La politique et les HP



  • La politique et les HP

     tralalaa mis Ă  jour il y a 1 annĂ©e, 2 mois 6 Membres · 18 Articles
  • jabberwocky

    Member
    17 août 2018 at 12 h 16 min

    Plus le temps passe, plus je réfléchis à la question, et plus je crois que les hauts potentiels ne peuvent véritablement se projeter dans une famille politique.

    Certes nous sommes tous plus ou moins marquĂ©s par notre environnement culturel et social, mais le manichĂ©isme ou l’horizontalitĂ© du jeu politique me semble assez peu compatible avec notre propension Ă  sur analyser et Ă  douter.
    L’engagement politique va bien souvent de pair avec la croyance en une mythologie ou Ă  un rĂ©cit collectif. A droite comme Ă  gauche (surtout Ă  gauche, me semble-t-il), il existe tout un tas de lieux communs ou de figures Ă©rigĂ©es en monuments.

    J’ai par exemple, toujours Ă©tĂ© interloquĂ© par le culte de NapolĂ©on (Ă  droite) ou celui de François Mitterrand (Ă  gauche). Pourtant, Ă  y regarder de plus prĂšs, ces deux personnages prĂ©sentent beaucoup d’aspects problĂ©matiques dans leur biographie.
    D’aucuns s’accordera Ă  rappeler que c’est le lot de toute personne, mais si je choisis ces deux figures c’est Ă  cause de la gravitĂ© et la rĂ©pĂ©tition de leurs compromissions.

    A mes yeux, il n’y a guĂšre de diffĂ©rence entre l’idolĂątrie des saints et celle des rĂ©fĂ©rences que je viens de citer. Il n’y a pas moins de bĂȘtise dans le politique que dans le religieux


    DĂšs lors comment ĂȘtre dupe des clivages ?

    Sans vouloir tomber dans un scepticisme forcenĂ©, j’ai du mal Ă  concevoir que la « vĂ©ritĂ© » puisse ĂȘtre la propriĂ©tĂ© d’une idĂ©ologie. J’ai mĂȘme tendance Ă  considĂ©rer qu’une pensĂ©e politique peut ĂȘtre valide dans un environnement (temporel, gĂ©ographique, culturel, etc.) et Ă  l’inverse, s’avĂ©rer inappropriĂ©e dans un autre.

    N’est-ce pas du simple bon sens ?

    DÚs lors comment des hauts potentiels peuvent-ils afficher une appartenance politique sur leur page de présentation ?
    Je me le demande franchement

    A moins, bien sĂ»r, que les hauts potentiels en question n’en ont que l’étiquette


    Quelle est votre opinion Ă  ce sujet ?

  • Anonymous

    Member
    31 août 2018 at 1 h 01 min

    J’y vois plusieurs chose, dĂ©jĂ  relever une distinction Ă  poser en prĂ©ambule entre sensibilitĂ© politique et engagement militant. Autant je peux comprendre que l’ineptie du jeu politique puisse nous laisser froid, que les mots d’ordre puissent nous paraitre d’une crĂ©tinerie de maternelle, que les intrigues de Manip Pervers Narcissique et NĂ©vropathe de haut niveau nous fasse rendre notre 4h d’accord mais la matiĂšre politique, le fait social politique, du tout les jours, que dĂ©fini-t”il ? l’ordre sociale dans lequel nous aspirons vivre, les rĂšgles des rapports humains, le souci de ce qui s’applique Ă  l’Ă©quitĂ©, Ă  la justice, tout ce qui fait sens pour faire civilisation. Dans cette grille lĂ  je ne vois pas, dans ces conditions, comment nous pourrions nous extraire du langage politique, du fait politique, de l’action politique ordinaire et comme nous sommes tournĂ© vers les autres, pĂ©trie de cette altruisme qui nous arrache jusqu’Ă  l’Ăąme pour certains, je ne vois pas comment je pourrais dĂ©fendre l’idĂ©ologie du bourrin moyen de droite ou alors c’est le syndrome du bourreau et il y a des psy pour m’aider.
    AprĂšs oui on peut avoir dĂ©boulĂ© sur le forum Ă  la recherche de son identitĂ© et avoir un peu de mal Ă  capter certains dĂ©calages de fonctionnements qui nous Ă  contrario nous saute aux yeux. Enfin je suppose. Vaste vaste plaine…

