Des difficultés relationnelles que je ne parviens pas à résoudre

  • Des difficultés relationnelles que je ne parviens pas à résoudre

    Publié par felicia le 5 avril 2023 à 20 h 35 min

    Je viens vous demander votre avis sur des difficultés qui reviennent régulièrement dans ma relation, difficultés dont je ne sais pas quoi penser et qui commencent à m’impacter un peu trop fort.

    Que penser d’une personne qui rejette systématiquement la faute sur vous dans un couple et qui ne sait pas réagir autrement que sur la défensive ?

    Avez-vous connu cela ?

    Quand il arrive un problème dans une relation, j’estime quand même très souvent que les deux personnes y ont leur part de responsabilité. J’essaie en général de reconnaitre la mienne et de travailler dessus, je ne dis pas que j’y réussis toujours mais je fais au moins la démarche, mais mon conjoint lui ne fait pas du tout de même : pour lui, c’est moi qui créé le problème dans la plupart des cas, et comme c’est moi qui créé le problème, il n’a aucune raison de se remettre en question.

    La deuxième chose aussi qui m’interpelle, c’est qu’il m’est interdit d’être agacée, déçue, énervée ou stressée par certaines de ces attitudes, je n’ai pas le droit d’exprimer ces émotions car il les prend très mal, pour lui, je n’ai pas à ressentir cela. Par exemple, je n’ai pas à ressentir de la lassitude quand je l’attends depuis une heure, par exemple. C’est comme si au final il évaluait ce que je devais ressentir en fonction de sa perception à lui et que tout ce qui est en dehors de sa propre perception n’a aucune raison d’être. J’avoue que cette attitude là est hyper destructrice pour moi à la longue, j’en viens à douter de moi, à me demander si ce que je ressens est valide ou non et à devoir reconstituer tous les faits pour bien me rappeler pourquoi j’en étais venue à ressentir une banale émotion.

    Et la dernière chose, qui est sans doute lié, si je lui fais une remarque anodine, sur une chose par exemple qu’il a oubliée, disons que ça sort comme ça, pour moi, ce n’est pas quelque chose de grave, lui peut le prendre au contraire comme une accusation très grave, réagit sur la défensive et se met à me rappeler que moi aussi j’ai des défauts, comme pour essayer de rétablir dans sa tête un équilibre qui lui semblerait mis à mal.

    Est-ce que tout ce que je raconte relève au final de problèmes de couple courants et plutôt banals ou est-ce qu’il y a un problème plus grave que je ne perçois pas dans ces situations ?

    felicia a répondu il y a 4 mois 7 Membres · 11 Réponses
  • 11 Réponses
  • byaku

    Membre
    5 avril 2023 à 21 h 10 min

    Que penser d’une personne qui rejette systématiquement la faute sur vous dans un couple et qui ne sait pas réagir autrement que sur la défensive ?

    Il faut changer de copain/copine. Il n’y a rien à tirer d’une personne incapable de se remettre en question, d”assumer sa part de tort ( quand un couple bat de l’aile ce n’est JAMAIS la faute d’un seul des 2 ) et qui prend tout de travers. Mon pronostique ? Ca va empirer et vous allez rompre. Et plus ca traine plus il ou elle t’en fera baver.

    Avez-vous connu cela ?

    Oui, et c’est sans espoir. C’est ( expression à la mode ) absolument toxique et les chances de renverser cela sont si minces que je n’ai même pas envie de les prendre en considération. Certes il y a des poissons volants, mais ce n’est pas le plus gros de ce qui compose les océans.

    Quand il arrive un problème dans une relation, j’estime quand même très souvent que les deux personnes y ont leur part de responsabilité […] et comme c’est moi qui créé le problème, il n’a aucune raison de se remettre en question.

    Comme je réponds souvent ligne après ligne je n’avais pas encore lu ca ^^ Du coup tu en arrives à la même conclusion que moi non ? Je pense que tu sais toi même que c’est voué à l’échec mais que tu as besoin de l’entendre d’autres personnes. Alors listen carefully broz => casse toi vite vite vite ! 🤷‍♂️

    La deuxième chose aussi qui m’interpelle, c’est qu’il m’est interdit d’être agacée, déçue, énervée ou stressée par certaines de ces attitudes, je n’ai pas le droit d’exprimer ces émotions car il les prend très mal, pour lui, je n’ai pas à ressentir cela. Par exemple, je n’ai pas à ressentir de la lassitude quand je l’attends depuis une heure, par exemple.

