La pensée algorithmique et le mathématisme sont-ils les moyens les plus sûr de produire une génération de crétins malfaisants ?

  • La pensĂ©e algorithmique et le mathĂ©matisme sont-ils les moyens les plus sĂ»r de produire une gĂ©nĂ©ration de crĂ©tins malfaisants ?

    ?s=1&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue Anonyme mis Ă  jour Il y a 4 mois 10 Membres · 32 Articles
  • 615ecd584d09c bpthumb

    jabberwocky

    Membre
    17 juillet 2021 Ă  18 h 27 min

    Depuis presque 40 ans l’Histoire de France, la LittĂ©rature et la Philosophie sont Ă©jectĂ©s de l’enseignement parce que source de controverses ou d’opinions individualisĂ©es – pour ne pas dire de contestations. On prĂŽne Ă  l’excĂšs l’enseignement des mathĂ©matiques et des sciences dures en prĂ©textant qu’elles sont objectives, fiables et vides d’idĂ©ologies – ce qui est totalement faux. Cette opposition flatte l’ego des matheux et des adeptes des nouvelles technologies, mais son objectif cachĂ© est d’empĂȘcher l’individu de trop penser le prĂ©sent et le rĂ©el.

    En fac de psychologie, par exemple, l’essentiel de l’enseignement est concentrĂ© autour des statistiques et du comportementalisme. On prĂ©fĂšre apprendre Ă  mettre des pensements psychologiques et chiffrer l’individu, plutĂŽt que de gratter en profondeur et considĂ©rer un patient comme un creuset, riche d’une histoire, d’une famille et de croyances.

    L’opinion de Michel Onfray sur ce culte du chiffre et de la virtualitĂ©.

    (Xavier Niel, magnat des tĂ©lĂ©coms, de la presse, et fondateur de l'”Ecole 42″, a rĂ©cemment signĂ© un partenariat avec l’Éducation nationale (nous en parlions rĂ©cemment). L’objectif : enseigner la “pensĂ©e algorithmique” aux enfants de CM1, CM2, et de 6Ăšme… Le codage plutĂŽt que les fondamentaux, la machine plutĂŽt que le livre, la robotisation plutĂŽt que l’Ă©lĂ©vation ? La Macronie, grande horlogĂšre de la “fabrique des crĂ©tins” ? État des lieux avec Michel Onfray.)

  • aa6997a963fd61ac83b95b5ba000fd55?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    olbius

    Organisateur
    17 juillet 2021 Ă  19 h 51 min

    “les moyens les plus sĂ»r de c… ?” 🙂 (comme ça on complĂšte le titre)

    • 615ecd584d09c bpthumb

      jabberwocky

      Membre
      17 juillet 2021 Ă  20 h 33 min

      … de produire une gĂ©nĂ©ration de crĂ©tins malfaisants”
      (DĂ©tournement d’une citation de LĂ©on Bloy Ă  propos du sport)

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    17 juillet 2021 Ă  22 h 28 min

    @jabberwocky :

    Le langage est une des traductions possibles de la pensĂ©e. Il est imparfait mais pour moi c’est ce qu’on a de mieux. Et plus on a de mots, si on connait leur(s) sens, et plus on sait comment les lier entre eux, et plus on pourra exprimer sa pensĂ©e. Et la dĂ©velopper.

    Il y a d’autres moyens de l’exprimer. Comme l’art.

    Le tout, c’est de rĂ©ussir Ă  comprendre, le monde qui nous entoure, nous comprendre nous-mĂȘme… Et de comprendre les autres.

    Le langage, c’est un moyen de se relier les uns aux autres.

    Par des gestes, des regards, des expressions du visage, notre posture, des sons, des mots, des comportements…

    Mais entre discourir et dialoguer, il y a un sacré fossé.

    Et pour moi un bon communiquant est un observateur au regard et Ă  l’esprit aiguisĂ©.

