Vos rapports avec les non HQI

  • Vos rapports avec les non HQI

    Posted by alaric on 23 juin 2022 à 21 h 59 min

    Sont-ils problématiques ?

    Je veux dire:
    – Êtes-vous vraiment vous-même avec eux ?
    – Vous sentez-vous compris par eux ?
    – Vous sentez-vous reconnu par eux ?
    – Partagez-vous avec eux des centres d’intérêts qui sont vraiment importants pour vous ?
    – Avez-vous l’impression de porter un masque avec eux ?

    Aux question ci-dessus, je réponds non aux quatre premières et oui à la dernière. Et vous ?

    Lors d’une discussion en anglais avec une autre personne dotée d’un haut QI, celle-ci me dit: “Je comprends que parfois les personnes dotées d’une intelligence moyenne ne vous comprennent pas mais vous vous pouvez trouver des informations intéressantes et précieuses de leur part”

    J’ai utilisé Google traduction, donc je ne sais pas si les termes sont tous exacts.

    Le problème est que j’ai toujours l’impression de porter un masque avec la plupart des gens. Mais est-ce moi qui suis intolérant ? Est-ce que l’opinion que j’ai de ma propre intelligence est surestimée, ce qui entraîne ces difficultés ? Ou peut-être que je sous-estime l’intelligence des autres ?

    Et vous ? Est-ce que vous vous reconnaissez ici ?

    kitsunebi a répondu il y a 1 jour, 1 heure 16 Membres · 97 Réponses
  • 97 Réponses
  • 626bb25d54601 bpthumb

    le_bacteriophage

    Membre
    23 juin 2022 à 22 h 12 min

    @alaric

    J’allais te demander de te poser les mêmes questions et de nous donner tes réponses en orientant le sujet sur les discussions que tu as avec les HPI mais tu as déjà répondu à tout ça dès ton post initial ^^

    Dans ce post, on voit des questions mais surtout toutes les réponses à ces questions. Tu as raison un peu partout et sans doute aussi un peu tort un peu partout.

    Malheureusement, il n’y a que le partage de situations précises qui pourrait peut-etre nous aider à répondre à tout ça. Et encore… Ça ne serait toujours que du biais mais permettrait de se rapprocher au moins un peu d’un début de raisonnement.

  • 6102d404d2a0b bpthumb

    hautpotentieldeconneries

    Membre
    24 juin 2022 à 0 h 05 min

    @alaric

    Si je puis me permettre… Quelle question à la con…

    Avant de parler avec qq tu lui demandes son score de Qi?

    Non j’imagine, car tu dois être qq de très civil et particulièrement poli.

    Personnellement j’aurais probablement énormément de mal à faire la différence entre une personne ayant 120 ou 164 de qi.

    Alors évidemment il s’agit de centres d’intérêts.

    Qq de brilliant avec un qi de 164 qui se passionnerait pour les stratégies d’équipe du tour de France (et je suis sûr que ça existe) et aurait une mémoire eidétique des résultats, me ferait chier à un niveau proverbial, alors qu’un “vulgaire normopensant” avec un qi de 119, qui me parlerait de Nietzsche me passionnerait sans aucun doute.

    Le 130 de qi est une frontière arbitraire, pondue par je ne sais qui, pour discriminer je ne sais qui, dans l’objectif de prouver je ne sais quoi.

    Les “gens”, il y a ceux avec qui tu as des échanges enrichissants, et ceux qui motivent des envies de meurtres ou de suicides quand tu leur parles.

    Je ne suis pas persuadé que ça soit corrélé avec le statut hpi/”normopensant”.

