Fonctionalisme et obscurantisme

  • Fonctionalisme et obscurantisme

    Publié par Membre Inconnu le 22 décembre 2023 à 16 h 19 min

    Alors.

    Y’a un mec, il s’appelait ” Malinowski”, et en 1922, il a dit que ce qui justifiait la politique humaine, c’est que tout le monde avait ou devait avoir une fonction.
    ( A noter que, il n’a pas dit la/lesquelle(s), et que, il savait pas trop si c’était un fait ou un idéal )

    Alors, evidemment, ça sent pas du tout la propagande communiste.
    Seulement, c’est un texte de référence, encore aujourd’hui, pour, à peu près, tous les anthropologues modernes.
    Du coup on va prendre le temps d’en parler un peu.
    Et pour ça, on va faire la sémantique de l’anatomie humaine, pour la comparer à celle d’autres animaux.
    Concrètement, si tu veux dire que quelque chose est fonctionnel, il suffit pas de dire que ça sert à quelque chose, il faut dire à quoi ça sert.
    Donc on va essayer de dire, à quoi ça sert l’humain.

    Le poisson a des nageoires. Il nage.
    L’oiseau a des ailes. Il vole.
    C’est à dire qu’ils ont un fonctionnement qui leur est propre.
    L’aile, la nageoire, sont des outils à la fonction définie, et aboutie.
    Une aile, ça sert à voler, et rien d’autre.
    Une nageoire, ça sert à nager, et rien d’autre.

    Maintenant, si on dissipe l’amalgame ” poisson”, et qu’on se penche sur les différentes variétés de poissons…
    On observe qu’ils ont, respectivement, différentes fonctions systémiques.
    C’est à dire que, le prédateur tiendra un rôle de régulation des espèces prolifiques.
    Et, le charognard, tiendra un rôle d’entretien de la salubrité des lieux, de régulation des bactéries prolifiques.
    Fonctions systémiques, qui sont également, des fonctions définies, et abouties.

    ( Je ne nie pas l’évolution, je ne nie pas l’adaptation, je ne fais pas l’antithèse de la sélection naturelle, je démontre ici que les écosystèmes sont hiérarchisés. Et qu’ils “fonctionnent” grâce à cet agencement hiérarchique)

    Cela dit, si l’on se penche sur l’anatomie humaine…
    Son comportement se caractérise par l’usage de mots et de mains.
    Seulement, les mots, comme les mains, sont des outils à la fonction indéfinie, et infinie.

    La main n’a pas d’application spécifique.
    Le mot n’a pas d’application spécifique.
    L’humain, n’a pas de fonction propre, déterminée.

    En revanche, la main et le mot peuvent s’improviser une infinité de fonctions.
    La main peut servir à jouer du piano, comme à tenir un marteau.
    Tout comme le mot, permet de les concevoir.

    La fonction propre de l’humain est indéfinie et infinie.
    Il ne sert à rien, en particulier, mais il peut servir à tout.

    Quant à sa fonction systémique…
    Je ne vois vraiment pas comment on pourrait reconnaitre que l’humain ait une fonction au sein de son écosystème.
    L’humain, ce n’est ni un prédateur, ni un charognard, ni un pollinisateur, ni rien du tout.
    L’humain n’a pas de fonction systémique.
    Y’a personne qui a besoin de l’humain.
    L’arbre a besoin de l’abeille pour se reproduire.
    Le charognard a besoin du prédateur pour manger les restes de sa chasse.
    L’humain, y’a personne qui dépend de lui.
    Même si lui est convaincu que toute la nature a besoin de lui et qu’il appelle ça l’écologie…
    Factuellement, aucun animal, aucun végétal, ne dépend de l’exercice de la fonction humaine.
    J’vois pas l’intérêt d’approfondir, mais pourquoi pas, si ça intéresse quelqu’un.
    Moi, l’axiome me suffit.

    Pour l’instant, je m’en tiens à : fonction systémique de l’humain = néant.

    Est-ce qu’on pourrait dire que l’humain est auto-fonctionel ?
    C’est là où je voudrais en venir, mais d’abbord, y’a du boulot.

    Pour l’instant j’estime que le fonctionnalisme ne tient plus debout.
    On ne peut pas reconnaitre, ni de fonction propre définie et aboutie, ni de fonction systémique déterminée, à l’être humain.

    Tout cela dit,
    Cette distinction nous demande de faire une nuance fondamentale entre le comportement humain, et le comportement animal.
    En vérité, entre le comportement humain, et le comportement du reste du règne élémentaire, car tout élément répond à la définition de la fonction.

    La définition de la fonction, c’est un comportement type, dans un environnement type, face à un événement type.
    Un élément fonctionnel, est un élément, au comportement chronologique.