    Quoi qu’il en soit, dans la pensĂ©e complexe, il n’y a pas que de la crĂ©ativitĂ© et de la critique. En principe, il y a aussi le fait d’ĂȘtre capable de comprendre l’autre, ou du moins respecter les idĂ©es de l’autre, mĂȘme si elles diffĂšrent des nĂŽtres. De nouvelles informations pouvant d’ailleurs nous aider Ă  modifier notre pensĂ©e.

    Je serais pour l’enseignement de la philosophie bien plus tĂŽt, ou encore un peu de psychologie et de sociologie “basiques”… Et arrĂȘter de formater autant les enfants Ă  la pensĂ©e que tous ceux qui pensent diffĂ©remment de nous sont des idiots aveugles.

    En tout cas, analyser des statistiques, cela demande bien d’autres compĂ©tences que de la logico-mathĂ©matique…

    On se demande si l’homme n’a pas inventĂ© les mathĂ©matiques avant l’Ă©criture, mais aussi fĂ©rue de mathĂ©matiques et autres sciences dures que je puisse ĂȘtre (ou que j’ai pu l’ĂȘtre, plutĂŽt…), cela ne m’a jamais aidĂ© Ă  me comprendre et Ă  comprendre les autres… Et cela ne m’a pas aidĂ©e Ă  m’adapter Ă  ce monde.

    L’abstraction, c’est la capacitĂ© de l’esprit Ă  crĂ©er et utiliser des concepts dans le raisonnement… Et les mathĂ©matiques sont pour moi reines en ce domaine.

    Mais ce n’est pas suffisant. On aura beau avoir un QI important avec une prodigieuse capacitĂ© d’abstraction… Il faut dĂ©velopper bien d’autres capacitĂ©s que celle-ci. Dans les personnes qui ont un QI Ă©levĂ© on retrouve beaucoup de mathĂ©maticiens, mais ce n’est qu’une composĂ©e de l’intelligence, la logico-mathĂ©matique… Quid de l’intelligence interpersonnelle, d’ailleurs ? Au moins celle-lĂ … Cela me semble tellement fou qu’elle ne soit mĂȘme pas prise en compte…

    En ce qui concerne la littĂ©rature, encore faut-il ĂȘtre capable de comprendre les subtilitĂ©s du langage. Il ne suffit pas de savoir lire et de savoir Ă©crire. Loin de lĂ …

    “Habitue toi Ă  ĂȘtre attentif Ă  ce qu’un autre dit, et autant que possible entre dans l’Ăąme de celui qui parle.”
    Marc AurĂšle

    • 615ecd584d09c bpthumb

      jabberwocky

      Membre
      18 juillet 2021 Ă  14 h 26 min

      […] L’abstraction, c’est la capacitĂ© de l’esprit Ă  crĂ©er et utiliser des concepts dans le raisonnement
 Et les mathĂ©matiques sont pour moi reines en ce domaine.

      Dans le chef d’Ɠuvre de Ray Bradbury, Fahrenheit 451, le pouvoir totalitaire fait bruler les livres. Il interdit les reprĂ©sentations figuratives la littĂ©rature. Seul l’enseignement des calculs, les reprĂ©sentations abstraites et les loisirs virtuels sont permis.

      Ca ne te rappelle rien @foolish_little_bird ?

      L’abstraction c’est le prĂ©texte au n’importe quoi, parce que tu peux tout y verser. C’est la subjectivitĂ© de chacun qui devient lĂ©gitime. L’abstraction n’est pas lĂ  pour bousculer et c’est bien pour cette raison qu’elle est si prisĂ©e par les riches collectionneurs.

      Tiens, question.
      Qu’elle est la peinture la plus Ă©loquente, la plus politique, la plus dĂ©rangeante des deux ?
      L’abstraite ou la figurative ?

      • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

        Anonyme

        Membre
        18 juillet 2021 Ă  20 h 57 min

        @jabberwocky : j’ai adorĂ© ce livre, mĂȘme si je l’ai trouvĂ© trĂšs dur ! J’adore les livres d’anticipation… Bref !

