Test Haut Potentiel : fiable ?

  • Test Haut Potentiel : fiable ?

    Posted by olbius on 30 septembre 2022 à 17 h 50 min

    Peut-on vraiment effectuer un test de Haut Potentiel Intellectuel (ou de Haut Potentiel Emotionnel, d’ailleurs) ?

    Si la notion de test de Quotient Intellectuel (test de QI) semble faire consensus, il n’en est pas de même pour ce qui est du test Haut Potentiel (test HP), comme nous le rappelle ce récent article de Maxisciences.

    Extraits :

    La notion d’HPI se base sur le concept de talent. C’est-à-dire le fait d’avoir un don individuel, une compétence précise qui ne peut donc pas se mesurer, car distincte des autres domaines. Quelqu’un peut être à la fois un génie de la musique et être très mauvais pour expliquer ses idées ou avoir une très mauvaise mémoire. En bref, le talent ne se mesure pas. […]

    Une personne diagnostiquée comme HPI n’a peut-être fait que bénéficier des privilèges de son héritage intellectuel et financier qui lui ont permis de devenir talentueux. […]

    “La plupart des caractéristiques supposées des personnes HPI, par exemple tout ce qui a trait à la personnalité, au sens de la justice, à l’hypersensibilité… ne sont pas du tout fondées. Leur liste se base essentiellement sur les témoignages subjectifs de psychologues.”
    Corentin Gonthier, maître de conférences en psychologie cognitive

    Source : Pourquoi les tests HPI ne sont pas aussi fiables qu’on le pense

    Quel est votre avis sur la notion de test du Haut Potentiel (test HP en général, et plus particulièrement test HPI) ?

    Kitsunebi a répondu il y a 1 mois, 2 semaines 8 Membres · 8 Réponses
  • 8 Réponses
  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Usager supprimé

    Membre
    30 septembre 2022 à 19 h 54 min

    Le test de QI est un moyen de mesure, il mesure une gymnastique du cerveau et un niveau de connaissance à un instant T. Tout le reste se base sur des hypothèses. Ce qui est le cas de la psychologie voire même de la médecine.

  • 6102d404d2a0b bpthumb

    hautpotentieldeconneries

    Membre
    30 septembre 2022 à 21 h 48 min

    Non, les tests de qi ne démontrent pas la “zebritude”, ni même “l’intelligence”, ils quantifient des résultats à des questions, qui permettent au mieux, d’évaluer, l’intelligence logico-mathématiques, la maîtrise fine du langage et une certaine culture G (je passe sur l’hypersensibilité, la soif de justice, ce sont des considerations très subjectives).

    Ces notions objectives, on peut les maîtriser de manière très satisfaisante par le biais d’une éducation bourgeoise et académique (c’est mon cas).

    À vrai dire, pas grand chose ne peut démontrer la douance.

    À posteriori, on peut distinguer un génie, par sa créativité et éventuellement trouver une réelle différence physiologique (Einstein et son corps caleux monstrueux^^).

    Les irm permettent semble t’il de détecter les activités neuronales atypiques (Lyon), mais, l’étude menée à partir de pré conçus psy (laminaires /complexes) ont pour moi un biais de base.

    On a sélectionné des laminaires et des complexes pour observer et comparer leurs activités neuronales, et on en tire tout un tas de conclusion qui étaient déjà établies par la psychologie. 🤷

    Quid de faire la même chose avec 10000 cobayes lambda pour “démontrer” enfin qq chose de valable…

    La résolution de l’imagerie médicale reste très médiocre, et je le rappelle, le cerveau humain est un univers (85 milliards de neurones, de mille à 10000 connexions synaptiques par neurones 😱) et ceux qui prétendent qu’on est capables de distinguer finement des profils sont très très gonflés.

    Galilée était un précurseur, il n’avait pas tout compris à la cosmologie, loin de là, à cause du faible grossissement de sa lunette, pourquoi serait-ce différent pour l’exploration du cerveau?

    On découvre des choses intéressantes, certes, de là à bramer qu’on a compris le fonctionnement cérébral, ou même qu’on est capable de distinguer la douance de la “norme”, les “laminaires” des “complexes”, ça me semble très douteux.

    Par contre, on est semble t’il capable de distinguer une créativité hors norme en observant l’activation des zones du cerveau.

    Là, l’interconnexion des 2 hémisphères et l’interconnexion intra-hemispherique semble clairement plus efficace chez les “créatifs”, ce qui permettrait d’associer des idées à un niveau supérieur, et donc de développer des théories réellement novatrices.

    Et pour finir, je rappellerai par honnêteté, que je ne suis pas testé, et que par voie de conséquence, vous pouvez considérer ce qui est écrit au dessus comme de la merde en barre sauce vomito. 😜😁

  • 603adbc53dd95 bpthumb

    matty

    Membre
    1 octobre 2022 à 11 h 18 min

    Ces discours/études neurotypiques sur la douance sont pathétiques, tous, ce n’est la faute de personne mais c’est une constante sans exception.

