Liberté d’expression et tyrannie des neurotypiques

  • Liberté d’expression et tyrannie des neurotypiques

    Publié par olbius le 1 février 2023 à 15 h 53 min

    On m’a récemment fait suivre un article intéressant autour du sujet de la liberté d’expression. Sujet vaste, complexe et sensible s’il en est… Même ici on voit de temps à autre des gens faire n’importe quoi sous prétexte qu'”ici c’est la liberté donc je fais ce que je veux”, en mode ado rebelle assumé 🤓

    Voici donc un papier rare, puisqu’il traite des liens entre liberté d’expression et neurodiversité au sein du milieu universitaire.

    Quelques morceaux choisis pour vous en donner les grandes lignes (mais je vous invite naturellement à lire l’article en entier 😉 ) :

    Depuis le Moyen Âge, les universités ont magnifié les cervelles et les pensées inhabituelles. Depuis vingt ans, au nom de la diversité, elles les oppriment. […]
    Historiquement, le monde universitaire aura été un havre pour toutes les neurodiversités. […]
    Sans libre-échange d’idées, impossible de partager de nouvelles idées risquées (créativité), de les confronter à la logique et aux arguments de tiers (vérité), ni de les compiler en avancées civilisationnelles (progrès). La censure tue également la culture rationnelle d’une façon plus sournoise : elle réduit au silence les excentriques. Elle discrimine les neurominorités. […]
    À l’heure actuelle, c’est peut-être la tyrannie des neurotypiques qui est le principal danger. […]
    L’un des effets secondaires de cette volonté d’accroître la diversité démographique aura été de réduire la neurodiversité, en stigmatisant tous ceux dont le cerveau ne peut s’exprimer dans les limites d’un « discours approprié ». En somme, plus les campus sont devenus « respectueux » pour les personnes neurotypiques, plus ils ont aliéné les individus neuroatypiques. […]
    Dans une université au code à la fois trop flou et trop strict, les personnes neuroatypiques savent qu’à tout moment, elles peuvent dire quelque chose d’ « offensant » pouvant conduire à leur expulsion, leur licenciement ou empêcher leur titularisation. Elles vivent en permanence dans la peur, elles se sentent étouffées, elles apprennent à s’autocensurer. Et, en réaction, les neuroatypiques peuvent préférer s’isoler de la vie sociale et intellectuelle de l’université. […]
    Pendant des siècles, le monde universitaire aura été un havre pour la neurodiversité – un véritable « safe space » pour les esprits et les expressions excentriques, pour penser l’impensable et dire l’indicible. À nous de restaurer ces sanctuaires.

    Source : Attaquer la liberté d’expression, c’est s’en prendre aux autistes

    Quel est votre avis sur ce papier ?

    Membre Inconnu a répondu il y a 1 année, 4 mois 3 Membres · 7 Réponses
  • 7 Réponses
  • Membre Inconnu

    Membre
    1 février 2023 à 19 h 42 min

    Je pense qu’il y a autant de personnes chez les atypiques que les neurotypiques à se comporter parfois ou régulièrement en lourdingue, agressif, harceleur, tyran… Qui s’ignore parfois. Et il n’y a rien d’étonnant à ce que lorsqu’on passe notre temps à rabaisser et insulter les autres, voire pire, ils finissent par vouloir se moquer voire nous punir du comportement qu’on a.

    La frontière est fine entre la sincérité et la méchanceté, et entre la liberté d’expression et le harcèlement… Et vouloir “donner une leçon” à l’autre peut toujours déraper… Dans un sens comme dans un autre.

    Dans tous les cas, il y a “de base” des limites à la liberté d’expression : on n’a notamment pas le droit de porter atteinte à la vie privée et au droit à l’image d’autrui. On n’a pas le droit non plus de tenir des propos diffamatoires ou injurieux – en gros, il faut pouvoir prouver que nos insultes sont basées sur des faits 🙃-... Etc.

    Les compliments répétés ne sont pas punis par la loi. Sauf que cela peut être également perçu comme du harcèlement…

    Harceleur = manque d’empathie, absence de cohésion sociale, absence de coopération…

    Bien des HPI pourraient donc être considérés comme des harceleurs. Qu’ils soient des asperger ou non. Cependant, je fais une différence entre quelqu’un qui arrête ses comportements répétitifs lorsqu’on le lui demande et quelqu’un qui continue encore et encore malgré le fait qu’on lui demande d’arrêter. Généralement, cela se termine par un gros coup de boule, voire un gros coup dans la boule et/ou les boules. Jusqu’à parfois émasculation et/ou décapitation.😱

    Pour moi on assiste simplement parfois à une escalade de la violence. Car dire tout ce qu’on pense sans filtrer nos propos peut être un acte violent, même si le but n’est pas forcément de détruire l’autre.

    Conclusion : quand on exprime trop ce qu’on pense et ressent, on peut vite se retrouver dans la… 💩
    Et aussi mettre l’autre dedans… Et ça ne sent pas très bon… Pour personne.