        Oui, on peut tout verser dans l’abstraction et c’est bien pour cela que je prĂ©fĂšre les mathĂ©matiques pour cela. Cela fait moins de dĂ©gĂąts, pour moi. Car nous sommes tous bourrĂ©s de subjectivitĂ©, et mĂȘme de ce dĂ©sir d’intersubjectivitĂ© (merci @lutindesbois de m’avoir fait connaitre ce terme !).
        J’ai trouvĂ© un article intĂ©ressant sur le sujet, d’ailleurs :
        https://www.cairn.info/journal-psychotherapies-2005-4-page-215.htm

        Pour rĂ©pondre Ă  ta question, pour moi, tout dĂ©pend donc de ce qu’on va y voir soi-mĂȘme dans ses oeuvres.

        En art, il y a ce que l’artiste a voulu montrer. Et il y a ce que toi tu vois… Et cela peut ĂȘtre sacrĂ©ment diffĂ©rent en fonction de ce qu’il y a dans ton esprit…

        C’est comme quand tu lis un livre. Chacun peut lire le mĂȘme livre et comprendre des choses diffĂ©rentes, et ne pas en retenir la mĂȘme chose. Et quand tu le relis, ce livre, des fois tu vois aussi des choses que tu n’avais pas vu avant et que tu n’avais pas compris pareil…

        Idem pour ce qu’on voit de soi-mĂȘme et des autres. Chacun va se dresser un portrait de lui et des autres qui sera diffĂ©rent en fonction de l’oeil de chacun.

        Je suis pour dĂ©velopper un esprit critique, ne pas tout voir comme 0 ou 1, accepter qu’on ne voit qu’une partie de la rĂ©alitĂ© et que celle-ci est la plupart du temps subjective, et surtout ne pas oublier que chaque cerveau est unique, et aussi que l’on peut y mettre tout et n’importe quoi dedans… Peu importe notre niveau de QI.

        Et moi je pense que le QI Ă©volue, dans un sens ou dans un autre. MĂȘme au cours de la journĂ©e. Et en fonction de notre forme, etc. Et que ce n’est qu’une mesure parmi d’autres.

        Mais il faut bien prendre des mesures, parfois. Dans le sens d”une Ă©valuation : utiliser des moyens pour dĂ©montrer quelque chose, ou dans le sens d’une dĂ©cision : utiliser des moyens pour rĂ©ussir quelque chose.

        Sinon, j’ai lu quelque chose sur la cognition, sur un de tes autres sujets de discussion, et pour moi les Ă©motions font aussi partie de notre systĂšme cognitif. Elles ont une fonction adaptative, tout comme nos sens. Elles ne sont d’ailleurs pas Ă  opposer Ă  la raison. Et une des choses que j’aimerais dans notre systĂšme Ă©ducatif, c’est qu’on apprenne aux enfants Ă  identifier, comprendre et utiliser leurs Ă©motions Ă  bon escient.

      • 615ecd584d09c bpthumb

        jabberwocky

        Membre
        24 juillet 2021 Ă  18 h 29 min

        En art, il y a ce que l’artiste a voulu montrer. Et il y a ce que toi tu vois
 Et cela peut ĂȘtre sacrĂ©ment diffĂ©rent en fonction de ce qu’il y a dans ton esprit


        Ok @foolish_little_bird .
        Mais d’aprĂšs toi qu’est-ce que reprĂ©sente le tableau de GĂ©ricault, au dessus, et qu’est-ce qu’il a voulu dire Ă  travers cette reprĂ©sentation ?
        MĂȘme question pour le tableau de Pollock.

        Je pense que tu admettras facilement que l’interprĂ©tation de la forme est beaucoup plus restreinte dans le premier cas. Tu pourras assez facilement deviner l’intention du peintre et mĂȘme t’appuyer sur des documents pour affiner la comprĂ©hension de cette peinture.

        Dans le second exemple – celui de Pollock – rien n’est accessible ou identifiable.
        En fait, il n’y a pas d’intention. On est dans la gratuitĂ© et le cynisme le plus absolu.

