Comment s’est passée votre scolarité ?

  • Comment s’est passée votre scolarité ?

    Posted by angel-in on 3 juillet 2021 à 10 h 21 min

    J’aimerai avoir vos retours sur vos années d’école.

    Pour moi c’était juste atroce d’écouter des absurdités inutiles venant de névrosés qui plus est. Je n’ai excellé que dans la matière qui m’intéressait (la biologie) et j’ai vraiment souffert de la vision étroite de tout ces êtres incapables de voir mon intelligence qui n’était pas mathématicienne… (A cette époque seuls les “matheux” étaient considérés) J’ai subi ce dressage (faire rester des enfants et des ados assis toute la journée alors que c’est la période de leur vie où ils ont le plus d’énergie) par peur de représailles et d’agressions verbales auxquelles je suis hypersensible. Cette valorisation uniquement par les résultats scolaires à clairement retardé mon diagnostique. Question camarade s’était compliqué aussi. Moi je trouvais tout le monde digne d’intérêt mais j’ai été confronté “aux clans” et comme je ne m’identifiais à aucuns en particulier, personne ne voulait de moi… Avez-vous eu un vécu similaire ?

    Merci pour vos réponses

    bagayaga a répondu il y a 10 mois, 1 semaine 12 Membres · 55 Réponses
  • 55 Réponses
  • 6095488001655 bpthumb

    guysk

    Membre
    3 juillet 2021 à 10 h 54 min

    Pour moi, la scolarité s’est passé.

    Rien à foutre des résultats, donc je faisais le strict minimum sans me forcer pour passer d’une année à l’autre. Arrivé en terminale, j’ai vu qu’il n’était pas suffisant et c’est à cette époque que j’ai compris qu’il fallait développer des méthodes de travail. Pourquoi refaire des exercices alors qu’on se souvient du résultat ?

    Sinon, l’ennui en classe, avoir compris le cours, l’expliquer au copain qui n’y comprenait rien, ne pas le retravailler, et en fin de compte se prendre un 10 alors que le pote qui était une bille se chope un 16 parce qu’il a dû travailler comme un malade alors que moi j’avais passé mon temps à faire des tas d’autres trucs plus intéressant.

    Dans la cours, surtout à partir du collège, j’errais souvent seul l’âme en peine quand il n’y avait personne avec qui faire un hand ou un basket. Le lycée, plein de promesses sur les apprentissages m’ont déçu pour la svt, je n’y ai pas appris grand-chose alors que je connaissais bien les lois de la génétique depuis ma quatrième et la lecture d’un livre de vulgarisation sur le sujet et des profs de lycée très limités pour la majorité dans cette matière (bon, j’ai quand même eu une super prof en term).

    La Fac s’était le super kiffe, enfin l’impression d’apprendre même si ça n’allait pas assez vite dans certaines matières.

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Usager supprimé

    Membre
    3 juillet 2021 à 12 h 00 min

    @Angel-in : l’hypersensibilité n’est pas toujours un cadeau, c’est clair…

    J’ai toujours été perçue comme “bizarre”, mais j’ai une soeur jumelle dizygote alors nos différences étaient mises sur le compte de cette particularité génétique et ça passait plutôt bien. J’avais le contact facile avec les autres, car ils me donnaient envie d’aller vers eux.

    Je n’ai eu aucun soucis scolaire, j’étais même une “trop” bonne élève jusqu’en 4ème, très studieuse.

    Jusqu’au jour où j’ai subit un harcèlement scolaire très dur (mon père était le prof le plus détesté du collègue, et il y avait de quoi… enfin, disons que moi aussi je le détestais), et comme j’essayais de négocier, encore et encore, et bien cela s’est étendu jusqu’à dans ma classe… Jusqu’au jour où j’ai pèté un cable et je suis devenue agressive et violente, et plus rien à foutre des notes et de rien. Et j’ai eu la paix. Mais j’étais à l’écart.

    Il a fallu du temps pour que je réussisse à me calmer et retrouver un certain équilibre et avoir de nouveau envie d’aller vers les autres. Sociabilité inexistante en seconde, au lycée. Après, en première, je me suis fait une “grande” amie et j’ai commencé à me sociabiliser un peu, puis je suis tombée un groupe de nanas un peu marginales et très axées sur l’art, et ça m’a bien convenu aussi, tout autant que j’aimais les sciences. On se retrouvait tous les midis et on se marrait bien (et on chantait, on dessinait, etc.).

    J’ai continué à bien me débrouiller dans les matières scientifiques, au lycée sans trop travailler, mais les autres matières… moyen (je n’ai jamais travaillé pour les autres matières…). Sauf la philo.