  • jabberwocky

    Member
    31 août 2018 at 12 h 48 min

    Ce qui remarquable dans ta rĂ©ponse c’est que tu ne peux pas t’empĂȘcher de cliver l’espace politique en deux. D’un cĂŽtĂ© il y aurait le camp des humanistes Ă©clairĂ©s (de gauche) et de l’autre celui des bourrins (de droite). Je te laisse rĂ©flĂ©chir Ă  la naĂŻvetĂ© et Ă  l’extrĂȘme suffisance qui consiste Ă  croire qu’un groupe d’individus dĂ©tiendrait Ă  lui seul toutes les vertus.

    La plupart des gens sont incapables de penser les idĂ©es “avec” ce qui les diffĂ©rencies. Il leur faut nĂ©cessairement rĂ©tablir les mĂ©canismes primaires de la dualitĂ© et se projeter dans un rĂ©cit collectif Ă  base de principes grandiloquents (“cette altruisme qui nous arrache jusqu’à l’ñme pour certains” [sic]).

    Je considĂšre pour ma part que lĂ  oĂč il y a “place forte”, lĂ  oĂč les idĂ©es se sclĂ©rosent, l’homme de raison se doit d’Ă©mettre une dissonance. Il faudrait donc dans cette logique, un peu plus de gauche dans l’Ă©conomie et un peu plus de droite dans le culturel, deux domaines phagocytĂ©s par les idĂ©es dominantes des uns et des autres.

  • Anonymous

    Member
    1 septembre 2018 at 11 h 02 min

    Salut Jabber, Dis-moi tu m’a l’air bien sĂ»re de ton coup lĂ  ? Mais bon pourquoi pas… Mais j’ai du mal Ă  capter cette notion du “penser les idĂ©es “avec” ce qui les diffĂ©rencies”, les opposes. C’est vrais qu’en politique la rĂšgle est au clivage, deux reprĂ©sentations du monde qui se font face et je n’ai jamais rĂ©ussi Ă  les unifier en une doctrine unique malgrĂ© la joie immense que cela m’aurait procurĂ© de sortir enfin de cette dualitĂ© irrĂ©conciliable. Comme la gauche et la droite, le haut et le bas, le jour et la nuit… De lĂ  Ă  dire que la gauche n’existe que parce que la droite existe et inversement, ok ça me va si c’est ce que tu nommes “penser les idĂ©es avec”. Sinon je ne te connais pas assez (en fait pas du tout) pour comprends ce que dit vraiment ta rĂ©ponse. Je ne capte pas oĂč est le conciliable dans un systĂšme qui a Ă©tĂ© conçu pour justement discriminer des valeurs de sociĂ©tĂ© portĂ©es par le nombre. AprĂšs que l’homme de raison y voit la nĂ©cessitĂ© d’y apporter une dissonance, ok c’est d’une certaine façon son job. Mais dire qu’en mettant un peu de droite Ă  gauche et un peu de gauche Ă  droite on Ă©clairera le monde, lĂ  je pense que l’on s’Ă©loigne naĂŻvement de la raison.
    Bon Ă  voir, de toute façon la politique est le sujet par excellence oĂč l’on s’affronte volontiers au 1er degrĂ©. Nous verrons bien au file de ce post ce que nous pourrons apprendre et comprendre. Enfin moi je parts la-dessus.