        La subjectivité a bon dos.
        GĂ©ricault te montre des tĂȘtes coupĂ©es. Je doute qu’il y ait beaucoup de gens qui verront des pommes ou des nymphettes se baignant dans une riviĂšre.
        Les entrelacs de Pollock n’ont pas de signifiĂ©s. Tu peux y projeter ce que tu veux. C’est toi qui fait le tableau, en quelque sorte.

        GĂ©ricault est lĂ  pour te malmener, pour bousculer ton regard.
        Pollock et ses coreligionnaires entretiennent finalement un systĂšme de reconnaissances narcissiques (d’intersubjectivitĂ©, comme tu dis) : Tu le consacres comme artiste et il lĂ©gitime en retour ta subjectivitĂ©.

        Quoi de plus mesquin ?

        La fin du dix-neuviĂšme siĂšcle marque en effet le dĂ©but d’une tendance qui veut que ce soit le spectateur qui fait l’Ɠuvre d’art. On parle de subjectivitĂ©, de la libertĂ© du regard, de la fin de l’acadĂ©misme formel, mais il s’agit plutĂŽt d’une nouvelle forme d’Ă©litisme qui passe par la glose tant la forme devient alambiquĂ©e et le propos de plus en plus hermĂ©tique (propos qui devient celui du galeriste ou du critique d’art).

  • 60944cc9a5130 bpthumb

    geapix

    Membre
    18 juillet 2021 Ă  13 h 50 min

    Cette vidĂ©o montre une grosse couche de vĂ©ritĂ© qui cache une bien grosse dĂ©jection de conservateur qui a peur du changement. StratĂ©gie rhĂ©torique malheureusement efficace😭

    • 615ecd584d09c bpthumb

      jabberwocky

      Membre
      18 juillet 2021 Ă  14 h 06 min

      Cette vidéo montre une grosse couche de vérité qui cache une bien grosse déjection de conservateur qui a peur du changement. Stratégie rhétorique malheureusement efficace

      Ce qui est pathĂ©tique avec les progressistes, c’est cette espĂšce de religion du changement et de la progression et l’aveuglement qui va avec…
      Peut-on ĂȘtre de gauche et conserver un certain bon sens face aux innovations, inventions, proposer par la sociĂ©tĂ© de consommation ? Ca semble ĂȘtre trop compliquĂ©…
      C’est ça @geapix qui me fait dire que les gens comme toi sont les “idiots utiles” de la sociĂ©tĂ© de consommation. On en arrive Ă  ce paradoxe qui veut que les opposants les plus farouches du nĂ©olibĂ©ralisme viennent de droite (quand d’autres choisissent l’islam pour exprimer ce refus de la modernitĂ©).

      Tss ! Tout fout le camp ma bonne dame !😑

      • 60944cc9a5130 bpthumb

        geapix

        Membre
        18 juillet 2021 Ă  14 h 18 min

        Non mais biensĂ»r que c’est important la lecture et les livres mais delĂ  Ă  interdire l’enseignement du codage. C’est un fort de cafĂ©!!

      • 615ecd584d09c bpthumb

        jabberwocky

        Membre
        18 juillet 2021 Ă  14 h 31 min

        Il me semble que la prioritĂ© pour les enfants va vers les savoirs basiques comme la lecture, la gĂ©ographie, le vocabulaire, l’Histoire, etc. et pas l’enseignement de quelque chose qui soit directement en prise avec le marchĂ© ou la technologie.
        Figure-toi @geapix que j’ai appris le langage lingo et l’hypertexte au dĂ©but des annĂ©es 90. Deux langages informatiques qui ne sont plus usitĂ©s parce qu’obsolĂštes.
        A quoi cela a-t-il servi ?
        A rien…

      • 60944cc9a5130 bpthumb

        geapix

        Membre
        18 juillet 2021 Ă  14 h 36 min

        L’art par dĂ©finition ne sert pas Ă  grand chose, comme les langues rĂ©gionales ou autre. Pourtant, on les enseigne. En quoi la culture de la technologie aussi obsolĂšte sois-elle aujourd’hui, n’aurai pas sa place dans l’Ă©ducation ?

