Colère et frustration chez les HPI

  • Colère et frustration chez les HPI

    603adbc53dd95 bpthumb matty mis à jour Il y a 3 jours, 8 heures 6 Membres · 12 Messages
  • 607421cd1ed5b bpthumb

    AuroreDenuit

    Membre
    22 mars 2021 à 13 h 39 min

    Cette vidéo a fait sens pour moi. Si ça vous tente, j’aimerais vous la partager et avoir vos retours sur le sujet. 🌼🌼

  • 603adbc53dd95 bpthumb

    matty

    Membre
    23 mars 2021 à 15 h 53 min

    Je ne résiste pas au plaisir de publier ici la réponse (partielle) d’un internaute sur un autre site, je la trouve d’une grande pertinence.

    Voici :

    “… Je suis quelqu’un de plutôt doux, pondéré, la plupart du temps prêt à arrondir les angles, quoique certes un peu maniaque. Dans mon cas, pas de problème pour entendre un avis différent du mien, surtout s’il est exprimé avec éloquence et humour. Ajoutez-y une once d’auto-dérision, et j’aurais carrément plaisir à discuter. Mais qu’on remplace, dans ton propos, le mot “avis” par (je cherche le terme plus exact, plus concis, pour l’instant j’ai pas) “négation de mon être”, et y’a le Hulk tout vert qui sort de moi (la femme que j’aime parle expressément de “transformation physique”). Là, selon l’intensité de la négation ressentie, ça peut aller du rentre-dedans amusé à la recherche de l’anéantissement total de l’autre. (attention, c’est verbal ET ça se voit physiquement, mais je n’ai jamais tapé ou menacé quiconque, ou même été tenté de, hein…)

    Exemples :
    – un abruti qui s’est garé au milieu du trottoir, empêchant quiconque de passer, notamment les poussettes. Là, généralement, j’interviens, c’est plus fort que moi. Mais celui qui est nié par l’abruti en question, c’est le “moi comme les autres” ; et mes réactions, généralement, amuseront les gens autour, et m’attireront, généralement toujours, des marques de sympathie. C’est un peu le “plus bas niveau” de la négation.
    – j’ai manifesté mon envie de partir au plus vite de cette soirée où je m’ennuie (et c’est moi qui conduis), et l’autre me fait poireauter, poireauter, poireauter… Là, normalement, ça clashe. C’est pas forcément hyper-violent, mais il n’y a plus du tout d’humour ou de second degré. Ca serait un peu le niveau 2 ou 3 de la négation.
    – on m’informe, par texto, donc sans me donner la capacité d’interlocution, qu’en fait, non, ça va pas être possible d’être au RDV dans une heure, on annule, mais on se rappelle, hein ? Ca me rend absolument furax. Si c’est un RDV boulot, l’autre est grillé. Si c’est mon amoureuse, je la rappelle pour la pourrir, ou ne la rappelle pas pendant 3 jours. Ca serait le niveau 4 ou 5. Notez que si, en lieu et place du texto, l’autre m’appelle, ça ne me fera certes pas plaisir, mais ma réaction restera tout à fait “dans la norme”.
    – on m’interdit de parler, a fortiori sur un problème que l’autre m’a amené, et qui n’est pas le mien (ça va, on en a assez discuté, chuis crevé, là), ou on me fait dire ce que je n’ai pas dit.

    Là, le gros bonhomme tout vert débaroule ! Et la seule alternative, c’est ma fuite (qu’est-ce que t’es susceptible !) ou l’anéantissement de l’autre (et c’est violent…). High level.
    Comme de bien entendu, le degré d’intimité, ou, pour être tout à fait exact, d’amour, que je porte à l’autre (ce salaud !) sera non pas une circonstance atténuante (genre on pardonne plus facilement à ceux qu’on aime), mais au contraire un facteur aggravant : plus j’aime l’autre qui – trahison !- me nie, plus forte sera ma rage.

    Le truc, dans mon cas, c’est que c’est (enfin, plus ou moins, c’était, work in progress) totalement inconscient, littéralement “plus fort que moi”. “Explosif”, oui. Et, c’est pas tant que ça “peut” blesser : clairement, le but (et, clairement, inconscient, du moins non avoué !) est de faire très très mal (autant que tu m’as fait du mal), voire d’anéantir (comme tu m’as anéanti). Pour reprendre tes termes, Noun, c’est tout à fait normal que ça “pose problème” : c’est exactement le but recherché ! Et, si je parle pour moi, ce n’est pas tant que “je ne veux pas reconnaître” que c’est blessant, mais plutôt, que c’est parfaitement légitime, de la légitime défense, en fait !

