Gilets jaunes



  • Gilets jaunes

    ?s=1&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue Anonyme mis à jour Il y a 1 année, 2 mois 21 Membres · 150 Messages
  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    30 novembre 2018 à 21 h 53 min

    Tu t’en remettras

    Jamais. Je ne suis pas du genre à me résigner ou à accepter l’inacceptable. Je sais bien qu’il y a des personnes apathiques et un peu abruties, je veux dire qui sont blasées de tout et qui n’éprouvent plus rien devant l’injustice que peut subir quelqu’un, parce que ça ne les concerne pas, mais je ne suis pas près à renoncer à mon humanité. Et je suis loin d’être le seul à éprouver ce sentiment…

  • 5c36aecc7594c bpthumb

    jabberwocky

    Membre
    30 novembre 2018 à 22 h 34 min

    Je te cite @bosonx

    Je dirais que notre terre est fini, et que je ne me sent pas en accord avec mon bien être, si pour cela je dois laisser coulé des bateau rempli de personne en souffrance a cause des guerre que l’on a exporter.
    Non a tout les forme de racisme!

    Je vais te dire une chose que tu ignores sans doute. Un migrant enregistré en préfecture et encadré par une association (comme l’association Aurore) perçoit 400 euros par mois, un hébergement, des soins et des repas (matin, midi et soir) gratuits.
    Les rares familles de migrants (ce sont en très grande majorité des hommes seuls) prises en charge se voient octroyées un appartement de 40 mètres carrés.

    Dans les migrants tu as de tout : des gens en réelle détresse humanitaire, des réfugiés de guerre ou de conflits ethniques. Mais la majorité – la très grande majorité – est constituée de migrants économiques (venant du Maghreb et d’Afrique noir).

    J’ai géré pendant un an et demi plusieurs centres d’hébergement d’urgence. Sur les 600 réfugiés dont j’ai dû m’occuper, il y avait un seul syrien, six irakiens et une vingtaine d’afghans. Pas de libyens. Pas de personnes issues de populations persécutées comme les turcmen, yazidis, kurdes, druzes ou de chrétiens d’orient.

    A propos des afghans, certains d’entre eux passaient leur temps à picoler, faire mumuse avec leur ordinateur portable Samsung dernier cris, à commettre tout un tas d’incivilités et à chercher la merde avec les irakiens de confession chiite. Ces types étaient amalgamés a des vrais réfugiés et ça, ce n’est pas normal. Mais ce qui l’est encore plus, c’est qu’on ne les a pas expulsés.
    J’ai eu aussi un algérien expulsé des états-unis, fichier “S”, qui n’a cessé de mener les travailleurs sociaux en bateau. Crois-tu qu’il y ait eu la moindre mesure contre lui ?

    Que l’on s’occupe des réfugiés politiques et de guerre, oui.
    On devrait même faire plus…
    Mais tout niveler au d’une morale d’esclave ou de principes humanistes à la noix, non.
    Pas question.

    La crise des migrants à un prix. Certaines personnes en France vivent dans la précarité ; j’avais deux SDF en train de crever devant la porte de mon CHU à Boulogne. Ils avaient la haine contre les bobos qui ont de l’argent à balancer par les fenêtres pour les migrants et qui les laissent choir, pendant ce temps, dans leur propre pays. Comme je les comprends !

    On ne peut pas accueillir, on ne doit pas accueillir ceux qui profitent de la situation ou qui s’imaginent que la France est un eldorado. On se doit aussi d’être sévère à l’encontre de ceux qui n’acceptent pas nos règles de vie.
    Or, on en est très loin.

    Le coup des bateaux remplis de migrant, c’est du chantage humanitaire. Point barre.
    Que tu sois dupes de cela, me consterne.

    Nous avons des responsabilités dans les conflits libyen, irakien, syrien et afghan. Nous devons les assumer. Mais les malheurs de l’Afrique et du Moyen-Orient sont aussi le fait des gouvernements de ces peuples. A chacun de prendre ses responsabilités et ce n’est pas en portant toute la misère du monde à bout de bras que les choses évolueront.

    La gauche libérale s’est détournée du prolétariat et a favorisée les minorités identitaires pour des raisons idéologiques, politiques et pour travestir son changement de cap. Le problème des migrants sers aussi de cache-misère, car cela permet de relativiser ou de dissimuler les problèmes sociétaux.
    Dans le mouvement des Gilets Jaunes il y a aussi un sentiment d’injustice qui puise ses racines dans ce mal.

    Je comprends donc que l’exaspération de certains puisse virer au nationalisme.

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    30 novembre 2018 à 23 h 18 min

    Ce que tu me dis, c’est que lorsque tu vois comment on traite le peuple français, cela te révolte.
    Tu as un besoin de justice et d’équité.

    Je le comprends, et je partage ton point de vue.

    Trainer les gens dans la miser et les diviser en montrant ce que l’on donne a l’un en prétendent que du coup on ne peu pas donner au autres, c’est un jeu politique bien connu.
    Divisé pour mieux régner.

    Je t’invite à regarder principalement les zones bleu sur cette carte.

    Quand on entend certains dire qu' "ils devraient rester dans leur pays", on a du mal à ne pas rappeler qui a commencé à aller dans le pays de l'autre…😏

    Publiée par Live in Color Association sur Samedi 13 octobre 2018

    N’oublie pas non plus, qui soutient ces gouvernements corrompu.

    Ps :
    Pour ma part, je ne veux accepter la mort évitable d’aucun enfant.
    Quel que soit la justification que l’on me donne.
    Oui, je sais, j’ai des contradictions interne qui m’appartienne et avec les quels je vie très bien…
    Puisque je suis aussi pour le droit à l’avortement.
    Ici, certain dirons que je joue sur les mots, puisque je les nomes « fœtus » et non pas « enfant »
    Et oui, quand on est HP, on est suffisamment intelligent pour trouver les arguments qui nous conviennent.
    Plus sérieusement, ici c’est le droit individuel de la femme à gérer son propre corps que je défends.

