Re-nouveau

  • Posted by fruidhom on 26 août 2022 à 0 h 33 min

    Bonjour,

    C’est en vadrouillant dans la nébuleuse du net, cherchant un nouveau sens à ma vie depuis que le monde que nous avons connu commence sa chute (voulue et programmée ou hasard n’est pas le sujet). J’étais soignant (libéral/public) jusqu’à ces lois scélérates sur des injections obligatoires.

    J’ai eu une enfance assez tumultueuse (plutôt sensible et sujet aux railleries). J’ai toujours su que j’étais très différent des autres enfants, et je préférais me réfugier avec des adultes qui me comprenaient. Ce n’est que beaucoup plus tard que j’ai compris que ces adultes avec lesquels je me sentais bien fonctionnaient comme moi (toutes les arborescences étaient suivies et donnaient lieu à d’autres, rapide, stimulant).

    Il m’a fallu attendre l’adolescence et les premières hormones pour constater que j’aimais les garçons plus que les filles. J’avais juste à accepter la donne et tenter d’y faire face, dans un environnement bourgeois/catho où l’épanouissement ne pouvait se résumer qu’à une solitude de fait. Il paraît qu’il faut de tout pour faire un monde, mais j’aurais préféré que cela tombe sur un autre à l’époque. Je suis bien avec qui je suis aujourd’hui. Doublement différent.

    Fac de médecine: parfait. Des études longues pour me laisser plus de temps pour continuer de me connaître. J’ai aimé être étudiant, faire de la recherche, soigner. Nourrir le besoin de donner, l’empathie, la sensibilité, l’écoute, la curiosité, la candeur, la détresse, les angoisses. Bref, richissime pour nourrir mes sens (tous en hyper-réceptivité).

    Une installation en libéral, où je ne comprenais pas ce que j’y faisais. Sans évolution, sans recherche, juste un train-train, le comptable, le manque de sens, le manque de temps, le néant intellectuel.

    C’est là qu’a déboulé une de mes patientes dans mes derniers jours de consultations dans mon cabinet en cessation imminente. Elle m’avait repéré et ne voulais pas me perdre de vue avant de ne partir on ne sait où. Les zèbres sont souvent impulsifs et imprévisibles. Elle m’a fait connaître les zèbres scientifiques ou non de mon entourage. Il m’a fallu revisiter toute ma vie à travers mes nouvelles grilles de lecture (la bienveillance, les pervers narcissiques, les schémas de domination, apprendre à s’aimer, se pardonner, pardonner aux autres, puis s’envoler vers ce que l’on est, enfin).

    J’ai trouvé un paradis pour vivre, en ouest-Aveyron, où je reçois de plus en plus de connaissances qui s’émerveillent des bienfaits du retour aux sources de la vie loin des villes.

    Mon détachement de cette société mortifère m’a permis de découvrir, un peu béat, que le repli dans la nature et une centration sur soi et ce que l’on a de plus solide pour se sentir robuste et indépendant.

    Fort de ces avancées, j’ai de nouveau envie d’échanger, de rencontrer. 🙂

    Voilà ce qui sort spontanément de mes arborescences ponctuelles.

    Désolé pour ceux que j’ai saoulés par la longueur.

    Je leur souhaite le meilleur à eux aussi.

    A plus

    fruidhom a répondu il y a 1 mois 1 Membre · 0 Réponses
  • 0 Réponses

Sorry, there were no replies found.