    Un peu grâce à un travail perso préalable fait tout seul ou avec ma psy (ces situations, je les ai vécues dans d’autres histoires amoureuses d’avant), et surtout avec la femme que j’aime aujourd’hui (HQI, oui, et c’est elle qui m’a fait lire mes premiers bouquins sur le sujet…) que j’ai pu autant cerner la chose. Avec elle, j’ai pu constater qu’il s’agissait bien d’une histoire de “négation de soi” ; et, parce que ça, c’est vraiment mon truc, j’ai pu me rendre compte que le pire, c’est lorsqu’il s’agissait de ma parole qui était niée (ou, du moins, que je le perçoive comme tel, of course…) : qu’on me nie, moi, c’est grave ; qu’on nie ma parole, ou ma possibilité de parole, là, c’est l’apocalypse psychologique (marrant, que je prenne ce terme d’apocalypse, quand on sait que ça veut aussi dire “révélation”… bref, je m’égare).

    Au jour d’aujourd’hui, sur le high level, ayé, le mécanisme ayant vraiment été mis au clair (et mon aimée ayant vraiment failli foutre le camp à cause de ça, c’est pas mal, comme révélateur et stimulant !), j’arrive à respirer, à me calmer, et à pondérer.
    Pour les étapes intermédiaires, y’a du mieux, mais c’est pas fini. Pas évident d’arriver à déceler “tiens, je suis en colère, et gravement, mais en fait, c’est parce qu’il s’agit encore de cette vieille histoire de négation du moi… Ca avance, mais, honnêtement, y’a des rechutes.
    Donc, sur le “traitement symptomatique”, je suis pas trop mal.

    En revanche, d’où que ça me vient ? Évidemment, il s’agit d’une histoire d’enfance, de construction de mon moi, d’un rapport à mes parents, tout ça ; mais, précisément, je n’ai pas encore trouvé LA raison, L’origine première. Pour l’instant, je constate, et tâche de pondérer. C’est déjà pas mal.
    Là-dedans, certainement que la douance vient rajouter un adjuvant, une capacité incendiaire supplémentaire à une donnée psychologique. Mais je ne pense pas que la seule douance explique cela.

    Qu’en est-il de ta compagne ? J’en sais rien. Pour moi, en tout cas, je suis sûr qu’il s’agit d’un trouble existentiel lointain, préhistorique. Et que je revis un vieux trauma, que cette situation vient réactiver.

    … à mon sens, il s’agit de bien plus que de simples “efforts”, comme s’il s’agissait de se motiver pour aller faire un jogging ou ne plus mettre les doigts dans son nez… Quelque chose de beaaaaaaaaaauuuuuuuuuucoup plus profond. Qui, oui, peut évoluer, n’est pas immuable, et fixé de et pour toute éternité. Mais y’a du boulot, et si pour ta compagne, je n’en sais rien, je sais que pour moi, je ne suis capable de faire ce boulot que parce que JE le veux. Même si, certes, la femme que j’aime m’est aussi une vraie motivation, et m’aide beaucoup par sa capacité de dialogue, d’analyse, et de pardon. Bref, j’ai bien peur qu’il ne te / vous reste du boulot… Et les efforts que tu consentiras, ou non, ne joueront que sur ta capacité de rester avec elle, ou non. Mais ce ne sont pas TES efforts qui feront avancer le schmilblick. En revanche, peut-être, que tu consentes à plonger avec elle dans les abîmes pour comprendre ce qui se joue là…

    Opération spéléo, banzaï !?”

    Voilà !!! J’espère que vous en aurez apprécié la lecture.

  • 606f0f601062a bpthumb

    norbert

    Membre
    24 mars 2021 à 15 h 40 min

    @matty

    bonjour! Ce monsieur ne se sent-il pas agressé, dans des situations où il ne l’est pas vraiment?

  • 607421cd1ed5b bpthumb

    AuroreDenuit

    Membre
    10 avril 2021 à 19 h 58 min

    Et rebonjour ! Ça y est je commence à être a l’aise sur ce site ( grosse novice des forums 😁)

  • 607421cd1ed5b bpthumb

    AuroreDenuit

    Membre
    10 avril 2021 à 19 h 59 min

    Merci @matty pour ton partage. Je l’ai bien relu deux trois fois car ça m’a bien parlé.

