Que conseillerez-vous comme livre/film/vidĂ©os… pour comprendre le monde ?

  • Que conseillerez-vous comme livre/film/vidĂ©os… pour comprendre le monde ?

    ?s=1&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue Anonyme mis Ă  jour Il y a 2 mois 5 Membres · 14 Articles
  • 605baa74d24f9 bpthumb

    yannoh

    Membre
    27 mai 2021 Ă  23 h 36 min

    Bonjour tous le monde!

     

    Suite Ă  un conseil de lecture dans un commentaire sur un forum d’ici, qui portait sur Kropotkine et Proudhon, je me demandais quels livres, films, documentaires pourraient ĂȘtre pertinents Ă  voir pour comprendre le monde dans lequel nous vivons. Je parle du monde politique, Ă©conomique, social, scientifique…

    Je pose donc ici une question ouverte :

    Qu’avez-vous lu ou vu qui vous a cultivĂ© et qui a fait que vous ayez compris le monde dans lequel nous vivons ( ou au moins fait que vous soyez plus curieux maintenant…) ?

     

    Merci

    Un petit curieux….

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    28 mai 2021 Ă  0 h 42 min

    Comment c’est vaste comme question.

    Le premier truc qui me vient c’est La mĂ©thode d’Edgar Morin. En 6 tomes.

    La page wikipédia pour te donner une idée :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/La_M%C3%A9thode_(Edgar_Morin)

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    28 mai 2021 Ă  1 h 00 min

    Sinon, en sciences humaines et en vidĂ©o de vulgarisation, j’aime bien la chaĂźne Poilticon et son format De Dicto oĂč il rĂ©sume un livre. Je te mets celui sur Hannah Arendt. Il est trĂšs didactique, toutes ses vidĂ©os sont intĂ©ressantes

    https://www.youtube.com/watch?v=gMIpjM8xLzM

  • aa6997a963fd61ac83b95b5ba000fd55?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    olbius

    Organisateur
    28 mai 2021 Ă  2 h 12 min

    Vaste sujet, en effet 🙂

    Je dirais comme ça, Ă  chaud ou Ă  froid, c’est selon, la route de la servitude de Friedrich Hayek.

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    28 mai 2021 Ă  9 h 47 min

    La fille du temps de Josephine Tei

    (si vous avez des questions, n’hĂ©sitez pas plutĂŽt que de juger sans comprendre !)

  • 5dea4a538734c bpthumb

    grandadais

    Membre
    28 mai 2021 Ă  11 h 01 min

    La route de la servitude je l’ai lu, y’a dix ans, et c’est quand mĂȘme foutrement partial comme bouquin. Un classique abondamment conseillĂ©s dans toutes les Ă©coles d’administration, d’Ă©conomie et de commerce du monde “libre” depuis 70 ans (et mĂȘme dans des magazines gĂ©nĂ©ralistes, version light), qui ne rend sĂ»rement pas plus curieux puisqu’il soutient juste un approfondissement du libĂ©ralisme Ă©conomique dĂ©jĂ  Ă  l’Ɠuvre auparavant, en ne laissant aucune place Ă  d’autres modĂšles. Ses thĂšses ont Ă©tĂ© mises en pratique aux USA, au Royaume-uni, en AmĂ©rique du sud, puis en Europe, et maintenant en Afrique et plus globalement par le FMI, avec les rĂ©sultats que l’on connaĂźt…donc oui par les effets qu’il a engendrĂ©s, ce livre peut servir Ă  comprendre UNE PARTIE du monde dans lequel on vit. Si sa critique des rĂ©gimes autoritaires tient Ă  peu prĂšs la route, son
    aveuglement idéologique et sa naïveté (feinte ou non je ne sais pas), typiques de la premiÚre moitié du XXÚme siÚcle,
    n’expliquent absolument rien. C’est juste de la prescription.

    Un seul ou quelques livres du mĂȘme bord ne suffiront jamais de toute façon. Il faudrait sĂ»rement lire Shakespeare, DostoĂŻevski (Les PossĂ©dĂ©s), Nietzsche (Par delĂ  Bien et Mal), La SociĂ©tĂ© du Spectacle (et les commentaires de 1986), l’Homme sans qualitĂ©, peut-ĂȘtre s’infliger la Bible et le Coran… et j’en passe, pour comprendre un peu le merdier dans lequel on est.