    Bordel avec le tableau que tu en dresses j’espère au moins qu’il a une énorme bi** 🤣 Désolé pour cette touche d’humour d’une grande finesse mais … il a des qualités quand même ce gugusse ou est-ce que ce ne serait pas juste une énorme merde en fait ? Si oui, qu’est-ce que tu fous avec ca ?

    Est-ce que tout ce que je raconte relève au final de problèmes de couple courants et plutôt banals ou est-ce qu’il y a un problème plus grave que je ne perçois pas dans ces situations ?

    Malheureusement ca devient de plus en plus banal j’ai l’impression … mais ce n’est pas pour autant que c’est normal. Est-ce que c’est notre société actuelle qui crée autant de gens mal dans leurs peaux, paranos, égocentrés etc … je n’en sais rien. Quoi qu’il en soit ce n’est pas normal dans un couple que l’un des 2 soit la serpillère de l’autre. Tout ce que tu racontes relève d’un couple qui est déjà en état de mort cérébrale et qui n’attend que l’avis du médecin légiste pour le confirmer.

    Désolé si ma façon d’exposer les choses est un peu brusque. J’ai oublié mon tact dans mon autre pantalon.

    Bonne soirée et surtout bon courage pour endurer ce genre de situation merdique que je ne connais que trop bien.

  • Membre Inconnu

    Membre
    5 avril 2023 à 21 h 29 min

    @Felicia comment est-il avec les autres ? Est-ce qu’il réagit comme cela avec toi en public ?

    Ce n’est pas comme cela que ça fonctionne dans les couples.. Il y a manque de considération et de respect que tu ne devrais pas accepter.

    Tu as bien raison de garder en tête l’origine de vos prises de tête afin que tu puisses prendre le recul nécessaire et voir que tu n’y es parfois pour rien. Si tu veux continuer une relation avec lui, tu devras accepter qu’il n’a pas confiance en lui et tu ne peux pas le changer. Pour rendre cette relation vivable, tu devras sans cesse le brosser dans le sens du poil… Je ne suis pas sûre que ce soit ce que tu veux.

  • skhaar

    Membre
    5 avril 2023 à 21 h 57 min

    Bonsoir Felicia,

    Une relation n’existe qu’entre 2 personnes. Par définition, une relation est bilatérale. Par conséquence de la définition, s’il y a une difficulté de n’importe quel ordre dans une relation, les 2 parties sont “en cause” et peuvent “résoudre le problème”. Ca ne veut rien dire de rejeter une faute sur un principe de relation.

    Tu as ton fonctionnement, il a le sien ; soit il y a acceptation, compromis ou solution alternative, soit il y a rupture. Et si le sujet est important, la rupture devient inévitable, à plus ou moins long terme.

    Toute la question réside donc dans le sujet, et les caractéristiques que chacun y projette.

    Exemple : ma femme ouvre les volets mais ne les accroche pas. Ca m’énerve. Mais je les accroche puis j’oublie : ce n’est pas important. Si c’était important, ce serait une source récurrente de conflit. Et un conflit qui ne se résous pas finit par suppurer. Ce n’est qu’une question de temps, relatif à l’importance et à la résilience des concernés.

    En bref, parles-en ouvertement ; si aucune solution n’est envisageable, la relation ne pourra plus progresser en bien…

    Je suis un peu cru, mais le plus honnête possible, désolé si c’est dur à entendre.

    Et bon courage à toi !

  • felicia

    Membre
    6 avril 2023 à 15 h 09 min

    Merci à tous pour vos réponses, que j’ai lues avec attention (même plusieurs fois !!) et qui me permettent de prendre déjà un peu plus de recul sur la situation.

    Et pour être tout à fait juste : je n’ai ici détaillé que les difficultés rencontrées car elles sont récurrentes et qu’elles sont dures à vivre, pas la relation dans son ensemble, qui ne se résume pas bien sûr qu’à ces difficultés.

    Je vais réfléchir à tout cela pour voir quelle voie suivre.

