Les verroux



  • Les verroux

    5e469f61d6cc8 bpthumb FredoZ mis à jour Il y a 4 mois 6 Membres · 16 Messages
  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    22 mai 2020 à 2 h 54 min

    Aujourd’hui, j’ai entendu le son caractéristique d’un déclic.

    Pourtant, à y regarder de plus près, il semble que les personnes assises à mes côtés, dans cette petite laverie de quartier, au coin de la rue Gabriel Devèze, n’ont absolument rien entendu ni remarqué.

    En mon fort intérieur, je m’étonne et m’insurge presque qu’ils continuent à s’afférer, dans la plus grande indifférence, alors qu’un événement que j’estime de la plus haute importance vient de se réaliser dans cet espace confiné.

    Mais je leur pardonne. Je leur pardonne de ne pas être dans ma tête.

    Probablement aurait-il fallu qu’un observateur attentif judicieusement placé face à moi, tout entier dévoué à l’analyse des expressions de mon visage, comprenne alors que la marche de mon monde venait d’être très subtilement modifiée, que je venais de me révéler à moi-même et d’accomplir quelque exploit personnel. Rien de moins.

    Oui, ce jour doit décidément être marqué d’une pierre blanche et je le marque d’autant plus volontiers, que j’observe un timide phénomène d’accumulation. J’ai déjà pu poser trois lourdes pierres blanches ce mois-ci et je me plais donc à croire qu’un chemin à bien été pris de ma part, du moins que quelque chose de petit et de bon est en construction, après plusieurs mois de marasme émotionnel. S’il est bien trop tôt pour l’affirmer, et que les certitudes sont dangereuses, l’espoir est bien là tout du moins.

    Les gens me parlent, mais je ne les entends que peu et surtout je ne les écoute pas.

    Bien souvent mon esprit dédaigne devoir fournir cet effort de concentration et de mémorisation envers mon prochain, de s’intéresser profondément et sincèrement à lui. Non pas que ce dernier ne le mérite pas ou que je m’estimerais d’une essence supérieure à la sienne, mais mon esprit se complaît merveilleusement dans l’égocentrisme et revient, encore et toujours… à moi. Il semblerait qu’autrui m’intéresse mais seulement sous certaines conditions: Il m’intéresse s’il me permet de parler de moi, s’il me montre une facette, une force, un trait de personnalité que j’admire et que j’aimerais cultiver et retrouver un jour en moi, ou bien s’il me permet de résoudre un problème que je ne peux démêler seule. Il m’aide lorsque les pensées omniprésentes deviennent particulièrement pesantes, malsaines et que les extérioriser est le seul moyen de pouvoir les classer et les faire évoluer vers le but recherché.

    Ainsi je ne prête réellement l’oreille et n’accorde la parole à mon prochain, que dans le but caché de ne penser qu’à moi, de ne parler que de moi, mon cerveau prompt à toujours faire des liens. L’égocentrisme est une discipline que je pratique avec un talent certain, je dois l’admettre. Je suis un sujet dont je ne me lasse jamais (ou faussement). D’ailleurs, quel est le but de tous ces tourments futiles que je m’impose, si ce n’est de passer le temps et d’avoir la satisfaction plus tard de pouvoir les résoudre et de me convaincre de mon propre pouvoir, de ma valeur…

    Parfois, quand la détresse (que je m’inflige) est grande, quand je me suis trop jouée de moi, j’essaie pieusement “d’écouter” l’autre. Dans ces moments là : tout est bon à prendre. Souvent d’ailleurs je n’hésite pas à demander conseil à tout le monde, même aux cordonniers les plus mal chaussés, convaincue que si je ne trouve pas la réponse en moi-même, alors aucune autre piste, même la plus saugrenue ne doit être exclue. La réponse doit impérativement être trouvée, elle est là quelque part.

    C’est alors que parfois, la perversion se renforce. On me donne la réponse, à plusieurs reprises, de différentes manières, pendant plusieurs années mais elle ne rentre pas. Mon esprit se refuse d’ouvrir la bouche ou bien de digérer.

