La vie sociale de zèbre

  • La vie sociale de zèbre

    Posted by okami on 31 mars 2022 à 11 h 57 min

    J’aimerais savoir comment ça se passe côté social Avec les personnes comme nous pour voir si le problème vient de moi

    Curieuse répondu Il y a 1 mois, 1 semaine 5 Membres · 5 Réponses
  • 5 Réponses
  • 624578187019f bpthumb

    okami

    Membre
    31 mars 2022 à 13 h 23 min

    Je vois content de voir que je ne suis pas le seul à vivre ça..Niveau relation amoureuse si se n’est pas indiscret comment ton conjoint vie cela et comment toi tu te le vie personnellement bien que je sois en couple depuis 6 ans maintenant je suis incapable de décrire notre relation comme bonne ou mauvaise je dirais à titre d’exemple que sur le long fleuve qu’est la vie nôtre barque stagne et tourne en rond dans un lac intermédiaire obstacle à une avancée dans ma relation même quand j’essaie de reprendre le cours de ce fleuve en redressent comme je peux cette barque (qui au finale représente le nous du couple mais aussi nous représente individuellement) je n’arrive pas à avancé que se soit en couple car incompris par madame sur bien de chose et même seul car attaché à des “sentiments ?” Ou tout du moins quelque chose de ce genre que je ne m’explique pas et qui me perturbe énormément de plus je suis pas vraiment compris et aidé par mon entourage seul la psychiatre que je vois en ce moment prend note de ces problèmes “existentiel” sans pour autant me faire par de sont points de vue sur la situation mais vin j’espère que le diagnostic qui me sera remis au prochain rendez-vous avec elle fera avancée un peu les chose ou au moins aidera à mieux comprendre.

  • 62103001ea254 bpthumb

    bartorn

    Membre
    31 mars 2022 à 14 h 07 min

    Salut

    Je vois bien de quoi tu parles avec madame, ça a été ça pendant 15 ans dans notre couple, ni bon ni mauvais, jusqu’à ce qu’on ait des enfants. Après, c’est parti grave en sucette notamment à cause des différences profondes dans notre vision de l’éducation et surtout son application.

    C’est quelque part rassurant cette espèce de platitude sentimentale, ça menace pas, mais c’est pas ce qu’on peut appeler une vie de couple épanouie. Enfin tant que vous en souffrez pas trop, c’est l’essentiel. C’est un choix. Perso, ça m’aurait bien plu jusqu’au bout mais bon, c’est pas le cas.

  • This content has been hidden as the member is suspended.
  • 61dfb1250b8bb bpthumb

    minos

    Membre
    6 avril 2022 à 1 h 09 min

    Suivant les individus en général, et oui, probablement plus particulièrement s’agissant de personnes supposément “zébrés” (puisque leurs traits distinctifs (qu’ils soient visibles, identifiables, ou pas) valent en soi au travers de leurs ressentis propres), les fonctionnements et les approches différents beaucoup, mais on devrait pouvoir entendre qu’une majorité de personnes se reconnaissant en tant que “zèbres” rencontrent des difficultés en matière de sociabilité.

    On pourra constater que c’est une conséquence “mécanique” de ce “sentiment” (étayé ou non) de différence ou, à l’inverse, observer que les problèmes d’interactions qu’ils déplorent sont à l’origine de leurs mal être psychologiques, du décalage qu’ils déplorent.

    Pour ce qui me concerne, j’ai “de toujours” éprouvé un malaise au sein des groupes ou j’ai été forcé de m’insérer (école, sport, “famille, travail, patrie”…^^). Mon cas est peut-être encore plus marqué que pour la plupart des autres membres du site en ce que je n’ai jamais été en recherche d’amitié, ce n’est pas un besoin chez moi. La seule version d’interaction humaine que j’envisage positivement irl l’est dans le cadre d’un tête-à-tête, d’un échange “en aparté”, et alors, peu importera que je connaisse mon vis-à-vis. Suivant ce qu’il m’inspirera, je pourrais m’ouvrir à lui sans restriction, sans même les freins conventionnels inhérents aux codes sociaux et autres conventions communément entendues (quoi que je sache moduler mon comportement en fonction d’elles)… Indépendamment de ce cadre de principe, je suis plus facilement et moins dérangé si quelques femmes m’entourent (étrangement…^^) et je m’attache spécialement à me rapprocher d’elles en ce que, l’entendement intellectuel et/ou humain qui se révélerait avec certaines pourrait se développer et s’étendre dans sa dimension charnelle (étant hétéro’)… Car pour moi, cette démarche “ciblée” (outre en l’aspect strictement sexuel (potentiellement agréable en soi) qu’elle me permet d’envisager) est constitutive et démonstrative de mon désir profond de connaître intimement un(e) semblable, de “communiquer” le plus complètement-pleinement possible (que ce que notre condition humaine nous autorise) avec “lui” (elle, en l’occurrence).