  • jabberwocky

    Member
    2 septembre 2018 at 0 h 10 min

    Hello,

    Je veux dire plusieurs choses. D’abord que le dĂ©bat d’idĂ©es plutĂŽt que la confrontation peut dĂ©boucher Ă  des directions intĂ©ressantes ; encore faut-il considĂ©rer son interlocuteur autrement que comme un « bourrin ».

    MĂȘme chez le plus snob des Ă©lecteur de gauche, mĂȘme chez le plus cynique Ă©lecteur de droite, mĂȘme chez le plus dĂ©magogue Ă©lecteur Ă©cologique, mĂȘme chez le plus bornĂ© des Ă©lecteurs de l’extrĂȘme gauche et mĂȘme dans le populisme de l’extrĂȘme droite, il y a des choses Ă  prendre ou Ă  considĂ©rer.

    Ensuite, je ne crois pas qu’un seul parti ou qu’une seule famille politique dĂ©tient Ă  elle-seule toutes les vĂ©ritĂ©s. Je peux donc penser Ă  droite sur certains sujets et Ă  gauche dans d’autres.

    « Penser avec » cela veut dire se donner la possibilitĂ© d’avoir raison avec ceux qui a priori, n’ont pas Ă  la base la mĂȘme sensibilitĂ© politique que nous. Car mĂȘme si l’on se dĂ©fend d’avoir un avis tranchĂ© ou une appartenance quelconque, nous sommes tous issus d’une culture politique qui varie notamment selon nos origines sociaux-culturelles.

    On peut se dire que cette dĂ©marche conduit logiquement vers le centre mou or, ce n’est pas nĂ©cessairement vrai. En ce qui me concerne, c’est mĂȘme l’exact opposĂ© – serais-je tentĂ© de dire – dans la mesure oĂč le centre me parait-ĂȘtre la somme du pire des deux grandes familles politiques (ceci n’engage que moi).

    Michel Onfray cite trĂšs souvent deux penseurs Ă©tiquetĂ©s Ă  droite (et mĂȘme abusivement Ă  l’extrĂȘme droite). Il s’agit de Samuel Huntington et d’Oswald Spengler. Le premier est connu pour sa thĂ©orie sur le choc des civilisations et le second pour son essai sur le dĂ©clin de l’occident. Les deux partent d’un constat qui me semble (Ă  moi et manifestement, Ă  Onfray) objectif Ă  savoir, la vie et la mort des civilisations. Cette perspective a Ă©tĂ©, et est mĂȘme toujours, considĂ©rĂ©e comme dĂ©cliniste et donc incompatible avec celle de la gauche qui s’accroche dur comme fer Ă  l’idĂ©e d’un progrĂšs toujours triomphant.

    « Penser avec » cela veut dire, Ă  travers cet exemple prĂ©cis, mĂątiner une vision de gauche qui est peut-ĂȘtre erronĂ©e grĂące Ă  point de vue de droite.

    L’inverse est Ă©videment vrai. On peut tout Ă  fait ĂȘtre en total dĂ©saccord avec la pensĂ©e et la vie de Jean-Paul Sartre et admettre que sa proposition d’une psychanalyse existentielle soit digne d’intĂ©rĂȘt. Je cite Sartre par association d’idĂ©e, parce que Michel Onfray a beaucoup dissertĂ© dessus, mais je pourrais Ă©voquer Marc AugĂ©, Christopher Lasch ou Jean-Marc Guillebeau d’autres penseurs de gauche qui me semblent avoir raison sur un certain nombre de sujets.

    Dans quel cas, « Penser avec » veut dire mĂątiner une vision conservatrice obsolĂšte par le biais d’un point de vue de gauche.

    Je pourrais creuser et dire que ce « Penser avec » peut signifier, penser en fonction des circonstances et du contexte et dépasser là-encore notre culture politique.

