Personal branling



  • Personal branling

    5fd60511afa70 bpthumb ilya mis à jour Il y a 1 mois, 3 semaines 2Membres · 2 Messages
  • aa6997a963fd61ac83b95b5ba000fd55?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    olbius

    Organisateur
    2 décembre 2020 à 17 h 53 min

    Le personal branling, ou “personnal branling pour les gens qui écrivent (mal) franglais, vous connaissez ?

    C’est quoi ça, le personal branling ? (personal branding c’est autre chose 😉 ) Hé bien en gros c’est l’art de se la raconter, en particulier sur les réseaux sociaux. Ce qui tourne souvent au ridicule (mais justement, la frontière avec le personal branding est souvent ténue…).

    Le personal branling n’est pas né avec le web, bien entendu. Au siècle dernier, je l’ai par exemple vécu lors de mon premier jour de classes préparatoires, lorsque quelques élèves comparaient ostensiblement leurs notes et mentions au bac (bon aujourd’hui vu l’explosion du nombre de mentions très bien ça doit moins se pratiquer 😅).

    C’est la même chose quand certains ici (c’est très très rare, heureusement) comparent leurs résultats au test de QI.

    Mais d’ailleurs, justement, quand on est surdoué, haut potentiel, zèbre ou je ne sais quel terme à la mode, comment “se vendre”, sans que ce soit perçu comme du personal branling ? Y a-t-il des sujets à absolument éviter ? Est-ce que plus une question de forme que de fond ?

    Cela me semble un sujet majeur. On retrouve dans la littérature beaucoup de mentions, notamment autour de la notion du faux-self, qui me laissent penser qu’intuitivement le haut potentiel comprend rapidement que quoiqu’il dise, quoiqu’il fasse, le risque est grand que cela soit perçu comme du branling personnel, du “je me la pète”, bref, un “orgueil mal placé”.

    D’un autre côté, parmi les caractéristiques du zèbre on trouve souvent l’idée qu’il ne sait pas, sans doute parce qu’il ne veut pas, se mettre en avant. Ce qui peut être, on le comprend aisément, source de frustration, notamment au fil des années dans le milieu professionnel, quand l’idéaliste comprend qu’être bon dans son travail n’est pas indispensable, et que ce n’est sans doute même pas essentiel, pour monter les marches. Dans le privé comme dans le public, d’ailleurs.

    Alors, quand on est un adulte HP, comment pratiquer un personal branding au quotidien qui ne passe pas pour du branling ?

    La question se pose aussi dans le domaine des relations amoureuses et amicales, d’ailleurs !

    N’hésitez pas à partager votre expérience… personnelle 🙂

  • 5fd60511afa70 bpthumb

    ilya

    Membre
    2 décembre 2020 à 20 h 15 min

    Bein, j’dirais humilité, “justesse”, un peu d’humour, efficacité dans l’action, travail sur sois autant psychique que physique, capacité à tenir ses engagements. Essayé d’être au plus vraie, j’veux dire par là vis à vis de ce qu’on veut dans la vie, de ce qu’on croie, de ce qu’on peut… En fait, pour moi, il ne serait même pas question de penser à se mettre en avant parce que c’est inutile quand on se trouve au bon endroit. Alors peut être plutôt chercher le bon “endroit”.


Affichage des publications 1 - 2 de 2

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 messages Juin 2018
Maintenant