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    1 décembre 2018 à 0 h 03 min

    Je me permets de partager ce petit texte.
    C’est une mise en perspective du mouvement des Gilets Jaunes.

    Ouip, grâce à la Macronie, j’ai découvert la thérapie par l’écriture lol

    — — — — — — —

    Au début du siècle dernier, il y avait des gares dans toutes les villes et dans tous les villages de France. Afin d’aider l’économie de l’industrie automobile, notre gouvernement incita les familles à acheter une voiture. Puis, durant la Guerre froide, craignant une pénurie d’essence, le général De Gaule commanda des tonnes de barils de gasoil. Certes, il n’y a eu aucune pénurie, mais l’essence ne se conserve pas ! Afin d’écouler les stocks, il négocia avec les constructeurs français pour faire plus de moteurs diesel.

    Vers 1975 commence la désindustrialisation de la France. Cela est fait avec le consentement complice de nos chers élus. Les grosses fortunes s’enrichissent et le chômage s’abat sur la classe ouvrière. Le problème est que la richesse est créée par le prolétariat. C’est lui qui crée la plus-value des biens qu’il produit. Autrement dit, c’est de son labeur que sont financées nos institutions ! Aucun problème pour nos élus : ils ont commencé à privatiser certains services publics, devenus trop onéreux pour les caisses de l’Etat. Ils ont contracté une dette nationale, puis ils se sont dits que le secteur tertiaire remplacerait le secteur secondaire. Sauf que le secteur tertiaire dépend en grande partie du service public !

    Afin de sauver les meubles, ils ont alors cédé à la pression du patronat. Ils ont simplement « vendu » nos droits. Nos acquis sociaux, qui avaient été durement obtenus par nos aïeux, ont été torpillés. Face au chômage de masse, la peur de la précarité plane au-dessus des esprits. Et c’est dans ce contexte que nos élus ont cassé le code du travail. Ils ont juste renoncé à nous garantir de bonnes conditions de vie. Comment se sont-ils justifiés ? En culpabilisant le chômeur, le pauvre, le « celui qui n’est rien ». Des idiots qui ne comprennent rien à l’économie et envers qui il faut faire de la « pédagogie ». Et pour répondre au malaise social, ils ont divisé pour mieux régner : donner un boulevard médiatique au Front National, pour ensuite jouer les scandalisés.

    A chaque élection, le politicien néo-libéral se prend pour un héros qui se bat contre le fascisme. Cela est important pour eux, sans doute pour faire oublier que sans les soutiens des industriels et des capitalistes pour faire front à l’émergence du communisme, Adolf Hitler n’aurait pas accédé au pouvoir en 1933 ; pour faire oublier que ce sont des capitalistes qui ont placé des dictateurs dans de nombreux pays ; pour faire oublier qu’ils sont à l’origine de guerres et de conflits à travers le monde ; pour faire oublier qu’ils n’ont eu de cesse d’appauvrir ceux qu’ils étaient censés représenter. Bref, faire oublier à quel point ils sont immoraux et détestables. Hélas, ces sauveurs de pacotille ne sont que des fossoyeurs, des traîtres, des menteurs.

    Nos élus, main dans la main avec les lobbys et les industriels, aiment les débats idéologiques, car ils ne veulent pas voir le réel. Mais le réel les rattrape ! Suicides, burn-out, pauvreté, insécurité, tensions sociales, lumpenprolétariat, addictions… Cela les inquiète car cela coûte du pognon ! C’est ainsi qu’ils décident de s’en prendre à la sécurité sociale, tout en tenant des discours hygiénistes. Puis, dans un même élan, réduisent le budget de la défense, de l’éducation, de la culture…

    Notre bien-aimée Macronie est la fidèle héritière de cette politique mortifère. Dangereusement, elle s’en prend à notre modèle social, tout en augmentant, toujours plus, nos taxes. Mais en supprimant l’impôt sur la fortune, en exemptant de toute participation ceux qui se sont enrichis grâce au prolétariat, elle veille à maintenir l’injustice sociale. Au lieu de faire de la politique, elle fait de la morale. Au lieu d’avoir une vision sociologique et politique de nos problèmes, elle psychologise et manipule. Elle fait partie de cette bourgeoisie narcissique qui, après s’être goinfrée sur le dos du peuple des années durant, après avoir bénéficié du modèle français, nous impose une société individualiste où dorénavant, chacun se démerdera pour sa propre survie. A quoi sert-elle, cette belle Macronie, si elle est incapable d’agir pour l’intérêt et le bien-être du peuple ?

    Bien sûr, les médias sont là pour cacher cette honte qui lui appartient. Et il n’y a aucune fierté à être l’élite d’un royaume de misère. La misère d’un peuple n’est que le triste miroir de la misère intellectuelle de ses dirigeants. Alors bien sûr, les forces de l’ordre sont là pour mâter ce peuple qui réclame le droit de vivre correctement. Nos dirigeants découvrent que le capitalisme néolibéral est un cancer pour la planète, qu’il faudrait investir dans les transports en commun, repenser les modes de production et de consommation, financer la recherche dans le domaine énergétique, mais comme ils ont presque tout vendu aux secteurs privés, ils expliquent à ceux qui sont victimes de leur incompétence, d’arranger les conséquences désastreuses de leur propre politique !

