Réflexions sur la moquerie

  • Réflexions sur la moquerie

    Posted by bartorn on 22 février 2022 à 12 h 41 min

    Hey, toi, t’arrive-t-il de te moquer? Si oui, viens m’expliquer le concept si t’es pas un/e lâche.
    J’ai aperçu un nom ce matin (tu te reconnais? Viens ici en frontal et on en discute…) et cash, cette histoire de moquerie qui remonte dans ma tête…
    Et apparemment, tout le monde le fait plus ou moins.
    Je suis du côté moins, voire, vous ne me croirez peut-être pas mais je ne dis de mal de personne à personne. Jamais. Bon en même temps, je parle à pas grand monde.
    C’est entre autre, le fait de ne pas se moquer, qui me rend différent des autres car cela m’a toujours choqué, depuis petit. Ce n’est pas rentré dans mon système de valeur.
    Beaucoup parlent d’ouverture d’esprit, même se targuent d’avoir l’esprit ouvert mais quand un être différent émerge, un sentiment étrange (étrange pour moi) émerge, la moquerie. D’autres en appellent à l’humour… Je vous demanderai sûrement un éclaircissement sur cette question, j’ai de graves lacunes aussi😅

    La moquerie est pour les faibles d’esprits. Voilà. Je le pose, ça me soulage. Et ça, c’est du jugement bête et méchant mais pas moqueur…

    Pour plein de raisons que je vais déballer.
    Petite pensée pour seayou… construire la pensée, argumenter, j’étais pas habitué à ça et y a du boulot…

    Définition :
    Se moquer : tourner en ridicule.
    Basique, presque limpide. Mais je vais qd même poser la def de ridicule, histoire qu’on soit d’accord.
    Ridicule :
    1.Qui fait rire par un caractère de laideur, d’absurdité, de bêtise.
    2. Insignifiant, infime.
    Je suis partagé là. Les deux def peuvent marcher mais y a pas l’aspect on se marre bien dans la 2…
    Faible d’esprit :
    personne dont les facultés intellectuelles sont peu développées (ndlr, il n’est pas précisé de durée dans le temps, donc cela peut-être momentané ou définitif)

    1 La moquerie est pour les lâches.
    Ça c’est mon premier argument d’accroche. Donc si tu te moques, tu viendras pas forcément ramener ta gueule à vanter les mérites de la moquerie ? Ça serait dommage. J’ai les crocs… pour de vrai en plus, 24h que j’ai quasi rien mangé.
    Pourquoi est-ce pour les lâches?
    Tout simplement parce que la moquerie est une pratique sociale contre une minorité. Ça marche tout seul, évidemment, j’imagine bien les gens se dire dans leur tête : rho t’as vu comment il est habillé lui? On a pu me rapporter ce genre de pratique individuelle. Perso, je suis généralement du côté du mal sapé, tout simplement car le concept d’esthétique me passe un peu au dessus (ça non plus, c’est pas donné à tout le monde, cette capacité d’abstraction…). Donc à se moquer à 2, on trouve bien plus de plaisir à ce que j’ai pu constater, comme le sexe en fait, me dis-je. On se moque à défaut de niquer? Non, je déconne… Et on se sent plus fort à 2, forcément.
    Plus on est à se moquer, meilleur c’est, voir les spectacles de certains “””””humoristes”””””.
    Généralement, en tout cas à notre époque, il n’est plus très bien vu de se moquer publiquement en groupe d’un individu ou d’un groupe minoritaire, à part si t’es humoriste reconnu par la fange sociale (tu as le droit de faire rire plein de gens contre une personne) ou la minorité ou une bande d’abrutis.

    De qui/quoi se moque-t-on?
    De tout a priori, mais mon post est plus orienté sur la personne.
    Donc, de qui se moque-t-on? De tout le monde, suivant sa culture, son grade social, son éducation.

    Pourquoi se moque-t-on ?
    Et là, je vais avoir besoin de votre aide.