    En film documentaire, je conseille fortement The Act of Killing : Le GĂ©nocide Impuni (un des meilleurs documentaires que j’ai pu voir)

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    28 mai 2021 Ă  11 h 13 min

    @grandalais, en plus de sheakspeare c’est bien de lire la fille du temps, histoire de comprendre l’impact que peut avoir un dramaturge sur tout une Ă©poque…

    J’ajouterai qu’il faudrait privilĂ©giĂ© la qualitĂ© de la lecture plutĂŽt que la quantitĂ©, prendre le temps de comprendre, vĂ©rifier si possible les sources etc..

  • aa6997a963fd61ac83b95b5ba000fd55?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    olbius

    Organisateur
    28 mai 2021 Ă  12 h 30 min

    il soutient juste un approfondissement du libĂ©ralisme Ă©conomique dĂ©jĂ  Ă  l’Ɠuvre auparavant, en ne laissant aucune place Ă  d’autres modĂšles

    Je crois que tu l’as lu d’un derriĂšre distrait, il faudrait que tu lui donnes une seconde chance 😅

    Ou, plus probablement, tu devrais complĂ©ter cette lecture par d’autres plus rĂ©centes. Difficile, par exemple, de soutenir que le libĂ©ralisme Ă©conomique s’approfondit dans un pays comme la France, alors mĂȘme que le poids de l’État ne cesse d’augmenter. Ou alors on considĂšre qu’il y a un agenda libĂ©ral Ă  l’Ɠuvre derriĂšre tout ça, bien entendu 😏

    Je viens de rĂ©aliser que tu as Ă©crit que le libĂ©ralisme Ă©conomique Ă©tait dĂ©jĂ  Ă  l’Ɠuvre avant 1944… Bon, il faudrait aussi que tu complĂštes le sujet avec des ouvrages plus historiques car ton affirmation est trĂšs, trĂšs discutable.

    J’ai un peu peur que tu mĂ©langes certaines notions. Le FMI est infiniment plus proche, par exemple, du modĂšle social-dĂ©mocrate que du libĂ©ralisme (voir notamment le rĂŽle des banques centrales, le contrĂŽle des monnaies, etc.). La plupart des libĂ©raux sont trĂšs critiques envers le FMI.

  • 5dea4a538734c bpthumb

    grandadais

    Membre
    28 mai 2021 Ă  13 h 55 min

    Salut @olbius

    oui peut-ĂȘtre, j’avoue qu’il m’avait infiniment moins passionnĂ© que le Zarathoustra, par lequel j’ai enchaĂźnĂ©.

    le virage social-dĂ©mocrate du FMI est une vaste blague, c’est plutĂŽt en
    constatant les ravages de l’ultra-libĂ©ralisme qu’il avait portĂ© depuis les annĂ©es 70, que le FMI a dĂ» juger qu’il valait mieux virer de bord, lĂ©gĂšrement, afin de mĂ©nager les inĂ©galitĂ©s sociales et le
    risque d’instabilitĂ© politique qu’elles engendrent. mais bon, cela suffit-il de rĂ©parer une mauvaise idĂ©e, ce genre de petits amĂ©nagements.

    Tu lis distraitement toi aussi car je n’ai pas dit que le libĂ©ralisme Ă  la Hayek allait s’approfondir en France, mais qu’il Ă©tait lui-mĂȘme un approfondissement du libĂ©ralisme originel (Ă©conomique, mais pas seulement il ratissait plus large celui-lĂ ), qui lui existe depuis plusieurs siĂšcles. Et le libĂ©ralisme Ă©conomique a montrĂ© qu’il pouvait parfaitement se dĂ©ployer sous une forte dictature politique… les grands noms du libĂ©ralisme rĂ©cents que sont Thatcher, Reagan ou Pinochet n’Ă©taient pas connu pour ĂȘtre des fervents dĂ©fenseurs des libertĂ©s individuelles, mais plutĂŽt exclusivement des libertĂ©s Ă©conomiques.