    Et l’absence de fonction humaine…. nous demande d’admettre que son comportement ne s’inscrit dans aucune chronologie, aucune récursivité systémique.

    En conclusion, cette nuance nous demande d’admettre un rapport hiérarchique entre l’élément et l’événement.
    Nous demande d’admettre, que, tout élément aillant une fonction, répond, par définition, aux conditions événementielles.
    Et que l’absence de fonction humaine, traduit que son comportement s’émancipe de cette inertie événementielle récursive, propre aux écosystèmes.

    En fin de compte, vulgairement, que tout animal voit son comportement conditionné par l’événement, chrono-logique. Dynamique de l’événement.
    Et que l’humain…. fait fi de la chronologie. Qu’il reconditionne l’état de l’événement…. Stoicheio-dynamique. Dynamique de l’élément.

    Alors, c’est extrêmement vulgaire. Ca m’intéresse pas de trop pousser la sémantique.
    Ce que je veux c’est mettre le débat sur la table et poser l’idée.
    Quand on aura considéré le caractère stoicheio-dynamique du comportement humain, on pourra débattre de son auto-fonctionalisme.
    Et certainement pas de son fonctionnalisme, mais, j’insiste, de son auto-fonctionnalisme.
    J’en ai marre qu’on amalgame la politique humaine à la politique naturelle.

    hautpotentieldeconneries a répondu il y a 5 mois, 1 semaine 7 Membres · 34 Réponses
  • 34 Réponses
  • Membre Inconnu

    Membre
    22 décembre 2023 à 16 h 22 min

    @Bagayaga
    Donc, c’est pas encore le topic sur la sélection, mais y’a des données nécéssaires pour l’aborder, là.

    @kamigoroshi_no_yugen
    Hier, tu me semblais confondre idéologie et déontologie.
    Ca suffit toujours pas pour en faire la sémantique, mais pour comprendre ce que la déontologie, il faut comprendre ce qu’un comportement induit…. Stoicheio-dynamique.

  • kamigoroshi_no_yugen

    Membre
    22 décembre 2023 à 17 h 40 min

    @HaeresisObsoletus Je ne pense pas les avoir confondus. De mon point de vue un code de déontologie n’est qu’un ensemble de règles morales mises en place dans l’espoir d’atteindre un idéal. Il me semble qu’on est plutôt d’accord là-dessus non ?

  • Membre Inconnu

    Membre
    22 décembre 2023 à 18 h 47 min

    @kamigoroshi_no_yugen

    Et non, justement.
    Ce code moral, c’est l’idéologie.
    La déontologie, c’est la mise en pratique, l’exercice de cette idéologie.

    Le code pénal, c’est l’écriture d’une idéologie.
    Le juge, en vertu du code pénal, exerce sa déontologie.

    En fin de compte, un culte, c’est pas juste une idéologie. C’est pas juste une croyance.
    C’est aussi une déontologie. Un comportement qui prétend agir en vertu de ces croyances.

    Alors, la nuance est peut-être pas très importante pour toi, mais moi j’en ai besoin pour développer la suite de mon propos.
    En fin de compte, l’émotion implique déjà une déontologie.
    Sauf qu’on peut pas comparer un comportement lié à une réaction chimique, et un comportement lié à un idéal.
    Donc je vais être amenné à te demander de faire la différence entre un comportement induit et un comportement fortuit.
    A ce moment là, il nous faudra la nuance entre idéologie et déontologie… si infime soit elle.

  • Membre Inconnu

    Membre
    22 décembre 2023 à 19 h 08 min

    @kamigoroshi_no_yugen

    En fait, l’exemple avec le code pénal n’est pas bon, et c’est intéressant de développer pourquoi.

    Tu vois, les avocats, juges & co…
    Ils étudient pas l’histoire, l’anthropologie, la physique….
    Ils n’apprennent pas pourquoi ils invoquent la responsabilité de l’individu.
    Ils étudient le droit.
    Ils apprennent seulement comment ils invoquent la responsabilité.

    C’est à dire que, c’est pas comme dans la bible où ils se sont fait chier à justifier.
    ” Tu dois être responsable parce que le mal c’est pas bien, et que jésus a eu mal”
    Le code pénal, c’est juste : “Tu es responsable” “Sinon t’es puni”
    Tu comprends ?
    Le code pénal ne se justifie pas par une idéologie, en fait. Il ne se justifie pas, tout court.
    C’est un déontologie déontologique…. et donc, effectivement, ça aide pas à faire les nuances.

    Cela dit, c’est intéressant d’en parler, parceque, parait-il, la république est laïque.
    C’est à dire que t’as tout à fait le droit d’avoir une idéologie tierse, et de pratiquer une déontologie tierse.

    Tant que la déontologie de ton culte secondaire n’interfère pas avec la déontologie qui t’es imposée par le code pénal.