    Dans mon idée, c’est une façon d’évacuer le stress, la pression, par la parole et/ou le rire, subie lors d’une confrontation avec un système étranger au sien ; de pouvoir remonter sa propre estime en rabaissant celle de l’autre. Je pourrais en trouver d’autres, possiblement mais j’ai la flegme, le sujet est long et mon intérêt est de faire réfléchir sur un mécanisme ridicule, pour le coup, def 1, absurde ( (CHOSES) Contraire à la raison, au bon sens, à la logique.)😁

    Quels sont les effets de la moquerie?
    Je ne peux que parler de celui qui en souffre, je n’ai jamais été dans l’autre camp, mais si le coeur t’en dit, viens m’expliquer.
    Donc celui qui reçoit la moquerie ressent un sentiment d’exclusion, clairement.
    Mais pourquoi doit-il subir ça?
    Est-ce sa faute d’être différent, moche, absurde ou bête ? C’est le lot de tout un chacun, certes d’être le moche, l’absurde ou bête de quelqu’un d’autre.
    Mais est-ce que le fait de le souligner améliore sa situation? Non. Cela améliore la situation du moqueur (gain d’estime de soi, évacuation de stress) mais empire celle de la victime. Parce que oui, on dit être victime de moquerie. Une agression psychologique, une absurdité.

    Pour ma part, au lieu de moquerie, je suis au pire dédaigneux. En tête à tête, pas besoin d’un troupeau pour affirmer mon profond désaccord mais c’est très rare, quand je suis dos au mur, sans possibilité d’esquiver. Je vois les gens comme des insectes, tous affairés à (avoir l’impression de) mener leur existence tant bien que mal dans un monde tendu, incertain, proche du chaos, se rattachant à des valeurs que j’estime basses, j’en parle.
    Pouvez vous me prouver que la moquerie est un acte vertueux?

    Toujours pareil, on est là pour la discute, voire même pour le fight si il faut. Ça va, la joute verbale, ça tue pas directement au moins. Voilà, quelques lignes, au réveil. C’est la grande forme. Je vous attends avec impatience. Merci

    bartorn a répondu il y a 7 mois 8 Membres · 56 Réponses
  • 56 Réponses
  • 62103001ea254 bpthumb

    bartorn

    Membre
    22 février 2022 à 13 h 43 min

    C’est justement pour amener à la réflexion que je poste… Si ceux qui se moquent ne savent pas pourquoi ils le font, peut-être que ça leur donnera envie de réfléchir et peut-être même l’expliquer, si y a un tantinet de couilles. Je tente une approche psycho frontale (J’aime bien ce terme en ce moment, comme un ras-le-bol et en bon bélier que je suis…). On est quasiment tous là pour la réflexion, utilisons notre don d’intelligence.

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Usager supprimé

    Membre
    22 février 2022 à 13 h 44 min

    @bartorn je ne sais pas qui est le « hey toi!»? Est ce un appel général ? Une figure de style ? 🤔peut être pas puisque tu dis avoir vu son nom ce matin avec un ” tu te reconnais”.

    Heu je suis moqueuse, dois je me sentir concernée?

    Oui je suis moqueuse et fière de l’être. C’est un trait de ma personnalité qui est énormément apprécié partout où je vais.

    De qui je me moque? De tout le monde sans exception et de moi la première.

    La moquerie est pour les laches? Je ne pense pas, vu mon vécu et mon tempérament que l’on puisse me qualifier de lache.

    De quoi je me moque ? De tout même de la mort. J’aime relever les incohérences, les attitudes malhonnêtes, la mauvaise foi mais aussi vêtements, coiffure… tout y passe.

    On se moque à défaut de niquer? Non, ça va bien merci 😁

    Pourquoi je me moque? Pour détendre l’atmosphère, sachant que ma première intention est de faire rire la personne moquée et moi aussi. Ensuite ma seconde intention est de la faire réfléchir. Et bien souvent j’ai droit à « t’as raison, c’est bête »

    Je crois que ce qui est important est le but qu’il y a derrière la moquerie. Bien sûr cela peut devenir une arme qui blesse et j’essaye de faire attention à ne pas blesser sauf si j’estime que la personne le mérite au vu de fait qui ont été commis. Et dans ce cas la blessure est juste un rappel à l’ordre car je n’ai pas vocation à rabaisser pour le plaisir.

    Donc à mon avis le problème n’est pas la moquerie seule mais la volonté de blesser par la moquerie.

  • 62103001ea254 bpthumb

    bartorn

    Membre
    22 février 2022 à 13 h 53 min

    Touché. Bien-sûr je je parle de toi. Tu m’avais pas manqué. Je dormais presque tranquillement… 😂

    La discussion est ouverte. Je t’enjoins à me relire car tu as fait quelques raccourcis douteux…

    Je t’ai vu (de lire) blesser des gens. Après, on a pas tous la même sensibilité non plus.

