Du rêveur au citoyen enfantin

  • Du rêveur au citoyen enfantin

  • 6102f52955211 bpthumb

    Glen

    Membre
    17 juillet 2021 à 11 h 12 min

    Bonjour,

    Dans un premier temps je ne vous donnerai pas mon prénom parce qu’il n’est pas très rependu et que je suis un peu sur la défensive malgré moi. J’ai le début d’une petite trentaine d’années. Je vis dans l’Yonne.

    Comme beaucoup, je sors d’une séparation qui m’a éprouvé et qui continue de m’éprouver. Malgré tout, je n’en regrette rien car j’ai la chance de faire partie de la vie d’une petite fille merveilleuse même si il est difficile d’accepter de ne vivre avec elle que la moitié du temps désormais. Je suis aussi heureux d’avoir pu me livrer totalement dans ma vie précédente et d’avoir pu progresser personnellement, peu importe les difficultés auxquelles je dois faire face aujourd’hui et qui ne seront jamais pour moi des régressions. Je précise que j’ai un suivi psychologique depuis plus d’un an maintenant.

    Je suis également dans une situation difficile au travail. Aussi difficile dans une nouvelle relation amoureuse dans laquelle je me livre également et dans laquelle je me sens rejeté. Être dans une démarche de dévouement, d’honnêteté totale et être rejeté pour cela est une véritable épreuve pour moi.

    Je ne suis pas testé et je considère que ces fameux tests ne me serviraient qu’à me défendre des personnes qui m’envoient très vite dans une catégorie étrange. Habituellement, je ne suis pas touché par le rejet des autres tant que je n’ai pas de lien fort avec mon interlocuteur. Aujourd’hui c’est un peu différent dans le sens où toute mes tentatives d’échanges n’aboutissent qu’à situations difficiles à vivre. Il y a aussi que j’ai quand même débuté la démarche et que j’ai pu constater quelques comportements que je trouve douteux chez certains “diagnostiqueurs” qui font que je ne souhaite finalement pas m’inscrire là-dedans. L’argent a ses raisons…

    Les notions de HPI et de HPE sont particulières pour moi dans le sens où oui, je pense qu’elles ont toute leur place mais qu’elles sont aussi beaucoup trop clivantes dans le sens où elles mettent un être un peu hors d’un monde auquel il appartient pourtant bien mais dans lequel il lui est difficile de trouver sa place. Des gens qui sont sans cesse pollués par tout un tas de réflexions, introspection, sentiments qui parasitent leur sommeil, leur capacité à atteindre le bonheur et à vivre de leurs espoirs, il y en a des tas et j’en fais partie. Est-ce qu’il y a réellement besoin d’une appartenance à une ou des communautés pour s’en sortir ? Si je suis ici c’est que j’en arrive à un point où je le pense au moins un peu aujourd’hui mais je n’arrive pas à me baser sur mon cas où sur celui de milliers de personnes pour m’en convaincre réellement.

    Quoiqu’il en soit, je suis parmi vous aujourd’hui, moi aussi perdu dans ce monde, cette société, ces communautés et dans mon être.

    De base, je suis optimiste, rempli d’espoirs, bavard quand on peut parler des détails et silencieux le reste du temps. Je n’ai jamais vécu seul et mon cheminement personnel a fait que malheureusement pour moi, je me suis convaincu que je n’étais pas fait pour vivre seul (sentimentalement parlant). Alors, je ne suis pas seul, j’ai ma famille qui est présente pour moi et pour laquelle je veux être présent. J’ai ma fille qui me raccroche à la vie et quelques amis. Je me consacre aussi un petit peu dans l’aide aux plus démunies. Néanmoins, je me sens seul et je considère que j’ai besoin de dedier ma vie à une seule et unique personne sans pouvoir la trouver alors que je pensais y être parvenu 2 fois. Il faut croire que je me laisse facilement embarquer alors que je prends pourtant beaucoup de précautions en me présentant dans le sens où je ne me cache pas.

    Aujourd’hui, je ne peux que constater que je m’entoure très mal sur cet aspect de ma vie tout simplement parce que je ne sais pas me protéger et que je ne le veux pas. J’ai réellement le besoin de me livrer totalement. Par contre, il faut que je m’en protège pour préserver ma fille d’un idéal qui me fait du mal, qui m’en fera encore (normal pour un idéal, n’est-ce pas ?) et qui ne doit pas lui en faire à elle.

    Alors je suis là d’abord pour vous lire. Apprendre de vos expériences, de ce que vous avez réussit à faire ou de ce que vous n’arrivez pas à réaliser. Je suis aussi là pour parler de moi, ça je sais le faire à priori. Pour le reste, il semblerait que je me laisse un peu embarquer par le hasard de la vie.

    Avant de m’arrêter, je précise tout de même que je m’exprime “librement” sans jamais penser à blesser qui que ce soit mais je blesse malgré tout, je le sais. Si il faut discuter pour rendre mes propos plus rassurant alors je le ferai avec plaisir. Le partage est pour moi très important et pour cela je me partage à vous, en dérivant et en m’exposant à la possibilité d’être repris, même brutalement.

     

    Peut-être à bientôt.

Affichage des réponses 1 de 1

Connectez-vous pour répondre.

Publication originale
0 de 0 articles Juin 2018
Maintenant