Question à tous les HPI

  • Question à tous les HPI

    Publié par Membre Inconnu le 27 mars 2022 à 22 h 32 min

    Bonjour à tous et à toutes,

    Je me pose une question qui me turlupine depuis un moment… : avez-vous réussi à développer des relations “profondes” et où vous vous sentez en osmose avec l’autre, avec des gens “non-HPI” ? J’ai moi-même beaucoup d’amis, de la famille, un grand réseau professionnel, mais très rares sont les personnes avec qui je me sens 100% moi-même et à l’aise, et surtout avec qui parler me fait vraiment du bien (je les compte sur les doigts d’une main, et encore on n’arrive pas à 5 … sur mes 30 ans de vie !). Je ne sais pas si cela vient du fait que je suis HPI, ou alors d’autre chose (suis-je autiste? Ou encore autre chose?).

    alaric a répondu il y a 1 année, 7 mois 13 Membres · 25 Réponses
  • 25 Réponses
  • matty

    Membre
    28 mars 2022 à 1 h 34 min

    Salut,

    Je ne crois pas qu’il sera jamais possible de développer ou même d’approcher une profondeur de relation, encore moins une osmose avec une personne non cérébro-atypique. Après il y a une multitude d’atypicités qui ne sont pas de la douance et qui peuvent répondre.

  • tagada

    Membre
    28 mars 2022 à 1 h 59 min

    Salut !

    Je n’ai réalisé aucun test donc je ne me qualifierai de rien d’autre qu’hypersensible.

    Je fais face un peu au même problème que toi :). Je ne sais pas si les réponses que j’ai trouvé correspondront à ta situation !

    J’ai 25 ans, des amis, et malgré plusieurs amours et je n’ai jamais développé de relation “profonde” et encore moins pu être moi même à 100%. J’ai toujours souffert d’un sentiment de solitude même avec les personnes les plus bienvaillantes du monde. Dans ma situation cela s’explique (je pense) par plusieurs choses.

    La différence émotionnelle, toutes mes émotions étant plus intenses que celles de mes proches je n’arrive pas à partager ce que je ressent, je ne trouve aucun “mirroir emotionnel” qui me permettrait de vivre pleinement chaque situation. J’adore la phrase de fin du film “Into the Wild”, “le bonheur n’est réel que lorqu’il est partagé”, et la frustration de ne pas pouvoir partager ces émotions incroyables m’apporte une profonde tristesse. J’ai toujours voulu du fond de mon coeur transmettre cette énergie, mais j’ai l’impression que c’est tout simplement impossible. Si la personne en face de moi n’est pas capable de ressentir le même niveau d’émotions que moi, ni les mots, ni les gestes, même les plus intimes, ne pourront faire ressentir ou comprendre à cette personne ce que j’ai en moi.

    Ensuite la lucidité, je pense avoir une vision très réelle du monde ainsi que des personnes en général, cela change les priorités que l’ont peut avoir dans la vie et donc la manière même de vivre chaque moment, la manière d’apprécier une personne ou d’aimer. Je suis conscient de mes défauts, de mes faiblesses ainsi que de celles des autres. Quand on voit le monde de cette manière on apprend à aimer d’une manière très mature, on aime un ensemble. Et je pense que même à notre âge il est difficile de trouver des personnes qui possède cette vision de l’autre ou du monde.

    Voila voila, personnelement je suis assez pessimiste et j’ai l’impression que ces différences sont un obstacle insurmontable à la recherche d’une osmose parfaite avec quelqu’un de disont “non-HPI”.

    Pour répondre à ta question je pense que oui, cela provient du fait que tu sois HPI.

    Je te souhaite une bonne soirée et une bonne semaine :).

  • matty

    Membre
    28 mars 2022 à 4 h 45 min

    A la recherche du jumeau perdu…

  • dany75

    Membre
    28 mars 2022 à 6 h 33 min

    Bonjour, je suis nouvelle ici et ce sentiment de solitude je le ressens depuis pas mal de temps mais j’ignorais simplement sa source. J’ai découvert ce site hier et votre petit fil de discussion me rassure enfin sur un point essentiel : je ne suis pas seule. Merci Tagada d’avoir pris le temps d’illustrer ta pensée. J’y ai ressenti la mélodie du bonheur et l’énergie de vie qui m’anime mais que je peine à partager avec les adultes de mon âge. Ce site est rempli de jumeaux Matty !! 🙂

    Belle journée 🙂

  • Membre Inconnu

    Membre
    28 mars 2022 à 12 h 20 min

    @demerzelle avez-vous réussi à développer des relations “profondes” et où vous vous
    sentez en osmose avec l’autre, avec des gens “non-HPI” ?

    Oui mais par hasard et très très rare! Il est naturel que tu cherches à traiter de sujet qui t’intéressent et qui ne vont pas intéresser le plus grand nombre (parce que peut être pas assez en rapport avec l’immédiateté).

    @CatherineM Je pense que tout le monde aspire à des relations authentiques. Cela ne me semble pas lié ou conditionné par des questions de QI.

    dans le cas des Qi, les deux forces “authenticité” et “liaison sociales” entrent en opposition de phase!

  • Membre Inconnu

    Membre
    28 mars 2022 à 14 h 23 min

    @quatre

    Et, c’est vrai, ceux que l’on qualifie d’intelligents sont moins enclin à se soumettre à ces cultes.Il est impossible de se sentir “soi-même” avec quelqu’un qui n’est pas “lui-même”, avec un religieux.Et, c’est vrai, ceux que l’on qualifie d’intelligents sont moins enclin à se soumettre à ces cultes.

    oui

  • Membre Inconnu

    Membre
    28 mars 2022 à 14 h 28 min

    @CatherineM

    Mais c’est sans doute parce que j’ai pris le problème – de la solitude
    existentielle – dans l’autre sens, à un moment donné de mon évolution.
    J’ai cessé “d’attendre” des personnes avec qui je pourrais être
    véritablement moi-même. J’ai cessé de vouloir plaire. J’ai cessé de
    vouloir être aimée (du moins dans une certaine mesure, cela aussi relève
    d’un processus relativement long et je fais des rechutes ^^). Je
    voulais juste enfin m’aimer, moi.