  • 613c49deeb257 bpthumb

    petitelilou

    Membre
    20 octobre 2022 à 0 h 45 min
  • 621e24654b579 bpthumb

    petitezebre

    Membre
    22 octobre 2022 à 0 h 11 min

    Bonsoir,

    je ne peux pas dire pour ma part si ces tests sont fiables ou pas. Je dirais que tout dépend de ce qu’on mesure. Alors je lis que si on est né dans la “bonne famille”, on peut mieux répondre au questions.

    Peut-être…

    Pour ma part je suis issue d’une famille d’ouvriers, mais j’étais toujours en tête à l’école, sans travailler. Il me suffisait d’écouter. Le test n’est pas juste fait pour savoir si vous connaissez la définition des mots, mais jusqu’où vous allez dans leur définition. Cela démontre un certain fonctionnement.

    Pour les problèmes mathématiques, évidemment que si vous faites un métier dans lequel vous faites des opérations toute la journée c’est plus simple. Mais la rapidité d’exécution est mesurée, la mémoire,…. Personnellement j’avais les réponses aux problèmes avant que le psy ait fini sa phrase. Pour moi c’est clair que c’est la capacité et vitesse de compréhension qui sont testés. Je connais des gens qui s’expriment très bien mais dont la pensée ne va pas très loin et n’est pas “intelligente”. L’intelligence et l’instruction ne sont pas équivalentes. A l’école j’étais avec des fils de notables, d'”intellectuels”, mais ça ne changeait rien. J’étais bien au dessus du lot dans mes réflexions, dans mes analyses, ma rapidité de compréhension et d’exécution, et pourtant, ça ne venait pas de mon environnement familial.

    J’ai fait de la musique, j’étais douée, j’ai fait du sport j’étais douée. Vous me trouverez prétentieuse en me lisant mais c’est juste la réalité. Et ce n’est pas quelque chose dont je parle. Absolument pas. Je suis plutôt du genre à ne pas vouloir me faire remarquer. Là je le dis parce qu’on est “entre nous”.

    Ma définition à moi de l’intelligence, et ça n’engage que moi, c’est la capacité à comprendre son environnement, à aller très loin dans la pensée (ce qu’on appelle la pensée en arborescence, même si ce terme ne me convient pas), et la capacité d’adaptation qui s’ensuit. Comprendre vraiment, réfléchir de façon globale, en prenant le maximum d’informations , connaissances en compte, faire des liens, c’est ça l’intelligence pour moi. J’adore Edgar Morin et sa “pensée complexe”. Ce type est génial. Savoir un peu de tout, de tout un peu, ne pas s’enfermer dans des croyances et connaissances limitées et limitantes. Après les soit disant super qualités des HPI, hum,… Et les histoires de complexes et laminaires, ce n’est pour moi que de la psychologie, qui n’a rien à voir avec le fait d’être HPI ou pas. Le problème de base est toujours le même sinon : qu’est ce qu’on met comme définition à ce terme d’HPI ? Moi je ne me sens finalement pas HPI, même si testée comme telle. Je me sens HQI, je trouve ça plus adapté à ma situation. Après c’est juste un état de fait, je ne m’en gargarise pas, je ne l’ai dit à personne d’ailleurs, ça ne s’affiche pas, ça ne me donne pas plus de valeur que n’importe quel autre humain. Je suis différente sur ce point, mais d’autres ont d’autres différences, très intéressantes et très belles. Je lis que pour certains c’est un handicap, mais pas pour moi. Un brin de solitude parfois, c’est vrai, mais bof, rien qui m’empêche de vivre. Et ça me permet de me remettre sans cesse en question et de progresser, et c’est ça qui m’importe.

    Pour en revenir au test, j’avoue que j’ai lu certains retours qui m’ont posé question. J’ai lu pour certains qu’ils n’avaient quasi répondu à rien, qu’ils ne comprenaient rien, qu’ils avaient arrêté certains items en route, et qu’à la fin il leur avait été dit qu’ils étaient HPI. Alors là, j’avoue que ça me pose problème…

    Soit ils disent qu’ils ont pas répondu et c’est pas vrai, soit c’est le psy qui est complètement à la ramasse. C’est tout simplement impossible.

    Bref, là n’est pas le sujet. Pour en revenir à nos moutons, on m’a toujours dit que j’étais une surdouée, et le test a révélé que je suis HPI. Ce test, je l’ai passé il y a quoi, 1 an ? Et pas de surprise… Donc moi, forcément, j’ai tendance à dire que c’est fiable pour détecter les HQI.

    Les HPI, ceux qui restent à l’état de potentiel, c’est que quelque chose d’autre bloque.

    Je sais que beaucoup sur ce site n’aiment pas ce que j’écris, parce que pour eux, HPI est forcément synonyme de problème, voire handicap.

