Tribulations d’un zèbre tâcheté à l’haleine de poney



  • Tribulations d’un zèbre tâcheté à l’haleine de poney

  • cb478b7a16732fa7956677233d14b6e9?s=80&r=g&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    verdan-francis

    Membre
    7 janvier 2019 à 14 h 16 min

    Enfant, je me sentais quelque peu différent sans pour autant pouvoir identifier cette dissemblance. Vite blessé je constatais également que, paradoxalement, si les intérêts de mes camarades ne répondaient pas aux miens, ceux-ci pouvaient me trouver « gamin » car toujours prêt à déranger la classe.

    Adolescent, je n’étais guère à l’aise pour aborder les filles car peu doué pour entretenir des discussions superficielles en revanche je choisissais des copains forts différents de manière à pouvoir maximiser les domaines de discussion (cinéma, sorties, art, nature, musique, sport, confidences, …).

    Bien qu’ayant obtenu une licence universitaire, l’école fut un long calvaire en raison des efforts à réaliser pour m’intéresser à quelque chose qui m’ennuyait profondément. Parfois, certains éléments de mon fonctionnement me paraissaient obscures. Par exemple, quatre ans durant j’ai cumulé de sévères insuffisances en comptabilité mais lorsque l’entier des comptes nous a été dévoilé, j’ai réussi l’examen final en 45 minutes en lieu et place des 4 heures prévues tout en décrochant la meilleure note du collège. Autre exemple, incapable d’intégrer les règles grammaticales primaires j’alignais là également les mauvaises notes alors qu’aujourd’hui si je ne les connais pas d’avantage mes collègues s’approchent de moi pour corriger ou écrire leurs courriers…

    Dans mon cadre professionnel, j’ai rapidement démontré un rendement très nettement supérieur à la moyenne raison pour laquelle je me suis vu confié toujours plus de tâches réalisées avec succès ainsi que de responsabilités pleinement assumées. Or, si j’étais grisé en découvrant cette capacité non exploitée, j’ai quelque peu minimisé l’énergie que me prenait de non seulement réussir brillamment mes missions mais aussi de gérer les tensions sociales que généraient mon activité sur les autres, d’anticiper constamment une constellation de risques, de prévoir, de gérer, …

    Certains événements de vie m’ont amené à consulter divers spécialistes de la santé (généraliste, psychologues, psychiatres) qui abondaient dans le sens d’une sur douance doublée d’une hyperactivité désormais traitées. La conviction démontrée par mes soignants, la réussite de tous les tests payants ou gratuits (pré-test MENSA) en ligne, les indications glanées dans un nombre in considérable de revues, articles, livres, documentaires, formations, congrès, thèses, vidéos, forums, … ainsi que le fait que ma cadette ait quant à elle passé un WISC indiquant les mêmes dispositions que le soussigné font que je n’ai pas passé le WAIS dont les résultats seraient certainement peu significatifs en regard de mon importante hyperactivité. Etrangement ma douance m’a permis de réaliser des études avancés (avec peine vu mon manque d’intérêt pour les matières alors choisies et le système éducatif allant de pair) que je n’aurais pu assumer si je n’avais souffert que d’hyperactivité.

    Bref, j’entretiens avec cette douance découverte sur le tard une histoire compliquée où s’entrelace curiosité, vitalité, sensitivité mais aussi souffrance, solitude et découragement.

    Trop de nombrilisme tue le nombrilisme raison pour laquelle je mets fin à cette brève présentation et me réjouis de vous découvrir sur ce forum.


Affichage des publications 1 de 1

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 messages Juin 2018
Maintenant

New Report

Close