    Si leur idéal de société est la lutte de tous contre tous, dans laquelle il serait normal qu’un ancien ne puisse pas vivre correctement ou qu’un démuni « moins que rien » ne puisse pas jouir de son existence ici-bas, alors qu’ils se cassent ! Démission ! Politiquement, ils ne servent alors à rien. Ils sont juste un cancer qui écrase les gens et qui ne cesse de croître. Est-ce qu’il suffira de contrôler les médias nationaux pour qu’il y ait moins de monde dans les rues ? J’en doute fortement. Et eux, qui manient à merveille la violence économique, physique, psychologique, sociale, eux, dénoncent la violence de ceux qui se battent pour leurs droits ? Quelle hypocrisie !

    Depuis plusieurs jours, ils s’empressent d’employer leur rhétorique de commercial pour convaincre le peuple, ils se perdent dans des « éléments de langage », cette novlangue de bois insupportable et dénuée de sens. Or, il s’agit de notre vie et de notre liberté politique. Ceux qui ont faim ne veulent pas de débats ou d’explications, ils veulent juste de quoi manger. Et c’est leur rôle de les servir. Ils sont les serviteurs du peuple et non leur maître. Et ils ne le seront jamais, car nous sommes libres et souverains.

    Et là, bah…
    Nous sommes tous d’avis pour leur dire que les conneries ont assez duré.

    ^_^’

  • 5b910f6e29be7 bpthumb

    anne77

    Membre
    1 décembre 2018 à 15 h 48 min

    Je viens de rentrer et d’enlever mon gilet jaune, j’ai froid, je n’ai plus de voix… J’aimerais que nos impôts soient utilisés à bon escient, j’aimerai que nos politiques arrêtent de ce prendre pour des rois… Je souhaite une vraie république ou les votes blancs sont pris en compte. Je veux que l’on arrête de dresser les petites gens les uns contre les autres… Zut quoi !

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    1 décembre 2018 à 16 h 47 min

    “Ouip, grâce à la Macronie, j’ai découvert la thérapie par l’écriture lol”

    @darren
    Je dois donc dire merci a la marconie de nous faire profiter de ton texte 😉
    En toute chose il y a du bon. et ici, je n’avais pas encore trouver. maintenant, c’est fait 😛

    (en fait, le rapprochement du peule au delà de leur clivage habituel, et pour moi un grand bonheur.)

    Je peu dire aussi que ton résonnement tien également pour l’agriculture, ou il a fallut recyclé les phosphates après la guerre, phosphate qui était destiné a la fabrication des bombe

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    2 décembre 2018 à 22 h 46 min

    Ok, je comprends qu’il soit pas le plus populaire, il est pas très show tv, mais il métrite sont sujet et l’explicite.

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    4 décembre 2018 à 12 h 59 min

    Bonjour !

    Désolé pour ma lente réactivité…
    Je ne vois pas toujours le temps passer…

    @Anne77 Je tenais à te remercier pour ta participation à ce mouvement !!

    Dans sa sagesse, le vieux peuple celte a été très patient…
    Mais ses valeurs spirituelles ont été trop profondément blessées…
    L’égalitarisme, prendre soin des autres, ça fait partie de nous…

    Hélas, dans une société comme la nôtre, cela est tributaire de l’économie…
    Et économiquement, nous vivons dans une dictature soft, nous sommes devenus des métèques (au sens de l’Antiquité grecque). C’est-à-dire que nous sommes des citoyens, mais dès que nous allons travailler pour survivre, nous n’avons plus aucun droit. La seule liberté que l’on nous propose, c’est consommer et se divertir, mais ce n’est pas cela qui donne un sens à notre vie…

    Dans une société divisée en “winners” et en “loosers”, nous nous apercevons qu’il y a en définitive très peu de “winners”, et que ceux-ci n’existent que parce qu’il y a une très grande misère qui s’abat sur la majorité de la population…

    Quant à l’argent, au-delà de la critique du capital faite par Karl Marx, nous nous apercevons de son absurdité lorsqu’il devient le ciment de nos relations et le moteur de nos existences. Quelqu’un de stupide qui est bien né peut ainsi devenir président de la république, et quelqu’un d’intelligent qui a eu moins de chance va se retrouver sociologiquement dans une situation injuste. Or, la société aurait tout à gagner à laisser sa chance à des individus éclairés…

    Et pour avoir suivi les émissions consacrées aux gilets jaunes, ce fut hallucinant de voir le gouffre intellectuel qui séparait le “Français moyen” de nos élus… Ces derniers sont tellement convaincus de leur supériorité intellectuelle qu’ils ne font même pas l’effort de produire de bonnes argumentations, ils sont totalement à la ramasse…

    Or, on ne manipule pas quelqu’un qui est plus intelligent que soi. Ce retour au réel a été un spectacle des plus jouissifs. S’apercevoir que les gilets jaunes ne sont pas des beaufs incultes, qu’ils sont au contraire très lucides et qu’ils bottent en touche cette rhétorique de commercial de ces élus LREM, puis d’un autre côté voir cette rage qui a fait naître de nombreuses violences, hé bien je n’ai pas été étonné de voir certains journalistes flipper. Moi-même, je flipperais à leur place, et je pense que Macron n’a pas encore pris toute la mesure de la situation…

    Le mouvement des gilets jaunes est anarchique, fédérateur, intelligent, guerrier, certains étant très pacifiques, d’autres étant prêts à tout détruire jusqu’à ce que justice soit faite, bah autant dire que ça m’a foutu des frissons… Un souffle celte a réveillé des gens meurtris et ça m’a donné les larmes aux yeux… C’est unique au monde… Je ne suis pas étonné que 84% de la population soutient ce mouvement… Les pays anglo-saxons bouffent de l’ultra-libéralisme et de l’extrême pauvreté, ils ont un modèle social bien plus arriéré que le nôtre, et ils ne se révoltent pas… J’aime à penser que nous sommes peut-être les réincarnations de vieux peuples qui ont connu d’autres systèmes politiques, qui ont goûté à la liberté, et que ce sentiment est profondément ancré en nous… Aucune com’ stupide ne suffira à nous l’enlever…

    Et de nombreux pays commencent à se réveiller, nous donnons le LA à la face du monde ! Alors que de nombreux bobos qui ne jugent que sur les apparences exprimaient leur honte, hé bah je pense au contraire qu’il y a vraiment de quoi être fier d’être Français. Je rejoins entièrement ce que disait Emmanuel Todd dans l’édition spéciale diffusée sur France 2 et que j’ai vue en replay sur youtube.