    Parce que tel un enfant têtu, il décide qu’il ne cédera pas. Peut être maintient-il la frustration pour d’autant plus apprécier le goût du bonbon plus tard ? Peut-être cherche-t-il à préserver ce nœud pour en rendre le dénouement d’autant plus heureux.

    Peut-être aussi tout simplement n’est-il pas encore câblé pour en capter la fréquence.

    Il conçoit rationnellement le problème ainsi que la solution (théorique ou pratique) mais ne pouvant ni rattacher cette solution à une émotion profonde, ni à une expérience de vie, ni même à un impératif de survie…il la balaie négligemment ou discrètement d’un revers de la main. Le problème alors demeure, encore et encore.

    Aujourd’hui, une personne s’est tournée vers moi pour obtenir conseil, me questionner, sujette au doute quant à ses aspirations profondes et à son chemin de vie. L’occasion rêvée pour moi de parler de MOI. C’est donc grâce à elle que j’ai eu un déclic et grâce aux nombreuses tentatives ratées précédentes.

    Depuis un certain temps, j’oscille entre deux pôles :

    • L’acceptation de mon Être: me porter un amour véritable, m’accepter comme je suis, maintenant, voir la “merveille” en moi, comprendre que je suis, déjà. M’ancrer dans le présent.

    • Le refus de mon Être et l’impératif de changement: le besoin d’accomplissement, de tendre vers une meilleure version de moi-même, le refus d’accepter mes limites – qui s’imposent à moi et que je ne peux objectivement nier (!) – et le désir d’aller aussi loin qu’il me serait possible. La quête insensée de la perfection – tout du moins d’atténuer ma médiocrité – et l’espoir un jour, de pouvoir “enfin” franchir une quelconque ligne d’arrivée et obtenir une quelconque récompense. D’ailleurs “n’est-il pas triste de ne jamais changer, de rester “la même” toute sa vie?”

    Faut-il s’accepter ou faut-il changer ?

    A quelle Église, à quel saint se vouer ?

    Une fois la ligne d’arrivée franchie…que faire? En créer une nouvelle ? S’asseoir ?

    J’étais capable de concevoir intellectuellement que la perfection n’est qu’un concept et n’existe pas…sans pour autant accepter d’y renoncer, de ne pas chercher à m’en rapprocher.

    J’étais capable d’entendre et de me répéter que ce qui compte “c’est le chemin parcouru”. De valider l’idée que la récompense arrive en différé, quand on ne l’attend plus, la ligne apparaissant alors derrière notre épaule.

    Je comprenais le concept de patience, de bienveillance et la logique des petits pas.

    Mais je n’en étais pas moins incapable d’application. Je n’en fantasmais pas moins sur l’avenir, je ne gardais pas moins les yeux fixés sur une invisible ligne d’arrivée mouvante, espérant une “fin” à cette lutte constante.

    On pouvait bien me parler d’exigence abusive, de masochisme, de parent intérieur persécuteur, ou de maltraitance…je n’en voyais pas moins là une utilité réelle, le carburant qui me permettait d’avancer.

    Les timides ponts entre ces deux pôles, que certains me proposaient parfois, à savoir : “tu deviens une meilleure version de toi même en t’acceptant telle que tu es“, OU “avance avec bienveillance” étaient entendables, logiques et de surcroît plaisants mais là encore, malgré tout, je ne captais pas sur du long terme cette fréquence, finissant toujours, tôt ou tard, par revenir dans cette danse entre deux pôles a priori antagonistes.

    Aujourd’hui je crois avoir réussi à faire un lien. Du moins, à enfin m’approprier, reformuler, imager le lien que tant de personnes ont cherché à me faire comprendre, tant de fois, en vain.

    En fait, ma ligne d’arrivée n’est ni devant, ni derrière mon épaule. Elle est l’espoir, la confiance (dans) et la conscience aigüe du pas.

    “Z’avez rien compris ?”

    Eh bien oui, désolée…

    Mais que voulez-vous…Je ne suis pas la Reine des Kassos pour rien. C’était mon verrou, un de mes verroux, et maintenant j’ai enfin une image et des mots qui font sens pour moi…

    C’est guidée par une peur de l’oubli de cette journée, de cet instant conscient, que je me suis efforcée de l’écrire noir sur blanc, comme pour ancrer ce souvenir profondément dans ma mémoire et le rendre (idéalement ?) indélébile.

