Traditionaliste ou précocité ?



  • Traditionaliste ou précocité ?

    ?s=1&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue Anonyme mis à jour Il y a 7 mois 12 Membres · 35 Messages
  • 5e5166682c5e8 bpthumb

    chatsauvage28

    Membre
    21 février 2020 à 19 h 11 min

    Bonjour,Il y a un peu plus de six mois, pour la première fois j’ai commencé à réfléchir à ce que je voulais vraiment faire de ma vie, et maintenant ma décision prise et partagée avec les gens que je peux rencontrer je me rends compte que mes choix de vie semblent très traditionnels voire même désuets pour la plupart des gens. J’ai 22, mon conjoint 23 et lorsque l’on annonce que l’on va se marier et que l’on compte bientôt avoir des enfants, nous nous voyons rétorquer presque systématique que nous sommes trop jeune, pas encore assez épanouis ni ne nous connaissons assez, que nous ne connaissons rien non plus aux plaisir de la vie et de la vie de couple. Pour la plupart des gens, il faudrait attendre 30 ans pour fonder une famille. Mais moi, je n’arrive pas à comprendre le point de vue de ses gens. Toute ma vie j’ai eu l’impression d’être bien plus mature et avancée que mon âge, je ne comprenais pas pourquoi je n’étais pas prise au sérieux par les adultes quand j’étais au collège, et je ne comprends pas maintenant pourquoi je ne suis pas prise au sérieux par la génération de mes parents. Peut être est ce parce que je suis surdouée (les surdoués ne sont ils pas connus pour être précoces après tout, mais est ce une légende ou la réalité ?). Ou bien est ce une question d’éducation / d’expériences de vie qui nous sont tombées dessus (après tout, fut un temps, on se mariait et avait fréquemment des enfants à 13-17 ans, car on était éduqué à cela). Je voulais donc savoir si d’autres personnes sur le forum avait déjà ressenties ce décalage. Et si oui, comment expliquez vous aux autres que vous êtes sans doute déjà très mature, sans passer pour un gamin prétentieux ?

  • 5e538ff590b75 bpthumb

    Max

    Modérateur
    21 février 2020 à 19 h 27 min

    Bonjour chatsauvage, tu n’as rien à expliquer ! J’ai suivi le même parcours, en couple à 18 ans, marié à 23, et papa à 25 puis 27 ans…

    À ton âge, je suis aussi passé pour un excentrique, j’ai eu droit aux mêmes réflexions… Mais maintenant, mes amis trentenaires m’envient ! J’ai des enfants assez grands pour m’éclater avec eux alors que mes copains sont soit célibataires, soit noyés dans les couches !

    Mais surtout, vous n’avez de comptes à rendre à personne ! Si vous êtes bien ensemble, vous n’allez pas vous séparer parce que c’est passé de mode…

    Quant à savoir si c’est un truc de zèbre… Peut-être que ça joue, dans le sens des valeurs morales, de l’empathie mutuelle vous empêchant de vous séparer à chaque difficulté… Mais je suis totalement dans la supposition en disant ça !

  • 5eb1b498b1d29 bpthumb

    Itsme

    Membre
    21 février 2020 à 19 h 52 min

    L’important c’est d’être heureux alors le regard des autres qu’est-ce que ça peut bien faire…

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    21 février 2020 à 19 h 52 min

    Je n’ai jamais fais d’enfant parce que je me savais incapable de lui offrir un environnement épanouissant, si toi et ton conjoint avait déjà réussi à construire un tel environnement, foncez et ne vous occupez surtout pas de ce qui se dit autour vous aurez sans doute besoin de toute votre énergie et attention pour cet enfant 😉

    Donc au final la maturité dans cet exemple ce n’est pas pour prouver ta maturité à toi face aux autres ni même par amour pour ton conjoint, mais de répondre honnêtement à la question est-ce que mon enfant pourra trouver ce dont il a besoin pour son épanouissement dans ce que j’ai à lui offrir…

  • 5f05abe2a555c bpthumb

    isabelle1970

    Membre
    21 février 2020 à 19 h 59 min

    Mon parcours : mise en ménage à 22 ans et l’envie d’avoir un enfant avant 25 ans . Mariage à 24 ans et en même temps tentative de mise en route d’un enfant. Suite à des problèmes pour avoir un enfant j’ai fini par tomber enceinte à 26 ans (grâce à la PMA procréation médicalement assistée, légale en Belgique, dans mon pays).

