QI hétérogène non-calculable



  • QI hétérogène non-calculable

    ?s=1&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue Anonyme mis à jour Il y a 3 mois 8 Membres · 13 Messages
  • 5ca9510d2a042 bpthumb

    xamad1993

    Membre
    7 mai 2019 à 0 h 59 min

    QI hétérogène

    Bonsoir à tous,

    J’ai reçu la semaine dernière les résultats de mon bilan psychologique dans lequel j’ai passé le WAIS-IV. Voici le détails des Indices pour chaque sub-tests:

    ICV:116

    IRP: Non significatif – écart-type trop grand dans les intra-tests

    IMT: 91

    IVT: 137

    Le rapport dit que le QIT n’a pas pu être calculé à cause de l’IRP non-signicatif. Par contre, il n’a jamais fait référence au fait qu’il y ait eu une différence énorme entre l’IMT et l’IVT. Avant le bilan, j’avais de fortes suspicions d’être dans la catégorie “adulte surdoué” car je retrouve en moi des caractéristiques émotionnelles. Mais les résultat des tests n’ont pas pu le confirmer… J’ai aussi une suspicion chez moi d’un trouble de l’attention. Durant les tests lié à l’IMT, j’ai été pas mal distrait par le bruit environnant…

    Les profils de QI hétérogène de surdoués que j’ai pu trouver en ligne avait plutôt un ICV au-dessus de 130, ce qui n’est pas mon cas.

    Qu’en pensez-vous ?

  • a79b66d9fb6888026f82a98be35ffbe0?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    justine-2

    Membre
    7 mai 2019 à 8 h 27 min

    Salut !

    j’ai eu globalement les mêmes résultats. Tu as passé le test dans quelles conditions ? Je veux dire tu étais suivi par le psy qui t’as fait passer le test ? Comment tu t’es retrouvé à passé ce test ? Tu t’étais Préparé ?

    Apres ça paraît logique, il faut que les résultats soient hétérogènes !

    Tu peux toujours t’entraîner  Et le repasser… Ça dépend de ce que ça représente pour toi.

    Bonne journée

  • 5cd0606621af4 bpthumb

    revmo

    Membre
    7 mai 2019 à 11 h 28 min

    Hello,

    Je n’ai en fait jamais eu l’occasion de consulter les résultats du WAIS-IV d’un autre zèbre, donc je réponds juste en comparaison au mien et à ce que j’ai pu entendre comme trait général d’un zèbre :

    Souvent, l’IVT est très moyen car le zèbre se lasse vite et n’éprouve aucun intérêt pour les taches répétitives (ou bien, s’il arrive à maintenir sa concentration pendant le test, son besoin de perfection le fait traiter moins vite pour être sûr de ne faire aucune erreur, ce qui fut mon cas).

    Finalement dans ton cas, c’est plutôt l’inverse à première vue, l’IVT est élevé et les autres indices sont dans la moyenne (sans pouvoir se pronconcer sur l’IRP) ?

    Le professionnel qui t’a fait passer le test n’a pas donné son avis sur le fait que tu sois surdoué ou non ? Il me semble que même avec un QIT non calculable, il est possible de tirer des conclusions, puisqu’au bout du compte, ce n’est pas vraiment le QIT qui détermine la surdouance mais les différents indices.

  • 5ca9510d2a042 bpthumb

    xamad1993

    Membre
    7 mai 2019 à 17 h 05 min

    Salut,

    Justine j’ai passé le test avec une psychologue. J’ai de moi-même voulu passer le test car il y a des caractéristiques émotionnelles que j’ai pu retrouver chez moi au cours de mes lectures sur le sujet.

    Non je ne m’étais pas préparé. En effet le psy m’avait dit de ne pas le faire. J’étais très fatigué pour te dire la vérité – je sais que c’est un facteur qui peut influencer aussi les résultats.

    Dis-moi as-tu un trouble identifié ?