    Mais je peux raconter de la merde, évidemment…

  • 5f825ad29183e bpthumb

    faiseuse-de-foret

    Membre
    24 juin 2022 à 3 h 44 min

    ‟Mais je peux raconter de la merde, évidemment…”
    Il y aurait beaucoup de choses à redire de ton intervention…
    Je voulais pas intervenir @ nouveau mais me sens obligette là. Il est usant de régulièrement lire des commentages déconstructeurs (voire destructeurs) comme les tiens car tu ne vis pas la situation pour comprendre (pareil que pour zébrette & bien d’autres).
    Évidemment ce n’est pas pour tes beaux yeux mais pour le reste du lectorat que je rédige ce qui suit en tant que spécialiste qui se pseudo-adresse @ toi (je vois venir Eugène me dire que je m’adresse véritablement @ toi car l’apparence le suggère)·

    1 Il faut distinguer le fonctionnement cognitif qui est très complexe & recoupe différentes matières & la manière de penser elle-même, ce qui ne semble pas être acquis par les gens. C’est pourquoi je parle souvent d’opposition ˜normopensance – allopensance˜ distinctement de l’opposition ˜neurotypicité – neuroatypicit阷

    2 Comme a commencé @ le montrer l’équipe de Lyon (coucou) la surdouance est une neuroatypicité — atypicité neurodéveloppementale si tu préfères.
    Comme j’avais expliqué @ Norbert il y a le neurotype autistique, le neurotype ˜autiste surdoué˜, le neurotype ˜complexe˜, le neurotype ˜laminaire˜, le neurotype commun (classique – vulgaire) & peut-être encore un ou deux dont je n’ai pas encore découvert la pertinence (notamment il me faudra déterminer si le TDA[H] tout seul devrait être considéré comme tel)·

    3 Mesurer le quotient intellectuel c’est un truc, déterminer si une coquinette ou un coquinou est surdoué[e] ou non en est un autre.
    Si les deux ont eu coutûme de sembler liés c’est que ce qu’essaye de faire la recherche de surdouance est de trouver si neuroatypicité il y a & que cette neuroatypicité rend très probable que le quotient global dépasse 130 comme son absence improbable qu’il dépasse 130. Cela dit ce quotient global ne dépasse pas toujours 130 en ce cas de neuroatypicité d’où la décision de certain[e]s neuropsychologues de compter comme surdoués des sujets en ayant un inférieur ; & surtout l’analyse du profil cognitif du sujet compte encore davantage que la passassion du test d’où l’importance d’y accorder long temps : c’est ce que je disais déjà ici voilà quelques mois…
    Enfin ne pas oublier que le quotient est une mesure qualibrée par rapport @ une moyenne qui peut évoluer dans le temps : rien à voir avec la présence ou absence d’une neuroatypicité donc…

    4 Un quotient global ne peut pas atteindre 164 sur l’échelle de Wechsler ni sur l’échelle Stanford Binet.

    5 Le score de 130 correspond tout simplement @ deux écarts-types au-dessus de la moyenne. Ce choix fait partie du raisonnement statistique.

    6 ‟Personnellement j’aurais probablement énormément de mal à faire la différence entre une personne ayant 120 ou 164 de qi.”
    Pas moi·
    & je suis très douée pour deviner @ quel neurotype appartiennent les sujets…

    ‟Si je puis me permettre… Quelle question à la con…”
    Tout ceci était pour démontrer qu’au contraire la discussion d’Alaric a toute sa pertinence. maintenant pour lui répondre en espérant qu’il soit arrivé jusque là :

    suis-je vraiment moi-même avec les neurotypiques :
    Non, je dois me brimer sinon paraîs trop bizarre.

    me sens-je comprise par les neurotypiques :
    Pas du tout, très loin de là·

    me sens-je reconnue par les neurotypiques :
    Rarement quand certain[e]s plus ouvert[e]s rencontrent une de mes particularités ou renseignements qui leur fait un certain écho, & trop peu en largeur de focus (quantité de renseignement en une occurence) & puissance de la reconnaîssance·

    partagé-je des intérêts importants pour moi avec les neurotypiques :
    Presque nullement, & les quelques fois où ça a pu arriver l’ampleur ou la capacité d’approfondissement du centre d’intérêt était tout @ fait décallé nous rendant incompatibles·

    ai-je l’impression de me masquer au rapport des neurotypiques :
    Totalement·
    Je suppose que la voie juste soit d’ajuster le masque pour qu’il soit le plus translucide & le plus facile @ porter possible·

    est-ce toi qui es intolérant :
    Il ne me le semble point. Il me semble que vous soyez simplement non-compatibles·
    les difficultés viennent-elles que tu surestimes ton opinion de ton intelligence :
    Je ne pense pas que cela influe tant que ta volonté d’interagir – communiquer est sincère : pour moi c’est ton mode de fonctionnement qui diffère trop·
    sous-estimes-tu l’intelligence des autres :
    Probablement pas·