    Il faut savoir que lorsque je suis tombée enfin enceinte, j’étais dans un contrat intérimaire de semaine en semaine ^^ .. j’ai donc attendu le délai légal pour prévenir mon employeur .. inutile de dire que la semaine suivante je n’avais pas de renouvellement 😉 . Mais peu importe, nous le voulions tant cet enfant depuis 2 ans!

    Je ne regretterai jamais ce choix, ça serait à refaire je le referais (même si je suis maintenant divorcée).

    J’ai lu il n’y a pas longtemps cette phrase ” vis tes rêves et ne rêve pas ta vie” .. c’est juste ça 🙂

  • 5d2a2cb085eb8 bpthumb

    bagayaga

    Membre
    21 février 2020 à 20 h 10 min

    @chatsauvage28

    Alors j’ai ma première fille à 26 ans. Avec le sentiment d’avoir assez bien vécue au paravent la libertée de jeune femme.

    La seule bêtise que j’ai pu faire c’est dans le choix de mon compagnon.

    Mais c’est plutôt quelque choses de lié à mon parcours de vie. Qui n’est peut être pas le tiens. Et parce que j’étais dans un faux self bien connus de notre troupeau^^

    Quoiqu’il en soit je ne regrette pas car mes deux filles m’ont apportées les leçons qui m’ont permis d’être debout et libre aujourd’hui. Et pour ça je m’estime heureuse même si la promiscuité humaine avec leur père m’est assée coûteuse cognitivement.

    Ce qu’il faut savoir avant de mettre au monde un enfant

    C’est que ce n’est pas si naturel que ça en à l’air. Je veux dire qu’on ne s’endort pas en étant juste soi et le lendemain on devient parents. C’est une construction.

    Qui peut selon les uns et les autres être difficile.

    Et il ne faut absolument pas s’en faire le reproche. Car c’est je pense naturel.

    Je vais te d’écrire ce qu’il s’est passé pour moi de bien et de moins bien.

    Pendant la grossesse de mon enfant Louise m’a fille aînée j’étais complètement perdue.

    J’étais à un moment de ma vie où je ne croyais pas en moi. J’avais très peur d’échouer mon enfant. Surtout parce que pour couronner le tout j’étais entourée de personnes qui face à mon attitude de manque de confiance angoissait un max pour moi.

    Et ces personnes ne savaient pas comment m’aider à m’épanouir. J’ai reçu plutôt des invectives à ne pas tout foutre en l’air. Je devais assurer être la madre incarnée pour ma fille.

    Je suis tombée malade pendant la grossesse, j’ai eu la toxoplasmose.

    Pas de panique c’est très rare.

    Moi je vivais en camion, j’étais en wwofing chez des maraichers bio, je ne savais pas que j’étais enceinte et je bouffais des carottes à même le champs. Vu que les mulots pisses dessus(eh oui on n’imagine pas la vie secrète des bestioles^^ Quand on est une foutue hippie champêtre pure produit de la ville^^)

    Bref pendant toute la grossesse j’ai eu peur que Louise ait un soucis.

    Et comme j’étais toute jeune et que j’avais pas mal ramassé dans ma vie.

    Je n’ai pas su comment accueillir cette Angoisse.

    Alors je me suis coupée de mes sentiments. Ça je sais faire. Et je n’ai plus rien ressenti pour mon enfant à naître.

    Ce qui a encore plus angoissé mon entourage. Et les invectives à être forte, courageuse et une mère modèle ont redoublé.

    Puis mon petit bébé Louise est né.

    Tu n’imagines pas l’émotion intense et de soulagement quand ils me l’ont posée sur le ventre.

