêtise. Les faits qui me touchent s’alignent sur ma vérité.
    On peut tout créer, & même si une chose est trop énorme pour être créée sur Terre on peut la créer ailleurs. L’univers est un hôte interactif qui va dans le sens de ce que veulent y expérimenter les êtres qui s’y trouvent.
    Si vous avez l’impression contraire c’est que vous êtes privé[e]s de votre pleine puissance par absence d’harmonie avec vous-mêmes ou qu’un cycle d’épreuves est à terminer pour raison kar̃mique.
    Une création c’est une forme-pensée, une pensée de groupe ou même une égrégore voire un éon (super-égrégore ou égrégore d’égrégores), tou[te]s ces objets – systèmes – entités qui dirigent [au sens de donner la direction] les évènements physiques. & aussi bien les pires choses qu’on voit sur Terre que les meilleures prouvent bien qu’on peut tout créer.

  • bagayaga

    Membre
    29 janvier 2024 à 6 h 38 min

    Tu vas voir quand ton enfant va grandir. Et si même tu en as un autre et qu’ils sont deux sous ton toit. Les regarder grandir, interagir avec eux, apprendre d’eux c’est l’activité la plus satisfaisante au monde. Le lien que j’ai créé avec mes filles a lavé toutes les souillures du passé. Elles m’ont apporté les clefs pour avancer, que je croyais perdues. Quand je regarde la femme que j’étais avant et celle que je suis, c’est incomparable. Et d’ailleurs la dernière fois nous discutions ensemble et elles m’ont dit.-” Ben nan, toi t’es pas une adulte !” Et j’ai beaucoup souris. Car c’est vrai. Et c’est possible de ne pas l’être. Surtout avec ses enfants. Tu peux être pour eux autre choses que les standards attendus et la pression de la norme. Et en cela leur offrir une autonomie affective, morale, psychique et physique. Que lorsqu’ils te quittent, ils aient toutes les cartes en main pour commencer le mieux possible à ne pas être adultes non plus^^ Et pour l’amitié tout arrive… J’ai trente six-ans et j’ai rencontré une femme de quarante-huit ans à l’épicerie. Et je crois que c’est en train de devenir ma plus belle histoire d’amitié féminine. Et pourtant. Ces dix dernières années j’ai tenue à être seule.

    Sois indulgente envers toi-même. Je pense que ça commence par là.

    Et pour le monde injuste tout ça. Je vais te confier une phrase du philosophe Démocrite. Qui permet de lâcher prise. Enfin cela a été effectif pour moi. Tu en feras bien ce que tu souhaites.

    “Ce discours que j’ai abrégé exprès, remplit Hippocrate de surprise et d’admiration. II s’aperçut que, pour être véritablement philosophe, il fallait se convaincre en détail qu’il n’y a presque dans le monde, que des fous et des enfants. Des fous plus dignes de pitié que de colère ; des enfants qu’on doit plaindre et contre lesquels il n’est jamais permis de s’aigrir, ni de se fâcher”

  • jesseee

    Membre
    29 janvier 2024 à 20 h 16 min

    Témoignage touchant, je me reconnais beaucoup dans ce que tu as décris ! C’est vrais que c’est difficile d’avoir des rêves une fois adulte. On croit qu’on se connaît, et pourtant ! Je sais que c’est difficile et qu’il y’a pas de remèdes miracles qui fonctionne avec tout le monde. Mais moi pour me reconnecter avec mon esprit d’enfant (j’ai 32 ans). Je dois me dépasser. Crée l’euphorie. C’est très facile de s’enfermer dans une routine pas très satisfaisante et à vrais dire c’est normal. Mais il faut ces moments d’évasion. Je sais que beaucoup de hp, ont tendance à se renfermer sur eux même (et c’est mon cas) mais malgré tout. Il y’aura toujours des gens prêts à te suivre, il faut sauver personne, juste laisser quelques portes ouvertes pour qu’on puisse te découvrir ! Pour moi le sport a été libérateur, c’est grâce à ça que j’ai découvert qui j’étais réellement ! je suis devenu pompier et depuis j’ai retrouvé cette flamme qui brûle en moi. Non je ne suis pas pyroman ! 😜

    J’espère que se témoignage va t’apaiser. Les choses prennent du temps ! Les réponses sont en nous. Le plus dur c’est de se lancer!

  • Membre Inconnu

    Membre
    30 janvier 2024 à 15 h 29 min

    Merci à toutes et tous pour vos réponses, que je lis et relis encore. Chacune comporte une pépite qui réhausse et permet de se sentir moins seule, de retrouver de l’espoir.

    Merci à vous. 🙂

  • Membre Inconnu

    Membre
    6 février 2024 à 12 h 53 min

    Bonjour Madder,

    je suis nouvelle ici, je découvre ta présentation qui précède la mienne, j’y reconnais un passé pour moi et ton histoire me touche, j’espère que tu trouveras ce que tu cherches.

    Et pour la recherche, si tu aimes l’archéo-spéléo-ludo-logie, tu trouveras de nombreuses pépites dans les limbes du forum. Et de quoi former (et peut-être vivre) de nouveaux rêves sur ton chemin.

    Même si je viens d’arriver, je te souhaite la bienvenue ici.

Page 1 sur 2

Connectez-vous pour répondre.