Bilan de compétences



  • Bilan de compétences

     Zelos mis à jour il y a 1 semaine, 5 jours 4 Membres · 8 Articles
  • olbius

    Organisateur
    10 février 2020 at 11 h 22 min

    Et si on parlait bilan de compétences ?

    C’est quoi, un bilan de compétences ? Prenons le temps d’un petit rappel de définition :

    Le bilan de compétences est l’analyse et l’évaluation des compétences professionnelles et personnelles, ainsi que des aptitudes et des motivations d’une personne.

    Il aboutit à la définition d’un projet professionnel réaliste et adapté au marché de l’emploi et, le cas échéant, à la définition d’un projet de formation continue ou complémentaire.

    Source : bilan de compétences (Wikipedia)

    Personnellement j’ai fait un bilan de compétences il y a quelques années, au début de ma carrière mais suite à une période agitée consécutive à des problèmes de santé… Cela m’a beaucoup appris ! J’ai encore le bilan de compétences dans un dossier, il m’arrive d’y jeter un œil ou deux. Mais même sans cela, j’ai encore de nombreux souvenirs gravés dans ma mémoire, par exemple lorsqu’avaient été abordés les moteurs les plus courants, ceux qui font se lever une personne le matin pour aller au travail. Disons que j’ai eu des résultats… atypiques Relieved

    Le succès du bilan de compétences, dans mon cas, a énormément reposé sur la consultante bilan de compétences que j’ai été amenée à rencontrer. C’est très comparable, j’imagine, à la réussite ou l’échec d’une thérapie en psychologie.

    Depuis, je conseille souvent à des personnes qui se posent beaucoup de questions sur leur vie professionnelle de faire un bilan de compétences, même très tôt dans leur parcours.

    Et vous, avez-vous déjà suivi un bilan de compétences ? Qu’est-ce que ça vous a apporté ? Avez-vous des conseils à apporter à ceux qui voudraient en faire un ? Des regrets quelconques à partager ?

    Et plus particulièrement, dans le cas d’un bilan de compétences pour surdoué adulte ?

  • Max

    Member
    10 février 2020 at 11 h 46 min

    J’en ai passé un il y a quelques années, mais honnêtement, à part me dire que je pouvais faire tout ce que je voulais (ce que j’avais déjà entendu plusieurs fois), ça ne m’a pas apporté grand chose, j’aurai espéré définir ce qui me correspondait, vers quel métier ma personnalité me pousserait. J’en ai seulement retenu que j’étais un dilettante qui s’intéressait à tout puis se lassait de tout. Peut-être était-ce vrai, mais je pense que j’aurais eu besoin de plus d’explications sur les résultats. Du coup, je te rejoins sur le fait que le consultant qui te fait passer le bilan de compétences est très important.

  • Zelos

    Member
    10 février 2020 at 11 h 51 min

    J’en ai fait un il y a un peu plus d’un an, lors d’un stage, pas un stage en entreprise, un stage de quelques mois pour établir un projet professionnel viable. Je le conseille pour ceux qui essaient de se trouver un boulot sans trop savoir dans quel domaine. Donc il y avait au programme un bilan de nos centres d’intérêts, un des métiers qui nous paraissent intéressants, et un de compétences, puis une ou plusieurs enquêtes-métier à effectuer. Le but était de trouver un métier qui nous plaise, qui soit viable sur le marché du travail, et qui soit réalisable. Je n’avais jamais travaillé et arrêté l’école à 16 ans, et j’avais plein de centres d’intérêts, pour situer le contexte. Je ne sais pas trop s’il y a plusieurs modèles de bilan de compétence, et si certains sont donc de plus haut niveau ou non, ce n’en était certainement pas un pour surdoués. On m’a dit que j’avais eu 8 ou 9 à tout, sauf aux 3 compétences de visualisation spatio-temporelle/géométrie dans l’espace où j’ai eu 5-6, et que le max était 9. Visualiser a toujours été ma bête noire, héhé. Le bilan en lui-même n’est pas très utile, on sait généralement ce dont on est capable, c’est comme le dit Olbius ce qu’on en fait et l’interprétation. J’hésitais entre 2 voies, comptabilité et programmation, tout le monde du groupe (autres stagiaires et éducatrices) m’a dit que ça se sentait, vu comment j’en parlais, que j’étais plutôt fait pour la programmation ; dans mon entourage aussi, même avant que je fasse ce stage, on me disait de me lancer là-dedans. Et ils avaient tous raison 😉

    En gros, ça ne prend pas énormément de temps, et si l’on est un peu perdu au vu des tous les choix et intérêts personnels, ça permet de bien cibler un projet réaliste. Il vaut mieux prendre le temps de faire ça parfois, plutôt que de se lancer dans un truc sur le long terme et d’arrêter car c’était pas du tout le bon choix, ou pire de faire un truc à vie que l’on déteste.