    J’ai commencé en fac de sciences, mais comme il fallait bosser (avant, juste assister au cours me suffisait souvent, et j’étais devenue fainéante) et que l’ambiance était pourrie (je n’arrivais pas à trouver des personnes qui me correspondent), je suis vite partie en sociologie à la place, et je me suis bien éclatée là-dedans, dans une ambiance sereine et tolérante que j’ai adoré. Et en plus j’avais du temps pour aller squatter dans d’autres cours que les miens. C’était génial !

  • 60944cc9a5130 bpthumb

    geapix

    Membre
    3 juillet 2021 à 18 h 17 min

    Ma scolarité, c’était bien de la grosse merde

  • 6095488001655 bpthumb

    guysk

    Membre
    4 juillet 2021 à 1 h 39 min

    @hermite merci, j’avais oublié comme il avait été doux et agréable de se bastonner au collège.

    Je me rappelle la fois où un grand gaillard plus con que la soustraction de son pied droit par son pied gauche avait voulu me piquer ma pomme et que ne me laissant pas faire il m’empoigna l’encolure et me poussait. Dirigeant nos pas dans la direction désirée, je nous menais droit sur les pions qui nous interrogent sur la situation. Lui prit au piège et ne savant (ce qu’il n’était d’ailleurs pas) plus quoi dire et moi de désamorcer la situation en répondant qu’on s’amusait juste. Il me laissa tranquille et je pus rejoindre mon bus tranquillement tout en croquant ma pomme.

    Une autre fois, un camarade très peu doué pour les plaisanteries, avait essayé sur moi le dernier jeu à la mode qui consistait à baisser le pantalon de survêtement d’un coup rapide. Le malheureux, ce n’était ni le bon jour, ni la bonne personne. Mais me retournant rapidement après sa tentative infructueuse, je lui saisis le bras, le fis passer par dessus mon épaule et lui plaquait le dos au sol en un mouvement chorégraphique de judoka expérimenté que je n’étais,mais, absolument pas. Me penchant vers lui, je le pointais du doigt en lui signifiant que s’il osait recommencer ça il était mort.

    La réinsertion fut difficile et plus personne n’osa me baisser mon pantalon de survêtement. Et pourtant, parfois, je l’espère et le prie très fort…

  • 5f825ad29183e bpthumb

    faiseuse-de-foret

    Membre
    4 juillet 2021 à 6 h 19 min

    @Angel-in
    Vécu très similaire au tien·

  • 6095488001655 bpthumb

    guysk

    Membre
    4 juillet 2021 à 7 h 43 min

    Nous c’était les challenger d’addidas, mais comme toi, je n’en avais pas.

    Les pantalons pressions, je me rappelle mais c’est arrivé plus tard et trop tard pour que je m’en amuse.

  • 61d350d0a78cf bpthumb

    angel-in

    Membre
    4 juillet 2021 à 10 h 25 min

    Merci !! Ah oui, les bastons et les pantalons à pression !!! Moi j’y jouais avec mon chéri (140 QI) en 2nd (sabbatique) On était dans la même classe. Le sien se déboutonnait en totalité, le jeu était de juste glisser un doigt en passant quand on nous faisait courir en rond.

    J’ai aussi déchiré la chemise du petit con devant moi qui n’arrêterait pas de se retourner pour m’embêter en 5e et mis une baffe qui a envoyé au sol le tyran du collège… J’ai pas trop compris comment j’ai réussi, toujours est-il qu’ensuite j’ai fait le sprint de ma vie tellement j’ai eu peur qu’il me la rende ! Ensuite j’avoue avoir été assez tranquille 😂 j’avais déjà peu de camarade, ça n’a pas arrangé les choses…

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Usager supprimé

    Membre
    4 juillet 2021 à 11 h 55 min

    @Angel-in ton chéri s’appelait 140 QI? C’est bizarre comme nom. C’est quand sa fête sur le calendrier du coup ?

  • 61d350d0a78cf bpthumb

    angel-in

    Membre
    4 juillet 2021 à 12 h 02 min

    Désolé pour cet égoïsme, je me parle à moi en disant cela, je suis en train d’enfiler toutes les perle de ma vie sur le fil de la douance. Cet espace de parole est une libération.

    Il s’appelle Mica, sa fête est le jour de ma naissance (encore de l’égoïsme, de tout façon on ne parle que de soi !! )

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Usager supprimé

    Membre
    4 juillet 2021 à 12 h 07 min

    🤣🤣🤣🤣 je suis contente que tu ne le prennes pas mal 😘😘😘

Page 1 of 6