    J’ai pleuré comme une madeleine,de joie,de soulagement. Et parce que ma curiosité était enfin assouvie. Neuf mois à attendre pour pouvoir rencontrer ma petite locataire^^

    J’étais fascinée. Ce petit être qui avait été fabriquer avec des choses qui passaient par moi.

    C’était un miracle de biologie. J’étais fascinée.

    Quand nous étions toutes les deux. Tout allais bien. Nous échangions des regards et nous ne parlions pas beaucoup. Mais j’avais pour sentiment que je devais la guider vers la vie, vers le monde,vers l’apprentissage. Alors je me documentais beaucoup et j’essayais de faire tout un tas de choses pour lui offrir un maximum d’éveil.

    J’ai passé des heures incalculable à la regarder grandir et évoluer et à être émerveillée par le moindre de ses faits et gestes. C’était pour moi l’être le plus fascinant au monde. Et la regarder croître ,se développer et évoluer était un spectacle incroyable.

    En parallèle Louise était un bébé très en colère,très angoissée et qui ne voulait pas dormir.

    Malheureusement avec le papa ça n’allait pas fort. Comme nous étions les premiers à avoir un enfant dans nos deux familles et dans nos cercles d’amis. Il y a eu une pression énorme.

    Et moi qui était si peu sûre de moi. Cela m’ecrasait d’une force incroyable.

    J’ai eu des fois le sentiment que ce n’était plus mon enfant. Mais l’enfant de toute les familles réunie. Et je me perdais. Avec touts les conseils contradictoires, les jugements et les angoisses des autres.

    Surtout que la génération de nos parents/grands parents et la nôtre en terme d’éducation et des moeurs c’est le jour et la nuit.

    Louise dormait très mal et au début j’ai essayé de l’allaiter.

    Avec ma grossesse très difficile, et la rupture du lien affectif/psychologique

    Je sentais bien que Louise avait besoin d’être avec moi et contre moi.

    Alors je dormais avec elle et je la portais beaucoup la journée dans une écharpe.

    Et ça notre entourage ne le supportais pas .

    Du coup c’était la croix et la bannière. Et des disputes interminable avec mon conjoint.

    Et en bout de ligne ma petite Louise qui sentait que sa mère s’effondrait de l’intérieur.

    Moi j’essayais de suivre mes Instincts et de créer le lien avec mon enfant. Et à chaque fois j’étais perdu car pas assez forte pour me faire confiance. Et toujours attaquée sur mes pratiques. Comme responsable des “caprices ” supposés de mon enfant.

    Bref pendant quatre ans pour rassurer mon entourage je me suis évertuée à être une mère modèle.

    En me dépersonnalisant.

    Puisque être moi n’étais pas une option pertinente à priori.

    Du coup ma relation avec Louise est très bizarre. A la fois très distante et beaucoup de colère de la part de Louise .

    Par contre maintenant que je vis seule. Sans mon entourage nocif

    Et les weekend ou je vois mes enfants. C’est très positif. Et Louise s’adoucit peu à peu et nous pouvons enfin créer cette relation en tête à tête toute les deux. Et je suis pleine d’espoir.

    Je voulais dire aussi un truc honteux. Mais que personne raconte.

    Je n’ai pas eu de petite soeur ou frère. Et quand j’ai eu mon enfant. Il s’est passé un truc dont je n’aurai jamais cru possible. J’ai été jalouse. De l’attention qui s’est reporté sur elle . Et de la complète disparition. Ça n’a pas duré longtemps. Et j’ai réussi à comprendre ce qu’il se passait heureusement. Mais je t’en parle car ça peut t’arriver et ce n’est pas grave. Et il ne faut pas s’en vouloir c’est humain^^

    Pour Mathilde la seconde. J’étais maman confirmée j’avais trente ans. Ai une plus forte confiance

    Comme je dis souvent à Louise mon aînée. C’est toi qui a créer papa et maman. C’est grâce à toi qui nous à tout appris que nous sommes des parents^^

    Bref avec Mathilde c’était très différents. Et j’ai envoyé chier tout le monde. J’ai fait tout comme je le voulais. Et j’ai vécu ça beaucoup mieux.

