Distorsion cognitive



  • Distorsion cognitive

    5d9c58430463a bpthumb momosse mis à jour Il y a 1 mois 5 Membres · 5 Messages
  • aa6997a963fd61ac83b95b5ba000fd55?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    olbius

    Organisateur
    24 octobre 2020 à 13 h 10 min

    Je lance une discussion pour parler du concept de distorsion cognitive.

    Que sont les distorsions cognitives ? (on parle également de pensées automatiques, notamment de pensées automatiques négatives)

    Les distorsions cognitives [sont] des interprétations et des représentations biaisées du monde privilégiant systématiquement une vision négative et pessimiste des choses, sont responsables de son incapacité à évaluer la réalité de manière positive ou neutre.

    Source : Thérapie cognitive et distorsion cognitive : principes

    Ce site web développe de manière très complète et claire le sujet de la distorsion cognitive, je vous invite donc à cliquer sur le lien si vous voulez en savoir plus, mais je vous fais une petite synthèse ci-dessous, avec le moins de distorsion possible 😀 :

    Aaron Beck a défini la dépression comme étant le résultat de distorsions cognitives dans trois domaines majeurs (on parle de la triade de Beck, pas le chanteur hein 😉 ) :

    1. Cognitions sur soi
    2. Cognitions sur l’environnement (le monde et les autres)
    3. Cognitions sur l’avenir

    Exemple de distorsion cognitive (que l’on retrouve par conséquent souvent chez le surdoué en dépression) :

    1. Cognition sur soi : “Je ne vaux rien”, “Je ne suis pas à la hauteur”
    2. Cognition sur l’environnement : “Ce monde est pourri”, “Les gens sont égoïstes”
    3. Cognition sur l’avenir : “Rien ne s’améliorera jamais”, “C’est sans espoir”

    Je pense que, par définition, le sophisme de la pente glissante est clairement un enfant de la distorsion cognitive…

    Le site donne également une liste des 10 pensées automatiques dysfonctionnelles les plus courantes :

    1. La pensée dichotomique (principe du tout ou rien) : penser que si une chose n’est pas exactement comme nous le souhaitons, c’est un échec
    2. La surgénéralisation : construire des règles pour son comportement futur à partir d’événements négatifs passés (une forme de cherry picking ? 🙂 )
    3. L’abstraction sélective : filtre mental qui ne laisse percevoir que le côté négatif des choses
    4. La disqualification du positif : transformer une expérience neutre ou positive en expérience négative
    5. Les conclusions hâtives principe de l’inférence arbitraire) : imaginer des scénarios noirs sans preuve et y porter crédit
    6. Exagération (dramatisation) et minimalisation : exagérer ses erreurs et minimiser ses points forts
    7. Le raisonnement émotionnel : se servir de ses sentiments comme s’il s’agissait de preuves
    8. Les fausses obligations : se fixer arbitrairement des buts à atteindre (“musturbation” en anglais)
    9. L’étiquetage : jugements définitifs et émotionnellement chargés que l’on porte sur les autres ou sur soi-même
    10. La personnalisation : se sentir responsable du comportement des autres

    Sur un autre site on trouve d’autres informations très intéressantes, sous un angle légèrement différent mais tout à fait complémentaire.

    Aaron T. Beck, père de la TCC (Thérapie Comportementale et Cognitive), a mis en évidence l’existence des ” pensées automatiques “. Les pensées automatiques, ce sont nos dialogues internes, nos perceptions, nos croyances sur nous-mêmes et sur les événements, un peu comme une voix off permanente. Une manière de gérer les pensées négatives est de repérer puis anticiper les déclencheurs de telles pensées.

    Source : Désamorcer les pensées automatiques

    Avec notamment un tableau d ‘”exercices” pour apprendre à changer ses pensées automatiques, une sorte de traitement en somme.

    Avez-vous déjà identifié chez vous (ou chez d’autres) des distorsions cognitives qui vous pourrissent la vie (ou l’ont fait par le passé) ? Avez-vous en particulier un exemple de distorsion cognitive que vous avez fini par identifier puis remettre en cause, voire réussir à déconstruire ?

    Vous surprenez-vous régulièrement à voir émerger dans votre cerveau des pensées automatiques, et plus particulièrement des pensées négatives automatiques ? Comment le vivez-vous, que faites-vous dans ce cas ?

    Je me dis parfois que cette obsession actuelle pour les “injonctions”, “diktats” and co, et l’indignation permanente que cela entraîne souvent, pourraient être en partie un refus de faire face à ses biais, sa grille de lecture, sa subjectivité… Il me semble qu’il est toujours plus facile, plus confortable, de blâmer l’autre (‘l’enfer c’est les autres”, comme dirait… l’autre) que de faire face à soi (avec l’obligation de changement personnel, parfois profond, que cela sous-entend).

    Quel est votre avis sur tout ça ?