    J’ai vĂ©cu quelque temps en Irlande. Je n’imagine pas que l’on puisse ĂȘtre de droite dans ce pays compte tenu de la rĂ©alitĂ© historique et du pouvoir hĂ©gĂ©monique de l’église. A l’inverse, ĂȘtre de gauche Ă  Cuba connaissant, lĂ  encore, l’histoire et les abus du pouvoir communiste me parait complĂštement absurde.

  • Anonymous

    Member
    2 septembre 2018 at 4 h 19 min

    Bien dit !

    P’tite prĂ©cise pour vivre sans malentendus “bourrin de droite” comme entitĂ© politique individuelle indĂ©terminĂ©e, non comme une personne rĂ©elle comme toi ou moi.

    Je livre ma prod et je passe la main pour aller sur le forum les mots pour voir si on peut pas se faire un truc drĂŽle ensemble, genre la plus grosse compile de langues du guiness rien que pour dĂ©conner et parce qu’on est nombreux, un dĂ©fi de comme si… ou de langue de…

    Prod,
    Pour moi ce qui est venue c’est que la (rĂ©)partition gauche droite est en elle mĂȘme une construction politique, intellectuelle, arbitraire (j’ai pas dis innocente), c’est donc 3 fois normal qu’une moitiĂ© seulement ne puisse pas recouvrir la diversitĂ© et autres foisonnements sensibles dont nous sommes arrivĂ© Ă©quipĂ© depuis le dĂ©but. Ok, mais quelle place pour nous dans cette construction ?
    Alors je me dis, tant qu’à ĂȘtre coincer dans la matrice, Ă  chercher le diable dans les dĂ©tails ,,, autant mettre tout ça Ă  l’épreuve, s’couer les cocotiers c’est plus rigolo, et la vie est sisi « brĂšve »,,,
    Mais p’ĂȘtre du coup c’est plus de la politique mais de la philo. Bon
    RĂ©sume : Gauche/drooite, Politique/philo, Culture/Ă©conomie, arbitrage intellectuelle, on n’est pas dans la ,,,,, (misĂšr, mouiz, shtou)
    Bonne bourre mes p’tits zĂšbre chĂ©ris que j’aime fort mĂȘme si je vous connaĂźt pas et que peut-ĂȘtre vous allez me-trouver-dingue-mais-tant-pis

  • jabberwocky

    Member
    2 septembre 2018 at 20 h 49 min

    Difficile de la trouver sa place, effectivement. Peut-ĂȘtre que comme le suggĂšre mon psy, il nous faut l’inventer cette fameuse “place” plutĂŽt que d’essayer de s’y conformer.
    Cela me ramĂšne toujours au mĂȘme point Ă  savoir, que pour un haut potentiel assumer sa tournure d’esprit va de paire avec l’acceptation d’une certaine solitude… ou d’un certain inconfort.

  • Anonymous

    Member
    3 septembre 2018 at 1 h 02 min

    Encore une fois bien parlĂ©, c’est finement analysĂ©. Maintenant peut-on dĂ©placer ce point du retour au mĂȘme pour aller au-delĂ  de sa tournure d’esprit et rĂ©pondre aux questions ? Si vous voulez le savoir, faites comme tout le monde, allez hop au boulot…

  • Anonymous

    Member
    3 septembre 2018 at 1 h 06 min

    Expérimentez !

  • astrolabe

    Member
    3 septembre 2018 at 15 h 47 min

    “DĂšs lors comment des hauts potentiels peuvent-ils afficher une appartenance politique sur leur page de prĂ©sentation ?
    Je me le demande franchement

    A moins, bien sĂ»r, que les hauts potentiels en question n’en ont que l’étiquette
”

    DĂ©clarer ne pas appartenir Ă  une tendance politique parce qu’il y a du bon partout, c’est ĂȘtre un centriste qui ne sait pas.
    Qu’on le veuille ou non, on adhĂšre Ă  une idĂ©ologie politique, car n’adhĂ©rer Ă  aucune d’entre elles c’est encore faire de la politique.