    Surtout sur la question du penser à ma place, me faire dire ce que je n’ai pas dit… Effectivement ça ça peut me mettre également en colère.

    Le problème c’est ma maîtrise du verbe. Une fois qu’on m’a énervé, j’ai des mots et je sais là où ça fait mal chez l’autre. Alors bim, il m’arrive d’être singlante avec mes proches. Je te pique au vif et je te braque. Dans le fond souvent (comme pour tout le monde) ma colère a sa raison d’être mais dans la forme… je cassais mon interlocuteur.

    Depuis quelques temps j’essaie de pratiquer la proposition de Jacques Salomé a savoir : on peut dire/monter sa colère a l’autre mais on ne peut pas jeter sa colère sur l’autre.

    Jai réussi à gérer quelques conflits comme ça…

    Pourvu que ça dur :p

  • 6073010e195e6 bpthumb

    18-04-95

    Membre
    11 avril 2021 à 16 h 16 min

    Bonjour, je suis hp mais avant tout je suis “Moi” , je m’appelle Sarah , et j’aimerais si possible rentrée des HP avant d’être en bien out social lol .je suis pleine de vie mais je me suis énormément séparer de personne nocif de mon entourage il y a quelques mois .. et je ressent une grande solitude interne . Je suis sociale. Mais très dur . J’ai l’impression de sois juger les gens sur leurs conries sois me faire avoir par leurs vice .j’aimerais énormément rencontrer quelques personnes hpe si possible . J’aimerais échanger sur divers sujets. J’ai l’impression d’avoir 15 livres émotionnel enfermé dans mon esprit et j’aimerais échanger et partager avec des personnes ” comme moi” j’en ressens vraiment le besoin . A bon entendeur . J’espère que cette bouée a la mer me rapportera de bonne choses .. ( escusez mes fautes d’orthographe,le plus important,a mon sens , c’est le fond) merci et bonne journée bonne semaine à vous tous . 😉😊😁😁😁

  • 6072fdc4cfcf3 bpthumb

    Elliott

    Membre
    11 avril 2021 à 17 h 46 min

    Oh je me reconnais assez dans ce que cette personne a expliqué! MERCI , ça me fait un bien fou 💜

  • 603adbc53dd95 bpthumb

    matty

    Membre
    11 avril 2021 à 19 h 33 min

    Bonjour Sarah,

    Je viens de lire ton msg dans “colère et frustration”, c’est l’objet de celui-ci, prendre contact.

    J’ignore si ça fait longtemps que tu as réalisé ta singularité HP mais il n’est pas rare qu’une grande mise à jour s’opère à cette occasion. Mise jour sociale, mise à jour historique dans le sens où le film de ma vie se re-déroule avec une nouvelle lecture, une mise à jour personnelle comme un oeil nouveau je me regarde et vois que nombre de mes croyances et espérances étaient le résultat d’une simple envie de me fondre dans la normalité et comprend que mes chances d’y parvenir sur la durée étaient proche de zéro et pire, étaient un jeu malsain perdu d’avance, qui me faisait être la proie de toute sorte de tordus sans comprendre pourquoi…

    Si c’est le cas, alors je me réjouis pour toi d’avoir enfin les bons éléments de compréhension et de rechercher les frères et soeurs du troupeau des zèbres. Ça m’a fait vraiment du bien de trouver et d’échanger avec d’autres “moutons noires”.

    Sur ce site je trouve que c’est possible.

    Bonjour à toi 🙏

  • 603adbc53dd95 bpthumb

    matty

    Membre
    11 avril 2021 à 19 h 44 min

    @norbert

    Qu’est-ce qu’une agression au final, est-ce l’intention de l’autre, est-ce ma perception émotionnelle, ma compréhension de la situation ?

    Je trouve pour ma part qu’il explique assez bien ses déclencheurs qui sont la négation de son être sous toutes ses formes. En lien avec le poids de la différence que l’on a identifié très tôt ? Avec notre hypersensibilité ou notre abjection de l’injustice ou du déni ? Va savoir en tout cas je fonctionne également comme ça.

  • 603adbc53dd95 bpthumb

    matty

    Membre
    11 avril 2021 à 19 h 48 min

    Jusqu’à parfois m’en foutre la trouille, celle de franchir sur un coup explosif, le Rubicon et de porter un préjudice sans réparation sous le coup d’un pétage de plombs. J’en arrive souvent à me brider fermement par anticipation de ce que j’imagine pouvoir être le pire.

Affichage des publications 1 - 10 de 12

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 messages Juin 2018
Maintenant