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    22 mai 2020 à 3 h 13 min
  • .

  • 5e469f61d6cc8 bpthumb

    FredoZ

    Membre
    22 mai 2020 à 4 h 16 min

    @MujerKassa

    Tout d’abord, bravo pour la qualité de ton écriture. C’est limpide et fluide, et je n’ai pas “Z’avez rien compris ?”. Et merci pour nous confier tout cela.

    Etre le centre de “son” monde est une chose, être le centre du monde en est une autre.

    Ma question simple de vieux “sage”: comment souhaites ou penses tu terminer ta vie ? Seule ? Entourée ? répondre te permettrait peut être d’y voir plus clair et faire des choix qui ne feront que t’appartenir.

    Bonne journée.

  • 5d2a2cb085eb8 bpthumb

    bagayaga

    Membre
    22 mai 2020 à 6 h 54 min

    Pour avoir tout renier pendant trente ans et frôlé l’extinction massive, je t’encourage à rester toi même.

    Nous sommes souvent guidé par un héritage judéo-chrétien qui certes nous a autorisé à vivre en plus grand groupe, mais au détriment de notre individualité. Et surtout avec un art de la culpabilité tellement délétère…

    Sois toi même, tout les autres sont pris^^(Oscars Wilde).

    Bécot Cassos.

  • 5e538ff590b75 bpthumb

    Max

    Modérateur
    22 mai 2020 à 8 h 52 min

    Ouaip… Il y a des nuits comme ça, on n’arrive pas à dormir, on s’autoflagelle et on raconte des conneries…

    Tu te trompes mon petit marron glacé, tu t’intéresses aux autres, on a un peu discuté en privé et tu ne m’as presque pas parlé de toi, tu as patiemment suivi mes déboires professionnels, on se marre, mais a aucun moment tu n’as été égocentrique.

    Par contre, le fait qu’à 3h du matin, cette question te tarabuste montre que tu as beaucoup d’exigence envers toi-même. Et si tu te foutais la paix un peu ?

    Je te provoque, mais en toute amitié, tu le sais…

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    23 mai 2020 à 21 h 48 min

    Merci à tous pour vos messages (ici ou en MP).

    @FredoZ ,

    Comment souhaites ou penses-tu terminer ta vie ? Seule ? Entourée ?

    je pense qu’on termine sa vie inévitablement comme on la commencée : seul

    C’est sûrement lorsque j’ai compris que je serai ma compagne la plus fidèle que j’ai commencé à me questionner sur mon fonctionnement d’ailleurs. ^^

    MAIS… ta question mérite vraiment d’être débattue tant pour moi ces termes ne sont pas antagonistes. J’ai rédigé un bon gros pavé…mais je ne suis pas convaincue que ce soit le meilleur endroit pour le poster …^^

    @Bagayaga, j’espère qu’un jour nous en parlerons en mp.

    @Max , mon puduc ! ^^ nous ne nous “fréquentons” que depuis trop peu pour pouvoir juger de nos caractères respectifs ! mais je te remercie de chercher à me passer de la pommade (même si le but de mon message n’était pas d’obtenir un démenti mais d’exposer une prise de conscience, mal mise en avant il est vrai dans mon texte puisque c’est ce dont je parle le moins ! ^^); Mais merci ! :*

  • 5d9c58430463a bpthumb

    Momosse

    Membre
    23 mai 2020 à 22 h 30 min

    Très joliment écrit ma chérie… J’ai pu te lire presque complètement !

    Je suis (au moins) aussi égocentrique que toi et perçois cela d’une façon globalement équivalente.