    A ma façon, j’ai apporté mon soutien sur les réseaux sociaux, je n’ai pas hésité à rentrer dans le lard des macronistes… Ils disent dénoncer la violence, mais ce sont juste des hypocrites, car ils en ont rien à foutre. Ce qui les dérange, c’est que la violence de certains gilets jaunes se voit. Mais un licenciement, une agression sexuelle d’un supérieur, un sdf, un ancien qui fait une dépression car il se voit vendre sa maison pour survivre alors qu’il a bossé toute sa vie, ils en ont rien à foutre, ça ne les concerne pas. Tant que ça se passe dans le feutré et que les apparences sont sauves, alors tout va bien pour eux. Mais si tout le monde s’était inquiété de son voisin, de justice sociale, hé bien il est évident que nous n’en serions pas là…

    Alors j’en ai vu quelques uns m’expliquer que nous étions jaloux de la réussite sociale des “winners”. Bon, de toute évidence, ils n’ont pas lu Karl Marx. Alors j’ai essayé d’expliquer, puis certains m’ont répondu que le communisme avait fait des millions de morts. Alors on garde son calme, puis l’on explique les événements de la Commune de Paris en 1870. Les communards avaient commencé à s’auto-gérer politiquement dans une forme de collectivisme, mais comme la bourgeoisie étaient majoritaire au gouvernement, elle a voulu préserver ses intérêts. Et c’est elle qui a ordonné leur massacre durant la semaine sanglante (environ 30 000 morts). C’est à partir de cet événement que Marx a théorisé sur la lutte des classes.

    Sa philosophie prenait le contre-pied de la pensée d’Hegel et il était également en concurrence avec Proudhon. Mais lui et Engels n’étaient pas russes, ils étaient Allemands et attendaient la révolution en Allemagne. Et c’est donc pour contrer l’émergence de l’idéologie communiste que la grande bourgeoisie, les industriels et le Zentrum (parti chrétien) ont apporté tout leur soutien à Hitler, qui est devenu chancelier en 1933 (il n’a pas été élu par le peuple contrairement aux idées reçues). Mais cela est loin d’être un fait isolé.

    Notre économie actuelle repose sur le pétrole. Hé bien les capitalistes américains, main dans la main avec les émirats, ont tout fait pour contrer l’idéologie communiste dans les pays du Moyen-Orient (là où il y a des gisements de pétrole). C’est ainsi qu’ils ont financé le fondamentalisme islamique, ce qui a provoqué un retour du religieux (alors qu’en 1960, nous voyions des femmes en tailleur, se balader librement dans la rue en Egypte ou en Iran). L’ironie de la situation est que ça s’est toujours retourné contre eux. Cela était déjà vrai au temps de l’Allemagne nazie, car même si les Américains ont fait beaucoup de business avec le IIIe Reich, ils se sont retrouvés en guerre contre eux… Et avec l’Islam radical, ils se sont mangés des attentats… Nous aussi au passage…

    Le capitalisme repose sur l’exploitation de l’être humain. Une machine ne s’exploite pas. Si vous achetez une machine performante, votre concurrent pourra aussi se l’approprier, cela ne baissera jamais suffisamment les coûts de production pour que vous soyez concurrentiels. En revanche, l’humain est la variable flottante, et c’est la raison pour laquelle les entreprises délocalisent. Et bien sûr, le syndicalisme, les mouvements de grèves, les luttes sociales, ça n’a jamais été dans le sens du capitaliste. Et très concrètement, les fachos à l’esprit totalitaire, ils sont actuellement au pouvoir. Quand ils prétendent se battre contre les extrémistes, ils refont juste l’Histoire ou ils abusent de l’ignorance des gens. Ce sont des idiots.

    Enfin, las de toutes ces explications, j’ai retrouvé une vidéo qui illustre parfaitement ce que je pense de ces “winners”. Il s’agit d’une expérience réalisée sur des primates (capucins), et qui démontre qu’ils possèdent et expriment le sentiment d’injustice.

    https://www.youtube.com/watch?v=ySYsph3A_0w

    Le scientifique explique même que les gorilles, s’ils s’aperçoivent qu’ils reçoivent plus qu’un congénère, préfèrent alors refuser ce qu’on leur donne… Voilà donc ce que je pense de nos “winners” milliardaires, ses “talents” dont le seul talent a été d’hériter et à qui l’on a fait cadeau de l’ISF : ils valent moins que des macaques. Lorsque nous chutons à ce point-là moralement et spirituellement, je ne sais même pas s’ils sont encore des humains, il n’y a même pas de mots pour qualifier ça. Les comparer à des macaques est même déshonorant pour la race des primates.

    Désolé pour le pavé, j’ai un peu vidé ce que j’avais sur le coeur…

    😀

  • 5c36aecc7594c bpthumb

    jabberwocky

    Membre
    4 décembre 2018 à 14 h 15 min

    @anne77
    Je ne dis pas que le problème actuel est imputable uniquement à ces trois là, mais le vote blanc a rendu possible Sarkozy, Hollande et Macron. Trois président qui n’ont pas du tout la carrure de chefs d’état. Trois président clientéliste en diable et pas du tout au fait de l’esprit du temps.

    Tu as la possibilité avec ton vote de faire peser ton désaccord. Le vote blanc ne produit aucune solution et ne fait que participer au chaos. C’est de mon point de vue une posture victimaire.