    Revmo,

    Le professionnel en question m’a dit qu’elle ne pensait pas que j’étais haut potentiel du fait que je n’avais pas la caractéristique “émotionnelle” évalué au cours d’un seul entretien. Et là, je me pose des questions. Je sais ne pas avoir “déballé” mon sac au premier entretien. Je suis beaucoup dans le contrôle de mes émotions… Si je ne le fais pas elles m’envahissent de façon incontrôlable.

    Ce qui me pousse à remettre un peu en question le rapport du professionnel ( et non pas sur sa conclusion sur la douance ou non ); c’est qu’en relisant le profil psychologique qu’ils ont conclu… Bah ça me ressemble pas trop… J’ai l’impression d’avoir vécu une expérience assez différente de celle qui est décrite.

    De plus, un fait super important – une différence de 46 entre deux indices… Ça non plus rien n’a été évoqué dans le rapport ou dans la passation du bilan.

    Aujourd’hui, je sais qu’il y a quelque qui cloche chez moi – et j’ai l’impression que les psychologues sont passés à côté de quelque chose crucial pour comprendre qui je suis (j’entends par là mon mode de fonctionnement cognitif).

     

     

     

  • 5cd070e355af3 bpthumb

    geek

    Membre
    8 mai 2019 à 0 h 01 min

    J’ai passé le test le mois dernier: Profil trop hétérogène également. Le psychologue m’a expliqué que c’était les limites de ce test et que même s’il m’a trouvé zébrée dans ma façon d’être, les résultats ne lui permettait pas de conclure. Donc, si mes résultats vacillent  entre norme et zèbre… Peut-on s’appeler des zébrules ? (pourquoi pas après tout, car je n’ai pas trouver de terme pour désigner ceux dont le test est non-concluant :-p)

    zèbrule

  • a79b66d9fb6888026f82a98be35ffbe0?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    justine-2

    Membre
    8 mai 2019 à 10 h 47 min

    Bonjour,

    Pour ma part je me suis retrouvée chez un hypnothérapeute pour une phobie scolaire (j’étais un peu désespérée) et il m’a dit : “mais enfin Justine vous êtes hypersensible” j’ai répondu “c’est quoi ca?” et il m’a recommandé de passer un test. J’ai trouvé une psy spé sur internet. 1er RDV elle me dit que oui je pourrais avoir des similitudes avec les HP, deux semaines après je passe le test. Je ne me suis pas entraînée , juste renseignée, j’ai eu des bon résultats dans les sous tests que je redoutais le plus et des mauvais dans ceux que je pensais être plus simple pour moi.

    Le test révèle des gros problème de concentration, je le savais déjà, des problèmes de vue… Alors que j’en ai pas. En fait les tests “stressants” sont ceux que j’ai le moins réussis, j’avais constaté en cours que le stress pouvait altérer ma vue mais bon.

    Résultats hétérogènes, personnellement cela m’a surprise un peu mais soulagée aussi. Je pense que si sourdouance il y a, le test le révèle. Je n’ai jamais eu envie de le repasser ou de m’entraîner. Encore une fois cela dépend de ce que cela représente pour toi, si tu penses que cela peut d’aider à te comprendre, moi c’est pour ca que j’y suis aller et ca m’a beaucoup aidé, mais je suis contente de ne pas rentrer dans cette case, et quelle case… Je trouve vraiment dommage de remettre à un test une vie, une facon de fonctionner, de penser. Quelles différences entre un 135 et un  125 ?

    Je suis globalement heureuse dans ma vie c’est le principal. Les meilleures réponses sont les questions. Demande toi ce que tu attends du test et pourquoi 🙂

  • 5ca9510d2a042 bpthumb

    xamad1993

    Membre
    10 mai 2019 à 1 h 20 min

    Geek, très drôle j’aime bien l’image Ah ah !
    Du coup, un petit update sur ma situation il se trouve que finalement peut-êtredeux autres de mes indices soient non-significatifs… Je vous explique.