    Je n’ai par contre aucun doute sur ma valeur profonde et je n’ai pas en tête d’atteindre une quelconque “ligne d’arrivée” (existentielle)… Ce qui n’influe en rien sur notre volonté assez commune de tendre vers une hypothétique perfection et ce, quoi que, à mon sens ce concept n’est pas une exigence absolue puisque je m’inscrirais plutôt dans une démarche d’évolution naturelle dont je pense qu’elle l’induit en soi et sans nécessité de me définir un objectif à atteindre (matérialisé ou idéalisé) dès lors que je m’y retrouve en toute objectivité…

  • 5d9c58430463a bpthumb

    Momosse

    Membre
    23 mai 2020 à 22 h 46 min

    Quand j’écris que “je m’inscrirais plutôt dans une démarche d’évolution naturelle dont je pense qu’elle l’induit en soi“… Je voulais dire que pour moi, cette démarche naturelle induit que j’évolue (et non pas forcément que je tends par là nécessairement vers une perfection (notion très personnelle))…

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    23 mai 2020 à 22 h 47 min

    Mon poussin,

    Je suis choquée que tu ne m’aies pas lue en entier (!) mais puisque tu l’assumes et participe agréablement au fil …je te pardonne.

  • 5d9c58430463a bpthumb

    Momosse

    Membre
    23 mai 2020 à 22 h 57 min

    Ne sois pas choquée ; Je lis très peu de mots ici (ou ailleurs)… La lecture est spécialement et toujours un exercice fastidieux pour moi mais au contraire, tu devrais te féliciter d’avoir su attirer mon attention et de l’avoir retenue assez longtemps pour que je puisse te complimenter sur ta qualité d’écriture et sur l’intérêt de ce que tu exprimes à mes yeux.

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    23 mai 2020 à 23 h 26 min

    Je crois que c’est à ce moment là, que je devrais dire qu’en réalité je me cogne de tous les commentaires et répéter que je ne tire ma satisfaction que du plaisir de me dire…

    Mais je crois ne duper personne quant à la place que je peux accorder au regard des autres.

    Regard dont je vois difficilement comment il est possible de “pleinement” et continuellement se passer, de toute manière, ne serait-ce que pour des considérations basiques de survie par exemple (manger, avoir un toit, une sécurité minimale… relève parfois totalement du regard qu’un individu pose sur son voisin, puisqu’il conditionne le geste) ou même pour justifier les inventions ou créations de moult humains.

  • 5d9c58430463a bpthumb

    Momosse

    Membre
    23 mai 2020 à 23 h 38 min

    On ne peut s’exonérer des regards et évaluations extérieures… Je voudrais également pouvoir le faire complètement… Mais c’est impossible si tu es simplement conscient et ce n’est d’ailleurs même pas réellement souhaitable tant on ne peut nier que les autres nous sont un tant soit peu nécessaire pour notre propre évolution et comme ils peuvent participer (plus rarement) à notre bien être personnel…

  • 5e8aa3c06fde9 bpthumb

    Zelos

    Membre
    24 mai 2020 à 1 h 05 min

    @olbius

    Normal que ce sujet s’affiche différemment des autres ? (voir screenshot)

    @MujerKassa

    Ca a l’air intéressant, je n’ai lu qu’une p’tite partie en diagonale, mais je le mets de côté pour plus tard, je n’ai malheureusement pas le temps en ce moment, les pavés attendront !

  • 5e469f61d6cc8 bpthumb

    FredoZ

    Membre
    24 mai 2020 à 10 h 00 min

    @MujerKassa

    pourquoi dis tu que l’on commence sa vie “seul” ? jusqu’à preuve du contraire on a au moins une mère (dans le cas commun bien entendu ), donc on est au moins deux ?

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    24 mai 2020 à 14 h 38 min

    Salut @Zelos , bon courage pour ton taff !

    @FredoZ : ” On naît seul, on vit seul, on meurt seul. C’est seulement à travers l’amour et l’amitié que l’on peut créer l’illusion momentanée que nous ne sommes pas seuls” – Orson Welles

    Si bébé, tu ne peux effectivement pas survivre sans ta mère, puisque ton sort repose entre ses mains, n’en reste-t-il pas moins que dès lors que tu quittes son ventre et vois le jour, tu es voué à devenir un être à part entière, doué d’une conscience propre ?


  • Affichage des publications 1 - 15 de 16

    Connectez-vous pour répondre.

    Article Original
    0 de 0 messages Juin 2018
    Maintenant

    New Report

    Close