    Mais moi je me suis inscrite sur un site qui s’appelle “rencontre-surdoué”.

    Bonne fin de soirée.

  • 638e3e9ee1c71 bpthumb

    Kitsunebi

    Membre
    22 octobre 2022 à 12 h 21 min

    Le HPI se voit à l’IRM. Une densité 2 fois supérieure à la moyenne dans les centres du raisonnement et de la sensorialité + une organisation spécifique de ces neurones, notamment une meilleure connexion entre elles. C’est un fonctionnement cérébral spécifique qui permet entre autres d’être moins sensible à certains biais cognitifs… Mais qui de mon point de vue peut aussi nous rendent plus vulnérables face aux biais émotionnels, par exemple. Et si en plus notre ego n’est pas équilibré, purée mais comment cela peut fragiliser et nous faire perdre notre capacité à raisonner et à percevoir la réalité… Au lieu de se fier AUX FAITS. Bref.

    Je pense que beaucoup de HPI peuvent rater les tests de QI notamment car ceux-ci ne mettent en avant que certains aspects cognitifs. Et si au dessus de 16 points, on parle de pics de douance, certains subtests sont plus liés à notre niveau socioculturel que d’autres.

    Les tests de performance et les tests de QI permettent de mettre en avant un fonctionnement cérébral à un moment T. En fonction notamment de son état de santé. Si tu es en burn out, évidemment que tout ce qui touche aux capacités de mémorisation va être touché, si tu ne gères pas bien tes émotions , tu risques de paniquer et perdre tes moyens à certains moments… Sinon, si tu as un asperger, tu ne pourrais à priori pas avoir des résultats homogènes au test de QI (ce qui ne veut pas dire qu’avoir des tests hétérogènes implique un asperger), etc. Mais tout cela est à prendre avec des pincettes.

    Et même s’il y aurait une corrélation forte entre le HQI et le HPI, on peut avoir moins de 130 de QI et être HPI et avoir plus de 130 de QI et ne pas être HPI. Se baser sur un QI global pour se baser sur un HPI est “dangereux” pour moi… Et ne pas tenir compte de l’état de santé et/ou encore émotionnel des gens ou de certaines pathologies… Gloups…

    Et ce qui me fait hurler de rire c’est que certaines personnes qui ont raté Mensa peuvent être THQI lorsqu’elles passent le wais… Et qu’on peut passer ces tests wais à des moments différents et être juste HPI à un moment et THQI à un autre…

    En tout cas, ok, il n’y a que 2,5 à 3% de HQI dans la population, puisque c’est basé sur des classes… Donc forcément, vu comment c’est construit, la proportion de HQI restera la même, sauf qu’en fonction des subtests choisis et des moments, le QI peut évoluer… Il change même au cours de la JOURNEE !

    Quoiqu’il en soit, je pense qu’il y a bien plus de personnes qui sont HPI que de personnes qui sont HQI. Et si on veut savoir si quelqu’un est HPI ou pas, il suffit de lui faire passer un IRM.

    Sinon, en ce qui me concerne, une personne m’a dit pendant des années que j’étais normopensante ET neurotypique (et la plus merveilleuse des amies, durant 20 ans) puis m’a traitée de pervers narcissique dès que j’ai eu mon identification, et certaines personnes pensaient que j’étais THQI avant de connaître mes résultats de tests et d’autres pensent (ou en tout cas disent) toujours que je ne suis pas HPI, alors l’oeil humain pour estimer le HPI ou encore les capacités cognitives… BOF. Les gens ne voient parfois que ce qu’on veut bien leur montrer et/ou ce qu’ils veulent voir. Y compris les psy. Et nos capacités évoluent. Dans un sens ou dans un autre. Avec l’entrainement, notre état émotionnel…

    On peut d’ailleurs perdre des neurones et détériorer ses connexions neuronales ou encore améliorer nos connexions neuronales, créer de nouvelles neurones… Il suffit juste de savoir comment s’y prendre… Et s’en donner les moyens.

  • 627a48c901a54 bpthumb

    max

    Modérateur
    22 octobre 2022 à 12 h 59 min

    @Kitsunebi il me semble d’après mes cours de bio, qu’on ne crée plus de nouveaux neurones à l’âge adulte, ce qui peut se modifier, c’est les chemins neuronaux, nos neurones créent de nouvelles connexions, un réseau en perpétuelle évolution

  • 638e3e9ee1c71 bpthumb

    Kitsunebi

    Membre
    22 octobre 2022 à 13 h 07 min

    @max : oui, c’est ce que j’avais appris autrefois. Mais on trouve certaines études qui disent le contraire, depuis ces dernières années.

    Exemple : https://wp.unil.ch/allezsavoir/on-cree-1500-nouveaux-neurones-tous-les-jours/

    “Une loi scientifique ne tient que jusqu’à ce qu’une autre la contredise. L’histoire est pleine de ces contradictions et revirements de lois que nous pensions universelles”
    Christophe Caupenne