  • isabelle1970

    Member
    10 février 2020 at 12 h 09 min

    je n’ai jamais passé de bilan de compétences . donc ce que je vais dire est peut-être faux : je me demande si ces bilans de compétences tiennent en compte les motivations ?

    Je m’explique, personnellement, voulu stopper mes études ( équivalent du lycée en France je pense) avant la fin de mes “secondaires ” ( donc en Belgique, on fait 3 maternelles, puis 6 années primaires et puis 6 années “secondaires” ,avant d’entrer à l’unif ou école supérieure) , j’ai changé de l’option latin-grec à comptabilité juste parce que ça me permettait d’obtenir une qualification qui me permettait d’avoir le chômage . J’ai donc réussi cette qualification sans problème mais je déteste la comptabilité . Du coup ma question : si j’avais passé un bilan de compétence et qu’il en était ressorti que oui, j’avais des compétences en compta, ça n’empêche que ma motivation était nulle pour travailler dans ce domaine …

    Il est donc important pour moi que la motivation, la passion, l’envie soit tenue en compte dans ce genre de bilan .

  • Zelos

    Member
    10 février 2020 at 16 h 01 min

    @isabelle1970

    Justement ! C’est ce que je disais. Je ne sais pas si tous les bilans de compétence le font, mais dans le cadre de mon stage, on prenait également en compte les intérêts au niveau des loisirs/activités, et les métiers qui nous motivent.

    Je te comprends complètement pour la compta. Ma mère était comptable, j’ai toujours aimé et été doué avec les chiffres, je savais que je pourrais faire le métier sans problème ; j’avais juste une crainte, est-ce que j’allais pas un peu beaucoup m’emmerder ? Quand j’ai questionné le comptable d’une association que je fréquente régulièrement pour l’enquête-métier, il m’a lui-même dit qu’il s’emmerdait prodigieusement. Et la compta, c’est tout ce qui est fric, un autre gros souci car ça me dégoûte pas mal ce milieu^^
    Pour la programmation, c’était l’inverse, je trouvais ça fascinant mais je n’étais pas sûr d’avoir les aptitudes intellectuelles nécessaires, j’ai bien fait au final d’écouter les conseils des autres et de suivre mon instinct 😉

    Après, il faut prendre en compte tes motivations et intérêts, mais le projet doit être viable au niveau compétences/aptitudes, sinon c’est pratiquement voué à l’échec, ça marche dans les deux sens, faut un équilibre 🙂

  • isabelle1970

    Member
    10 février 2020 at 17 h 32 min

    je reste donc avec mon avis, au-delà d’un bilan de compétences, vive la motivation et la passion ! (je pourrais aussi ici décrire le parcours de mon fils , qui a failli être changé d’école parce qu’il ne réussissait pas en math, son père et moi avons dit non et il va l’année prochaine commencé son master en physique (donc sa 4ème année d’unif , fac) ..; si nous avions écouté l’école, il n’aurait jamais pu faire ce qui le passionne !)

  • Zelos

    Member
    10 février 2020 at 17 h 47 min

    Oui, je suis d’accord, avec la motivation, les murs se brisent. La motivation va souvent de pair avec une certaine facilité/aptitude, mais pas tout le temps ; et elle permet de nous pousser à faire parfois un très gros effort, qui paye à terme^^

  • Zelos

    Member
    10 février 2020 at 22 h 06 min

    Ca ne s’applique évidemment pas qu’aux projets professionnels, la volonté est l’un des carburants les plus puissants. J’aime bien le mantra anglais “Mind over matter”, qui signifie que la volonté peut prendre le dessus sur les limitations du corps, ça fait toute la différence quand l’on a un projet, un but, ou des trucs plus basiques comme se défaire d’une addiction.


Viewing 1 - 8 of 8 posts

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 articles Juin 2018
Maintenant

New Report

Close