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    18 juillet 2021 Ă  16 h 28 min

    On prĂŽne Ă  l’excĂšs l’enseignement des mathĂ©matiques et des sciences
    dures en prĂ©textant qu’elles sont objectives, fiables et vides
    d’idĂ©ologies – ce qui est totalement faux.

    C’est qui ce “on” ?

    • 615ecd584d09c bpthumb

      jabberwocky

      Membre
      22 juillet 2021 Ă  20 h 22 min

      C’est qui ce “on” ?

      Les instances universitaire, par exemple. Il y a une grosse quinzaine d’annĂ©es de cela, en licence de psychologie la mĂ©thodologie et les stats avaient moins d’importance – voire pas du tout.
      Ma neuropsychologue – une jeune femme d’une petite trentaine d’annĂ©es – m’a rendu un compte rendu bourrĂ© de fautes d’orthographe et, plus grave, de syntaxe. En discutant avec elle je me suis rendu compte qu’elle n’avait aucune notion d’anthropologie, d’Histoire ou de sociologie, ce qui me semble assez prĂ©judiciable pour quelqu’un qui se destine Ă  ce genre de mĂ©tier. A part dans la neuropsychologie oĂč les mathĂ©matiques sont trĂšs utiles, les autres branches peuvent s’en passer.

  • 0646b71a75de3ecaaa44f2dbe9ce23f4?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    cthulhu

    Membre
    21 juillet 2021 Ă  4 h 20 min

    Je crains fort que ce cher CĂ©dric Villani, qui en sait un tout petit peu quelque chose, ne soit en dĂ©saccord en total avec les analyses Ă  l’emporte piĂšce et assez approximatives de ce cher Onfray, qui, il est vrai, en se prive gĂ©nĂ©ralement pas pour gloser de sujets dont il ignore Ă  peu prĂšs tout, mais fait nĂ©anmoins semblant de pontifier dessus avec assurance (ultracrĂ©pidarianisme, quand tu nous tiens…).

    Autrement dit: si tu veux parler des mathĂ©matiques, discutes-en avec des mathĂ©maticiens, et non avec un polĂ©miste professionnel, dont les opinions n’ont, en la matiĂšre, strictement aucun intĂ©rĂȘt.

    đŸ•·

    • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

      Anonyme

      Membre
      21 juillet 2021 Ă  11 h 56 min

      Aaaah ! Dans mes bras mon ami ! C’est exactement ce que je n’osais pas Ă©crire ! 😋

      (il devient dĂšs lors douteux que quiconque se serve de “On-pa-fray” pour Ă©tayer ses propos, tel un argument valable)

    • 615ecd584d09c bpthumb

      jabberwocky

      Membre
      22 juillet 2021 Ă  20 h 29 min

      ultracrépidarianisme, quand tu nous tiens


      Il me semble que Onfray parle de la sociĂ©tĂ© – vers oĂč elle tend Ă  partir d’un projet Ă©ducationnel – et non pas des mathĂ©matiques en elle-mĂȘme. Et puis, quand bien mĂȘme es tu bĂ©otien sur un sujet, tu peux ĂȘtre en mesure de l’Ă©voquer ou de l’examiner. C’est que nous faisons tous, tout le temps.

      Ph’nglui mglw’nafh @cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtagn

  • 60fc002162d60 bpthumb

    inao

    Membre
    21 juillet 2021 Ă  22 h 45 min

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    22 juillet 2021 Ă  22 h 13 min

    @jabberwocky

    “On prĂŽne Ă  l’excĂšs l’enseignement des mathĂ©matiques et des sciences dures en prĂ©textant qu’elles sont objectives”

    “son objectif cachĂ© est d’empĂȘcher l’individu de trop penser le prĂ©sent et le rĂ©el.”

