La communication paradoxale



  • La communication paradoxale

    5f22f30465dcc bpthumb hanae mis à jour Il y a 3 mois, 3 semaines 6 Membres · 22 Messages
  • 5f22f30465dcc bpthumb

    hanae

    Membre
    6 juillet 2020 à 10 h 39 min

    J’ai recherché un terme dont je ne me rappelais pas le nom, il s’agit de la “communication paradoxale”, technique qui inhibe l’interlocuteur et ne lui permet pas d’avoir une réponse adaptée.

    L’intérêt de la détecter est de ne pas rentrer dans le piège tendu par la personne qui tente de vous manipuler et de neutraliser ainsi son effet. Car l’objectif d’avoir à recourir à ce genre de méthode est de servir ses propres intérêts sans se préoccuper de vos états d’âme, il n’y a ici pas de dialogue ni de discussion constructive. Cela génère des déviances sur toutes les sphères de la société, ce n’est pas très réjouissant. Un bon averti en vaut deux.

    Le “pouvoir”, les “crises”, la communication paradoxale ou “l’effort pour rendre l’autre fou”

  • 5f05abe2a555c bpthumb

    isabelle1970

    Membre
    6 juillet 2020 à 10 h 42 min

    heureusement, les techniques de contre-manipulation existent aussi 😉 🙂

  • 5f22f30465dcc bpthumb

    hanae

    Membre
    6 juillet 2020 à 10 h 45 min

    Oui en effet 🙂.

  • 5e8aa3c06fde9 bpthumb

    zelos

    Membre
    6 juillet 2020 à 10 h 52 min

    Un bon averti en vaut deux.

    Ouaip et comme le dit Coluche…

    M’est avis que les manipulateurs se tireraient une balle devant sa rhétorique implacable.^^

  • 5ed5a671570cb bpthumb

    neba

    Membre
    6 juillet 2020 à 11 h 06 min

    Bonjour et merci Hanaé pour ce terme que je ne connaissais pas.

    ” La valeur heuristique du paradoxe réside dans sa capacité à interroger, remettre en cause, pointer les incohérences ou les mystères d’un raisonnement, d’une opinion, d’une situation, d’un problème “

    Il me semble que c’est à prendre en compte avant de juger trop rapidement un outil de notre communication. 😉

    Je ne me fis pas souvent simplement aux mots mais à l’intention derrière les mots et je m’assure de bien comprendre l’intention avant de juger/définir même si parfois je peux tomber juste dans mon interprétation.

    Et vous ?

  • 5f05abe2a555c bpthumb

    isabelle1970

    Membre
    6 juillet 2020 à 11 h 10 min

    @NEBA l’intention est primordiale ! Mais il y a aussi tout ce qui touche à la méta-communication : le choix des mots, l’intonation, le non-verbal au moment de prononcer ces mots,le contexte dans lequel on les dit … bref, tout un contexte qui a son importance 🙂

  • 5ed5a671570cb bpthumb

    neba

    Membre
    6 juillet 2020 à 11 h 22 min

    @isabelle1970 , entièrement d’accord.

    Dans ce projet sur lequel je bosse, il y a ma volonté de voir au delà des mots et d’amener une compréhension prenant en compte différent faits qui pourront aider les gens à comprendre l’intention.

    Je cherche à définir un outil qui servirait de bouclier ultime contre les comportements associés à la perversité narcissique.

    Ça demande de redéfinir ce que nous sommes et pourquoi nous agissons ainsi par moment et pourquoi certains le font constamment.

  • 5f05abe2a555c bpthumb

    isabelle1970

    Membre
    6 juillet 2020 à 11 h 25 min

    @NEBA haaa la remise en question personnelle … tout un travail long mais tellement enrichissant et constructif 🙂

  • 5f05abe2a555c bpthumb

    isabelle1970

    Membre
    6 juillet 2020 à 11 h 33 min

    @NEBA en ce qui me concerne j’avoue que dans les nombreuses thérapies que j’ai faites(^^) la systémique a été un outil vraiment éclaircissant pour comprendre les mécanismes d’une famille toxique avec un parent (“diagnostiquée”) perverse narcissique(même si, et on le voit bcp sur ce forum, ce terme prête à confusion)

    La systémique m’a permis de comprendre l’ensemble du “système” justement et donc toutes les inter-actions de communication justement ( moi y compris, dans ma façon de “répondre” à la manipulation) 🙂

  • 5ed5a671570cb bpthumb

    neba

    Membre
    6 juillet 2020 à 12 h 07 min

    @isabelle1970, dans mon cas c’est une psychologue un jour qui m’a juste dit en gros “pourquoi vous faites cela?”. Je perdais totalement pied dans une relation amoureuse émotionnellement intense. Cette question m’a amenée à regarder mon nombril pour vérifier mes comportements et leurs raisons avant de constater que l’autre en faisait tout autant. J’ai défini des comportements bienveillants cherchant simplement à se protéger ou protéger un ensemble et des comportements égoïste cherchant à se protéger au mépris du besoin des autres.