  • la-zouill71

    Membre
    20 mai 2023 à 2 h 46 min

    Bonsoir,

    J’ai cerné assez bien, je pense le souci…

    Je vois clairement que cette personne, c’est peut-être lassé diront nous, de cette personnalité hyper-émotive chez vous et en conséquent, il a pus probablement pu changer du jour au lendemain tout ou presque, c’est ainsi une vengeance qui sera inconsciente chez lui, et de ce fait, il tente de passer le message ainsi, mais il est sans doute sûr qu’il vous aime vous et peut-être également la famille que vous avez construite, car je remarque le comportement parental et du fait également qu’il y puisse y avoir peut-être en plus cet atypique dont il n’imagine pas l’importance de cela et donc de ce fait, il me semble parfaitement logique qu’à ses yeux tout ne serais pas votre faute à vous, mais de cette pathologie probable ou avéré, mais là où c’est flou est effectivement que vous êtes la porteuse probable de cette pathologie probable donc encore une fois visé indirectement, mais il y a aussi le côté à paraitre faible de ressentir autant de chose ou enfin de montré une certaine sensibilité” (exemple autre cas, je vis au sein du domicile familial depuis toujours dû également à un passé compliqué et donc à leurs yeux, je suis le Caliméro, la science infuse enfin, ils ne reconnaissent pas cette différence et sont mauvais par indifférence à cela et cela me fait terriblement souffrir, je me sens donc seul, rejeter, incompris et coupable de tout et ne sait rien faire et surtout en qui on ne peut avoir confiance, d’ailleurs, a ce même domicile parental y vit mes 3 petits frères et les 2 plus jeune 14 et 21 ans en sont même mauvais et pire à me faire littéralement souffrir par cette attitude où à leurs yeux, je serais un étranger total… position très délicate et compliquée à vivre en permanence…!! il faut se battre jusqu’à ce qu’il puisse ouvrir les yeux et s’il est ouvert à cela, il comprendra un jour et sera ainsi très mal pour ce tors qu’il vous est causé et je suis presque certain, je vois probable 2 enfants assez jeune allant jusqu’à 4 ou 5 ans

  • auto-smiley

    Membre
    26 mai 2023 à 2 h 35 min

    @skhaar Pas du tout d’accord avec toi, enfin pas tout à fait en tout cas… Rien de grave mais ça me semble important à dire => Je vais m’expliquer.

    Surtout dans le cas où ça pourrait servir de conseil à la personne qui le demandais en 1er ici…

    NON (en tout cas c’est mon avis) les problèmes, y compris de dialogue, ne sont pas toujours entre les deux parties concernées. J’ai longtemps pensé ça également, mais ça (surtout depuis que j’ai dû affronter des problèmes personnels, la perversion narcissique de mon propre père destructeur toxique psychologique, depuis que j’ai dû apprendre à me remettre en question mais aussi parfois à me protéger etc) je ne le pense plus du tout ainsi et je pense que ‘voir les choses ainsi’ peut s’avérer particulièrement pernicieux pour la santé mentale et le devoir de chacune & chacun de faire le tri dans sa vie… Pas facile, mais il faut tomber de l’angélisme. Et l’Angélisme : c’est un sacré vilain piège ! Nous ne sommes pas des Anges, nous faisons des erreurs qui causent du tort et qui en causent davantage si nous les répétons sans progresser en conscience etc, et l’Humain sans conscience est plutôt un Être particulièrement capable de blesser qu’autre chose même s’il a une énorme capacité d’amour potentiel => c’est plutôt rarement développé/exploité, en gros… Et pour “ne pas être trop trop malveillant” il faut une sacrée masse de remise en question et d’analyse et même plus que ça c’est-à-dire “tout ça” sur une base d’expérience significative (sans verser dans le “mental” à 200% non plus => la logique commence dès la 1ère intuition et l’émotion en reste le guide principal ou quelque chose comme ça). Désormais je vois plutôt ça comme une Balance, une histoire de ping-pong qui amène une certaine répartition dans l’interaction, avec des torts plus ou moins partagés à la finale, et un ensemble plus ou moins à l’équilibre. Rarement ça va tomber proche de “pile au milieu” et même très souvent (lorsque ça s’installe sans résolution très facile) c’est justement parce qu’une des deux parties fait obstacle sérieusement et il faut dans ce cas, le plus courant, être résolu à soit résoudre en urgence, s’exprimer fort, soit laisser tomber et quitter la place faire au dialogue pour se préserver un minimum.