    Voici mes notes brutes obtenues sur les sub-tests suivants:

    ICV: 15 (SIM) / 11 (VOC) / 12 (COM)

    IMT: 7 (MCH) / 10 (ART)

    Quand on regarde la différence absolue entre la plus grande et la plus petite note par indice, ça fait 4 points de différence pour l’ICV et 3 pour l’IMT.

    Quand on regarde les valeurs critiques à partir desquelles une différence est considérée significative, dans l’absolu c’est 4 maximum. J’ai pu trouver une valeur critique (p 0.05) pour l’IMT pour mon groupe d’âge de référence et j’ai pu trouver un chiffre de 2.57. Vu que j’ai un écart de 3 entre MCH et ART (IMT),  donc supérieure à 2.57 on peut considèrer aussi que cet indice ne veut rien dire. En gros, ce que je suis en train dire c’est que des facteurs genre trouble dys, fatigue, stress, peuvent causer ces écarts. Après, il faut aussi considérer que les tests d’IMT pratiqués durant le WAIS-IV en réalité mesure la mémoire de travail auditive ! Dans mon cas, j’ai des accouphènes et durant les tests je n’ai pas réussi à inhiber les bruits de voiture et des portes qui s’ouvraient / se fermaient. Peut-être que j’aurais eu des résultats plus homogène si j’avais passé une épreuve plus visio-spatiale

    J’ai contacté Pearson pour confirmer mes hypothèses et si j’ai raison, je vais demander qu’on me redonne mes sous pour faute professionnelle.

    Je pense aussi qu’il faut rappeler qu’être haut potentiel c’est une configuration neurologique différente d’autres cerveaux. Il y a une bonne corrélation entre QIT et le profil haut potentiel mais il est nécessaire d’avoir un diagnostic clinique. Et je sais que certains psychologues de par leur expérience peuvent diagnostisquer quelqu’un haut potentiel. J’ai aussi confiance à l’avancée des neurosciences en la question, notamment les EEG qui permettent de cartographier le cerveau.

    Voilà !

  • 2e5d6e66b339585ddd811adf1876e0df?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    cat

    Membre
    11 mai 2019 à 8 h 55 min

    pareil que la plupart d’entre vous, j’ai passé le WAIS III – verbale 136 – Performance 127 .. si le surdouement semble posé, l’écart est là, et la psy (que je ne connaissais pas mais qui était néanmoins très agréable) a quand même précisé que l’écart même si relativement faible ne reflétait pas de manière objective le potentiel réel (néanmoins le rapport global a été assez objectif et assez ressemblant aussi). Concernant le test lui-même, j’ai botté assez vite en touches car certains passages ne m’intéressaient pas (ce qui m’arrive dans la vie aussi) et donc je balaie trop vite en répondant tout aussi vite, parfois ça marche, parfois pas forcément. Bref, ce qui importe est à mon avis et bien au delà du test, de se ressentir dans les caractéristiques générales du “surdoué” et de tenter d’en faire quelque chose. Perso je ne repasserai pas le test, car là je sais que j’irai avec l’idée en tête de réussir à tout prix ce qui peut encore biaiser le résultat.

  • 5c36aecc7594c bpthumb

    jabberwocky

    Membre
    13 mai 2019 à 14 h 59 min

    Avant le bilan, j’avais de fortes suspicions d’être dans la catégorie “adulte surdoué” car je retrouve en moi des caractéristiques émotionnelles.

    xamad1993 Tes suspicions s’appuient sur des conséquences de la douance (hypersensibilité, hyperempathie, etc.) et non pas sur des symptômes ou des critères objectifs. L’émotionnel est la douance n’ont aucun rapport entre eux.

    Qu’en pensez-vous ?

    Que tu n’es sans doute pas concernée par la douance, mais que tu devrais persister dans tes recherches et ta propre compréhension.

    […] Je sais ne pas avoir “déballé” mon sac au premier entretien. Je suis beaucoup dans le contrôle de mes émotions… Si je ne le fais pas elles m’envahissent de façon incontrôlable.