    Tu peux voter contre une politique en donnant ton vote à des formations d’opposition. Il y a, par exemple, la droite gaulliste (Dupont Aignan), la droite nationaliste (Le Pen), le front de gauche (Mélenchon), les radicaux de gauche (Asselineau), les sans étiquettes (Jean Lassalle) et le NPA (Philippe Poutou).

    Je ne sais pas pourquoi tu écris que l’on “dresse les petites gens les uns contre les autres”. Les petites gens en question n’ont besoin de personnes pour cela, hélas ; Leur individualisme et leur vision souvent très dogmatique de la politique suffit largement…

    Bref…Vote.

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    4 décembre 2018 à 14 h 17 min

    @darren

    merci pour ce pavé, les idées complexes ne s’expriment pas en une phrase… 😛

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    4 décembre 2018 à 14 h 53 min

    @bosonx Merci beaucoup pour ton retour !

    J’avoue que le sentiment d’injustice pique un peu… La réaction de certains abrutis qui insultent et méprisent me touchent particulièrement, car je suis un plouc, à l’âme chevaleresque, avec un QI assez élevé, mais je reste un plouc et je sais d’où je viens… Et là, il y a un truc qui bout au fond de mes tripes, et d’une façon ou d’une autre, il faut que ça sorte… Dans un autre contexte, je n’éprouverais sans doute aucun remord à tout bousiller (surtout si ce n’est que du matériel), mais il me semble plus opportun de prendre la plume et de partager ce désarroi qui nous concerne tous…

    Il faut mettre en exergue cette absurdité, c’est la seule façon de s’assurer que nous sommes dans le vrai. Et il faut que le mouvement continue, encore et encore, jusqu’à ce que cette mascarade cesse pour de bon. Nous ne voulons pas d’une société où les plus démunis crèveront dans leur coin, tandis que les mieux lottis continueront à ricaner à la radio ou à la TV, tout en donnant des leçons de moral à ceux qui ne comprennent plus rien à ce qu’il se passe, et qui commencent à voir rouge… Et là, bah ils ont franchi la ligne…

    Peut-être qu’ils ne vivent qu’entre-eux, qu’ils se sont imaginés que le modèle social français devait être “réformé”, c’est-à-dire anéanti pour être vendu aux entreprises privées, et que les gens se devaient être compétitifs entre eux pour survivre et améliorer l’économie du pays… Putain, mais qui voudrait d’une vie aussi misérable qu’immorale ? Eux, ils s’en foutent, ils ont déjà vendu leur âme, ce sont des putes (désolé d’être vulgaire) qui vendent nos droits, nos entreprises, nos services publics, notre modèle social… Et très certainement qu’ils se sont dits que nous étions des gens méprisables et que nous aussi, pourrions vivre en renonçant, comme ils l’ont fait, à toute nos valeurs… Mais là, ils se sont franchement plantés…

    Aucun politologue, aucun sociologue, aucun observateur n’a anticipé le mouvement des gilets jaunes… Et quand tu vois dans les émissions des présentatrices ou des présentateurs dire qu’ils essaient de comprendre, mais putaing ! Tu touches tant par mois, tu n’as rien pour vivre et le gouvernement t’impose des taxes supplémentaires : faut être réellement très con pour ne pas comprendre que ça déconne sec ! Que ce soit les mass-médias ou les politiques, ils sont complètement déconnectés, ils vivent sur une autre planète… Hier, j’entendais une député LREM avouer qu’elle ignorait le montant du SMIC ! Mais comment peuvent-ils prendre conscience du mot “galérer” quand ils ne savent même pas le montant du salaire minimum, et que leur propre gouvernement décide de taxer encore plus les Français ? C’est juste ahurissant… Ils n’ont conscience de rien, ils s’en foutent complètement !

    Désolé, je m’énerve ^^
    Bref… Il est grand temps que tout ce beau monde dégage…

    — — — — —

    Pour l’agriculture, je connais surtout la situation en Bretagne.
    Et là encore, il y a des raisons historiques qui ne sont pas enseignées à l’école…

    La Bretagne était un royaume, puis un duché qui fut politiquement autonome durant 5 siècles. Cela agaça particulièrement Louis XIV, qui imposa un gouverneur au parlement breton (Colbert y envoya son frère comme commissaire, et c’est le duc de Chaulnes qui sera placé là). Et comme la province ne payait pas d’impôt à la France (Traité d’Union de 1532 validé par l’édit du Plessis-Macé), ils ont alors imposé le “don gratuit” (véridique !) qui était un impôt qui ne disait pas son nom. Et donc, comme la population s’appauvrissait sous les taxes, cela a donné le fameux mouvement des Bonnets rouges (1675). La noblesse bretonne touchait une pension donnée par Louis XIV pour leur titre, et elle n’a pas vraiment réagi. Cela s’est soldé par un massacre, les troupes françaises ont pillé les villages, tuer, violer, bref…

    Du coup, un siècle plus tard, lorsqu’il a fallu envoyer des états généraux à Paris en 1789, le Tiers breton qui était majoritaire en nombre, a demandé la proportionnelle au Clerc et à la noblesse, qui ont refusé… Et qu’ont fait les représentants du Tiers-Etats ? Ils leur ont dit qu’ils n’avaient plus besoin d’eux, et ils se sont cassés sur Paris… Cela a donné le Club Breton, qui vivait dans la rue des Jacobins à Paris. Et les révolutionnaires les ont appelé les Jacobins… Ils ont été portés par des idées universalistes, philosophiquement inspiré par les Lumières, mais politiquement ça a donné de la merde, faut dire ce qui est… Et le paysan breton s’est senti légèrement trahi…

    C’est le marquis de la Rouërie qui créa tout un réseau avec l’Association Bretonne, qui donnera naissance à la chouannerie, puis aux guerres de Vendée dans le Poitou (avec la participation de Cadoudal). Entre-temps, changement de régime, coup d’état de Napoléon. Les Anglais nous ont aidé en envoyant 5000 soldats, venus par voie maritime entre Quiberon et Carnac. La bataille contre l’armée napoléonienne fut un carnage, 900 Bretons furent fusillés sans aucun procès près d’Auray (lieu-dit du « champ des Martyrs »). Il envoya ensuite pas moins de 60 000 hommes quadriller la Bretagne pour mettre fin à la révolte ! Cadoudal, quant à lui, tenta d’assassiner Napoléon (conspiration de la machine infernale). Cela échouera et il se fera guillotiner en 1804.