  • Membre Inconnu

    Membre
    1 février 2023 à 20 h 16 min

    V pour Vendetta (film)

    Bonsoir Londres. Permettez-moi tout d’abord de vous présenter mes excuses pour cette interruption. J’aime, comme beaucoup d’entre vous le confort du train-train quotidien, le sentiment de sécurité et la tranquillité que procure ce qui est familier et répétitif. Je les apprécie, comme tout à chacun.

    Mais dans cet esprit de commémoration qui prévoit que les évènements importants du passé, habituellement associés à la mort d’un individu, ou à la fin de quelque horrible bataille sanguinaire, soit célébré par de sympathiques congés, j’ai pensé que nous pourrions célébrer ce 5 Novembre, jour hélas oublié, en consacrant un court instant de notre vie quotidienne à nous asseoir et à bavarder un peu.

    Il existe bien sûr des personnes qui ne veulent pas que nous parlions. Je soupçonne qu’en ce moment même, des ordres sont aboyés dans des téléphones et que des hommes armés vont bientôt se mettre en route. Pourquoi ? Parce que même si l’on peut substituer la matraque à la conversation, les mots conserveront toujours leur pouvoir. Les mots sont le support de la compréhension et pour ceux qui les écouteront l’énonciation de la vérité. Et la vérité c’est que quelque chose va très mal dans ce pays, n’est ce pas ?

    Cruauté et injustice. Intolérance et oppression. Et la où, auparavant, vous aviez la liberté de faire des objections, de parler comme bon vous semblait, vous avez maintenant des censeurs, des systèmes de surveillance vous contraignants à la conformité et sollicitant votre docilité.

    Comment est-ce arrivé ? Qui est à blâmer ? Bien sûr, il y a ceux qui sont plus responsables que les autres et qui devront en rendre compte mais… Encore dans un souci de vérité, si vous cherchez un coupable, regardez simplement dans un miroir.

    Je sais pourquoi vous l’avez fait. Je sais que vous aviez peur. Qui pourrait se vanter du contraire ! Guerre, terreur, maladie. Une myriade de problèmes a contribué à perturber votre jugement et à vous priver de votre bon sens. La peur a pris ce qu’il y a de meilleur en vous. Et dans votre panique vous vous êtes tourné vers Adam Sutler, aujourd’hui Chancelier.

    Il vous a promis de l’ordre, il vous a promis de la paix. Tout ce qu’il a demandé en échange, c’est votre consentement silencieux et docile. La nuit dernière, j’ai cherché à mettre fin à ce silence ! La nuit dernière, j’ai détruit le Old Bailey pour rendre la mémoire à ce pays.

    Il y a plus de 400 ans, un grand citoyen a voulu ancrer à jamais le 5 Novembre dans nos mémoires. Il espérait rappeler au monde qu’impartialité, justice et liberté sont plus que des mots, ce sont des principes. Alors si vous n’avez rien vu, si vous ignorez toujours les crimes de ce gouvernement, je vous suggère de ne pas commémorer le 5 Novembre.

    Mais si vous voyez ce que je vois, si vous ressentez ce que je ressens, si vous désirez ce que je désire, alors rangez vous à mes côtés dans un an à compter d’aujourd’hui devant les grilles du Parlement, et ensemble, nous leurs offrirons un 5 Novembre gravé à jamais dans les mémoires !!

  • Membre Inconnu

    Membre
    1 février 2023 à 20 h 23 min

    Bien que je sois un solitaire typique dans ma vie quotidienne, ma conscience d’appartenir à la communauté invisible de ceux qui luttent pour la vérité, la beauté et la justice m’a empêché de me sentir isolée.

    Albert Einstein

  • Membre Inconnu

    Membre
    1 février 2023 à 20 h 27 min

    « La vérité est incontestable. La malice peut l’attaquer, l’ignorance
    peut la tourner en dérision, mais à la fin, elle reste incontestable. » –
    Winston Churchill

  • Membre Inconnu

    Membre
    1 février 2023 à 20 h 35 min

    Dire la vérité est utile à celui à qui on la dit, mais désavantageux à ceux qui la disent, parce qu’ils se font haïr.

    Blaise Pascal

  • Membre Inconnu

    Membre
    1 février 2023 à 20 h 39 min

    Celui qui est assez intelligent pour connaître la vérité mais pas assez courageux pour la dire, n’est pas digne de la vérité.

  • Membre Inconnu

    Membre
    1 février 2023 à 20 h 47 min

    La vérité est pure! C’est certainement pour ça que si peut de monde l’apprécie ou la pratique!

    Il en est même (Joseph Goebbels) qui ont réussi à force de marteler un mensonge dans la tête des gens, à en faire des vérités! Technique encore employée de nos jours (tout les jours) (pfizer/Ukraine/Climat….etc….)!

    Le seul domaine où je peut admettre le mensonge , est pour épargner de la souffrance ; tant que cela ne génère pas de problèmes ailleurs .

Connectez-vous pour répondre.