    Ce que tu décris peut relever de la névrose ou d’atypismes extérieurs à la douance. Quoi qu’il en soit il eut été préférable pour toi de ne pas mettre la charrue avant les bœufs et de commencer par une thérapie. Il y a un certain nombre de psy qui font passer le Wais sans prendre le temps de faire une étude de leur patient ; je crois que c’est non seulement une grave erreur sur le plan individuel, mais qu’en plus cette sorte de taylorisation nuit directement à la douance et aux hauts potentiels.

    En gros, ce que je suis en train dire c’est que des facteurs genre trouble dys, fatigue, stress, peuvent causer ces écarts. Après, il faut aussi considérer que les tests d’IMT pratiqués durant le WAIS-IV en réalité mesure la mémoire de travail auditive !

    En gros, ce que tu es en train de dire c’est que tu n’acceptes pas l’éventualité d’être une neurotypique, à croire que ton déni t’englue dans la mauvaise foi…
    Je crois que tu manques de hauteur sur cette question et que c’est ton ego qui parle en premier lieu. Je serais presque tenté de te classer parmi les HP Wannabe, c’est-à-dire avec toute cette faune qui pullule ici et ailleurs pour laquelle l’obtention du Wais et du statu de haut potentiel ne servirait qu’à redorer une estime de soi en berne.
    Les arguments que tu avances pourraient se lire de cette façon et si j’utilise la provocation, c’est pour t’inciter à plus de discernement. Si par malheur tu n’es pas attesté, cela ne sera pas une dénégation de ta personne, mais une invitation à défricher d’autres sentiers.

    Lire ce très bon article à ce propos : chrome-extension://klbibkeccnjlkjkiokjodocebajanakg/suspended.html#ttl=L’Antre%20de%20la%20Chouette&pos=1560&uri=http://antredelachouette.blogspot.com/

    Un examen clinique ne t’empêchera pas d’avoir un QI de palourde, si c’est le cas ; cela va avoir une importance qui permettra d’élargir les mailles du filet c’est vrai, mais j’ai de plus en plus l’impression que tu essais de te trouver de bonnes raisons de rester accrocher à l’idée que tu te fais de toi.

    Des psychologues pratiquant le test du doigt mouillé peuvent certainement te donner ce que « tu espères tant », tu peux consulter le marabout du coin et lui demander de lire dans les entrailles d’une chèvre, demander à madame Irma si la conjonction de l’arcane XI et XX du tarot marseillais dans ton tirage est significative de ta surdouance, consulter Raymonde Hazan qui verra en toi les traits d’un génie hypersensible (HPE) moyennant un chèque de 600 euros…

    Apres ça paraît logique, il faut que les résultats soient hétérogènes !

    Heu… Non justine-2, il y a des HP disposant de résultats homogènes. C’est même la majorité des cas me semble-t-il.

    Les QI hétérogènes signent généralement la présence de troubles associés, voire d’insuffisance de développement de certains domaines pour x ou y raisons.

    Cela ne veut rien dire de plus.

     

    Quelles différences entre un 135 et un 125 ?

    justine-2. Un QI de 125 peut ne pas être significatif. Un QI de 135 est lui, beaucoup plus éloquent. De fait, les différences peuvent-être énormes ; elles impactent le langage et la communication en général, la perception, la manière de vivre, la capacité ou non à lâcher prise, l’insertion professionnelle et sociale, la sexualité” href=”/groupes/sexualite/”>sexualité, etc. Cela peut aller de pair avec des traits autistiques plus ou moins marqués, des troubles de l’attention ou de l’hyperactivité…

    Le psychologue m’a expliqué que c’était les limites de ce test et que même s’il m’a trouvé zébrée dans ma façon d’être, les résultats ne lui permettait pas de conclure.