    “ce n’Ă©tait pas vraiment du libĂ©ralisme” c’est ça? pourquoi cet argument serait-il valable, alors que tout le monde s’en moque quand on dit que le communisme n’a lui non plus jamais Ă©tĂ© appliquĂ©, Ă  cause de ces multiples rĂ©volutions mal conçues par des bolvechik ou des khmers rouges.

    je te confirme donc bien que nous sommes dans l’Ăšre du libĂ©ralisme Ă©conomique, et que ça fait un petit moment, mĂȘme si l’apparent soviĂ©tisme actuel peut prĂȘter Ă  confusion.

    Premier indice du fait que le libĂ©ralisme est bel et bien lĂ , partout, et donc en france : les accords de libre Ă©change, intra-europĂ©en puis intercontinentaux, avec les USA ou comme celui signĂ© avec le Canada plus rĂ©cemment, priment sur le droit national. Ainsi un Ă©tat europĂ©en qui voudrait protĂ©ger sa population (en Ă©tablissant de nouvelles normes sanitaires sur l’alimentation, comme une information de traçabilitĂ© plus prĂ©cise sur des produits d’importation transatlantique) s’expose Ă  des poursuites judiciaires (ce dont certains Ă©tats ont dĂ©jĂ  fait les frais). Pour moi rien que ça suffit Ă  dĂ©mentir l’idĂ©e que l’Ă©tat soit encore une puissance vĂ©ritablement dĂ©cisionnaire, elle ne l’est plus que dans une optique de contrĂŽle, d’administration et de “gouvernance” de sa population intĂ©rieure, afin de garantir la “tranquillitĂ© publique”… et donc, petite prĂ©cision, je ne dĂ©fend pas l’Ă©tat en tant que tel, pour moi l’Ă©tat ce devrait juste ĂȘtre nous tous les habitants, et sĂ»rement pas cette excroissance qui s’arroge le monopole de la violence et des dĂ©cisions politiques, au nom d’une soi-disant reprĂ©sentativitĂ© de la souverainetĂ© populaire.

    DeuxiĂšme indice, l’Ă©tat se sĂ©pare toujours plus de ses propriĂ©tĂ©s, et la liste des privatisations n’en finit pas depuis 30 ans. Et c’est encore plus rĂ©cemment le cas avec les forĂȘts publiques, qui vont peu Ă  peu passer du statut de bien commun Ă  prĂ©server, Ă  celui de ressource commercial Ă  exploiter.

    AprĂšs je sais bien que les chiffres, les graphiques, les cartes que tu nous montres souvent, pointent un paradoxe fĂącheux : pourquoi les dĂ©penses publiques semblent augmenter, et avec elles les taxes et impĂŽts, alors qu’Ă  cĂŽtĂ© de ça les hĂŽpitaux ne fonctionnent plus correctement, que les profs sont en burn-out, que les administrations semblent toujours moins efficaces etc etc?

    D’abord on ne peut pas se focaliser sur la france, elle est peut-ĂȘtre en retard dans sa privatisation, mais comme elle est profondĂ©ment intriquĂ©e dans la mondialisation, ne regarder la dette publique que d’un seul pays n’a de toute façon aucun sens. Et puis mĂȘme si on entre dans ta logique et tes diagrammes, la France n’est jamais seule loin devant ou derriĂšre tous les autres, selon le point de vue que l’on adopte ; au contraire, si par exemple tu enlĂšves le systĂšme de retraite par rĂ©partition pour aller vers un systĂšme par capitalisation, et bien l’Ă©tat français se trouverait en plein milieu de peloton en terme de dĂ©penses publiques, comme les autres…mais des millions de femmes se retrouveraient sans aucunes ressources aprĂšs 60 ans. on peut donc dire que ça tient finalement Ă  bien peu de choses, les diffĂ©rents classements que tu postes rĂ©guliĂšrement ici sans autre analyse, ni critique des sources ; et si la france se classe souvent en tĂȘte c’est parce que son modĂšle sociale, que soutenait encore ses valeurs rĂ©publicaines il n’y a pas si longtemps, est un modĂšle plutĂŽt dĂ©pensier en deniers publics en effet, et alors? il n’y aurait donc aucun bĂ©nĂ©fice, aucun “retour sur investissement” dans cette dĂ©pense? J’y viens. Pour ma part, si la France n’est pas encore plus largement premiĂšre de ces classements, c’est sĂ»rement Ă  cause (ou grĂące, idem) Ă  la dĂ©gradation tangible de ses services publics, de plus en plus assĂ©chĂ©s par une politique de l’offre et d’austĂ©ritĂ©, ce qui a dĂ» compenser la dilapidation des capitaux et du patrimoine publics, ou l’Ă©vasion fiscale, bref : tout ce que nous coĂ»te la corruption, dans de multiples collusions avec le secteur privĂ©.