    Napoléon décida donc d’organiser le “Blocus Continental”. La Bretagne faisait énormément de business avec ses cousins irlandais, gallois, etc. Et en verrouillant la voie maritime, Napoléon voulait affamer les Anglais et mâter les Bretons (une pierre deux coups). Et cela a eu une répercussion économique effroyable sur la Bretagne. Si vous vous demandiez pourquoi il y a autant de Bretons à Paris (environ un million) et pourquoi nous sommes un peu partout, hé bien les origines de la diaspora bretonne sont là ! Je passe sur la politique menée en Bretagne pour anéantir sa langue et sa culture. Les Bretons ont créé de nombreuses associations pour s’en défendre, mais la première guerre mondiale les cassa particulièrement. La population bretonne représentait 1/8 de la France, la guerre fit 1 300 000 morts, dont 240 000 Bretons. C’est toute une partie de la population bretonne dans la force de l’âge (entre 20 et 40 ans) qui a été décimée…

    Le Breton a naïvement pensé que sa participation à cette guerre charnière allait lui rendre quelque droit lors des traités de paix. Tandis que les minorités nationales de l’Europe centrale retrouvaient leurs libertés, sous l’impulsion du marquis de l’Estourbeillon, une délégation fut envoyée au congrès de Versailles pour faire reconnaître les droits de la Bretagne (Traité de 1532). La délégation fut ignorée. La pétition de 800 signatures, comprenant les 5 évêques de Bretagne et 14 députés, n’y changea rien. En 1919, les Slaves retrouvaient leur autonomie. L’Irlande également. En Bretagne, la déception n’en fut que plus grande.

    C’est un peu long, j’en suis désolé, mais c’est important de comprendre le contexte historique. Car lorsque la France s’est faite envahir par les Allemands, et que le gouvernement de Vichy abandonna la Bretagne aux NAZIs, beaucoup de Bretons ont eu la haine et certains ont préféré les Allemands. Alors bien sûr, le Bezen Perrot, ça représente 80 personnes, c’est toujours trop, mais ça reste ridicule comparé à la collaboration active menée par Vichy, ridicule comparé à la population totale en Bretagne, mais ça a suffit à jeter le discréditer. Et c’est malheureux, mais fait est que la culture bretonne ne s’est jamais aussi bien portée sous l’Occupation ! Cela était stratégique, c’était un pied de nez que les Allemands faisaient à Pétain, mais lorsqu’arriva la Libération, tout ce qui était breton, bretonnant, fut associé au nazisme. Beaucoup sont partis se réfugier au Pays de Galles, ce qui causa un vif émois dans la population galloise. Car la culture galloise et bretonne sont cousines, nos langues sont également très proches… C’est ainsi qu’il y a eu une délégation galloise organisée avec les autorités françaises, pour comprendre la situation en Bretagne en 1947. Et dans ce rapport, les Gallois ne furent pas dupes de la stratégie politique menée par Paris, leur but était de calmer le Breton et de jeter le discrédit sur sa culture…

    Après la guerre, de nombreuses villes bretonnes furent détruites avec les bombardements. Economiquement, ce n’était déjà pas évident depuis Napoléon, mais pour des raisons politiques, le gouvernement français ne donna pas un seul kopek de ce qu’ils avaient reçu du plan MARSHALL. Il y a donc eu la création du CELIB en 1957 en Bretagne, le but était de réclamer des sous pour la reconstruction… Et c’est dans cette situation que les paysans bretons ont changé leur mode de production, car ils n’ont pas eu d’autres choix ! Et dans ma famille côté paternel, entre les anciens et les jeunes, ils s’engueulaient… Les anciens voulaient garder les traditions, avec le système de jachère, et les jeunes voulaient une production intensive, avec des engrais… Mais aussi parce qu’ils voulaient économiquement s’en sortir, profiter aussi de la modernité… Et aujourd’hui, fait est qu’il y a beaucoup de cancers ou de maladies auto-immunes dans certains coins, et c’est clair que les pesticides et les produits chimiques n’ont sûrement rien arrangé…

    Mais quand j’entends des bobos parisiens, souvent ignares, qui font des leçons de morale aux paysans parce que leur façon de faire n’est pas écologique, bon… Comment dire… Au regard de l’Histoire, le gouvernement français a non seulement une dette morale envers la Bretagne, mais surtout une dette économique. Bien sûr, on pourra s’asseoir dessus, ils ne font que nous taxer ! Mais j’estime que c’est de la responsabilité de l’Etat si la situation actuelle est ce qu’elle est. Alors quand certains parlent des subventions données aux agriculteurs comme si c’était une faveur, alors qu’il y en a énormément qui se foutent en l’air, ils ne s’en sortent pas avec la concurrence européenne, ça me fout un peu les boules… Que l’on soit Breton, Vendéen, Auvergnat, Corse, Alsacien, peu importe, fait est que nos dirigeants ont toujours été de la saloperie avec le peuple, et la situation en 2018 n’est que la répétition tragique de ce triste constat…

    C’est pour cela que je soutiens à fond les Gilets Jaunes…
    Pour le bien-être général, il est grand temps de mettre un terme à ces conneries…

    ^_^’

  • 5c36aecc7594c bpthumb

    jabberwocky

    Membre
    4 décembre 2018 à 14 h 55 min

    Je ne comprends pas ton obstination à te référer à Marx @darren et d’une manière générale au socialisme allemand. Marx est dans la continuité d’Hegel. Je ne pense pas du tout qu’il soit dans la rupture… Si rupture il y a c’est bien par rapport au socialisme à la française – si je puis dire.