    Es-tu en train de dire geek que l’on ne t’a pas communiqué ton QI à cause de l’hétérogénéité de tes résultats ? C’est à travers les différents commentaires que vous êtes plusieurs à faire, que pour la première fois que j’entends parlé de cela…

    Bref, ce qui importe est à mon avis et bien au-delà du test, de se ressentir dans les caractéristiques générales du “surdoué” et de tenter d’en faire quelque chose.

    cat Il faut se méfier des ressentis sur soi car, comme je l’ai souligné au début de ce message, les neurotypiques confondent souvent les symptômes avec les conséquences de la douance (lire l’article de la Chouette que je cite plus haut et que je mets en lien). Ce que tu dis va dans le sens des normaux-pensant qui remettent en cause les résultats du Wais et qui persistent dans leur fourvoiement. Dans ton cas, avec un résultat de 127 proche de la barrière symbolique des 130, ce que tu exprimes est davantage justifié. Cela aurait peut-être valut le coup d’être creusé, mais si tu vis bien ainsi…

    cat

  • a79b66d9fb6888026f82a98be35ffbe0?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    justine-2

    Membre
    14 mai 2019 à 22 h 57 min

    jabberwocky Oui je voulais dire “homogénes” et non “hétérogenes”, milles excuses…

    Je trouve vraiment dommage que tu “classes” les personnes. Je ne sais pas si c’est uniquement de la provocation, mais je trouve tes propos vraiment durs et non aidants.

    Et donc selon toi il y a beaucoup de HP wannabe qui rodent sur ce sites ? ou des normaux pensants, j’en fait partie, cela ne me donne pas le droit de participer aux conversation ? C’est quoi une secte, un club élitiste ? Faut avoir 130 pour y rentrer ?

    Je pense sincèrement que pour certaines personnes, et surtout les enfants, les mettre directe dans cette case ne les aident pas. Par contre ceux qui souffrent et qui se sentent proche des HP, sont dans leurs droits d’y voir une “solution” aux travers des résultats du WAIS. Il n’y a pas de petites souffrances.

    Venant d’un HP, j’avoue que je ne comprends pas, tu devrais etre bien placé pour savoir que la surdouance est bien trop complexe, pour etre remise à un test.

  • 5d63da5dc4589 bpthumb

    f4b3

    Membre
    13 juin 2019 à 20 h 02 min

    Salut,

    J’ai croisé cet article et j’ai repensé à ce fil de discussion, ça apportera quelques éléments en plus et en confirmera sans doute d’autres, zou :

    Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wais (IV)

  • 5c36aecc7594c bpthumb

    jabberwocky

    Membre
    22 décembre 2019 à 22 h 14 min

    Cher @xamad1993, chers tous,
    Je cite un article publié par une jeune neuropsychologue à propos des QIT non-calculables. Il date de 2017. Comme vous le constaterez entre ce qu’il se dit en coulisse et la mise en pratique d’une réalité, il y a un gouffre. En 2020 des professionnels continuent de parler de QIT non-calculables et laissent dans le désarroi des personnes pouvant être concernées par la douance.

    Voici un extrait du texte original (corrigé) :

    Contexte: J’ai suivi une formation au test de QI WAIS-IV, sur deux jours. La formation était proposée par l’AFPAG. Le formateur était spécialiste en psychométrie, et donc des tests d’évaluation des capacités cognitives en général (WAIS, WISC, K-ABC, MEM, etc…) .

    1) L’énorme « arnaque » du QIT soi-disant non-exploitable

    Ceux qui sont à l’origine de cette idée selon laquelle un QIT n’est pas calculable dans certains cas (trop d’écart entre les indices), sont aussi ceux qui ont travaillé à l’origine sur le WAIS IV. Ils s’en sont rendus compte en retravaillant sur leur travaux.

    Aujourd’hui, les spécialistes les plus directement concernés par l’élaboration et le suivi du WAIS admettent qu’un QIT est toujours calculable et exploitable.

    Rappelons que le QIT est l’indice le plus précis quant à l’évaluation des capacités cognitives d’un individus. C’est ce même QIT qui demeure le plus proche et le plus solide évaluateur de vos capacités cognitives (je vous épargne la psychométrie et les tests de corrélations qu’il y a derrière ces affirmations).