    Rare sont les fois où je suis tombé sur quelqu’un de Bien, qui me prenait un moment à tort pour quelqu’un de Mauvais, et devoir s’expliquer un minimum, se comprendre etc => mais ça arrive, et ça m’est arrivé sur ce site (sans vouloir citer “qui” est concerné ^^ pas la peine de faire étalage etc)… Ça demande d’écouter, comprendre le malentendu, essayer de s’expliquer etc. Pour moi, si quelque chose “comme ça” arrive => c’est pratiquement fichu, pour des raisons personnelles je risque d’avoir trop de difficulté à devoir dépasser des blessures et entretenir des trucs difficiles mais au moins ça sert à quelque chose : progresser, se remettre en question etc, et c’est toujours un bienfait. Et ça n’empêche pas de voir que le problème se situe effectivement “entre les deux personnes” (l’incompréhension) => souvent il y a (dans ce cas assez exceptionnel je pense) une façon trop différente de fonctionner, des a priori à devoir dépasser pour finalement s’apaiser etc.

    Mais la plupart du temps, malheureusement, ça n’est pas franchement “ça” qu’on affronte dans la vie, cette “dualité compliquée de points de vue différents” je veux dire (et pas du tout facile à synchroniser mais hypothétiquement possible/souhaitable => dans le cas précédent ^^) => la plupart du temps, on va tomber sur des personnes beaucoup trop incompatibles, ou là franchement c’est une autre Histoire… Où généralement une des deux personnes est clairement en cause dans son tort, plus que l’autre je veux dire, au moins concernant un évènement isolé ou une problématique précise. Les torts peuvent être partagés dans une certaine mesure, aussi, et même ça arrive souvent ; ou (ce qui est à mon avis d’après mon expérience très courant également) se “désynchroniser dans des torts partagés” je ne vois pas ‘comment’ dire ça autrement… Dans le sens 1) une personne fait quelque chose pas Top, ne s’en rend pas compte 2) l’autre personne réagit mal à cela etc etc. Les deux personnes peuvent avoir à se remettre en question, et c’est clairement avantageux de le faire, parce que ça développe de la compréhension de l’expérience positive etc. SAUF que, dans beaucoup de cas, ça sera extrêmement difficile voire impossible tout court. Il suffit qu’une des deux personnes soit (un temps soit peu) largement plus en cause et ne fasse pas l’effort de se remettre en question, ou avant “ça” de comprendre, ou encore avant “ça” d’être sensible au problème présenté => et c’est le blocage assuré.

    D’où (je raccourci mon pavé enfin j’essaie) => l’éloge de la fuite ! En schématisant de façon assez caricaturale, mais pas de façon idiote non plus : lorsqu’il y a trop de souffrance, de blocage dans une situation d’incompréhension et/ou de manque de dialogue, de manque de volonté de résoudre ALORS il reste 1) le suicide 2) le meurtre 3) la fuite… L’idée c’est qu’évidemment il faut TOUJOURS choisir la fuite. Et “très rarement” (c’est le moins qu’on puisse dire) la meilleure fuite se fera dans le dialogue… Le dialogue pour éviter l’accumulation de souffrance, AVANT ça, bien évidemment ! Mais jusqu’à un certain point. Et donc il faut être attentif aux limites de l’autre, à ses limites, à exprimer la vraie nécessité de résoudre (autant à l’autre qu’à soi) => mais il faut que les DEUX participent pour que le problème se situe véritablement au milieu de la table, et ça, finalement, c’est assez exceptionnel dans une Vie au regard de l’ensemble des relations qu’on peut avoir en totalité. Donc il faut bien voir que la plupart du temps il va falloir surtout faire des choix : de fuite, toujours, de façon très symbolique, le reste étant toujours synonyme de “mort” (relationnelle, mieux vaut que ça ne soit que ça). Et “par le dialogue” pour éviter de garder une mémoire “non résolue” du malentendu lorsque c’est préférable et lorsque c’est possible, parfois, mais c’est assez rare en définitive.

    Parler pour ne rien dire, ça oui on peut toute la journée… Mais avoir la chance d’un échange qui fait un éclaircissement, c’est tout de même assez exceptionnel si on relativise par rapport à la globalité et parfois il faut s’y obliger un peu lorsque l’enjeu est important (parent divorcé je connais ça ^^)… Et ça prend du temps. Souvent, avec des personnes peu enclin à l’écoute et au dialogue : c’est une perte de temps épouvantable, et il faut savoir identifier que les choix oui c’est “dur” à faire mais ce n’est pas “mal” et absolument nécessaire pour avancer. Il ne s’agit pas nécessairement que l’autre ne veut pas dialoguer/comprendre, souvent il s’agit d’une sorte d’incapacité à le faire d’une façon ou d’une autre tout simplement.