    Je suis d’accord Ă  100%, mais c’est comme pour les migrants mcron s’en sert pour des actions nĂ©fastes (pour les migrants: anĂ©antir 200 ans d’acquis sociaux) mais autant les maths que les migrants sont en soit purs, bons et utiles !

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    22 juillet 2021 Ă  22 h 24 min

    @jabberwocky et @geapix

    Attention progressisme, en 2021, ce n’est plus les LumiĂšres, c’est l’horreur nĂ©olibĂ©rale:

    9 millions de chĂŽmeurs, 4,1 millions de logements insalubres ou sans abri, 4,8 millions vivant dans des zones dites de non droit!

    Et les opposants de LREM sont qualifiĂ©s de conservateurs, rĂ©actionnaires, fachos, etc…

    En 2021, progressiste signifie la dĂ©cadence des golden boy sans foi ni loi, et conservateur signifie ceux qui veulent conserver un sens Ă  la vie: un travail dĂ©cent pour tous, une vie de quartier, le tissu social, l’amitiĂ©, l’amour!

    Le corona ayant Ă©tĂ© la covid sur le gĂąteau nĂ©olibĂ©ral! En quelque sorte pour parachever son “oeuvre” mortifĂšre!

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    24 juillet 2021 Ă  19 h 11 min

    @jabberwocky :

    Je trouve le premier tableau glauque et il me rend mal Ă  l’aise.
    En ce qui concerne le second, j’adore ce mĂ©lange de couleurs, je les trouve bien assorties, et ce tableau est agrĂ©able Ă  mes yeux.

    Je n’apprĂ©cie pas toujours l’art contemporain et je ne le comprends que peu, et c’est pour cela que je parle de subjectivitĂ©, du moins de la mienne, mais je ne partage cet avis de gratuitĂ© et de cynisme absolu : je ne
    sais pas ce qu’il y a dans la tĂȘte des artistes, et j’ignore quasiment tout de leurs
    motivations.

    Mais cela n’a pas d’importance pour moi. Pourquoi cela devrait-il en savoir ?

    Si je ressens des Ă©motions positives quand je regarde ou visionne une oeuvre, si cela me fait du bien, alors c’est l’essentiel, pour moi. Je ne cherche d’ailleurs pas un sens Ă  tout ni Ă  ma vie. Pour moi ce qui importe, c’est que je me sente bien.

    AprĂšs, si on n’y trouve ni sens ni intĂ©rĂȘt Ă  certains arts, voire si on ne les apprĂ©cie pas, idem pour les personnes, pour moi il suffit de passer son chemin.

    Mais à chacun sa façon de voir les choses.

    Dans tous les cas, quand j’Ă©tais enfant et que les adultes dĂ©bataient du sens de la vie, moi je pensais qu’ils Ă©taient bien aveugles de ne pas comprendre que le sens de la vie n’avait que celui qu’on lui donnait, puisqu’ils avaient tous des avis diffĂ©rents. J’ignorais alors que j’Ă©tais tout aussi aveugle qu’eux.

    • 615ecd584d09c bpthumb

      jabberwocky

      Membre
      24 juillet 2021 Ă  20 h 07 min

      Je trouve le premier tableau glauque et il me rend mal à l’aise.

      Cela tombe bien @foolish_little_bird , puisque c’est l’effet escomptĂ©. C’est une rĂ©flexion Ă  propos de la peine de mort. Son titre est : “Les suppliciĂ©s”. Le titre est important ; il confĂšre une humanitĂ© aux condamnĂ©s. HumanitĂ© que la sentence de mort a dĂ©niĂ©e.

      Cette reprĂ©sentation du dĂ©but du dix-neuviĂšme siĂšcle (c’est important de le prĂ©ciser) est trĂšs engagĂ©e. Elle veut dire quelque chose.

      En ce qui concerne le second, j’adore ce mĂ©lange de couleurs, je les trouve bien assorties, et ce tableau est agrĂ©able Ă  mes yeux.