    Maintenant ce qui est nécessaire est de trouver une manière de rendre ta différence utile & de retourner ta situation jusqu’@ ce qu’un de ses côtés s’adapte @ un des côtés des neurotypiques puis de développer la longueur de ce côté pour rendre tes échanges plus riches, plus faciles, plus utiles & plus durables·

  • 6102d404d2a0b bpthumb

    hautpotentieldeconneries

    Membre
    24 juin 2022 à 7 h 12 min
  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Usager supprimé

    Membre
    24 juin 2022 à 7 h 37 min

    Après presque 2 ans sur ce site, je dirais que j’ai les mêmes difficultés avec les HQI qu’avec les non HQI. Donc est ce vraiment un problème de QI?

  • 62b60bc5d42e1 bpthumb

    kamigoroshi_no_yugen

    Membre
    24 juin 2022 à 9 h 32 min

    @hautpotentieldeconneries

    Les “gens”, il y a ceux avec qui tu as des échanges enrichissants, et ceux qui motivent des envies de meurtres ou de suicides quand tu leur parles.

    Seuls les Siths sont aussi absolus.

  • 62a332064e2b9 bpthumb

    marsupio

    Membre
    24 juin 2022 à 13 h 18 min

    Je ne fais pas de distinction sur le potentiel intellectuel, mais, dans l’ensemble, je m’ennuie assez vite d’un non HPI. Passée la phase de découverte, le dialogue devient vite fade. Alors qu’avec un HPI, il s’agit de discussions généralement plus intéressantes. Comprenant souvent tout avant tout le monde, je me sentais à part, une sorte d’extra-terrestre. J’ai vite eu un complexe d’infériorité alors que cela aurait dû être tout le contraire. Le sentiment de ne pas appartenir à ce monde.

    Avec les non HPI, je conclue leurs démonstrations à leur place dans ma tête les laissant s’exprimer et ils ne comprennent pas mes propres conclusions, même expliquées. Ils ne comprennent pas la démonstration. Pour poser un diag, faites un simple petit jeu, Tetravex, disponible sous linux Debian, c’est édifiant. Le non HPI n’arrivera pas à finir alors que vous trouverez la solution en 5 minutes. Mon ex-compagne, qui était au demeurant fort intéressante et avec qui j’avais des débats sur tout, n’arrivait pourtant pas à terminer le jeu ou même à trouver un départ de solution.

    Donc on peut très bien s’entendre avec un non HPI en étant soi-même HPI et très bien se déchirer avec un HPI comme je peux le constater sur ce forum. Il y a d’autres facteurs qui entrent en jeu comme le caractère, la personnalité, etc…

    J’ai appris en 2016, lors de mon habilitation confidentiel défense, que, dans ma famille, pas un n’était en dessous de 120. Donc j’ai cette chance de pouvoir me retrouver dans un milieu hautement intellectuel. Cela aide grandement d’avoir un cocon où se réfugier, se retrouver. On se sent moins anormal et s’exprimer sans peur d’être incompris.

    Perso, je ne pense pas porter de masque, quel que soit mon interlocuteur.

  • 6102d404d2a0b bpthumb

    hautpotentieldeconneries

    Membre
    24 juin 2022 à 16 h 55 min

    @kamigoroshi_no_yugen

    Il y a des sith partout, même en Suisse

  • 62b4336d3a103 bpthumb

    kitsunebi

    Membre
    24 juin 2022 à 19 h 08 min

    @alaric :

    Mes rapports avec les non HQI :

    Oui, je suis moi-même avec eux… Surtout que je ne sais pas forcément qui est HQI ou pas.

    Oui, mais c’est comme avec les HQI… Et se sentir incompris ou compris… C’est un ressenti, et pas un fait comme celui d’être incompris ou compris. Et on peut avoir des surprises, dans un sens ou dans un autre… Croire qu’on ne nous comprend pas alors que si, ou l’inverse… Ou bien sûr se sentir incompris et être incompris et se sentir compris et l’être… Et on est compris ou incompris que partiellement, à différent degrés et niveaux… Et il n’y a pas de règle de réciprocité, en plus.