    L’animal chance à juste voulu que mon ex tombe malade. Et j’ai eu à gérer beaucoup de stress. Mais c’est une autre histoire.

    Je vais juste te dire c’est une aventure de fou. C’est beaucoup d’épreuves. On ne pas revenir en arrière ni faire stop.

    Ça te fais repousser tes limites. Tu te rends compte que tu as une force et une endurance de malade. Rien que par le manque de sommeil. Ne pas dormir autant de temps, aller au travail, même quand tu es malade. Où quoi ou qu’est ce. On se rend compte que tant qu’on a pas eu d’enfant on est pas au maximum de sa force et de ses capacités de survie et d’adaptabilité.

    Le lien avec son enfant demande un environnement sain et serein.

    Mon conseil c’est fais toi confiance. Et n’écoutes pas trop les biens pensants.

    Et dis toi qu’en partant du principe que tu es une bonne personne. Tout ce que tu fais pour ton enfant est bien. Tu ne fais rien de mal.

    Et le premier enfant c’est normal de tâtonner. On ne naît pas parents. On le devient.

    Et on ne le devient pas en lisant des livres où en écoutant ses parents. On le devient en passant du temps avec son enfant et en l’observant.

    Et pour finir. Deux tiers des trucs qu’on te fait croire qu’il faut acheter c’est de la merde^^

    Un bébé il a besoin d’amour et de calme. Et de dormir un max

    Si toi et ton chéri vous en avez le désir. Faites vous confiance. Et voguez. C’est une putain d’aventure. Type Marathon de la mort en milieu hostile. Mais c’est une belle façon d’apprendre à se connaître encore mieux et se dépasser.

    Et ces petits coquinous d’enfants sont là plus belles vie à regarder pousser^^

    Rien ne remplace leurs petites mains qui caresse ton visage. Et leurs regards franc et intense. Ni le souffle de leur sommeil dans le creux de ton cou. Ni l’odeur de leurs cheveux.

    Ni leurs petites voix aux questionnements magnifiques. Le spectacles de leurs pensées qui galopent sur les expressions de leurs visages.

    Ce n’est pas facile tout les jours. Mais ça en vaut la peine.

    Je n’ai pas relue. Mais ça m’a vidée et émue d’écrire tout ça.

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    21 février 2020 à 20 h 27 min

    Touched too @Bagayaga, merci pour ce témoignage ! Flushed

  • 5d2a2cb085eb8 bpthumb

    bagayaga

    Membre
    21 février 2020 à 20 h 31 min

    @Baf

    ^^

    Je voulais aider cette cocotte^^

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    21 février 2020 à 20 h 33 min

    Bah, j’sais bien. Tu vas me mettre d’humeur lacrymale tssss

  • 5e5166682c5e8 bpthumb

    chatsauvage28

    Membre
    21 février 2020 à 21 h 15 min

    Merci beaucoup pour vos réponses 😁. Jusqu’à récemment j’avais l’impression d’être sûre de mes choix et une partie de moi le ressens encore comme ça maintenant mais c’est vrai que j’ai aussi toujours eu l’impression d’être “à côté de la plaque” (c’est vraiment l’image que j’ai ^^’) pour la société. Et j’ai l’impression de devoir choisir entre ce qui dans l’absolue me rendra heureuse et mes chances de pouvoir créer du lien avec d’autres personnes que mon conjoint. Après je ne côtoye peut être pas les bonnes personnes, mais j’ai tellement cherché que je perds espoir ^^’

    Comme si la vie devait toujours être compliquée ^^’

  • 5d2a2cb085eb8 bpthumb

    bagayaga

    Membre
    21 février 2020 à 21 h 20 min

    @chatssauvage28

    Oui c’est compliqué, mais très exaltant la vie^^ Écoutes tes Instincts^^ Fais toi confiance^^ Suis tes envies^^

    Et en étant enceinte et puis maman tu vas rencontrer des gens dans ton délire.

