Lettre à

  • Lettre à

    Publié par natou le 24 octobre 2020 à 20 h 17 min

    Je vous propose d’écrire une lettre à votre sensibilité, vos peurs, votre confiance qu’importe, une lettre de réconciliation, de mécontentement, avec de l’humour ou pas, dans une langue ou une autre, sans prétention juste ce qui vous vient 🙂 Alors c’est parti!

    Lettre à ma sensibilité

    Parfois tu me fais honte en publique, tu m’agaces à prendre toute la place et à t’exprimer trop fort, je ne peux pas en placer une! Parfois je te boude et j’ai envie de te dire d’aller te faire voir parce que là non franchement c’est allé trop loin! Et puis tu veux pas te ranger quand je dois réfléchir, non madame s’impose, réfléchir c’est le gars ennuyant, il est moins spontané alors ça ne va pas! Et le summum, la cerise! Me faire chialer n’importe quand parce que je cite “c’est trop mignon” ou” mais c’est tellement triste le bébé poussin a perdu sa maman” ou encore “c’est trop de bonheur je sais plus quoi faire ahhhh j’ouvre les vannes! ”

    Alors oui je sais j’ai pas fait mieux avec toi j’ai souvent essayé de t’endormir, de te repousser comme on retirerai sa peau pour en faire un tapis, oui je t’ai franchement insulté et pardon, pardon! Si j’avais regardé de quoi d’autre tu étais capable …me faire rire pour un rien, souvent parce qu’un autre humain ri aussi, me donner de la joie partout, dans des détails, des petites choses, de l’inspiration aussi parce que toutes ces tempêtes que tu me fais vivre sont une matière formidable. Finalement faire de mon quotidien un tableau coloré d’intensité. Mais surtout, surtout, de l’amour toujours, de l’empathie infinie.

    Et prise d’un élan de tendresse je t’aime si fort que j’ai envie de te remercier d’être à mes côtés même si on ne s’est pas choisies au début.

    Voilà ma sensibilité, hyper, pas hyper qu’importe faisons de notre mariage un mariage heureux.

    Membre Inconnu a répondu il y a 3 années, 3 mois 14 Membres · 24 Réponses
  • 24 Réponses
  • Membre Inconnu

    Membre
    24 octobre 2020 à 21 h 04 min

    Juste ce qui me vient ok

    Lettre à ma colère,

    Ennemie ou amie, je ne saurais dire. Tu m’a soutenue pendant si longtemps que te blâmer me semble injuste et inconstant. Tu as été ma force, mon énergie. tu as nourrit ma volonté, ma résolution. Parfois tu as été destructrice, choquante mais tu as aussi été protectrice face à l’adversité, face à la cruauté. Tu m’as sauvée, sans toi j’aurais sombré.

    Non, je n’ai pas envie de te blâmer, ni de te juger, tu étais légitime et c’est à moi d’apprendre à te canaliser, à utiliser cette formidable énergie qu’est la tienne et à m’en servir pour créer encore et encore, avancer encore et encore. Et si parfois tu m’échappes un peu, ce n’est pas grave, je te pardonne car je ne serais plus si tu n’avais été.

    Allez prends un chocolat et détends toi, je sais comment t’amadouer, tu n’es pas mauvaise, juste désorientée mais ça va aller, je suis là pour te calmer, je suis là pour t’aimer.

    La vache c’est normal que ça me fasse penser à Hulk 🤣🤣🤣

  • natou

    Membre
    24 octobre 2020 à 21 h 18 min

    Merci pour ton partage! Hihi oui en effet ça fait penser à l’adorable Docteur banner qui se transforme sous la colère, en attendant quand il est en Hulk il est invincible!

  • Membre Inconnu

    Membre
    24 octobre 2020 à 21 h 34 min
  • max

    Modérateur
    24 octobre 2020 à 23 h 34 min

    Lettre à la paix…

    Je t’ai cherchée si longtemps, j’ai travaillé dur pour te trouver, je t’ai imposée parfois, j’ai toujours clamé tout haut mon amour pour toi, alors qu’en réalité, j’aimais surtout me battre pour toi.

    Je t’ai trouvée finalement, je t’ai appréciée quelques temps, mais qu’est-ce que tu es chiante ! Il ne se passe jamais rien avec toi !

    La paix du monde, c’est une belle idée, mais la paix de l’esprit, quelle perte de vie ! D’ailleurs, “repose en paix”, on ne le dit pas en se couchant le soir… Cultivons la paix dans le monde , pour avoir la liberté de ne pas connaître la paix dans notre vie !

  • bagayaga

    Membre
    25 octobre 2020 à 0 h 04 min

    Lettre à mes doutes,

    Il ne passe pas une journée sans que vous ne soyez nichés dans ma cervelle. Et je vis avec la crainte perpétuelle. Toujours peur de ne pas me rendre compte que je fais mal les choses. D’être trop sûre de moi. Et d’avoir une vision tronquée.

    C’est absolument déstabilisant. Car rien n’est jamais sûr.

    Vous me fatiguez les cocos^^

    Pourtant il ne ce passe pas une journée sans que grâce à vous je ne sois guidée vers l’inconnu. Je regarde le monde et jamais il n’est figé. Grâce à vous mes doutes je suis optimiste. Et ma vie est une aventure infinie.