    Ensuite j’ai vérifié cette compréhension en écoutant les gens autour de moi et je ne peux que confirmer que c’est partout…

    Parfois ça me fait peur, parfois ça me rend triste…

  • 5f05abe2a555c bpthumb

    isabelle1970

    Membre
    6 juillet 2020 à 12 h 12 min

    @NEBA oui c’est fréquent en effet 🙂 mais , en ce qui me concerne, les longues années de travail sur moi me permettent maintenant de “sentir” tout ça de très loin et donc de m’en préserver (même si ça m’arrive encore parfois de me faire avoir mais je “détecte” alors les signes chez moi qui me préviennent) . Et quand je “sens” ça, je sais tout simplement que “entrer” dans ce système sera nocif pour moi, non constructif et non enrichissant 🙂

    Evidemment, ça limite les relations mais ça n’en rend que plus belles et sincères celles que j’entretiens 🙂

  • 5f00b574bb8f6 bpthumb

    nicodem

    Membre
    6 juillet 2020 à 14 h 41 min

    Très éclairant cette discussion! Bulb

    Cela fait écho avec différentes situations que j’ai vécu… il faut que je creuse 😉

    Je découvre des termes qui alimentent ma découverte.

    Merci

  • 5ed5a671570cb bpthumb

    neba

    Membre
    6 juillet 2020 à 15 h 31 min

    @isabelle1970 , ce que tu exprimes me parle beaucoup…

    D’une certaine manière c’est justement en « sentant » ce truc que j’ai décidé de tout quitter car le « sentir » me faisait souffrir par empathie…

    J’ai souvent entendu la phrase qui dit que chacun avance à son rythme et qu’il ne faut pas forcer les choses mais je me dis que si j’ai avancé c’est grâce à quelqu’un qui à un moment de sa vie m’a donné du temps et le moyen de comprendre. Je serais encore perdu si je n’avais pas croisé certaines personnes pour m’offrir des réflexions… Je reste conscient qu’il faut surtout vouloir pour y arriver et que tout cela n’est qu’une question de choix…

    Dans ces moments de doute ou je me demande si je dois continuer ou non, je fais le point… Si je perds gout à essayer alors j’arrête, si je peux le faire en gardant le plaisir d’essayer je continue… Pas de volonté de réussite qui ne dépend pas que de nous mais plus une autosatisfaction de l’intention avec une reconnaissance de la nécessité de l’échec pour évoluer et apprendre…

    Je pense entrer dans une forme de communication paradoxale quand l’autre semble ne pas se rendre compte de son propre paradoxe. (Histoire de revenir sur le sujet ^^)

    Par exemple se protéger de quelque chose en le rejetant purement et simplement sans offrir de l’empathie et de la compréhension pour soutenir me semble courir à sa perte… Si cela vit en moi, comment puis-je attendre de l’autre qu’il m’exprime empathie et compréhension pour me soutenir quand il cherche à se protéger ?

    On peut se battre toute une vie ainsi… Parfois il me faut un peu de temps pour le comprendre moi-même… ^^

    Le tout c’est de trouver cet espace en dehors de la dualité pour faire le point. 🙂

  • 5f05abe2a555c bpthumb

    isabelle1970

    Membre
    6 juillet 2020 à 16 h 01 min

    @NEBA cette phrase ” chacun va a son rythme” a du sens pour moi, parce que je pense, et je ne peux parler que de mon expérience et cheminement personnel, qu’en effet, il y a un “bon ” moment pour traiter et explorer “telle chose” .

    J’avais et j’ai toujours beaucoup de “moyens de défense” mis en place depuis toute toute petite et j’ai fini par comprendre( en travail thérapeutique) qu’ils avaient une utilité et étaient même vitaux.

    Au fur et à mesure de l’avancement dans le cheminement de soi-même,les barrières tombent , un peu comme un domino : il faut que la première soit tombée pour que la deuxième puisse tomber et ainsi de suite.

    Il faut aussi,toujours à mes yeux et au vu du fait que j’ai fait plusieurs types de thérapies différentes avec différents psy, que la confiance et la sécurité soient établies avec le thérapeute et sa méthode. Et là aussi, il y a le “bon moment au bon endroit” 🙂

    “Par exemple se protéger de quelque chose en le rejetant purement et
    simplement sans offrir de l’empathie et de la compréhension pour
    soutenir me semble courir à sa perte… Si cela vit en moi, comment
    puis-je attendre de l’autre qu’il m’exprime empathie et compréhension
    pour me soutenir quand il cherche à se protéger ?”

    En ce qui me concerne, il a fallu que j’apprenne à “tempérer” mon empathie , à la “placer” au bon endroit au bon moment . Et ça passe par l’apprentissage de ce que j’appelle “le bon égoïsme” : si je ne prends pas soin de moi et donc suis plus en bon intégrité,accord,connexion avec moi-même, comment pourrais-je l’être avec d’autres ?

    De ce fait, j’ai d’abord tenté l’éloignement physique du système familial mais la réalité c’est que c’est le travail de distance psychologique qui donne un résultat 🙂 et évidemment, c’est le plus long et le plus difficile .

    Je pense donc que parfois , comme tu le dis “rejeter purement et simplement sans offrir de l’empathie” est un choix judicieux pour soi et donc pour ceux que l’on cotoye aussi 🙂 (je suis mère et donc me couper du système familial me permet de couper l’effet trans-générationnel de celui-ci aussi 🙂 )

  • 5f05abe2a555c bpthumb

    isabelle1970

    Membre
    6 juillet 2020 à 17 h 13 min

    @NEBA j’ai envie de rajouter cette phrase qui a parfois vraiment du sens : “choisir, c’est renoncer” 🙂 ( ça s’applique ici, je trouve)


Affichage des publications 1 - 15 de 22

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 messages Juin 2018
Maintenant

New Report

Close