    Je ne sais pas si tu es motorisée et proche d’une grande ville. Mais y a moyen d’aller dans plein de lieux qui prônent la parentalité positive. Et peut être rencontrer des gens plus âgés^^

  • 5e538ff590b75 bpthumb

    Max

    Modérateur
    21 février 2020 à 21 h 28 min

    Déjà, si tu viens sur ce forum, c’est probablement que tu es un peu “à côté de la plaque pour la société” 😅

    Suis ton coeur… Fais ce qui te rend heureuse, je sais, c’est un peu cliché, mais vraiment, n’écoute pas les gens… Chaque situation a des avantages et des inconvénients, si tu veux voir les choses en noir, tu regretteras n’importe quel choix, mais si tu veux considérer les choses sous un angle plus positif, tu assumeras tes choix avec fierté si ce sont les tiens.

  • 5e8aa3c06fde9 bpthumb

    Zelos

    Membre
    21 février 2020 à 21 h 59 min

    Hum, je ne pense pas qu’il y ait un âge nécessaire, peut-être que l’on pourrait en sortir une moyenne, et par prudence essayer de l’appliquer, conneries à la con.

    L’âge n’a jamais été preuve de maturité, ça se saurait. Certains pourront être mariés et parents à 20 ans, d’autres auront du mal même à 40 ; il faut toujours faire au cas par cas, si vous pensez pouvoir gérer, qui sont les autres pour vous dire non ?

  • 5e8aa3c06fde9 bpthumb

    Zelos

    Membre
    22 février 2020 à 7 h 31 min

    Oublié un truc, + 10 000 points pour le “fut un temps”, je l’aime bien aussi, surtout quand je cherche un truc que je viens de poser : “J’avais des bonbons, (il) fut un temps”.

  • 5e95e7eb70ff4 bpthumb

    Isbale

    Membre
    22 février 2020 à 9 h 02 min

    Tant que tu y as bien réfléchi, le reste importe peu. Je pense que les gens réagissent principalement par sympathie, c’est normal de remettre en question ce genre de choix parce qu’on tient à la personne . Avoir un enfant est une responsabilité et des changements importants de son quotidien.

    J’ai vécu le même genre de décalage avec mon ex. On était un couple très fusionnel et ça a pris de court mes parents. J’ai eu le droit à beaucoup de blabla sur différents sujets mais c’est parce qu’ils me connaissent et veulent mon bien.

    Je pense qu’il faut savoir prendre des risques et suivre son coeur. Ce n’est pas toujours facile mais à toujours hésiter, avoir peur, douter, au final on ne fait rien. Je connais trop de gens heureux mais aussi plein de regrets et dont les frustrations grandissent petit à petit.

    Dans ma relation passée, on parlait aussi de faire des enfants, de se marier un jour. Pour elle, j’étais l’amour de sa vie. Je n’écrirai pas un long pavé sur tout cela mais la conclusion fut qu’après 4 ans, c’est moi qui rompais avec elle alors que j’étais celui qui avais encore beaucoup de sentiments pour l’autre. J’ai beaucoup souffert mais c’est après cette rupture que j’ai le plus évolué en bien sur ma connaissance de soi. J’ai réalisé beaucoup de choses et je suis bien mieux avec moi-même que je ne l’étais pendant les quatre années précédentes (qui sont pourtant remplies de merveilleux souvenirs).

    C’est difficile de se connaître vraiment bien soi-même, HP ou pas c’est le même combat pour tout le monde, et c’est un exercice qui se poursuit toute la vie. On a beau être et se sentir plus mature plus jeune, le temps est un facteur important et je comprends qu’on s’inquiète du choix de ton copain et toi. La décision vous appartient et à personne d’autre. Je dirais que le plus important est d’être sûr que vous êtes tous les deux sereins à l’idée d’avoir un enfant, qu’il n’y a pas de fuite en avant, de sacrifice trop important ou je ne sais quoi d’autre pour l’un ou l’autre.

    Et évidemment, je vous souhaite tout le bonheur 🙂


Affichage des publications 1 - 15 de 31

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 messages Juin 2018
Maintenant

New Report

Close