    Tu sembles oublier dans ta logique que le nazisme est d’inspiration marxiste. Dois-je te rappeler que les lois antisémites visaient à spolier les banquiers et les industriels juifs afin de nationaliser ces biens ? Je ne pense pas du tout que les autres capitalistes (ou industriels) soient les seuls coupables de l’accession au pouvoir du moustachu. Même la république de Weimar – par sa faiblesse – y a contribué…

    La vision de Marx porte en elle des idées nauséabondes comme le dictature du prolétariat, notamment. Ce n’est ni plus ni moins qu’une réécriture ou un déplacement de l’eschatologie chrétienne. J’irais jusqu’à dire qu’elle va plus loin en ne privilégiant qu’une vision très manichéenne du monde.

    Les règnes et les exactions de Lénine, Trotski, Staline, Mao, Pol Pot, Guevara, etc., ont accouchés de million de morts, générer misère et injustices. Que te faut-il de plus pour admettre qu’il faut en finir avec le marxisme ?

    Il y a d’autres projets à gauche comme celui du socialisme français et anglo-saxon du dix-neuvième siècle. Il faut aller fouiller du côté de Proudhon (tu le cite très justement) et le mutualisme, par exemple…

    L’un des problèmes qu’il y a dans ton avant-dernier message, c’est que tu ne sembles pas intégrer que le capital fait parti de l’adn humain – ou plus exactement, des civilisations.
    A partir du moment où l’Homo Sapiens est devenu chasseur-cueilleur, il a dû troquer la viande, la peau et les os des animaux abattus et les fruits récoltés pour son bien et le bien commun.

    Il est logique qu’une défense de mammouth obtenu au prix du danger inclue la prise de risque et sa rareté dans son échange. C’est la base même du capital et je ne vois pas ce qu’il y a de problématique là-dedans.

    Le soucis ce n’est pas le capital ni la notion de valeur fiduciaire, mais l’exploitation de la main d’oeuvre et, en bout de course, la spoliation des ressources.
    Cela peut te paraître un détail, mais je crois que c’est en admettant un certain nombre de nuance et en divorçant de son passé que la gauche grandira vers quelque chose de sensé.

  • 5c36aecc7594c bpthumb

    jabberwocky

    Membre
    4 décembre 2018 à 15 h 48 min

    Un point de vue pertinent sur le mouvement et sa suite, celui de Analgénocide (et une chaîne youtube hors norme)
    https://www.youtube.com/watch?v=40BkEiYZcF4

  • 5c36aecc7594c bpthumb

    jabberwocky

    Membre
    4 décembre 2018 à 16 h 12 min

    Emmanuel Macron souhaitait que “l’on vienne le chercher” à propos de l’affaire Benalla.
    Prenons-le au mot et avec lui, l’assemblée nationale samedi prochain. La prise de ce symbole de la souveraineté populaire serait un acte fort. Un acte d’autant plus crucial que le mouvement risque de s’affaiblir avec l’approche des fêtes (le gouvernement table là-dessus).
    Reprendre notre souveraineté est possible.

    Il faut le vouloir.
    Il faut le faire.

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    4 décembre 2018 à 17 h 09 min

    @Jabberwocky Pour comprendre ce qu’est la richesse, c’est-à-dire ce qui crée la plus-value des produits, le “Capital” de Karl Marx me semble incontournable. C’est un pavé, mais ça reste une analyse et une critique du capitalisme qui fait encore sens aujourd’hui. Cela ne signifie pas pour autant que j’adhère à toute son idéologie. Proudhon est également très intéressant, puisqu’il décortique le concept de “propriété”…

    Sinon, Hegel est un idéaliste post-kantien. La pensée de Marx est, quant à elle, matérialiste. Elle repose non seulement sur l’économie, mais aussi sur un matérialisme historique, et aussi sur une forme de sociologie. Il s’agit donc bien d’une rupture philosophique. Dans le Capital, il fait une description minutieuse de la révolution industrielle en Angleterre, en partant de faits très concrets. Il parle notamment du travail des enfants dans les mines, et comment les lois sont détournées par les capitalistes. C’est un sacré travail, fastidieux, et même si l’on n’est pas “marxiste”, il serait idiot de ne pas reconnaître cela.

    Enfin, Karl Marx était un Juif, décédé en 1883. Je doute qu’il faille l’associer aux lois antisémites nazies. Ceci dit, il est vrai qu’il était athée et très critique vis-à-vis de la religion, qu’il considérait comme étant “l’opium du peuple”. Mais de là à en faire un antisémite nazi, ce serait malhonnête. Maintenant, d’un point de vue historique, sa pensée a eu une influence considérable. Je pense notamment à la révolution russe de 1917. Mais comme je l’écrivais, Marx et Engels attendaient la révolution en Allemagne, car pour que son modèle politique fonctionne, il faut que le pays soit autonome. C’est-à-dire qu’il ait déjà des moyens de productions.

