Mauvaise planète…



  • Mauvaise planète…

    5d5ff71276985 bpthumb Byaku mis à jour Il y a 7 mois, 1 semaine 12 Membres · 82 Messages
  • 5e3c6a7252c29 bpthumb

    Veruca.Salt

    Membre
    7 février 2020 à 14 h 31 min

    Avez-vous ce désagréable sentiment d’être né sur la mauvaise planète..?

    Est-ce que selon vous notre aptitude intellectuelle pourrait s’apparenter à une certaine forme d’autisme..?!

    Ce sont des questions que je me pose, et j’aimerais pouvoir échanger avec vous, dans la bienveillance…

    Pour essayer enfin d’avoir quelques clés et pouvoir m’emparer de ma vie et la vivre de façon plus sereine et plus apaisée que les 40 années précédentes…

  • 5e538ff590b75 bpthumb

    Max

    Membre
    7 février 2020 à 15 h 09 min

    Mauvaise planète… Je ne sais pas, je la trouve jolie notre planète… Mauvaise époque, même pas, je dirais bien que c’était mieux avant l’ère industrielle mais en trimant 18h par jour, on n’avait pas trop le temps de méditer sur la nature.

    Peut-être sommes nous nés trop tôt, peut-être que dans 150 ans, les robots feront le travail et l’homme pourra se connecter à la planète.

    Ça y est, je me suis perdu… Oui, je me sens moi aussi inadapté à la société, les priorités de mes concitoyens ne sont pas les miennes, mais plus je m’ouvre au monde et plus je rencontre des personnes susceptibles de me faire changer d’avis…

  • 5d2a2cb085eb8 bpthumb

    bagayaga

    Membre
    7 février 2020 à 15 h 22 min

    Salut Veruca!

    Depuis que j’ai atterri ici, j’ai l’impression d’avoir trouvé les portes de l’Atlantide et je me sens bien moins “seule” intellectuellement et émotionnellement.

    Je pense qu’on pourrait être bien plus nombreux dans la société, mais que la tendance historique a toujours été de se conformer.

    De se ressembler. D’être homogène.

    Ces dernières décennies notre société encourage je trouve maintenant cependant un certain individualisme. Qui fait que nous sommes en perte de repères officiels. Alors on voit se développer pas mal de repères officieux. Mais peut être qu’au fond on a besoin d’un genre de communion. Pour trouver un sens à nos individualités. Faire le pont entre le soi et l’autre. Créer un nous.

    Les autres, ceux qui nous exaspèrent. Et qui nous entourent, peut être qu’il serait moins délétère de les voir comme une autre phalange de la population tout aussi utile mais qui a une tout autre utilité que la notre. Nous pouvons leur apprendre des choses et ils peuvent nous en apprendre aussi mais ce ne sera pas dans le même registre. Un peu comme dans une fourmilière, il y a différents rôles pour chaques fourmis. Je ne pense pas que la cohabitation est impossible.

    Je ne les trouves pas insupportable (enfin pas quand je suis dans une situation que j’ai choisi. Une journée de cours avec les adultes à mon école, et j’ai des envies de meurtre).

    Je me suis sentie longtemps comme un ovni oui. Je pensais qu’il y avait une norme. Et je n’arrivais pas à cocher beaucoup de case sur le cahier des charges. Du coup j’étais en dehors de l’émulation de la norme. Un peu comme une fête ou on est le seul qui arrive déguisé…

    Alors j’ai voulu me plier à la norme. Poncer mes angles, lisser mes courbes, peindre mes teintes naturelles, être plus bête pour pouvoir partager le rire. Et cela fut des années de franches dépressions à être seule accompagnée pourtant.

    Maintenant j’accepte le regard septique que la société me porte. Car j’ai réussi à m’en affranchir. J’essaye car c’est vraiment pas facile de suivre les accords Tolteques. Ça aide bien à s’engager émotionnellement je trouve et à ne plus confondre l’autre et soi. Et à supporter les violences qui me sont faites.

    Ce site l’arbre à zèbre dans son listing de nos difficultés et de solutions ( attention par impartialité ils ont mis des trucs un peu délicats, donc faut rester pragmatique sur les solutions ou les communautés de zèbres présentées, mais bon je ne me doute pas que tu sais vérifier des sources^^)

    https://arbre-a-zebres.net/faire-face-aux-difficultes/Et voilà une chanson les moutons de debout sur le zinc.

