Carlos Tinoco

Carlos Tinoco

Carlos Tinoco livres
Carlos Tinoco est un essayiste français. Il est élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud et agrégé de philosophie, discipline qu’il a enseignée dans les universités de Nice, Tours, Rouen et Paris 2 ainsi que dans divers lycées de la région parisienne. Il est également membre fondateur du Séminaire interdisciplinaire Izotges, qui a regroupé pendant plusieurs années de jeunes chercheurs en mathématiques, physique, biologie et philosophie. Normalien, agrégé de philosophie, ex-enseignant, Carlos Tinoco exerce comme psychanalyste. À dix ans, il a intégré l’un des premiers centres en France dédiés aux enfants dits « précoces » : Jeunes Vocations artistiques, scientifiques et littéraires. Il est l’auteur d’Intelligents, trop intelligents / Les « surdoués » : de l’autre côté du miroir.

Qui est Carlos Tinoco ?

Carlos Tinoco est un essayiste français. Il est élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud et agrégé de philosophie, discipline qu’il a enseignée dans les universités de Nice, Tours, Rouen et Paris 2 ainsi que dans divers lycées de la région parisienne.

Il est également membre fondateur du Séminaire interdisciplinaire Izotges, qui a regroupé pendant plusieurs années de jeunes chercheurs en mathématiques, physique, biologie et philosophie.

Livres de Carlos Tinoco

Citations de Carlos Tinoco

Le surdouement” : une pathologie ?

Et si cette facultĂ© dont on s’est tant Ă©merveillĂ© n’Ă©tait finalement … Qu’un symptĂ´me ? Et si ceux qu’on prenait pour des gĂ©nies n’Ă©taient autres que des individus incapables d’accepter la castration et de renoncer Ă  la toute puissance ? Certes, cela leur confère parfois un avantage dans l’exercice de la rĂ©flexion, mais se paye aussi par de la nĂ©vrose.

Les souffrances et handicaps des “surdouĂ©s” ont permis de dresser un tableau qui a largement dĂ©passĂ© l’approche psychanalytique pour conduire de très nombreux psys de toute obĂ©dience Ă  considĂ©rer la rĂ©ussite aux tests de QI comme un indicateur clinique.

Cette approche partage avec la prĂ©cĂ©dente l’idĂ©e que l’efficience intellectuelle des “surdouĂ©s” proviendrait d’un simple mĂ©canisme de surinvestissement libidinal de l’intellect, au dĂ©triment du corps, signe que l’œdipe de ces individus se serait mal rĂ©solu.

Quel Ĺ“dipe ?

– la rĂ©solution de l’œdipe n’est pas Ă  considĂ©rer de manière statique, comme une inscription de la Loi dans l’inconscient du Sujet, Ă  partir de laquelle il va pouvoir accepter la castration, mais comme un processus dialectique jamais achevĂ©. La Loi n’est jamais inscrite, elle est toujours en inscription, dans un procès dĂ©faillant et lacunaire dont tĂ©moigne l’angoisse du Sujet.

– le “surdouement” n’est pas le fait du Sujet qui fait face Ă  une fonction paternelle dĂ©faillante : c’est un mode de rĂ©solution d’une dĂ©faillance qui est constitutive de toute fonction paternelle.

En savoir plus sur Carlos Tinoco

  • Qu’est-ce qui est si insupportable pour beaucoup de “surdouĂ©s”, dans la sociabilitĂ© usuelle ?

New Report

Close