    En espérant amener ma petite contribution à la réflexion, ce qui m’aide dans mon cas à faire une petite synthèse non négligeable pour faire le point rapidement sur 2 ou 3 trucs dans mon cerveau ^^.

  • auto-smiley

    Membre
    26 mai 2023 à 3 h 00 min

    @felicia => à ta place je réfléchirais à l’idée de fuir totalement sans la moindre explication, ou en tout cas pas trop, et y réfléchir avant ça pour être en conscience de ce qui motiverait “ça”… Mais c’est à toi de voir… (j’ai lu ton explication après ma réponse au truc que disait @skhaar qui m’interpellait ^^) En tout cas, tel que tu décris ta situation => perso, intérieurement je me dis “WTF” 😅 genre “y a des limites largement franchies là” à mon humble avis ==> et si tu ne peux même pas en parler, Alerte Rouge, les gens tordus qui ont un sérieux problème d’écoute, de remise en question ou qui déforment toujours la réalité de façon totalement foutraque etc, ça existe ; ça n’est pas “juste pour faire peur aux enfants”. 😏 Savoir garder sa fierté quand on est une bonne personne, surtout quand on dit les choses, se plaindre mais pas trop, c’est important ! Et se blinder des “fausses excuses” aussi, Be Careful… Parce que les gens qui n’écoutent RIEN et qui ensuite se victimisent, ou s’excusent puis recommencent de plus belle : y aurait de quoi remplir un Enfer 10 fois plus gros que notre planète, tellement ils prennent de place de façon imagée bien sûr. Les gens avec/pour qui les excuses sont valables, ça existe aussi, mais là encore c’est super rare et normalement ça témoigne d’une vraie prise de conscience ou alors c’est un piège compliqué (dialoguer pour savoir le fin mot de la vérité des prises de conscience, des possibilités etc). Le plus souvent, a fortiori dans une histoire d’amour saine, les petits conflits ou malentendus sont censés se régler dans le dialogue et assez facilement ; tout dépend de la limite qu’on pose à propos de ce qu’on peut ou veut supporter. Dernière chose qui me semble importante : au-delà des mots, il s’agit de bien savoir les correspondance, compatibilités/différences, de chacune des deux parties, sinon c’est l’impasse assurée… Il y a des trucs qu’on ne peut pas “résoudre” dans le dialogue, et ça même avec le meilleur dialogue possible, et à mon avis on gagne du temps à le savoir très vite. Je sais pas si ce que je te dis t’aidera mais bon, comme on dit “on en sait jamais.” 🤷‍♂️ Bon courage

  • felicia

    Membre
    26 mai 2023 à 7 h 30 min

    Merci pour vos dernières réponses.

    La situation a un peu changé depuis.

    Afin de me préserver : j’ai cherché chez moi ce qui pouvait me rendre moins sensible dans les situations où cela se produit et je l’ai trouvé. J’accordais trop d’importance à son point de vue à lui et moins au mien, maintenant, je relativise, et je me permets effectivement de partir quand j’en ai assez. C’est donc devenu moins lourd à vivre, d’une manière générale, quand un désaccord se présente.

    De son côté, il y a effectivement un très gros blocage, mais qui vient du modèle relationnel reçu dans l’enfance. Il travaille dessus et sans doute que cela va prendre du temps, même si il y a déjà des résultats. Certains modèles reçus, les choix que l’on fait et les circonstances de la vie peuvent parfois amener certaines personnes à courir après quelque chose d’impossible et à se fermer sur le plan émotionnel.

    Et sinon @ dr-imiti : je partage quasiment exactement la même approche que toi des relations de couple. Quel plaisir ce fut de te lire… On se sent moins seul !

