A qui parler de sa différence? Peut on en parler? Comment en parler?

  • A qui parler de sa différence? Peut on en parler? Comment en parler?

    Publié par Membre Inconnu le 23 février 2023 à 21 h 05 min

    Faire confiance, parler/présenter qui nous sommes. Quelles conséquences?

    Doit on garder ça pour nous jusqu’à la mort?

    En avez vous l’ expérience? Réactions neutres,bonnes, mauvaises…..Pour partager….etc..

    Membre Inconnu a répondu il y a 7 mois, 2 semaines 15 Membres · 40 Réponses
  • 40 Réponses
  • matty

    Membre
    28 février 2023 à 11 h 15 min

    En parler ? Non merci, le quotidien avec les NT est déjà suffisamment compliqué sans y ajouter une couche.

    Il y a des sujets qu’il est, par pur esprit de sérénité, préférable de laisser au vestiaire.

    Il y a tellement d’autres sujets sans enjeu avec lesquels faire joujou…

    En tout cas je ne prends jamais ce risque. La seule exception, suggérer à des parents de faire tester leur enfant.

  • Membre Inconnu

    Membre
    28 février 2023 à 19 h 56 min

    J’ai essayé deux fois en peu de temps,……..très mauvaise idée! En fait , le mieux et d’en parler ici. Mais le coté cyber me convient moins qu’une conversation en chère et en os. Bon…..maintenant , je ne le ferais plus! Et puis demeure cette religion du wais! Que dire, même avec ceux de ton espèce………Je ne referais pas le monde à moi tout seul, mais ce n’est pas simple comme situation. Il y a des gens intéressants de temps à autres! Matty par exemple! 😁

  • cinematographe

    Membre
    30 mars 2023 à 22 h 47 min
  • felicia

    Membre
    15 avril 2023 à 11 h 19 min

    En parler me semble périlleux vu le contexte actuel.

    J’ai essayé, par un temps, voici ce que j’ai obtenu :

    – jugements de type “c’est vachement prétentieux de penser ça”

    – silence, habité par des regards interrogateurs perplexes, puis changement rapide de conversation

    – agressivité : la personne se sent obligée de rentrer en compétition avec vous, comme pour vous prouver que vous êtes vous aussi un “neuneu” (dans ce cas, elle va mettre en valeurs ses propres compétences et dénigrer les vôtres) ou pour vous prouvez qu’elle est elle aussi intelligente (alors que ce n’est pas le sujet)

    – explication extravagante de type “c’est sans doute ce que tu as vécu qui t’a fait développer un HP” (et attention ici, cette nouvelle théorie psy a l’air d’être à la mode en ce moment : le HP créé par la pathologie)

    Le problème de fond est que l’intelligence est très mal perçue et donc aussi très mal reçue en France.

    Je ne dis pas que tout HP fait forcément toujours preuve d’intelligence et que les non HP en seraient incapables, mais enfin, le raisonnement cognitif HP prédispose quand même à se poser quelques questions sur le monde qui nous entoure et à en comprendre certains problèmes.

    Mais, dans notre pays, comme on ne sait pas ce qu’est l’intelligence et qu’on souffre d’une compulsion névrotique d’égalitariste : il est interdit d’avoir l’air plus intelligent ou plus brillant qu’un autre.

    Nous sommes ainsi tous condamnés à jouer ce ballet morbide, en clopinant à chaque pas que nous faisons et en souriant bêtement, car il faut faire semblant, faire semblant d’être toujours tous pareils, tous moyens, tous médiocres. Applaudissements dans la salle et sourires béats.

    Le pire étant, dans tout ça, que les autres, les non HP, je les vois eux aussi avec des talents précieux et indispensables pour tous qu’ils pourraient développer, et qu’ils ne m’apparaissent pas non plus comme dénués d’intelligence. Mais non, l’égalitarisme étouffe tout le monde. C’est la loi.