      C’est donc de la dĂ©co. DĂ©co qu’un enfant de six ans – ou n’importe qui – pourrait produire de façon alĂ©atoire, avec de la gouache et un bout de bois pour touiller*. Mais est-ce bien la mission de l’Art de s’abaisser Ă  des gribouillages infantiles et Ă  se montrer complaisant avec le spectateur ?

      Relis Fahrenheit, c’est en effet une des choses que Bradbury pointe dans son roman.

      * C’est d’ailleurs ainsi que Pollock procĂšde.

      Mais cela n’a pas d’importance pour moi. Pourquoi cela devrait-il en avoir ?

      Bah, Ă  ce compte-lĂ , rien n’a d’importance. Peu importe que des auteurs s’Ă©chignent Ă  produire des Ɠuvres engagĂ©es et exigeantes, pendant que d’autres s’enrichissent en misant sur l’idĂ©e que tout est relatif ou que tout se vaut.

      Moi je ne crois pas que tout se vaut. Je crois qu’il y a une hiĂ©rarchie et des valeurs – aussi discutables soient-elles – qui distinguent les productions individuelles, les idĂ©es, les propositions, etc.

      AprĂšs, si on n’y trouve ni sens ni intĂ©rĂȘt Ă  certains arts, voire si on ne les apprĂ©cie pas, idem pour les personnes, pour moi il suffit de passer son chemin.

      Je ne pense pas que le fond du problĂšme soit lĂ . C’est vrai, aprĂšs tout, qu’on peut toujours ignorer ce qui nous semble futile, mais quand une tendance ou une idĂ©e directrice devient l’horizon indĂ©passable, quand elle rĂšgne de façon despotique dans un domaine, c’est lĂ  qu’il y a un soucis.

      On parlait, en entame de ce sujet, de la religion du mathĂ©matisme et des nouvelles technologies. Penser autrement la sociĂ©tĂ© et l’enseignement dans une perspective plus littĂ©raire et refuser la virtualitĂ© devient presque impossible, tant on nous martĂšle que c’est le chemin de la raison et du progrĂšs.

      Ce qui s’est passĂ© avec l’art contemporain est comparable dans le fait qu’une minoritĂ© de gens a dĂ©cidĂ©, elle aussi, que la seule façon d’envisager l’art serait par le biais de concepts expĂ©rimentaux compliquĂ©s (fumeux), des forme archaĂŻques, laides, simplistes, primaires et des techniques gĂ©nĂ©ralement trĂšs pauvres.

      C’est d’ailleurs pour cela que n’importe qui peut prĂ©tendre faire de l’art. La qualitĂ© du dessin, la science de la composition, le propos, la quantitĂ© de travail, etc, maintenant on s’en fout.

      Quand Jacque Lang compare MC Solaar Ă  Arthur Rimbaud, on peut se demander si nous ne vivons pas une fin de civilisation.

      • 615075626537f bpthumb

        byaku

        Membre
        24 juillet 2021 Ă  20 h 46 min

        Comme tu le sais je partage totalement ton avis.

        Il fut un temps ou l’art rĂ©compensait le talent, la technique, le travail, l’exceptionnel … La diffĂ©rence entre l’art contemporain et ces valeureux prĂ©dĂ©cesseur, c’est que n’importe qui peut rĂ©pliquer une bonne partie des ” Ɠuvres ” contemporaines sans grandes difficultĂ©s la ou je dĂ©fie Ă  peu prĂȘt tout le monde de rĂ©pliquer des peintures rĂ©alistes par exemple

        *Ca ne veut pas dire que les peintures contemporaines ne peuvent pas ĂȘtre agrĂ©ables visuellement, il y a des mariages de couleurs qui sont sympas … C’est juste que pratiquement tout le monde peut s’y adonner, et avec un peu de bol faire une truc qui rend pas mal. C’est juste qu’on a abandonnĂ© le talent, le travail, et l’aspect de l’exceptionnel de l’art.

        👇Qu’est-ce qui est le plus long et le plus difficile Ă  produire/reproduire ? 👇

Affichage des réponses 1 - 10 de 13

Publication originale
0 de 0 articles Juin 2018
Maintenant