Biais cognitif

  • Biais cognitif

    Publié par olbius le 24 avril 2019 à 11 h 29 min

    Selon une croyance répandue, intelligence et rationalité iraient de pair. On trouve pourtant de nombreux surdoués largement irrationnels (dont certains se revendiquent parfois “Haut Potentiel Émotionnel” (HPE)). Être intelligent ne met pas “à l’abri des biais cognitifs.

    C’est ce que nous rappelle entre autres choses Albert Moukheiber, docteur en neurosciences et psychologue clinicien, à l’occasion de la sortie de son livre Votre cerveau vous joue des tours :

    Les biais cognitifs ne sont pas immuables, ils ne sont pas absolument positifs ou négatifs, mais dépendent de plusieurs facteurs : ils sont contextuels. Il serait plus intéressant d’apprendre pourquoi certains biais émergent dans certaines situations que de les combattre à tout prix.

    A ce titre, “débiaiser” serait aussi peu pertinent que “déconstruire les stéréotypes / préjugés” and co.

    Source : Pourquoi avons-nous tant de mal à changer d’avis ? Et autres tours que nous joue notre cerveau…

    Quel est votre avis sur la question des biais cognitifs ? (un avis non biaisé, bien entendu 😛 )

    olbius a répondu il y a 3 années, 5 mois 6 Membres · 6 Réponses
  • 6 Réponses
  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Usager supprimé

    Membre
    24 avril 2019 à 13 h 36 min

    Je dirai qu’intelligence et rationalité vont de pair mais que la proportion de rationalité varie en fonction de chaque individu.

  • 60e96318e0e38 bpthumb

    fab69

    Membre
    24 avril 2019 à 14 h 56 min

    Je vous recommande l’émission de France Culture sur le sujet des biais cognitifs à écouter en podcast : Superfail du 18/02/2019 « comment réussir à raisonner faux »

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Usager supprimé

    Membre
    24 avril 2019 à 17 h 22 min

    Ouh … là ! Un avis non biaisé ? Est ce seulement possible ?
    Il me semble que l’intelligence sait faire comprendre lorsqu’il faut être rationnel ou lorsqu’il ne le faut pas. Un part apprentissage + inné + intuition.

    Pour les individus “équilibrés”, peut être que le stade ultime de l’intelligence est justement d’être capable de s’adapter, comprendre et maîtriser absolument tout ? Pour les individus “déséquilibrés”, ils auront pour eux l’excellence, le paroxysme, dans une capacité spécifique, bien sûr au détriment du reste. Comme si la tête était une boite dans laquelle on ne pouvait mettre que certains éléments, et si plus de place pour le reste, et bien on en met très peu ou pas du tout.

    Comme ces accidentés du cerveaux qui perdent un morceau de ce dernier (accident ou maladie). Le cerveau s’adapte, et réattribue les fonctions primaires et vitales à ce qui reste, au détriment de la mémoire ou de certaines partie type logique et empathie ou autres liées à l’expérience et la mémoire ou simplement non vital.

    C’est pour cela que dans mon apprentissage, j’ai toujours privilégié la compréhension de ce qu’on tentait de m’inculquer. Ainsi, je recréée le savoir et la connaissance, je me l’approprie, et l’ayant bien compris je maîtrise alors plus facilement. Le revers ? Très peu de “par coeur” voir pas du tout. Et sans doute aussi beaucoup plus de connexions entre ce que j’ai appris. Du compressé, quoi.

    Enfin, je pense que l’on peut faire aussi un rapprochement entre “biais” et “ouverture d’esprit”.
    Admettre que l’on est ignorant, et laisser une place dans le catalogue mental pour ajouter ou soustraire ce que l’on sait ou que l’on ne sait pas encore. Et là aussi, dans ce catalogue, bien distinguer “croyances” des “savoirs” et “connaissances” en tout genres. Et laisser beaucoup de place aux “peut être ?” et “pourquoi ?”.

    Après, je reviendrais peut être un autre jour sur la question, car elle va bien avec le concept de zététique.
    Mais je dois avouer que j’ai toujours eu une façon assez particulière d’approche lors d’échanges divers (discussions, apprentissage, débats …). Notamment qui est de ne pas être prostré dans le “moi je”, mais plutôt “ce qui est”. C’est à dire se penchez sur l’ “idée” en cherchant “le vrai” et non l’ “égo” et ce que “je crois”. Ce qui est le cas de peu de monde finalement. Chacun étant plus dans l’égo individuellement, et parfois faisant preuve de nihilisme envers tout ce qui ne va pas dans leur sens (du genre “ça n’est pas en accord avec ce que je crois, donc ça n’existe pas”).

  • 62b09ccaf099d bpthumb

    maelys

    Membre
    27 avril 2019 à 17 h 44 min

    Peut-on éviter les biais cognitifs ?

  • 5ec29db998906 bpthumb

    jasper

    Membre
    27 avril 2019 à 20 h 59 min

    @maelys je crois qu’on ne peut pas toujours éviter les biais cognitifs, on ne peut souvent que les détecter lorsqu’ils surgissent, et les corriger.

    Par contre, on peut neutraliser les distorsions cognitives qui en sont parfois à l’origine. Les distorsions cognitives sont des habitudes de pensée inappropriées que l’on peut avoir de façon plus ou moins permanente.  Par exemple, penser en tout ou rien, se focaliser sur les détails négatifs, ou les généraliser, etc etc…

    Les thérapies cognitivo-comportementales arrivent à changer ces habitudes, elles sont  d’ailleurs parfois proposées pour aider à traiter certaines dépressions que ces distorsions cognitives entretiennent.

  • 62b09e43bb2c1 bpthumb

    olbius

    Organisateur
    20 août 2019 à 10 h 01 min

    On ne va pas changer le cerveau humain et les biais cognitifs. Mais on va au moins essayer d’améliorer l’environnement parce qu’actuellement, il est le pire que l’on puisse avoir. Aujourd’hui, Internet est conçu pour nos biais cognitifs, il les nourrit, les alimente, alors qu’ils nous emmènent au mauvais endroit.

    Source : « Notre cerveau n’est pas fait pour penser le long terme »

    (ça me fait toujours rire cette façon d’accuser “les algorithmes” quand on bloque ou unfollow toute pensée divergente… C’est un peu l’équivalent du “c’est la faute à la société” d’avant 🙂 )