  • auto-smiley

    Membre
    1 juin 2023 à 1 h 57 min

    Oh tant mieux ! C’est vrai que rien ne se passe sans mesure, sans partager les rôles et les efforts… Merci pour ton retour, j’apprécie vraiment, j’y vois là une sorte de reflet de mon chemin parcouru, simplement. Comparé à maintenant, sur de tels sujets (psy-couple) c’est hallucinant “combien” je ne savais rien, simplement en remontant de quelques années. Qu’est-ce que j’ai consacré du temps à l’Analyse, ou quelque chose comme ça, c’est ouf !!! Ce qui parle à mon avis de ma capacité par rapport à moi-même, en définitive, avant tout, et des trucs assez basiques au final et que n’importe qui peut savoir sans être HPI mais qui demande analyse & expérience OU éducation-positionnement-conviction, quelque chose comme ça je pense. Ça dépend des personnalités des gens, de l’éducation qu’ils reçoivent aussi. Dans mon cas : personnalité pas directement formée à la force de conviction, trop romantique sensible, ennéagramme 4^3 alpha (qui “construit” vers le 1 et “déconstruit” vers le 2) j’ai eu besoin de masse d’analyse sur une base d’expériences très fortes et donc c’était pas de la tarte pour mon cas perso… Mais l’idée c’est d’essayer d’être Soi, avant tout effectivement, ne pas être trop l’un sur l’autre ou en attente du regard de l’autre, c’est aussi un équilibre important à trouver c’est sûr. C’est rare les gens qui comprennent ça… Faut faire attention à ne pas “être en déséquilibre” par rapport à cette position ensuite du coup, mais c’est un avancement sans nul doute. Et l’idée d’être Soi, avant d’être à la rencontre de quelqu’un, en gros. Ça ça regorge d’un potentiel assez incroyable, parce qu’on n’agit plus de la même façon, on n’a pas la même énergie, ça je l’ai vécu… Et à mon avis on peut également gagner en lucidité d’une façon +indirecte, si besoin, mais là je ne suis pas trop sûr de ce point précis, c’est simplement une très forte intuition.

    Moi depuis mon évolution récente, je trouve que ça ne me rend absolument pas plus compatible avec n’importe qui pour “juste une simple question d’évolution et/ou de volonté” de l’autre=> c’est plus complexe que ça en a l’air, les histoires de couple, si on devait vraiment expliquer très bien. Et aussi il y a une part qui ne s’explique pas, je pense, toujoursun minimum de mystère… Et au quotidien, pour certaines personnes, moi-même en plus “évolué/conscient” (ou pas) je n’en resterai pas moins invivable, en situation de couple hypothétique, c’est sûr et c’est bon de savoir plus exactement ‘pourquoi’ concernant ce qu’on peut avoir comme fonctionnement intrinsèque. Et pour d’autres (en premier lieu mes deux garçons) c’est comme si je n’avais JAMAIS été invivable, alors que je m’insupporte moi-même parfois, il y a une adaptation hyper naturelle (pas toujours simple quand même ^^)… Maintenant je comprends mieux certains principes de base, et je me connais mieux, j’affirme plus facilement des trucs qu’il est bon de cerner dans tous les cas selon mon avis.

    En tout cas : bonne continuation à toi.

  • Membre Inconnu

    Membre
    10 janvier 2024 à 19 h 01 min

    Afin de me préserver : j’ai cherché chez moi ce qui pouvait me rendre
    moins sensible dans les situations où cela se produit et je l’ai trouvé.
    J’accordais trop d’importance à son point de vue à lui et moins au
    mien, maintenant, je relativise, et je me permets effectivement de
    partir quand j’en ai assez. C’est donc devenu moins lourd à vivre, d’une
    manière générale, quand un désaccord se présente.

    Je pense que c’est la clé. En faisant ça tu change de posture vis à vis de lui. En partant quand c’est trop tu lui montre ta limite et tu te respecte. Je ne pense pas par contre qu’il faille chercher à être moins sensible mais plutôt à détecter plus vite l’arrivée de l’émotion blessante, cela permet de poser la limite avant que cela fasse mal. Dés lors le petit jeu qui s’était établi ne peut plus se développer. Je pense que dans les relations, on invite l’autre inconsciemment à venir appuyer chez soi là où ça fait mal pour conscientiser une blessure personnelle non résolue. Blessure qui nous mène souvent à une sur-adaptation, à une forme de masochisme, souvent en lien avec une culpabilité inconsciente. En essayant de comprendre chez soi quelle blessure cela touche, cela permet de faire le tri de ce qui est juste ou faux pour soi. Et sitôt que c’est conscientisé on invite plus l’autre à venir appuyer dessus et l’autre se rends également compte qu’il n’a plus d’emprise et que la forme de plaisir inconscient qu’il en retirait n’est plus possible.

Page 1 sur 2

Connectez-vous pour répondre.