    A vous 🙂

  • 5fa994061c46d bpthumb

    sylvie7

    Membre
    24 octobre 2020 à 19 h 35 min

    Extrêmement intéressant ces articles, merci😁😁 .

    Je ne sais pas comment mettre des mots sur ce que veux exprimer alors je vais mettre en application tout ce suite ce tableau avec 1) ne pas avoir peur de ne pas être à la hauteur 2) je peux essayer de mettre mes ressentis par écrit 3) chaque opinion est intéressante et apporte quelques choses aux débats aussi petite soit elle donc ne pas avoir peur de s’exprimer. Bon voilà en directlive le travail que je viens d’effectuer pour écrire cette réponse. Bon peut être un peu resumé pour pas que ça fasse un pavé 😜

    Il est vrai que la manière dont on voit la vie Influence énormément la qualité de la journée que l’on passe ainsi que nos différentes réactions. Ainsi une journée positive, ou l’on est sûr de soi, ou la vie nous semble belle et l’avenir positif, tout semblera facile et les problèmes seront deviendront un jeu, facile à résoudre ou un challenge. Cela, fort Heureusement représente Une grande majorité de mes journées.

    Et il y a les autres journées, celle où rien ne va et ou l’on ne voit que le négatif.

    Un psy avait essayé sur moi là technique du tableau ou il fallait écrire les émotions ressenties. Ça avait bien permis de mettre les doigts sur Mon probleme principale qui était ce problème de colère contenue en permanence. Je n’étais QUE colère. Petit vestige d’une enfance se contenir face à un parent maltraitant ( en tant qu’enfant on ne peut que subir le châtiment sans autre choix que de garder sa colère en soi fasse à l’injustice de la situation) Que j’ai par la suite retravaillé par moi même. Identifier un problème est déjà un grand pas. Le résoudre est parfois plus dur avec quelques sorties de route … oups 😉

    Mais je crois que cet article va grandement m’aider les jours où tout démarre mal

  • 5f3d91cd17ed1 bpthumb

    TigrouContreLesVikingsDeLEspace

    Membre
    25 octobre 2020 à 0 h 48 min

    Merci Olbius pour tous ces articles vraiment intéressants, et le temps que tu y consacres !

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    25 octobre 2020 à 9 h 47 min

    Hello people of the world

    LOVE avant tout

    J’hésite vraiment à publier ça

    mais bon rien de tendancieux anyway,

    et anyway too, je sais d’office que je vais être casé dans la classe 2, 5 du début de ce post, voire toutes en fait… Bah tant pis :

    Hello @olbius

    je vois évidemment depuis longtemps que tu es une tronche, et c’est un vrai compliment, mais un compliment qui vient de moi, je ne suis pas à même d’en juger sans doute ( aucun ).

    Au fait c’est Alfa, je pense que tu l’as remarqué dès le début… Donc toi et les autres modés sont libres de me virer dans la seconde, ça va sans dire…

    Sinon, yes, je vois bien ce que tu veux dire, mais, je te cite quand même, pour la distorsion cognitive :

    “Exagération (dramatisation) et minimalisation : exagérer ses erreurs et minimiser ses points forts”

    Réponse : yes, bien sûr, que ce soit ce point ou un autre que tu as cité, c’est très logique, mais au final, j’ai un peu l’impression qu’éviter à tout prix tous ces points dits “négatifs” reviendrait un peu à devenir un être parfait non ? Et ce que personne n’est et ne peut être d’ailleurs non ?

    Perso, enfin c’est vraiment perso quoi, mais les petits défauts dans mes tableaux apportent une touche de sensibilité je trouve, mais le reste est carré tu vois ?

    Je crois que c’est Cézanne qui disait qu’une toile “non finie” apporte un plus au tableau.

    Peut-être qu’il pensait à laisser l’imaginaire du spectateur travailler, je ne sais pas.

    Ce qui l’élèverait peut-être ?

    Peut-être que la perfection se trouve aussi dans certaines imperfections, je ne sais pas, c’est une question qui mérite d’être posée peut-être,

    tant qu’on ne sait pas si la matière noire se cache plus dans des chaussettes mal lavées que l’inverse…

    Ou l’inverse !…

    <div>Biz à toi
    </div><div>

    Ps : cette recherche absolue d’aucun défaut, pour moi c’est de la dictature quoi.

    Ca laisse trop peu de place à la liberté.

    Mais je dis pas que c’est pas pareil pour moi !

    Chacun ressent les choses selon sa personnalité propre aussi sans doute.

    </div>

  • 5d9c58430463a bpthumb

    momosse

    Membre
    26 octobre 2020 à 4 h 35 min

    Effectivement, c’est un sujet très intéressant… Et ça m’a d’autant plus plu d’en prendre connaissance que je me suis trouvé bien positionné “cognitivement parlant”… à tel point que je me vois (pour une fois) heureux d’être si “conforme” !… ^^


Affichage des publications 1 - 5 de 5

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 messages Juin 2018
Maintenant

New Report

Close