Effet Dunning-Kruger

  • Effet Dunning-Kruger

    Publié par olbius le 13 janvier 2019 à 10 h 26 min

    L’Effet Dunning-Kruger, on le constate tous les jours (ou presque 🙂 ), en particulier dans le monde du travail.

    C’est quoi la définition de l’effet Dunning-Kruger ?

    L’effet Dunning-Kruger, ou effet de surconfiance, est un biais cognitif selon lequel les moins qualifiés dans un domaine surestiment leur compétence. Dunning et Kruger attribuent ce biais à une difficulté métacognitive des personnes non qualifiées qui les empêche de reconnaître exactement leur incompétence et d’évaluer leurs réelles capacités.

    Cette étude suggère aussi les effets corollaires : les personnes les plus qualifiées auraient tendance à sous-estimer leur niveau de compétence et penseraient à tort que des tâches faciles pour elles le sont aussi pour les autres.

    Source : effet Dunning-Kruger (Wikipedia)

    Pour les anglophones, un autre article sur la question :
    Here’s The Scientific Reason Incompetent People Are Often So Confident

    Comment faites-vous face à cet effet au quotidien dans le milieu professionnel ?

    Encore récemment, j’ai constaté qu’une chef d’entreprise avait fait appel à un prétendu “expert” dans un domaine, et le travail dudit “expert” étant au final plus que médiocre elle m’avait missionné pour rattraper les dégâts. Au final, elle s’étonnait que je disposais de meilleures compétences alors même que je disais, précisément, avoir des compétences limitées sur ce point précis. Ce qui l’avait poussée à choisir, dans un premier temps, celui qui se vendait comme expert. Je lui ai parlé Dunning-Kruger, bien entendu. Elle n’en avait jamais entendu parlé, et était extrêmement surprise.

    L’effet Dunning-Kruger “pénaliserait”-il particulièrement les surdoués, ceux-ci identifiant plus facilement leurs erreurs, difficultés, manques, lacunes – et, partant, leurs marges de progression ?

    A votre avis ?

    olbius a répondu il y a 1 année 2 Membres · 3 Réponses
  • 3 Réponses
  • Membre Inconnu

    Membre
    25 juillet 2020 à 16 h 35 min

    Être surdoué ne veut pas forcément dire plus compétent que les autres, du coup ça ne pénilise pas spécialement plus les surdoués à mon avis, mais comme le corollaire le suggère, les plus compétents, oui.

    Plus on est compétent, plus cela veut dire qu’on a accumulé suffisamment de connaissances et d’habitudes pour ne plus se rendre compte de la difficulté de la tâche. Ça m’arrive souvent. Je ne me rends pas compte des difficultés qu’ont les autres sur un ordinateur par exemple et je perds vite patience quand les personnes semblent pas du tout autonomes. Genre avoir l’impression qu’il n’y a même pas un minimum de logique et de réflexion chez l’autre. D’un autre côté, j’ai aussi pris conscience des fois où je me suis surestimée sur des sujets que je n’ai pas eu autant l’occasion de potasser. Mais, pour revenir à la corollaire de l’effet, j’ai récemment eu l’impression d’être beaucoup plus intelligente que par le passé. Calcul mental plus rapide, idées plus rapides à venir, plus de facilité à simplifier un problème, etc… Entre temps, j’ai continué à me former en informatique, mais j’ai aussi ajouté à ma formation personnelle, le trading et l’investissement. Donc manipulation plus fréquentes des chiffres, optimisation, etc… Bon, aussi je me suis mise à lire de plus en plus (romans, technique, social, etc…). Je me rends compte que je suis plus efficace mentalement, mais je n’avais pas conscience de l’évolution de cette amélioration cognitive au fil de mon auto-formation.

    Je ne pense cependant pas qu’il y ait un lien avec la douance. Le cerveau étant plastique, on peut l’entrainer et c’est tout simplement ce que je fais sans m’en rendre forcément compte.

  • olbius

    Organisateur
    6 septembre 2022 à 14 h 00 min

    Dans la série “effet Dunning-Kruger au travail”, les 4 phases de l’apprentissage d’Abraham Maslow apportent un éclairage supplémentaire.

    https://youtu.be/zqOb9IuSt_k

  • olbius

    Organisateur
    23 mai 2023 à 15 h 36 min

    Note pour moi-même 🙂 :

    L’effet Dunning-Kruger peut être un véritable fléau en entreprise si le manager ne prend pas le temps de limiter les conséquences liées à ce trouble psychologique. La gestion d’une personne souffrant d’un excès de confiance peut nuire à l’équilibre d’une équipe entière. Il est de votre devoir, si vous estimez que le collaborateur a pourtant beaucoup de potentiel, de l’aider à prendre conscience de l’apprentissage constant nécessaire, inévitable, de la vie, même en entreprise. Peu à peu, vous lui apprendrez que rien n’est acquis, avec bienveillance et écoute, grâce à des preuves concrètes. Il n’est alors pas question de le dévaloriser brutalement pour « le faire redescendre sur Terre ». N’oubliez pas que le collaborateur ne s’en rend pas compte ! Il n’agit pas en pleine conscience. Managers, vous devrez vous armer de patience et de pédagogie pour amener les ultracrépidarianistes sur le plateau de la consolidation.

    Source : L’Effet Dunning-Kruger, le mal invisible qui affecte la performance des équipes

Connectez-vous pour répondre.