    Reconnue ? C’est-à-dire ? En tout cas, chacun se fait des projections de qui est l’autre, projections qui peuvent être complètement erronées et/ou changeantes… En fonction de tas de facteurs…

    Partager des centres d’intérêts avec eux ? Et bien oui ! Mes centres d’intérêts ne sont pas (si) complexes, je pense, même si certains peuvent être particulièrement approfondis, j’imagine… Mais je partage assez peu, et avec peu de monde, je crois. Du moins, j’ai l’impression que cela reste assez superficiel la plupart du temps… Peut-être comme la plupart des relations qu’on a avec les gens en général ? On reste à la surface ? Parce qu’on a peur des abysses et/ou des cieux ? Ou plutôt parce qu’on n’a pas envie ou besoin de s’investir ? Ou peur ? On a besoin de notre indépendance, aussi… Tout en voulant créer du lien avec certains…

    Non, pas de masque… Et pourquoi porter un masque ? Pour s’attirer des personnes qui ne nous conviennent pas ?

    En tout cas, comment savoir si quelqu’un est HQI ou pas ? Est-ce que trouver quelqu’un intelligent veut dire qu’il est HQI ? C’est possible. Mais ce n’est pas parce que quelqu’un est HQI qu’on va le trouver intelligent, ça c’est sûr… Et chacun peut tellement se tromper dans ses analyses, parfois… De plus, même au niveau de la vitesse de traitement de l’information, dont on peut se rendre compte IRL, et bien elle peut varier en fonction de si quelqu’un maitrise bien un sujet ou non… Entre autres…

    De toute façon, chacun a un cerveau qui est unique, HQI ou pas… Et notre relation avec l’autre sera… Et bien, unique, aussi. Et comme chacun évolue et qu’il faut du temps pour apprendre à connaître l’autre, et qu’il faut aussi se créer des occasions si on veut plus le connaître ou entretenir ou développer une relation… Et bien chaque relation évoluera également. Ou pourra même s’arrêter brusquement, du jour au lendemain. Ou démarrer de manière aussi vive qu’inattendue…

    Mais… Je sais que je suis particulièrement sensible au fait que l’autre soit observateur ou pas. Et plus quelqu’un est observateur, plus sa vitesse de traitement de l’information est importante, il me semble ?
    Et je suis également sensible au langage…
    Et à certaines analyses…
    Et à une certaine sensibilité… Et à un esprit créateur… Et… 🤣

  • 6102d404d2a0b bpthumb

    hautpotentieldeconneries

    Membre
    24 juin 2022 à 19 h 16 min

    “4 Un quotient global ne peut pas atteindre 164 sur l’échelle de Wechsler ni sur l’échelle Stanford Binet.

    6 ‟Personnellement j’aurais probablement énormément de mal à faire la différence entre une personne ayant 120 ou 164 de qi.”
    Pas moi·
    & je suis très douée pour deviner @ quel neurotype appartiennent les sujets…”

    C’est ce qu’on appelle une contradiction dans le discours 🤭

    Mais on s’en fout complètement, personnellement je ne fais pas semblant de ne pas comprendre ce que dit mon interlocuteur.

    Je dirais que tu as ta vision des choses, tu es hpi et tsa et ça impacte forcément ton ressenti dans les échanges humains, Sheldon. Tu es probablement la personne la moins à même de répondre à cette question, je l’ai compris maintenant, pas parce que tu serais profondément relou, mais parce que tu n’es clairement pas câblée comme un “vulgaire” hpi.

    Le seul problème c’est que tu appliques systématiquement ta grille de lecture (minoritaire dans la sphère des hpi) à tout, avec cet aplomb typique de ceux qui classent systématiquement les gens, les choses, les comportements, selon cette grille existentielle nécessaire à leur bien-être.

    Fort de ce constat, pour connaître quelques tsa dans mon entourage, notamment le fils, indubitablement de haut niveau, d’un de mes potes, je concluerai par le fait que je peux comprendre ta vision des choses, mais qu’elle ne PEUT PAS être la seule grille de lecture valable dans les relations hpi/non hpi.

Page 1 of 10