    Mon posts est ouvert, aux victimes comme aux bourreaux, chacun exprimant son point de vue, librement.

    Je suis dans une démarche de compréhension et de réflexion (faut quelque chose en face pour réfléchir sinon, c’est juste de l’émission…)

  • 5d2a2cb085eb8 bpthumb

    bagayaga

    Membre
    22 février 2022 à 13 h 59 min

    J’aime bien me moquer. Je dirais de façon officieuse, puisque le but n’est pas de rabaisser quelqu’un. C’est plus un moment de plaisir coupable, prohibé, avec une tierce personne. Où l’on s’affranchit de la morale, cette lourde croix à trainer. Plus c’est abusé et politiquement incorrect et plus c’est drôle. Y a le côté autodérision je crois, quand on accepte de rire de soi même. D’accepter que l’on soit drôle à son insu. Dans nos particularités, ce qui nous distingue et saute aux yeux des autres. Pour autant est ce que ça fait de moi un monstre ? Je ne crois pas. C’est un outils de détente, de complicité avec un tiers. Où l’on s’amuse à dire n’importe quoi. Assis sur un banc,on observe deux inconnus au loin et on va s’imaginer leur dialogue et le tourner de façon que soit absurde, grossier, avilissant. Alors que ça n’a rien avoir avec ces gens. Qu’on en a rien à foutre d’eux. C’est une façon de rire. De s’amuser. J’ai grandi aussi dans la vague canal plus, le satirique. Qui très tôt nous est inculqué je dirais rien que dans les fables de la fontaine ou Les Caractères de La Les heures passées à me bidonner devant le Charlie Hebdo. Les deux vieux connards du Muppetschow. Tout les cartoons que l’on a regardé. C’est assez culturel chez nous. En France. C’est la base de notre humour, on s’en balance plein la tronche. Je comprends que c’est choquant d’ailleurs pour les étrangers qui viennent chez nous, et qui ont des cultures plus moraliste c’est abusé selon eux. Le bien/le mal. Le devoir etc. Mais chez nous on se cartonne tout le temps la tronche. On se dit ce que l’on pense les uns des autres, on rit et on tourne en dérision,nous sommes très souvent ironiques. C’est un tout. Qui me paraît moins hypocrite qu’une certaine bien pensence. Bien sûr que cela peut blesser, faire mal, surtout chez les personnes qui ne sont pas bien dans leurs baskets. Et que cela puisse être jugé comme étant mal. Mais c’est encore une fois une question de moralité. De curseur. Tu as toi sûrement une morale de chevalier. Et c’est cool. Par contre pour beaucoup c’est complètement ennuyeux. En ce moment la société prend un tournant moraliste de ouf. C’est flippant je trouve. Tout es jugé evil, et la sensibilité et la protection des âmes sensibles est imposée de partout. Les gens faibles ne cherchent plus à s’endurcir, ils ne tolèrent plus de ne plus être pris en compte. Et à leur tour font preuve de tyrannie. C’est l’air de la victimisation. Sauf qu’un monde vertueux, régit par la punition des sept péchés capitaux, où l’on doit sans cesse marcher sur des œufs et faire preuve de sagesse et de commisération c’est juste l’enfer je trouve. Ce fameux enfer pavé de bonnes intentions. Pour finir je pense que se moquer c’est à la fois bien et c’est à la fois mal. Et que ça n’a pas de réelle importance, sauf pour ceux chez qui ça en a. Comme souvent rien n’est blanc ou noir. Et c’est toujours, j’ai le sentiment une démarche plus saine et proactive ,de relativiser. Plutôt que de faire une chasse aux sorcières. Les gens susceptibles, qui n’aiment pas être tournés en dérision, ben foutez des gnons^^ Posez des limites, plutôt que d’aller chialer à l’autorité pour être dédommagé. Le monde est cruel. Peuplé d’humains bestiales, qui ne vous ferons pas de cadeaux. Ça n’est pas près de changer. C’est la loi du plus fort. Autant accepter la réalité tout de suite. Sinon ça risque d’être désillusion et dépression jusqu’au trépas.

    Voilà ce qu’en disait Démocrite.

