Dont-on dire ?

  • Dont-on dire ?

    Publié par Membre Inconnu le 19 octobre 2023 à 18 h 08 min

    Bonjour,

    Pas trouvé de sujet similaire via le moteur de recherche du site.

    Donc :

    Dont-on dire aux enfants qu’ils sont surdoués, une fois les tests passés ?

    Si on dit oui, alors, à partir de quelle âge ?

    Je trouve personnellement inutile et contre-productif d’informer un tout-petit ( genre de 4 ans ) de sa différence.

    Merci pour vos réponses

    possesseusedelultimeconnaissance a répondu il y a 1 mois, 2 semaines 3 Membres · 9 Réponses
  • 9 Réponses
  • yllen

    Membre
    19 octobre 2023 à 18 h 52 min

    Spontanément c’est “à partir de 7 ans” qui m’est venu. Je veux dire dans le sens de la verbalisation au loulou ou à la pitchoune ( évidemment avec des mots bienveillants et qu’il ou elle peut assimiler facilement hein mais ça c’est évident).

    Ensuite pour les âges précédents je me disais plus un accompagnement, une guidance protectrice sur les pas de sa différence. Répondre sincèrement à tous ces questionnements en lui expliquant que ces camarades ne se les posent peut-être pas eux mais que c’est OK car tout est ok.

    Bref, de l’écoute et de la bienveillance au taquet !

  • Membre Inconnu

    Membre
    19 octobre 2023 à 19 h 02 min

    @yllen

    C’est une réponse équilibrée, d’après moi.

    C’est sûr que d’un autre côté, si on traine sans dire les choses, c’est encore pire que tout.

  • yllen

    Membre
    19 octobre 2023 à 19 h 09 min

    @

    @alexander

    Suis un peu équilibriste, c’est pour ça 😜

  • Membre Inconnu

    Membre
    19 octobre 2023 à 19 h 16 min

    C’est un excellent moyen d’éviter de s’enfoncer comme une mouche dans la mayonnaise 😀

  • yllen

    Membre
    19 octobre 2023 à 19 h 29 min

    Ou de surfer sur les vagues de l’incompréhension 🏝

  • possesseusedelultimeconnaissance

    Membre
    20 octobre 2023 à 1 h 50 min

    On cache pas une vérité @ l’intérêssé[e], d’autant plus si |celui–celle|-ci est surdoué[e]…
    Déjà que les enfants neurotypiques sont très lucides & voient bien ce qui cloche dans le discours des soi-disant responsables adultes… Surtout que comprendre qu’on est véritablement différent[e] permet un soulagement & de donner du sens au décalage qu’on perçoit. Cela permet d’aller de l’avant activement avec sa différence plutôt que de la croire inexistante car non-reconnue donc de la subir passivement.

    Oubliez également les questions portant sur l’âge : tout le monde évolue @ un rythme différent, cela n’a aucun sens, & de plus il y a des dyssynchronies de développement marquées ou très marquées chez les surdoués donc cette considération est encore bien plus vraie ici. Tout ce qui compte est d’expliquer correctement @ l’enfant avec les bons mots ce qu’il en est & toutes les implications, en étant juste impartial[e] & sans laisser de zones d’ombre ce qui est très mauvais pour son développement.

  • Membre Inconnu

    Membre
    20 octobre 2023 à 3 h 14 min

    @possesseusedelultimeconnaissance

    En ce qui me concerne, mes parents ont été informé très tôt par le biais de tests de ma précocité. Les psy leur ont conseillé de ne pas communiquer là-dessus dans un premier temps mais ils ont dérogé. Perso je comprends mieux après coup en quoi c’est une erreur de le dire à un gosse de 4 ans. Un enfant à 4 ans, quel que soit son niveau de précocité sur certains plans, reste un gosse de 4 ans. La chose devient une donnée difficile à porter, j’offre ici mon témoignage.

    Peut-être que le simple fait de dire est en soi une façon de ne pas faire, en se contentant de formuler ? C’est un peu ce que j’ai ressenti.

    Par contre il est évident que le non-dit amène en général un réelle incompréhension.

    Trouver le bon équilibre, ne pas «charger» un tout petit de considérations qui le dépassent, en somme faire des projections trop lourdes à porter pour lui et l’investir involontairement d’un rôle qu’il n’a pas.

    Et bien sûr ne pas sombrer dans le non dit, le manque de confiance, la trahison.

  • Membre Inconnu

    Membre
    20 octobre 2023 à 4 h 01 min

    @possesseusedelultimeconnaissance

    Quand t’as un gosse qui marche à 9 mois, qui joue au « Au clair de la lune » à 3 ans tout seul sur le piano familial et quand les tests, lorsqu’il a 4 ans, indiquent une précocité, tu fais quoi ?

    A/ Tu l’envoies prendre des cours de piano, tu gère au mieux par l’accompagnement

    B/Tu lui dit bravo, t’es un petit génie, mieux que les autres et c’est tout !

    EDIT : perso je n’ai jamais ressenti de décalage à 4 ans. C’est par la suite que ça s’est manifesté

    ( Et dsl pour les fautes et autres étourderies après relecture, Berk 😉 )

  • possesseusedelultimeconnaissance

    Membre
    21 octobre 2023 à 5 h 44 min

    En effet il ne faut pas lui donner l’impression qu’on aura davantage d’attentes pour cette raison ni qu’un plus grand rôle lui incombera ; qu’|elle–il| aura plus de devoirs ni plus de droits. J’entendais cela dans ˣimplicationsˣ. & aucune mise de pression de quelque nature que ce soit. Tout cela est primordial pour maintenir l’équilibre dans son développement.

    & pour ta question qui si je comprends bien porte sur la balance entre l’agir & le dire je ne choisis point : je prends les deux. C’est une loi primaire de l’univers [1 + 3 = 4 si un[e] initié[e] passe par là] que le dire doive aboutir sur l’agir & que l’agir soit initié par le dire. L’agir tout seul mène au chaos & le dire tout seul mène @ la folie.

    Ce sera mauvais pour l’enfant si elle – il ne comprend pas pourquoi on prend bien plus de soin & déploie bien plus de moyens @ son éducation que de norme : elle – il soit se pensera supérieur[e] & deviendra égocentrique [comme chez les laminaires arrogant[e]s] soit au contraire développera un schéma de pensée de type ˜je ne mérite pas tout ça, je suis juste banal & nul˜ [typique chez les surdoué[e]s] complexes ou laminaires effacé[e]s]·

    Par contre ce sera également mauvais comme dans ton cas si on le lui dit pour s’en laver les mains & ne prend pas en charge la différence si elle se manifeste· Mais je ne crois pas que le dire doive immédiatement aboutir sur l’agir : @ mon sens il faut un certain temps pour matûrer les idées & voir vers quoi l’agir pourra être dirigé·

    Aussi parfois malgré tous nos efforts l’enfant interprête mal un acte ou une parole. C’est triste mais on n’est pas capable de produire une éducation parfaite & il faut se préparer @ des ratés & des rancœurs, c’est inévitable & ce qui compte est d’avoir fait beaucoup de bien par ailleurs·

Connectez-vous pour répondre.