    La notion d’Amour n’est pas essentielle dans ma conception des choses… Elle viendra ou ne viendra pas, mais l’absence de ce sentiment (dans sa dimension “idéalisée” ou “romantique”) ne sous-entend pas que mon attachement et que mon affection pour l’autre serait inexistante, tout au contraire ; je suis sensible et assez largement ouvert à ce qui découle d’affectif dans ce type de relation.

  • 622a647112c13 bpthumb

    Curieuse

    Membre
    10 avril 2022 à 6 h 28 min

    Mon père est jaloux de moi.

    J’ai été adorée de sa maman. ++++.

    Il a connu le syndrôme de l’abandon par la répercussion de la crise de 1929. (Ses parents ont dû travailler autre part qu’à la métropole. Il a fait connaissance de ses parents vers ses 6 ans. => Blessure en lui de ce fait.)

    Sa maman était surdouée.

    Je l’ai adorée +++.

    =>

    J’ai toujours été rejetée de mon père.

    Père jaloux +++.

    J’ai grandi isolée +++ et discriminée , +++, …

    Il m’était interdit de réussir ou d’avoir raison.

    Via la psychanalyse, j’ai pu découvrir mon Identité, et des secrets de famille qui ont eu des impacts sur la famille en général.

    Via ces épreuves à devoir me former moi-même, à l’écart des autres enfants, même si scolarisée, il m’était interdit de réussir pour mon père …

    A la finale?… Je me suis forgée avec les moyens du bord….

    J’ai décidé de réaliser une psychalyse. Par ce biais, découverte de mon Identité.

    Telle une Révélation et une Naissance!!!

    Découverte dès lors n’être pas une sous-douée, une incapable, une mois que rien, etc…

    Sans la psychanalyse et un cousin, j’aurais été un “zombi”.

    Mon cousin a été l’un des premiers (vers 2007 ou 2014?…) à m’expliquer que je serai surdouée et que je dérangerai mon père.

    A l’époque: je l’avais très mal pris. Telle une provocation. J’ai entendu depuis d’autres personnes me dirent l’équivalent.

    Pas encore fait le test pour vérifier la chose. Pas envie de le savoir pour l’instant.

    J’ai acquis de la personnalité.

    J’ai expérimenté qu’il ne faut surtout pas se présenter comme une surdouée potentielle.

    Au risque d’être rejetée dans l’immédiat.

    Ma difficulté depuis la psychanalyse est d’avoir à me la fermer…

    Je dis ce que je pense. => Sans le vouloir, je heurte l’égo de certains.

    <=>Il me faut apprendre à me la fermer…

    Ce qui semblait difficile il y a encore peu de temps.

    Car je suis devenue un vrai moulin à parole…

    Depuis cette prise de conscience, …

    Je m’y attèle pour, dans la vie courante.

    Pour la relation amoureuse: l‘amour et l’affection me manquent terriblement +++.

    Pas de repère dans le relationnel.

    Encore moins pour la vie de couple.

    Ancienne timide.

    J’ai compris depuis un témoignage que la communication s’apprend et s’entretient.

    Et que c’est un savoir qui s’acquiert.

    La communication n’est pas innée.

    Réconfort à l’apprendre!

    Volonté depuis à apprendre à communiquer.


    J’écoute souvent l’émission de Brigitte Lahaie à la radio.

    Volonté de m’instruire sur les modes de communication de l’homme et de la femme, l’impact de leur éducation respective, ou culturelle, etc…

    Cela me fait aussi du bien d’entendre les témoignages de personnes de notre époque, quelque soit leur âge.

    Instruction via ce biais là, où encore il y a peu, parler de sexualité, d’amour, de relationnel était tabou.

    Et l’est encore pour certains.


    Pour l’amour, je me dis que … : “C’est en ne cherchant pas que je trouverai.”

    Actuellement, volonté de me réaliser.

    Selon mes moyens.

    Mes possibilités.

    Arriver à outrepasser la peur de l’échec.

    Encore impactée des discriminations lorsque enfant.

    Même si je serais surdouée, appréhension élevée de candidater.


    Paradoxe actuel: “moulin à parole” et “ancienne timide”.

    Moulin à parole avec un manque de confiance en moi pour candidater.

    Difficulté pour rencontrer du monde:

    – mode de vie changé.

    Pour beaucoup: addiction au virtuel.

    => Il est devenu un parcours du combattant de faire connaissance in vivo, via le réel !!!

    Pour ma part: crainte élevée de faire connaissance via le virtuel.

    – d’après Brigitte Lahaie, l’impact de “#Mee Too” a provoqué une crainte pour l’homme d’oser faire connaissance d’une femme, in vivo.

    Même s’il en est attiré.