    Or, cela n’était pas le cas en Russie, qui sortait tout juste de la féodalité. Elle importait énormément depuis l’Europe. Donc qu’ont fait les pays européens pour faire plier la Russie ? Ils ont créé le fameux Blocus. Ils ont cessé leurs exportations, et les Russes se sont retrouvés à crever de faim. Ils avaient de l’argent, mais s’il n’y a plus de produits, ça ne vaut plus rien et c’est l’inflation. Et c’est dans ce contexte qu’est apparu un système politique totalitaire et militaire. Nous appelons ça “communisme”, mais bon… Marx n’a jamais théorisé sur les goulags et les apparatchiks… Idem pour la Chine communiste, à part le qualificatif “communiste”, il n’y a rien en commun avec l’oeuvre de Marx.

    C’est pour cela qu’il faut se méfier des récupérations. Une récupération foireuse d’une bonne analyse (comme la critique du capitalisme) ne devrait pas l’invalider. Surtout que cette critique est toujours d’actualité. Il semblerait que Hitler se soit également inspiré de Nietzsche, mais quand on lit “Ecce Homo”, on se rend bien compte que Nietzsche se moquait des récupérations politiques de ses contemporains… Il écrivait même qu’ils étaient trop idiots pour le comprendre… Tiens, l’autre jour, je parlais de Kropotkine, qui représente plutôt mon bord politique. Mon interlocuteur a lu sur wikipédia que c’était le père du communisme libertaire, pouf dans sa tête ça a donné : communisme = million de morts. Sauf que ça n’a rien à voir. C’est un libertaire, un anarchiste (au sens de Proudhon). Il faut lire les oeuvres, et non raisonner avec des étiquettes, car elles n’ont pas toujours beaucoup de sens.

    Donc ouip, Marx a influencé énormément de penseurs et de courants : anarchisme, marxisme, communisme, anarcho-syndicalisme, syndicalisme, socialisme, et effectivement, le nazisme est une branche bâtarde et détournée du socialisme… Mais bon, on ne peut pas trop reprocher cela à Marx, d’autant plus qu’il était pour l’Internationale des travailleurs, organisation anti-autoritaire et anti-politique. Nous sommes quand même bien loin du trip hitlérien… 😉
    Mais j’admets volontiers que les récupérations idéologiques et politiques qui s’affichent comme étant “communistes”, ont causé leur lot de misère… Tout comme je ne ferme pas les yeux sur les guerres et les morts qu’ont provoqué le capitalisme et l’ultra-libéralisme… Dans les deux cas, ça relève du fait… Il faut juste éviter de tomber dans le sophisme du faux-dilemme…

    De façon pratique, l’on peut très bien partir du travail de Marx pour critiquer le capitalisme, sans être marxiste ; ou bien partir de l’analyse de Proudhon sur la propriété, sans être anarchiste. Si cette critique est pertinente, je ne vois pas pourquoi nous devrions l’occulter, sous prétexte que nous adhérerions alors à un corpus idéologique. Cela est factuellement faux, car elle peut très bien servir de base pour penser un autre modèle de société. C’est bien pour cela qu’il y a autant de courants politiques et philosophiques qui s’inspirent de la pensée de Marx, et qui s’en écartent lorsqu’il s’agit de repenser un modèle de société.

    Je m’aperçois que j’écris encore un pavé… Bon, ça sera le dernier, j’ai passé ma journée sur le forum ^_^’

    Effectivement, je ne pense pas que l’argent soit le ciment de nos relations humaines, ou encore l’adn de nos civilisations. Les Celtes travaillaient pour leur communauté, et celui qui se décarcassait le plus avait une reconnaissance sociale. Il était admiré, il pouvait avoir sa statue, mais il n’avait aucun pouvoir sur ses congénères. J’ai même lu des témoignages de vieux auteurs grecs (dont je ne me souviens plus le nom, c’est peut-être Timagène d’Alexandrie, à vérifier), qui expliquait qu’il y avait encore une petite île près de Britannia, qui vivait “selon les coutumes anciennes”, et qui ne faisait usage d’aucune forme de monnaie. Cela était considéré comme immoral. Des pièces ont tout de même été créées pour faciliter le troc, mais la nécessité de l’argent s’est fait de plus en plus ressentir avec l’émergence d’une certaine aristocratie, une classe qui a voulu se distinguer de la communauté… Et qui s’est affranchie de l’autorité du druide pour pactiser avec l’empire romain…

    Il me semble aussi que les travaux en archéologie menés dans la civilisation de l’Indus, qui est le berceau du jaïnisme, n’ont retrouvé aucune monnaie, aucun signe de distinction sociale, toutes les maisons étaient homogènes. Cela indique une organisation sociale très égalitaire… Mais il faudrait que je me plonge plus sérieusement, il ne s’agit que de deux exemples. J’aime bien partir des faits, ça évite d’idéologiser trop rapidement. Quant à la gauche, je lui reproche justement d’avoir divorcé de son passé, car lorsque l’on voit ce qu’est devenu le PS, ça n’a rien à voir avec le SFIO ou le socialisme… Intellectuellement, c’est franchement devenu n’importe quoi… T’es raciste, t’es de droite ; t’es gentil, t’es de gauche… bon… lol

    J’ai quelques espoirs avec la France insoumise, car ce n’est pas un parti, c’est un mouvement qui se veut fédérateur, donc tout le monde peut s’y retrouver… Pourquoi penser une société en opposant systématiquement des partis, plutôt que de s’entendre sur ce que nous avons en commun ? Je trouve ça plutôt intelligent comme façon de procéder… Je ne suis pas plus angélique que ça, je garde mon esprit critique, mais c’est clair qu’il n’y a pas 36 000 alternatives contre la stupide politique “macroniste”… Même le mot “macronisme” n’a aucun sens, ça se veut une idéologie alors que le gars n’a développé aucun nouveau concept, entre deux rails de cock on l’a entendu beuglé qu’il fallait penser printemps et que c’était son prooojeeeet, bref… Quelle calamité… 🙂


Affichage des publications 31 - 45 de 146

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 messages Juin 2018
Maintenant

New Report

Close