Couple HPI et TDAH

  • Publié par juliedailumineuse le 17 juillet 2023 à 15 h 11 min

    Bonjour à tous,

    Je suis nouvelle ici et je cherche depuis quelques jours les conséquences d’une vie de couple entre un HPI et un TDAH…

    Pour tout vous dire, je suis en couple avec un HPI (lui) diagnostiqué et forte suspicion TDAH pour moi bientôt diagnostiquée.

    Je sais qu’un TDAH n’a rien à voir avec un HPI et je m’excuse de venir ici, mais voilà….avez vous déjà connu ce type de relation ? avez vous rencontré des difficultés particulières ? que pensez vous de cette “alliance” amoureuse ?

    Cela fait 5 ans que je suis avec lui…5 années extrêmement difficiles mais passionnantes. Ma sensibilité et ma compréhension de sa façon de fonctionner me touche énormément. Je le sens, je le comprends, je le vois…Il veut m’élever, m’aider dans mes difficultés, on a beaucoup de complicité et de tendresse entre nous, mais…il me fatigue… je le fatigue…On est parfois triste en colère…on s’aime, on se voit comme personne ne nous a déjà vu…mais au final…on y arrive pas. Me séparer de lui, c’est m’arracher une partie vitale. Je ne sais pas l’expliquer et je ne peux l’expliquer à personne, puisque la plupart du temps….on ne me comprend pas… du moins les gens ne comprennent pas et pense que je suis avec un conna***, un manipulateur…blabla…et je me fatigue à leur expliquer mais ça ne sert à rien…

     

    bref…si vous aviez un petit retour à me faire, je serai ravie d’un éventuel échange constructif !

    Au plaisir,

    Julie

    fifi6723 a répondu il y a 4 semaines, 1 jour 10 Membres · 13 Réponses
  • 13 Réponses
  • matty

    Membre
    18 juillet 2023 à 17 h 32 min

    Chaque histoire est singulière à fortiori pour un couplé neuroatypique.

    As-tu pensé à te faire tester ? Parce que l’errance thérapeutique à se voir fourrés dans des cases aussi variées que schizophrène, borderline, bipolaire, tdah avant que oups non en fait, surdoué est légion.

  • geapix

    Membre
    24 juillet 2023 à 10 h 03 min

    Possibilité d’autisme aussi.

    L’important c’est d’être heureux. Si vous n’arrivez pas à être heureux ensemble…

  • jeremiah

    Membre
    24 juillet 2023 à 12 h 24 min

    On m’a suspecté d’être TDAH et HPI…d’où pour moi le peu d’intérêt de ces étiquettes même si je me reconnais dans des aspects qu’on y attache.

    Pour ce qui est de votre histoire d’amour. J’y reconnais celle que j’ai eue avec la mère de mes enfants. Elle a fini par me quitter pour une femme (au bout de 15 ans). peut-être qu’aujourd’hui elle me contredirait mais jusqu’à la fin nous partagions des marques d’amour fort et une forte complicité visible à d’autres. Et pourtant il y avait beaucoup de tensions au cours de notre histoire, dues je pense à des différences de personnalité, principalement : moi communiquant, elle très peu.

    Je t’encourage à avoir confiance en votre amour qui semble fort. Même pour les “typiques”, l’amour n’est pas un long fleuve tranquille ^^ Je sais que c’est un cliché, mais il est devenu tellement facile de se séparer de nos jours.

    Courage !

  • jeremiah

    Membre
    24 juillet 2023 à 16 h 08 min

    J’ajoute que le bonheur ce n’est pas vivre sans tensions. Ça, c’est l’ennui ^^

  • bagayaga

    Membre
    24 juillet 2023 à 18 h 17 min

    Récemment j’ai entendu Daniel Pennac parler de l’amour qu’il porte à sa femme. Je ne vais surement pas reporter ses mots avec exactitude, c’est surtout ce que moi j’ai ressenti en écho en les entendants. Mais il me semble qu’il racontait que ça femme est perchée. A une distance de je ne sais plus combien de centimètres ou de mètres au dessus du sol. Mais cela ne me semblait pas si élevé. Et il disait simplement qu’il l’aimait parce qu’elle n’avait pas les pieds sur terre.

    Je n’ai jamais su tomber amoureuse d’homme qui aimaient ça chez moi. Sûrement car depuis l’enfance j’ai été brimée dans tout mes rapports humains à cause de cela. J’ai finis par comprendre que je tombais amoureuse d’hommes qui voulaient m’en guérir. Me faire chuter sur le sol. Car au fond de moi je ne voulais pas accepter la réalité de ma nature. Quand j’ai compris cela. Je ne suis plus tombée amoureuse des éventuels sauveurs. Je garde en amis ceux qui me poussent vers le haut. Mais pour être aimée j’ai besoin d’un refuge. Où je puisse me reposer de mes efforts quotidien pour ne pas m’envoler. J’ai compris qu’il fallait que je reste au dessus du sol mais que je cherche un homme en altitude ^^

    Et quand j’ai entendu Daniel Pennac parler de cette femme avec une telle tendresse. J’ai été très émue et je me suis jurée d’être aimée par un homme qui aura de la tendresse pour ce que je suis. Pour la première fois de ma vie.

    Je ne sais pas si ça te parleras Julie, mais des fois de très belles,riches et bonnes relations que l’on a avec un homme ne sont pas forcément de l’amour. Peut-être de l’amitié. Et c’est difficile de le discerner ,car quand on est intelligent, curieux et cultivé on peut confondre admiration et amour. Et quand on a ressenti la solitude amoureuse à deux avec quelqu’un de non stimulant on peut vite sauter sur le premier partenaire stimulant qui passe. Il y a tellement d’erreurs,de chutes si j’ose dire, avant d’apprendre à marcher en amour.