    C’est bien d’être indépendant, de s’aimer soi, mais ne nous racontons pas de craques, on a tous besoin d’amitié et d’amour! L’Hermitage n’est pas la panacée!

  • tagada

    Membre
    28 mars 2022 à 15 h 36 min

    Je suis d’accord avec toi :'(.

    Me concernant je parlerais surtout du côté émotionnel.

    J’ai toujours du mal avec la notion d’être vraiment soi-même (sauf avec d’autres personnes atypiques), nous vivons en société où les émotions fortes ne sont malheureusement pas tolérées. Comment profiter de la vie si le monde autour de nous nous fais comprendre qu’il nous déteste, nous jalouse ou nous craigne ? Ma condition provient de ma sensibilité et pour pouvoir profiter de cette sensibilité je devrais l’inhiber ? Je trouve la situation assez paradoxale, quand je suis dans un mood “bonheur absolu” j’aiguise mes sens au maximum, je chante, je danse, je sifflote, dans la rue, en faisant les courses en allant au boulot. mais je devrais en parallèle réussir à ignorer mon environnement (moqueries, dédain, jalousie) sans entacher tout le positif que je retire de ce même environnement. La seule croyance que j’ai est celle en l’humain, je vis pour le partage avec mes semblables.

    J’ai l’impression d’avoir deux choix :

    essayer d’atténuer ma sensibilité afin d’oublier ce regard des autres tout en sachant que cela va inévitablement impacter ce que je ressens et donc me frustrer de ne pas être moi-même.

    garder ma sensibilité réglée a 100%, être moi-même, mais souffrir du regard des autres, de la tristesse de ne pas pouvoir partager, de ne pas être compris et accepté.

    Dans les deux cas je vais me sentir seul sur le long terme…

    Je comprends que je suis naïf, idéaliste, que je devrais plutôt oublier cet envie et cette idée que nous sommes tous une grande famille… Mais c’est cet espoir qui me fait tenir chaque jour, la seule réponse aux questions de la vie qui me convienne.

    La meilleur solution à mon problème : atténuer ma sensibilité quand je suis dans le monde extérieur et “fermer les yeux” puis m’entourer de personnes bienveillantes et trouver des personnes comme moi pour pouvoir être moi-même de temps en temps (et c’est pour cela que je suis sur ce site :D)

    (Désolé de raconter ma vie, j’ai l’impression d’avoir trouvé un endroit où je peux extérioriser ce que j’ai sur le cœur sans avoir honte, ça passera :p).

  • Membre Inconnu

    Membre
    28 mars 2022 à 23 h 55 min

    @CatherineM

    dans le cas des [H]Qi, les deux forces “authenticité” et “liaison sociales” entrent en [conflit]

    Pas nécessairement, ni exclusivement.

    ___

    désolé effectivement je ne vous avais lue qu’en diagonale et ai commis l’erreur (courante) de ne lire que ce que je voulais trouver. Sur ma phrase, je m’explique: le/la HQI comme tout un chacun confronté à un groupe humain est amené à se dévoliler. Donc (au moins dans un premier temps) à se différentier des autres.

    Entretemps je vous ai relue plus attentivement, et vous semblez dire que vous avez trouvé le moyen de vivre pleinement dans le contentement de l’amour de vous même à la place de celui du groupe

    c’est à dire:

    a) le renoncement à la séduction par l’expression de votre pleine zébritude

    b) le contentement de la pleine présence des uns aux autres

    c) le contentement de l’expression partielle de votre zébritude lorsque c’est possible

    et que cela vous a permis d’éviter 2 eccueils

    a) le retour de l’ego au détriment de l’autre

    b) le retour de la conformité au détriment de votre ego.

    —-

    J’espère vous avoir mieux comprise??? Toutefois je dirai qu’il y a deux problèmes distincts

    a) le positionnement de tout individu au sein d’un groupe de “semblables”, qui reste toujours délicat, mais qui finit par trouver une solution par un bon positionnement de l’individu

    b) le positionnement du/de la HP au sein du groupe neurotypique, qui a mon avis ne peut pas trouver de bonne solution, parce que soit on en sort frustré de ne pas avoir pu “traiter correctement les sujets abordées” soit on en sort navré d’avoir prononcé le mot de trop qui aura mis mal à l’aise une partie de l’assistance.
    La bonne solution est d’être avec un groupe de semblables

  • Membre Inconnu

    Membre
    29 mars 2022 à 6 h 35 min

    @CatherineM Bonjour, le nuit portant conseil, voici mon avis (“entaché” par mon ressenti=expérience-personnelle). Il y a deux vies sociales a) une vie “mondaine”, c’est à dire les pots avec les collègues ou la participation à la vie du quartier, dans lesquels je pense que ce que vous dîtes (en tout cas ce que j’en ai compris) est parfaitement valable b) une vie sociale plus intime, dans laquelle il vaut mieux que le groupe soit choisi de telle façon que la majorité, soit en mesure de discuter en profondeur des sujets qui nous intéressent.

    Il faut les deux, car d’une part pas question de se communautariser mais d’autre part, nécessité de pouvoir “sortir” ce qu’on a sur le coeur

Page 1 sur 3

Connectez-vous pour répondre.