    Quoi qu’il en soit tu n’es plus seule^^ Et ici, c’est plutôt fréquent de lire un truc qu’on s’était déjà dit à soi,ou dans le vide ^^ C’est rassurant. Et en l’exprimant comme tu le fais tu nous permet à nous aussi de nous rappeller ou nous faire la remarque de ce sentiment. D’étrangeté. Ouep on est des drôles de zigotos^^ Et plus le temps passe maintenant que j’ai fais la paix avec ce sentiment et que je le reconnais comme une force, plus son évocation me fait sourire et j’en retire beaucoup de joie. Et c’est grâce à ce lieu. Ce boudoir informel où l’on se croise, où l’on se trouve ou bien se perd.

  • 5d2a2cb085eb8 bpthumb

    bagayaga

    Membre
    7 février 2020 à 15 h 30 min

    J’oubliais de traiter ta question sur l’autisme.

    Je pense bien que certains d’entre nous( parce que si tu traines ici tu vas te rendre compte qu’on fonctionne pas tous pareille ici^^) ont des traits de caractère de l’ordre de champs du spectre autistique.

    Mais ça c’est commun à tout les hommes. Y a un spectre. Après sûrement que si tu en parles le tiens doit être plus prononcé. Je suis aussi dans ce cas là. Sur certains de mes fonctionnement émotionnels. Ou ponctuellement.

  • 5e62202b56807 bpthumb

    Cineaste

    Membre
    7 février 2020 à 16 h 12 min

    @bagayaga

    Tu es partiellement autiste ?

    C’est un peu étrange comme auto qualification de soi-même ?

    Pour ma part je ne sais pas ce que cela recouvre en vérité, puisque je n’en n’ai jamais rencontrés des autistes…

    À ne pas confondre le sens commun ou populaire de la langue française, qui attribut cet adjectif à toute personne renfermée sur elle même ou en retrait du champ de la communication ordinaire, selon le contexte d’où l’on se place et des situations d’interactions sociales mise en œuvre, avec la terminologie psychologique clinicienne beaucoup plus précise à ce sujet là…

    Pour ma part j’ai toujours été très expressif et communicatif dès mon plus jeune âge…

    Ayant vécu deux années au Venezuela, quand mes parents y étaient installés pour le travail, entre quatre et six ans, ma mère a même conservé le bulletin d’appréciation scolaire rédigée par l’institutrice de maternelle que j’avais à l’époque, laquelle mentionnait à mon sujet :

    «un nino muy meticulosos con sus companeros »

    Autrement dit « un enfant très prévenant avec ses camarades » !

    Oui je ne sais pas à ce jour si je suis vraiment resté le même depuis ?

  • 5f05abe2a555c bpthumb

    isabelle1970

    Membre
    7 février 2020 à 16 h 15 min

    @bagayaga j’adore “les 5 accord toltèques ” ! je ne connaissais pas du tout , merci pour cette découverte Kissing Heart

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    7 février 2020 à 17 h 16 min

    J’adore la question^^, après me l’être posée un nombre incalculable de fois.

    Imaginons un univers rempli de HP, uniquement de HP. Aurions-nous fini par nous apercevoir qu’il s’agit d’une particularité, ou bien, le fait qu’on soit “homogènes “(à prendre avec des pincettes, compte tenu des pléthores de sous déclinaisons et de différences qu’il existe même au sein des zèbres), nous aurait “paradoxalement”, fait passer à côté de cette richesse immense?

    Je pense qu’on est tous passés/passons/ par l’état de perplexité et d’incompréhension face à toutes ces différences par rapport aux normo-typiques. Le plus souvent, sans même réussir à mettre des mots suffisamment forts et explicites sur ces sentiments. Qui engendrent bien de solitude ^^.

    Mais au final, après tout le travail que ça requiert, d’introspection, d’analyse, et la multitude de sentiments disparates qu’on peut ressentir, je pense qu’on a une chance inouïe. A condition de l’exploiter, puisque dans “haut potentiel”, à part le “haut”, on trouve également “potentiel” ^^.

    Et qui peut-être inexploité aussi.

    Mais cette sensibilité démesurée, cette verve et passion, la curiosité insatiable, l’émerveillement constant et sur les “petites choses simples” de la vie, mais qui sont souvent fondamentales, nous font garder un coté enfantin éternel ^^.

    Je trouve ça tellement magique !!

    Et puis, échanger sur avec des personnalités toutes différentes, mais réunies autour d’un même objectif personnel, permet un enrichissement incroyable. C’est ce que je ressens depuis que je suis sur ce forum, (même si HP ou pas, on reste des ptits (grands) humains avec nos hormones en pétard parfois ^^) , mais même dans certains échanges plus houleux que d’autres, on peut en tirer bénéfice.