    Alors n’allez pas pour autant brûler le cabinet de votre psy qui vous a dit que vous aviez un QIT non calculable. Il suivait probablement à l’époque, les recommandations des auteurs du test.

    2) L’hétérogénéité n’est pas ce que l’on croit

    Une autre conséquence de cette erreur mise à jour c’est que la notion d’hétérogénéité d’un profil cognitif. En fait, un profil hétérogène n’est pas identifiable avec seulement les indices (ICV, IRP, IMT, IVT, QIT) que l’on vous restitue après bilan. Il ne s’agit pas d’un nombre de points d’écart entre les indices, mais d’un nombre de points d’écart entre la moyenne des indices du profil et chacun des indices.

    Prenons un exemple fictif concret :

    ICV 95

    IRP 100

    IMT 108

    IVT 98

    Pour déterminer si ce profil est hétérogène ou non, il faut dans un premier temps faire la moyenne des 4 indices, ce qui nous donne 100,25. Ensuite, il faut faire la différence entre chacun des indices et cette moyenne.

    Ici on fera 95 – 100,25 pour l’ICV, ce qui nous donne – 5,25.

    IRP 100-100,25 = – 0,25

    IMT 108-100,25 = 7,75

    IVT 98 – 100,25 = -2,25

    On retient donc les résultats de ces différences et on les compare à des valeurs seuils précises (qui sont invariables, et fournis dans les manuels de cotations et interprétations du WAIS-IV). Si la différence dépasse cette valeur seuil, alors cela signifie que l’indice en question est significativement éloigné de la moyenne des indices.

    Si 3 ou plus de ces indices sont significativement différents de la moyenne des indices, alors là seulement le profil cognitif est hétérogène.

    C’est donc autre chose qu’une bête différence de 15 points entre indices…

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    26 juin 2020 à 17 h 25 min

    Ha je vois qu’il y a des psychorigides élitistes de la fameuse barre des 130 sur ce forum aussi (il y en a partout, je te rassure).

    Contrairement à ce qui a été dit le test WAIS présente énormément de limites concernant la détection de la douance. Il n’en est pas représentatif puisqu’il n’évalue qu’un symptôme, de manière arbitraire qui plus est (là j’entends déjà les cris du scandale retenrirent), et non toute l’expression de la douance. Tout ceci est extrêmement bien expliqué ET démontré dans la série de 12 petits articles de Stéphanie Aubertin publiés ici (faites défiler le sommaire jusqu’à “QI or not QI”).

    http://www.talentdifferent.com/le-contenu-du-blog/sommaire

    Quand j’ai passé le test je me suis retrouvée dans le même cas que toi, résultats très hétérogènes. Impossible de calculer un QIT mais fonctionnement pourtant similaire à celui d’un HP d’après la neupsychologue. Je me disais “Nan mais elle a dû se gourrer, c’est pas possible”. Me voilà bien avancée avec cette sensation désagréable d’avoir le Q(I) entre 2 chaises. J’ai du BEAUCOUP me renseigner (livres, articles sur internet) pour arriver à comprendre que le surdon est qqch de bien trop complexe pour que seul un nombre suffise à le révéler. A tel point que même tous les spécialistes du monde ne parviennent pas à se mettre d’accord sur sa définition et les méthodes pour le détecter. Mais si tu veux vraiment savoir, je te conseille effectivement d’entamer au préalable une thérapie, d’identifier les points qui te font penser que, et ensuite passer le test dans de bonnes conditions (être le plus calme possible et reposé, le matin avant d’aller au travail par exemple ou pendant tes vacances) avec un NEUROPSYCHOLOGUE formé à la douance. Il faut attendre minimum 2 ans pour le repasser afin d’éviter de gonfler les résultats grâce à la mémoire à long terme.


Affichage des publications 1 - 13 de 13

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 messages Juin 2018
Maintenant

New Report

Close