  • clemd

    Membre
    15 avril 2023 à 14 h 54 min

    Mon expérience est similaire à la tienne. Du fait que l’intelligence soit à la fois taboue et sanctifiée, je crois que, pluss que l’incapacité de comprendre, le problème est surtout qu’il est inenvisageable pour la plupart des gens d’admettre que son interlocuteur est plus intelligent. À fortiori dans une époque où tout est constamment remis en question, la vérité n’est plus qu’une opinion. Ce qui entraine un phénomène qui est surement familier à certains d’entre nous : le syndrome de Cassandre. D’autant plus que désormais on parle d’intelligences multiples, histoire que tout le monde puisse se dire qu’on est au moins intelligent dans tel ou tel domaine. Les gens se mettent donc à confondre compétence et intelligence. Cela étant dit je te rejoins sur le fait qu’il y a tant d’autres qualités importantes à avoir et qui peuvent s’avérer bien plus pratiques pour être heureux et inséré dans notre société. Pour répondre à la question initiale, “à qui en parler ?”, je crois qu’à part à un psy spécialisé ou quelqu’un de humble, ouvert d’esprit et ayant conscience de ta différence (bonne chance pour le trouver), en parler ne peut qu’amener une réaction négative. Tu peux aussi tenter d’en parler à d’autres “surdoués” mais là encore tu peux te heurter à un mur d’orgueil. Pour finir, à qui en parler dépend aussi de ce que tu attends de cette discussion, si cest de la compréhension/compassion (=> psy ou surdoué ayant les memes caractéristiques que toi) ou si tu cherches un avis différent du tien. Une des personnes avec qui j’ai eu les discussions les plus constructives etait quelqu’un de très terre à terre qui n’avait pas le temps de se poser ce genre de questions.

    Edit: ma psy m’a toujours déconseillé de le mentionner et de laisser les gens s’en rendre compte par eux mêmes. Eventuellement.

  • matty

    Membre
    15 avril 2023 à 18 h 41 min

    Oui, c’est tout à fait inutile d’aborder ce sujet avec des non hp, ça n’apporte rien, ni à eux, ni à nous.

  • Membre Inconnu

    Membre
    15 avril 2023 à 21 h 01 min

    Bon ben au moins, je me sens beaucoup moins seul d’un coup! 😃

    Je vois que nous avons des expériences ou conclusions similaires en la matière!

    Pour vivre heureux , vivons cachés! Malheureusement!

  • matty

    Membre
    16 avril 2023 à 10 h 12 min

    Du moment où notre faux self devient par la magie de la prise de conscience une option costume comme un autre, nous devenons, à défaut d’être plus habile, nettement mieux outillé pour faire face.

  • Membre Inconnu

    Membre
    17 avril 2023 à 16 h 05 min

    Quoi que tu fasses rien ne changera aux yeux des gens.

    Il faut dire les thermes ! Dès que tu voudras en parler, bien que notre langue soit riche de mots et de nuance la finalité sera la même.

    C’est à ce moment que le choix se présentera à toi. Soulager ton égo et ton angoisse profonde au détriment de tes relations sociales ou alors le mutisme et l’acceptation de cet état de fait.

    Malheureusement aucun n’est le bon choix, à toi de choisir lequel te fera la moins souffrir pour mieux accepter les conséquence de ton choix.

    J’ai personnellement choisi de parler des choses comme je l’entendais. Parfois les personnes sont aptes à comprendre mon mal-être profond et l’écoute sans jugement apparent. D’autre juge sans vergogne ce que je peux dire et détourne le chemin.

    En somme, mon choix n’est plus le mien. Je vis et je m’exprime comme j’ai besoin de m’exprimer. Les personnes choisissent de fait comment elles reçoivent mes états d’âmes et mes turpitudes.

    Mais sache que dans les faits, je me présente plus comme un être asocial. Très peu apprécié par les autres. Ce qui en soit me va très bien.

  • max

    Modérateur
    19 avril 2023 à 7 h 11 min

    Un peu comme @cherichoux , personnellement, je n’en fais pas un secret, je n’arrive pas devant les gens en disant “c’est moi le plus fort nananere” mais ils voient très vite que mes intérêts ne sont pas les leurs, que mon raisonnement est plus rapide etc.. il n’y a que pour les entretiens d’embauche où j’ai appris à me cacher. Étrangement, ce n’est pas une qualité d’être intelligent dans le monde du travail !

    En dehors de ça, je parle ouvertement de HPI, des avantages et des difficultés, si les gens comprennent, tant mieux, sinon, ils ne valent tout simplement pas la peine que je m’attarde avec eux

Page 1 sur 4

Connectez-vous pour répondre.