    Sinon, concernant l’autisme ben je viens de lire ce que Baga a écrit et elle m’a ôté les mots de la bouche (Vilaine twin’s ^^). ^^

    J’ai quand même d’autres choses à rajouter, mais je n’aurais plus de connexion dans quelques minutes, donc mieux vaut envoyer ce message incomplet que pas l’envoyer du tout ^^.

    Au plaisir d’échanger !

  • 5d2a2cb085eb8 bpthumb

    bagayaga

    Membre
    7 février 2020 à 17 h 36 min

    @cineaste

    Je prend le temps de bien te répondre quand j’aurai du temps seule. J’ai récupéré mes filles!

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    7 février 2020 à 17 h 38 min

    L’impression de ne pas être sur la bonne planète trouve souvent racine lorsque l’on a pas l’habitude de cotoyer des gens comme nous. Je ne pense pas que le fait d’être HP y joue pour beaucoup. Ca joue surement un peu dans le sens où ce type de personne ont souvent des visions différentes des choses par rpport aux autres personnes, mais d’un autre côté, si on regarde dans le détail, tout le monde sort plus ou moins du lot à sa façon.
    La variété d’humain est énorme, pour peu que l’on n’ait jamais rencontré ceux qui nous ressemblent, on peut penser qu’on est seul et qu’on n’est pas sur la bonne planète.
    J’imagine que certaines personnalités sont plus rares que d’autres, ou que certains on plus de mal à discerner ses semblables dans la foule. C’est pour cette raison que des personnes qui correspondent à des profils similaires peuvent se retrouver sur un site comme celui-ci.
    Enfin, je ne pense pas que ce sentiment soit propre aux HP. Tout le monde se sent faible face à la masse, même ceux qui la forment (car comme je l’ai dit, tout le monde est différent).
    Personellement, je ne suis pas HP et je ressens pourtant très souvent l’impression frustrante de ne pas être dans la bonne “réalité”. C’est simplement dû au fait que peu (pas) de gens partagent ma vision de l’univers (même sur ce site) et n’est pas lié a priori à un potentiel particulier. Ce sont juste mes aspirations qui sont originales, l’éducation que j’ai reçu et celle que je me suis donné aussi ont dû y jouer.

  • 5f05abe2a555c bpthumb

    isabelle1970

    Membre
    7 février 2020 à 18 h 46 min

    j’ai lu toutes les réponses, j’y retrouve un peu de ce que j’aurais dis aussi .. mais en lisant, une image m’est apparue : celle du petit prince de st Exupery . Je me dis que tout compte (conte ? ^^) fait, il vit sur sa propre planète, qu’il a amenagée à son goût … ça ne l’empêche par pour autant d’aller visiter les autres planètes, d’y rencontrer des gens différents, d’en apprendre qq chose, de s’en enrichir :). Alors oui, je vis sur ma propre planète, je l’aménage à ma faço, j’y suis bien , et quand l’envie me prends, je vais en visiter une autre …

  • 5cc61a4ec667b bpthumb

    Sansho

    Membre
    7 février 2020 à 18 h 59 min

    Nous avons peut-être atterris sur une mauvaise planète, ou en tout cas la sélection naturelle ne nous a pas fait un cadeau (par jalousie envers Mère Nature, qui nous a offert notre “don” ?).

    Par contre, on peut se sentir libre de façonner notre propre univers, composé uniquement de personnes qui nous intéressent, s’adonner aux activités que l’on préfère sans jugement, utiliser nos méthodes qui sont souvent bien plus logiques et pratiques que celles imposées, et surtout vivre sans subir le rejet, mais en filtrant nos relations (passer de passif à actif), tout en ayant la possibilité d’évoluer sans cesse 🙂

  • 5cc61a4ec667b bpthumb

    Sansho

    Membre
    7 février 2020 à 19 h 18 min

    @Guiguis ton point de vue m’intéresse, tu peux le développer ? 🙂

  • 5d2a2cb085eb8 bpthumb

    bagayaga

    Membre
    7 février 2020 à 20 h 11 min

    @cineaste

    Alors j’ai fait la distinction en parlant de spectre du champs autistique.

    Ce qui est différent d’autisme. La maladie. Enfin le trouble. D’ailleurs on commence à peut être trouver une corrélation avec l’alimentation figurez vous. Ce que je trouve fascinant.

    C’était @Anakin qui avait posté un article de l’antre de la chouette sur la tendance propre de chacun à base situer sur un continuum entre extraversion et introversion.