    Est-ce que tu vois le degré de sarcasme de la chose ?
    C’est à dire que tu peux croire en l’idéologie de la bible, du coran, de la torah….
    Tant que l’exercice déontologique qu’elles impliquent, sont conforme avec la déontologie que t’impose le code pénal.

    Aussi, et c’est super marrant.
    La Laïcité, c’est tolérer les autres religions, mais c’est toujours pas tolérer les hérétiques.
    On continue de punir les irresponsables.
    🙂 🙂 🙂 🙂

  • kamigoroshi_no_yugen

    Membre
    22 décembre 2023 à 19 h 19 min

    @haeresisobsoletus

    On dit la même chose : un code de déontologie est conçu pour répertorier des règles morales afin que ses adhérents agissent conformément à une idéologie. Donc oui, déontologie = application de l’idéologie. On est d’accord là-dessus. Et ?

    Sauf qu’on peut pas comparer un comportement lié à une réaction chimique, et un comportement lié à un idéal.

    On peut en fait, car tout comportement est la résultante d’une réaction électro-chimique dans le cerveau.

    Donc je vais être amenné à te demander de faire la différence entre un comportement induit et un comportement fortuit.

    Je comprends la nuance que tu veux faire avec ça. Mais par définition un comportement fortuit est également un comportement induit. Induit non-intentionnellement, par les aléas de l’existence. Mais induit quand même.

    Où veux-tu en venir avec tout ça ?

  • kamigoroshi_no_yugen

    Membre
    22 décembre 2023 à 19 h 26 min

    @haeresisobsoletus

    La Laïcité, c’est tolérer les autres religions, mais c’est toujours pas tolérer les hérétiques.

    Si par “hérétique” tu entends “qui heurte l’opinion commune”, oui évidemment. Les puissants tolèrent tout ce qui ne vient pas interférer avec le système en place. Qu’y a-t-il de surprenant là-dedans ? Je trouve ça on ne peut plus logique. Autant que de se retrouver mouiller après avoir sauté dans l’eau. ^^

  • Membre Inconnu

    Membre
    22 décembre 2023 à 19 h 42 min

    “tout comportement est la résultante d’une réaction électro-chimique dans le cerveau”

    Alors qu’est-ce qu’on fait des éléments qui n’ont pas de cerveau ?
    Est-ce que t’es prêt à nier que les cailloux ont un comportement ?
    Est-ce que t’es prêt à nier que la terre joue un rôle essentiel dans la politique de la vie ?

    Est-ce que, quand la vague s’écrase sur le rocher, c’est psycho-logique ?
    De mon point de vue, c’est plutôt chrono-logique.

    La question c’est, le tigre, quand il bondit sur l’oiseau, est-ce que c’est psycho-logique ?
    Ou est-ce que c’est une réaction chimique, physique… avoir la dalle, ça tend les muscles.
    Comme le rocher qui devient du sable à mesure de se faire frapper par les vagues… chrono-logique.

    Pourtant, il a un cerveau, le tigre.
    Mais, est-ce que le cerveau donne l’ordre, ou recoit, l’ordre.
    C’est de ça dont il est question.
    S’il reçoit l’ordre, c’est chrono-logique. C’est l’événement qui conditionne le comportement de l’élément.
    S’il donne l’ordre, c’est stoicheio-dynamique. C’est l’élément, qui reconditionne l’événement, et donc son comportement.

    Donc
    Le cerveau reçoit l’ordre, comportement fortuit, chronologique.
    Le cerveau émet l’ordre, comportement induit, stoicheio-dynamique.

    ( désolé, mais psycho-logique, ça veut rien dire.
    Si l’élément invente les conditions de son comportement, on peut pas dire qu’il est logique.
    Puisqu’alors son comportement ne sera pas justifié par une chronologie antérieure, il ne sera, tout simplement, pas justifié…. Sinon justifié par le néant.
    Donc je préfère dire stoicheio-dynamique, c’est à dire que l’élément suit sa propre dynamique, plutôt que la dynamique événementielle… la chronologie… qui elle, est logique, en l’occurrence. )

    Edit : il faudrait également nuancer le fait que la-dite dynamique est de provenance interne ou externe.
    En fin de compte,
    Dynamique comportementale justifiée par un facteur externe -> chronologique.
    Dynamique comportementale justifiée par un facteur interne -> stoicheio-dynamique.

    @kamigoroshi_no_yugen

    Pour ce qui est du reste, on y viendra sur d’autres topics, je te laisserai pas me faire dire de la merde en me tirant les vers du nez, cette fois.
    Pour l’instant, commençons par le commencement.

  • kamigoroshi_no_yugen

    Membre
    22 décembre 2023 à 20 h 31 min

    @haeresisobsoletus

    Alors qu’est-ce qu’on fait des éléments qui n’ont pas de cerveau ?