  • akila

    Membre
    27 juillet 2023 à 10 h 19 min

    C’est très juste ce que vous avez écrit. En amour, on ne devrait pas avoir à faire des efforts. Ça devrait glisser tout de suite. Accepter l’autre tel qu il est, l’aimer dans son entièreté. Quand j’entends des gens dire qu’il faut faire des compromissions pour rester ensemble, alors c’est que la relation est tordue, inadaptée, voire fausse.

  • bagayaga

    Membre
    7 août 2023 à 22 h 57 min

    @Akila

    Je suis d’accord sur le fait de ne pas avoir à compromettre sa nature en amour. En toute logique on tombe d’abord amoureux chimiquement. Donc quelque soit la nature de l’autre. Ce n’est pas un processus conscient ou contrôlé.

    Celà-dit, lorsque l’on se retrouve apparié avec cet inconnu, qui ne nous ressemble pas forcément et qu’il faut partager son existence avec. Je pense qu’il est nécessaire de mettre un peu d’eau dans son vin pour que lorsque l’attrait animal s’estompe, il y n’y ait pas une guerre de tranchées qui s’installe. Par “amour” on peut faire un pas vers la nature de l’autre. Sans pour autant renier la sienne. À travers le dialogue. C’est là que la partie neocortexienne, pragmatique est intéressante.

    En bout de ligne si on arrive à transformer l’essai animal en points humain c’est la cerise sur le gâteau. Et on passe d’un simple six à un double six. Et je pense que c’est la meilleure façon de conserver une relation dans la durée. Avec l’attrait animal et le travail de cohabitation cortical.

    En attendant ce ne sont que des théories et des constats. Je n’ai pas pu vraiment en juger pour l’instant. Je me suis surtout appliquée à essayer de faire tout ce qu’il ne fallait pas😅

    https://youtu.be/PzAo3SwdD-U

  • bugmannxxl

    Membre
    8 août 2023 à 13 h 52 min

    Je peine à prendre position tant les besoins de chacun sont différents, HP ou non.

    Un ami HP vit en couple avec quelqu’un (non HP) qui lui apporte de la sérénité, qui lui permet de s’isoler, … bref un cocon de tranquilité dans lequel il peut se ressourcer.

    Mon contexte est similaire, si ce n’est que mon épouse me laisser vaquer à mes fantaisies sans jugements (hobbys aussi successifs que temporaires, …). Reste que parfois il me manque cette intensité, cette confrontation des sentimets, l’envie de ne pas toujours porter les autres mais d’être moi même porté.

    Donc, cela dépend de ce que tu recherches et comment tu te sens avec cette personne. Oser affronter la réalité nécessite du courage mais cela est souvent salutaire.

  • lynda

    Membre
    16 mars 2024 à 22 h 50 min

    Bonjour,

    Je suis exactement dans le cas avec ma compagne. Je suis HPI , elle TDAH.

    Cela fait 7 ans que nous sommes ensemble et pour y arriver, il n’y a pas de secret nous avons du apprendre a communiquer un maximum et faire des plans.

    Elle s’efforce de me dire ce qu’elle va faire ou ce qu’elle fait/pense tout en essayant de me parler de manière claire et concise et je me force à lui poser des questions.

    Nous devons tous les deux prendre de la distance sur certaine de nos émotions et ne pas prendre tout à coeur. Ce n’est pas évident tous les jours mais avec la communication c’est déjà plus facile.

    Nous définissons et re-définissons nos tâches régulièrement. Les week-ends nous organisons un plan de ce qui doit être fait par qui et comment pour éviter les malentendus.

    Toutes les relations sont différentes et se construisent ensemble. Avec l’amour tout est possible.

    Bon courage

  • amaryliss

    Membre
    19 mai 2024 à 15 h 52 min

    Bonjour,

    Je suis nouvelle également et je viens de m’inscrire ici pour trouver des témoignages du même ordre que votre questionnement. Dans mon cas, la situation est inversée, je suis à haut potentiel, et il a un TDAH.

    Je n’ai donc pas de véritable réponse à vous apporter, votre histoire fait écho à la mienne. Peut-être est-il tout de même intéressant d’échanger pour avoir un angle de vu différent.

    En fait, je me retrouve dans vos propos “Il veut m’élever, m’aider dans mes difficultés, on a beaucoup de
    complicité et de tendresse entre nous, mais…il me fatigue… je le
    fatigue…” . C’est tout à fait ça, de mon côté je veux l’élever et l’aider , parce que d’une part il ne fait que se retrouver dans des situations bancales aux conséquences assez graves pour certaines, et d’autre part, je suis dans une dynamique personnelle d’élévation. Je sais que je le fatigue, parce que je le pousse sans cesse à aller plus haut, et lui m’épuise par les situations critiques que je dois finalement résoudre ou anticiper.

    Je suis tout autant perdue que vous, mais à l’instant T, je me dis qu’avec deux fonctionnements aussi opposés, nous n’arriverons jamais à construire quelques choses ( cela fait 4 ans déjà ) sans nous détruire. Je ne peux pas l’amener à fonctionner comme moi, et je ne peux pas fonctionner comme lui.

    Finalement, lorsque l’on parle de relations humaines, il y a un tas de paramètres qui entrent en jeu, et malheureusement, nous avons tendance à l’oublier, au delà de la personnalité, du vécu, de la construction individuelle, il y a aussi, le fonctionnement cognitif.

    Je vais à mon tour déposer mon questionnement sur le forum…

    Je vous envoie tout mon soutien, et vous félicite pour votre démarche, qui démontre sans aucun doute, l’attachement que vous lui portez ! Bien des gens auraient déjà tournés les talons…

Page 1 sur 2

Connectez-vous pour répondre.