    En lisant cet article qui détaillait plusieurs écarts types, je me suis rendue compte que de mon côté c’était tout feu,tout flemme. Ainsi j’alterne des périodes d’extrême introversion avec total abandon de mes liens sociaux, replis sur moi, communication orale appauvri. Pensées obsessionnelles pour mes sujets de prédilections du moment. Gêne pour le bruit,la lumière. Perte d’appétit, sommeil court.

    En général ces moments correspondent avec des fuites de la réalité. Quand je perd le contrôle. Je m’enfuis…

    Cet état vu avec retrospection me fait penser à des traits autistiques. Leurs non permanence me permets de les distinguer d’un trouble envahissant incurable. Je le vois plus comme un état second pour me dissocier de problèmes pour lesquels je ne sais pas faire face.

    Comme beaucoup d’entre nous la solution de résolution de mes problème pendant ma construction émotionnelle, a été de la violence,du mépris, on m’a ignorée, niée, brutalisée, ridiculisée. J’aimais on m’a appris à accueillir mes peurs ou mes angoisses.

    Alors je prend sur moi, et je decabane. Ou je somatise. Eczéma forever. Et urticaire en tout genre.

    Enfin je précise que ça c’était avant. Maintenant grâce à des amies qui se sont spécialisées dans le développement personnel, et en voyant la bienveillance qu’elles d’auto exerçaient. J’ai réussi petit à petit à faire tomber cette camisole émotionnelle.

    Et je me filme en train de chanter,une chanson liée à ce que je vis. Et je regarde la vidéo. Et ainsi j’interiorise mon émotion.

    En procèdent ainsi, j’ai réduit les traits autistiques. Mais bon c’est pas naturel. Du coup j’ignore si je vais réussir à faire devenir ce procédé automatique vs contrôlé.

    Après un autre aspect c’est la réticence à ce qu’on me touche, le sentiment de ne pas avoir de frontière, d’être un esprit dans corps. Le réconfort d’être contenue, je met un body tout les jours, j’adore très dans l’eau, avoir froid ou chaud. A un certain niveau là douleur, ou être caressée soigneusement partout. J’aime beaucoup le vent aussi. Et la morsure du soleil.

    Je passe 60% de mon temps livre avec mon casque sur les oreilles. Et mon désir et besoin de solitude peut surpasser celui d’être entourée.

    Voilà. C’est de ça dont je parle et qui sont des traits du champs autistique.

    Comme toutes les maladies psy connues. On peut tous se retrouver dedans, la différence entre avoir des tendances et être atteint, c’est que dans mon cas ou celui d’autres personnes similaires,cela ne nous empêche pas de vivre dans la réalité.

    Bien que des fois, j’avoue que cela ralentis ou rend très difficile ma survie dans ce monde.

    Donc on va nuancer avec le fait que ce ne soit pas un état permanant.

    Bref. J’espère avoir répondu à ta question^^

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    7 février 2020 à 23 h 48 min

    Je le vois plus comme un problème de perspective.

    Si tu prends une analogie géométrique, les gens sont 3D mais tous les modes de communications, normes, codes, même langage sont en 2D. Tu projettes sur des personas en 2D pour pouvoir communiquer, mais t’as parfois plus ou moins de mal à t’écraser suffisamment pour rentrer en entier sur une page du coup ça dépasse.

    Enfin c’est pas terrible comme analogie, mais on a pas encore inventé les formulations pour exprimer les émotions (Hélène Trocme-Fabre le langage du vivant). Y’a pas les mots pour exprimer la profondeur juste la forme/le cadre alors chacun y va de son monologue façon Otis pour exprimer SON rapport, sa projection, sa perspective du machin (pas d’instantanéité dans les verbes être et avoir)

    Pour ce qui est de savoir si c’est la bonne planète, Laborit disait que la seule raison d’être dun être c’est d’être (cf pb de langage du paragraphe précédent) cad de maintenir son existence, et l’intégralité du vivant n’utilise que la seconde loi de la thermodynamique pour y arriver.

    Un système ne se maintient qu’en générant du chaos donc si t’as l’impression de foutre le bordel ou d’être chiante c’est que tu vis en harmonie avec les lois de la physique et que t’es pas plus mal à le faire là qu’ailleurs 😉

  • 5e3c6a7252c29 bpthumb

    Veruca.Salt

    Membre
    8 février 2020 à 0 h 53 min

Affichage des publications 1 - 15 de 82

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 messages Juin 2018
Maintenant

New Report

Close