    Je parlais bien évidemment de comportement humain, puisque seul l’humain agit en fonction d’un idéal à priori. Tu disais impossible de comparer un comportement issu d’une réaction chimique à un comportement issu d’un idéal, je te dis juste qu’un comportement issu d’un idéal est lui-même le fruit d’une réaction chimique, dans le cerveau. Donc oui, on peut les comparer.

    La question c’est, le tigre, quand il bondit sur l’oiseau, est-ce que c’est psycho-logique ?
    Ou est-ce que c’est une réaction chimique, physique… avoir la dalle, ça tend les muscles.

    Les deux. Si les muscles se tendent, c’est parce que le cerveau leur en a donné l’ordre. Même quand il s’agit d’un réflexe, l’ordre provient de la moelle épinière qui n’est en fait qu’un prolongement du cerveau contenant la même matière grise et blanche.

    Le cerveau reçoit l’ordre, comportement fortuit, chronologique.
    Le cerveau émet l’ordre, comportement induit, stoicheio-dynamique.

    D’où tiens-tu que le cerveau puisse recevoir un ordre ? Il le recevrait d’où ? Tu peux donner des exemples de ça ?

    désolé, mais psycho-logique, ça veut rien dire.

    C’est peut-être là le nœud du problème en fait : ça veut bien dire quelque chose. Ca veut même dire plusieurs choses en fait. Mais pour faire simple, quand on l’emploie dans ce contexte, ça désigne tout ce qui relève de l’esprit, du mental, du cerveau. Donc oui, quand on parle des actions d’un être vivant doté d’un cerveau, de fait, on parle de psychologie. Le terme est tout à fait approprié.

    Y a aussi un souci avec la façon dont tu emploies le terme “chronologique”, mais chaque chose en son temps…

    je te laisserai pas me faire dire de la merde en me tirant les vers du nez, cette fois.

    Si tu dis de la merde c’est peut-être tout simplement parce que tu ne maitrises pas ton sujet non ?

    Pour l’instant, commençons par le commencement.

    Le commencement, je pense, ce serait que tu te renseignes sérieusement sur la façon dont fonctionne le cerveau humain. Parce que clairement, de ce que je lis ici, tu ne maîtrises pas le sujet. Et si c’est ça la base de ta théorie je te laisse imaginer à quel point l’édifice que tu as bâti dessus doit être branlant…

  • Membre Inconnu

    Membre
    22 décembre 2023 à 23 h 11 min

    @kamigoroshi_no_yugen

    Ouais, c’est ce sur quoi tient mon propos.

    J’ai le sentiment que tu cherches à justifier ton déni.
    Que ça te fait trop mal de reconnaitre que le comportement humain n’est pas justifié.
    N’est pas le résultat d’une interaction.

    D’ailleurs, j’emploie chrono-logique de la bonne façon.
    Je crois que tu as compris la façon dont je l’utilise, et que ça aussi t’arrive pas à l’admettre.

    Maintenant, soit t’admets que c’est possible.
    On le considère, on le remet en question, et si t’arrive à me donner tort, bravo.
    Soit on en reste là.

    Si tu es capable de défendre ton point de vue, fais le, argumente
    Mais je vais pas lire de la merde qui est passée dans les mains des censeurs.
    Et je vais pas te laisser utiliser des données que tu n’assumes pas de poser sur la table.
    Si tu veux me donner tort, prouve moi que j’ai tort.
    Ne me renvoie pas à ceux qui l’auraient déjà fait pour toi.

    A ce moment là, tu deviens acteur du débat.
    On confronte nos rhétoriques respectives, et on sort de ce schéma unilatéral
    Où tu me tires les vers du nez sans apporter une seule donnée pour faire avancer le schmilblick.

    Moi, ce que je crois là, c’est que tu commences à voir où je veux en venir et que ça te terrifie.
    Et que c’est pour ça que tu te mets sur la défensive et l’offensive.

  • Membre Inconnu

    Membre
    22 décembre 2023 à 23 h 30 min

    @kamigoroshi_no_yugen

    Allez, montre moi les travaux irréfutables de tes professionnels.
    Tu le sais que je vais les bouffer sans me couper la faim.

    Ca fait deux jours que tu critiques, sans rien avancer.
    Et là, tu veux avancer un truc, et tu veux pas me laisser le critiquer en retour ?
    Tu veux remporter le débat, sans soumettre tes données à mon regard ?
    C’est quel genre de malhonnêteté ?
    Tu crois pas que c’est un tout petit peu trop facile ?

    Si t’as pas peur de soumettre la fiabilité de tes données à mon regard, fais.

Page 1 sur 4

Connectez-vous pour répondre.