    On peut toujours pointer l’Ă©tat qui se gave, tous ces hauts fonctionnaires qui ne servent pas Ă  grand chose si ce n’est Ă  Ă©couter des lobbyistes. Et on a raison. Mais cette situation tient aussi Ă  une confusion, volontairement entretenue… l’Ă©tat français veut se vendre, mais ne peut pas faire autrement que louvoyer, Ă©tant donnĂ© le modĂšle social français, quasiment unique au monde dĂ©sormais. Alors comme cela ne peut se faire aussi violemment que dans les autres pays, la privatisation se fait pas Ă  pas et sournoisement : en dĂ©stabilisant les services, en les restructurant dans ce qu’on appelle la “modernisation”, ou des “rĂ©organisations”, qui littĂ©ralement dĂ©sorganise ce qui existait encore un peu. A grand coĂ»t de contractuels moins bien formĂ©s, l’Ă©ducation nationale et autres services dĂ©jĂ  en sous-effectif ne sont plus en mesure de proposer une qualitĂ© de service ni d’expertise
    en quoi que ce soit. Le service alors se dĂ©grade et se dĂ©sagrĂšge plus ou moins rapidement, des fonctionnaires placardisĂ©s se suicident, et sur le constat cette dĂ©gradation dont on cache les causes, les libĂ©raux peuvent argumenter sur la nĂ©cessitĂ© de moderniser, de mettre Ă  jour, de dĂ©rĂ©guler pour laisser les capitaux faire leurs Ɠuvres de bienfaisance… une ambition que bien entendu seul le secteur privĂ© (rĂ©putĂ© pour sa philanthropie) serait Ă  mĂȘme de porter… je me demande comment ça peut encore persuader encore des gens, ce genre de pipeaux.

    Enfin, il n’y pas d’agenda libĂ©ral Ă  l’Ɠuvre non plus, pour arrĂȘter tes sarcasmes. Le libĂ©ralisme est juste l’idĂ©ologie hĂ©gĂ©monique dans les Ă©lites anglo-saxonne et ce depuis maintenant 50 ans, et avec la globalisation la france s’y est mis, Ă  sa façon.

    (c’est marrant de dire que les autres mĂ©langent les notions ou devraient
    lire d’autres auteurs de la mĂȘme mouvance, sans rien dire d’autres…
    mais donc vas-y je t’en prie, si tu as des conseils d’auteurs libĂ©raux
    qui ont ajoutĂ© quelque chose de vraiment important au livre d’Hayek, je
    m’y intĂ©resserai. et puis Ă©vite de m’envoyer vers l’article d’un nĂ©o-nazi que tu n’aurais pas lu, parce qu’il semblerait dĂ©fendre l’abrogation de l’impĂŽt… ça fonctionne moyen comme argumentaire avec moi)

  • aa6997a963fd61ac83b95b5ba000fd55?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    olbius

    Organisateur
    28 mai 2021 Ă  14 h 20 min

    les ravages de l’ultra-libĂ©ralisme qu’il avait portĂ© depuis les annĂ©es 70

    Je veux bien que tu dĂ©veloppes ce point, si cela ne te dĂ©range pas 😊

Affichage des réponses 1 - 10 de 14

Connectez-vous pour répondre.

Publication originale
0 de 0 articles Juin 2018
Maintenant