    « Ce discours que j’ai abrégé exprès, remplit Hippocrate de surprise et d’admiration. II s’aperçut que, pour être véritablement philosophe, il fallait se convaincre en détail qu’il n’y a presque dans le monde, que des fous et des enfants. Des fous plus dignes de pitié que de colère ; des enfants qu’on doit plaindre et contre lesquels il n’est jamais permis de s’aigrir, ni de se fâcher.»

  • 62103001ea254 bpthumb

    bartorn

    Membre
    22 février 2022 à 14 h 15 min

    Magnifique ta citation @bagayaga .

    Oui, pour les gens qui éprouvent la pitié, cool pour eux, et encore, le sentiment de déresponsabilition de l’autre est pas terrible. Comme je t’ai dit, j’en ai pas. Reste la colère…

    Tu dis à moment donné “on s’en fout de l’autre” . Oui, c’est exactement ça. On s’en fout de l’autre, pris entre soi et soi à pas voir plus loin que le bout de son nez… Gerbeant.

    Une victime de moquerie, sans partir dans la victimisation à outrance, souffre forcément de la moquerie.

    Ce mot est inventé pour cela. Sinon, c’est de l’humour, oui, on rigole avec et pas aux dépends.

    Et quiconque juge être victime de moquerie doit être écouté, le bourreau doit s’adapter pour devenir moins offensant.

    J’ai pas vraiment une morale de chevalier… C’est de la moquerie ? 😆

  • 62778bce63e6c bpthumb

    red_pills_distributor

    Membre
    22 février 2022 à 14 h 30 min

    @bartorn Non, juste de la goujaterie 😈

  • 62103001ea254 bpthumb

    bartorn

    Membre
    22 février 2022 à 14 h 36 min

    Et j’en reviens au ridicule : fait rire par son caractère de laideur, de bête ou d’absurde…

    Qu’on m’explique comment on rend service à quelqu’un qui se sent moche ou bête, comment on améliore l’estime qu’il a de lui en en rajoutant?

    Se moquer derrière l’autre, à la langue de pute, soit, et encore, je suis pas sûr que sur le plan énergétique ce soit mieux….

    Perso, je m’en tape, si j’ai quelque chose à dire, je le dis, j’ai confiance en qui je suis, je sais reconnaître mes bons et mes mauvais côtés. Tu t’es reconnue celle que je ne veux pas nommer et tant mieux. Tu n’es pas la seule au monde, ni sur ce forum, loin de là…

  • 5d2a2cb085eb8 bpthumb

    bagayaga

    Membre
    22 février 2022 à 14 h 36 min

    On s’en fout dans le cadre d’un dialogue arrangé à distance(c’était mon exemple)(Peut être pas assez explicite mon exemple, mais je parle de la forme d’humour de la classe américaine). Pas de se moquer ouvertement de quelqu’un. Ça perso je ne le fait pratiquement jamais. Sauf si je suis en colère, contre une personne dans la rue qui m’agresse. Je vais asseoir ma domination et essayer de le briser psychologiquement en l’humilliant. Ouais là si je suis attaquée ça peut m’arriver de partir en roue libre et de perdre toute empathie. Mais bon perso si on me fout une tarte je ne tends pas l’autre joue. .

    Il y a des personnes moins susceptibles que d’autres. Personnellement je ne suis plus très susceptible aux moqueries. Sûrement parce que j’en ai subi depuis bien longtemps. Et absolument dans tout les domaines de ma vie. Il semblerait que je sois très drôle^^Au vu de ma façon d’être. Autant enfant cela me mettait très en colère. Maintenant ça m’en touche une sans taper l’autre. Je suis heureuse finalement d’avoir connue toutes les hontes possibles. Et j’ai survécu. Si quelqu’un veut se moquer de moi qu’il se moque.

    Oui tu as une morale de chevalier. Puisque tu veux défendre la veuve et l’orphelin. Par contre le fait que tu veuille étendre ton idéal à l’ensemble de la population fait de toi un totalitariste^^

  • 62103001ea254 bpthumb

    bartorn

    Membre
    22 février 2022 à 14 h 39 min

    J’assume

  • 5d2a2cb085eb8 bpthumb

    bagayaga

    Membre
    22 février 2022 à 14 h 44 min

    Et dans ton degrés de moral,.Totalitariste est mieux que moqueur?

Page 1 of 6