    Alors merci, de me sauver de l’encroûtessence programmée^^

    Merci de me plonger dans une muabilité absolue^^

  • jul

    Membre
    25 octobre 2020 à 12 h 34 min

    A ma fierté

    Tu as su lire dans mon cœur. Tu as vu, mes douleurs et mes rancœurs.

    Pour me sortir des ténèbres, tu m’as forgé dans le fer. Tu n’as pas vu la lumière, et as fini par déterrer la hache de guerre.

    Tu as fais de moi un leader, mais de ma vie une horreur.

    Tu as œuvré sans répit, et m’as sûrement sauvé la vie. Mais c’est la peur qui te conduit. Face à elle, l’amour même n’a pas fait un pli..

    Tu m’as plongé dans les abysses, pardonne moi si je te brise, mais pour revoir les cieux, je me dois de te dire adieux.

    À ma fierté, repose en paix.

  • hanae

    Membre
    13 novembre 2020 à 10 h 50 min

    A mon empathie

    Certains diront que c’est une chance de pouvoir lire en l’autre, d’avoir cette finesse dans la perception des émotions.

    Pour ma part, tu ne m’as pas aidé fichue empathie, puisque à cause de toi j’ai fait les mauvais choix, à cause de toi, j’ai été aveuglé par la souffrance et le désespoir, tu m’as orienté vers une issue qui n’était pas celle que j’avais pourtant murement réfléchit.

    Si tu n’avais pas été aussi déterminante dans ma vie, tout aurait été bien plus simple.

    Ah et tu crois que tu as ton mot à dire parce que certains y arrivent… Peut-être ont-ils eux ce privilège de détenir toutes les clefs dès le début pour ne pas tomber dans le piège sournois de l’illusion du miroir des émotions.

    Je ne te tourne pas le dos et suis toujours à l’écoute mais je ne pourrais plus suivre ta voix si celle-ci va à l’encontre de ce qui est bon pour moi.

  • shan

    Membre
    13 novembre 2020 à 19 h 13 min

    A mon Instinct

    A mon instinct d’être vivant,

    Il est un catalyseur, me lie avec tout ce qui émane de la Terre, me donne la sensation d’exister, d’être connectée à un je ne sais quoi.

    Quelques fois si difficile à identifier, alors, qu’en un message éclatant, il s’agite à faire vibrer toutes mes cellules à la même sensation.

    Il est mes doutes et mes certitudes, entre ce que je pense être réel et ce que je sais être irréel.

    Et les instants ou je décide de me laisser toucher, son alchimie transforme la matière grise en matière irisée.

    A mon instinct de proie,

    Qui m’oblige à me méfier de tous les humains.

    Qui s’occupe de gérer le degré de perméabilité de mon coeur.

    Il m’a protégée de tant de dangers et d’incohérences, et m’a protégée de choses merveilleuses maintenant en suspens dans les méandres d’une vie.

    Il m’a donné des ailes, des ailes mentales immenses qui veillent un Monde que j’ai créé, et envoient parfois d’un battement les souffles de ce Monde à qui pourrait l’inspirer.

    A mon instinct de tueur,

    Celui qui sait ce que je vaux avec la haine, et la hargne de la lucidité.

    Celui qui survit, nourri par les éclairs d’incompréhensions qui claquent mon Monde.

    Celui que je ne connais que par mes pensées, quand je me vois dans un ailleurs dézinguer tous ces cons et malsains à coup d’épée ou par le trait d’une flèche bien placée, c’est tout ce qu’ils méritent non ?!!

    Ce même instinct qui me dit ” qui suis je pour décider d’une vie qui ne m’appartient pas ” et me fera épargner une fourmi sur laquelle j’ai failli marcher.

    A mon instinct d’Humain,

    Celui que je déteste et que j’observe en moi ou chez les autres avec dégout…Et celui qui me rappelle la puissance d’une émotion pure quand elle est partagée avec un autre être.

    Celui qui mêle des bouts de moi à ceux d’autres personnes, ces élus éphémères ou éternels, et nous fait respirer l’un par l’autre le temps d’un instant.

    Cet instinct qui bloque quand il s’agit de me lier de plus prés, qui allume ce message d’alerte et me fait croire que si je m’abandonne je me perds.

    Et si, entre qui-vive et évidence, il était justement la seule condition pour être apte à aimer réellement ?

    Il ne m’a jamais trahie, moi oui. Là est la leçon de ma vie…qu’un jour je sache ce que je sais déjà.

  • hanae

    Membre
    13 novembre 2020 à 19 h 21 min

    @shan ,

    Cet instinct qui bloque quand il s’agit de me lier de plus prés, qui allume ce message d’alerte et me fait croire que si je m’abandonne je me perds.

    Et si, entre qui-vive et évidence, il était justement la seule condition pour être apte à aimer réellement ?

    Il ne m’a jamais trahie, moi oui. Là est la leçon de ma vie…qu’un jour je sache ce que je sais déjà.”

    C’est tellement vrai 😌.

  • bagayaga

    Membre
    13 novembre 2020 à 19 h 27 min

    @Shan

    Shanette❤️ Bien développé^^

Page 1 sur 3

Connectez-vous pour répondre.