  • Anonymous

    Member
    3 septembre 2018 at 18 h 01 min

    En ce qui me concerne, je suis “affiliĂ©e” Ă  l’OPPT (https://comprendre-oppt.blogspot.com/) et comme les autres traĂźnent Ă  profiter de leur nouvelle libertĂ©, je m’intĂ©resse au Conseil National de Transition (https://www.conseilnational.fr/). Tout ce qui est parti ne m’intĂ©resse plus.

  • jabberwocky

    Member
    3 septembre 2018 at 23 h 13 min

    @astrolabe j’ai justement Ă©cris Ă  ce propos, que pour moi le centrisme ce n’est pas le meilleur de toutes les sensibilitĂ©s politique mais au contraire, la pire de toutes les compromissions.
    Le centrisme c’est le libĂ©ralisme tout puissant.

    Qu’on le veuille ou non, nous avons tous une culture politique mais pas nĂ©cessairement une appartenance. Je n’appartiens pas, je n’adhĂšre pas, je ne suis pas attachĂ©.
    Je tĂąche d’ĂȘtre libre.

  • olbius

    Organisateur
    3 septembre 2018 at 23 h 15 min

    La libertĂ©, c’est l’esclavage 😉

    Blague Ă  part, je suis un “libĂ©ral classique” par conviction. Ca ne veut pas dire que je me reconnais Ă  100% dans une case ou un auteur, mais ce serait mentir de dire que je ne me reconnais nulle part.

    Cette idĂ©e selon laquelle le libĂ©ral se trouve “au centre” parce qu’il est mou, indĂ©cis, eau tiĂšde ou je ne sais quoi de ce genre est… trĂšs rĂ©pandue, mais parfaitement erronĂ©e. En fait, c’est une vision basĂ©e sur la foi en une main bien visible. Par extension, “laisser-faire” serait “ĂȘtre faible”. Alors que c’est en rĂ©alitĂ© “choisir de laisser faire”, ce qui demande, mine de rien, de vraies convictions mais aussi un certain courage.

    Quoiqu’il en soit, si l’on pousse le raisonnement “ultravolontariste”, pour reprendre une rhĂ©torique des extrĂȘmes, on voit facilement oĂč cela peut mener. C’est sans doute pour cela qu’il existe en effet de nombreuses similitudes entre l’extrĂȘme gauche et l’extrĂȘme droite.

    Pour ma part, plus que dans la distinction gauche / droite, c’est dans la distinction Ă©tatiste / libĂ©ral que je me retrouve le mieux. Je croise d’ailleurs trĂšs souvent des gens, de gauche comme de droite, qui sont libĂ©raux sans le savoir – et qui vomissent mĂȘme souvent le libĂ©ralisme, faute de savoir ce que cela signifie. De vraies raisons d’espĂ©rer… Ă  long terme, disons 🙂

  • jabberwocky

    Member
    3 septembre 2018 at 23 h 37 min

    Ecoute moi, @esther05
    OĂč veux-tu aller ?

    Esther, c’est important…
    OĂč veux-tu aller ?

    Oui, c’est bien ça…

    “OĂč veux-tu aller ?”
    Ce qu’il se passe chez toi n’est pas un cas isolĂ©.
    Tu m’Ă©coutes ?

    Ce n’est pas un cas isolĂ©, c’est quelque chose qui arrive partout.

    DĂšs lors…
    OĂč veux-tu aller ?
    OĂč veux-tu fuir ?
    OĂč veux-tu te cacher ?
    Nulle part !
    … Parce qu’il n’existe… plus personne…
    Comme TOI !

    C’est ça.
    C’est bien, lĂ , Ă©coute-moi…
    C’est trĂšs bien, ok…

    Maintenant je comprends que tu puisses ĂȘtre effrayĂ©…
    Tu as peur, c’est normal.
    Je comprends, tout est embrouillĂ© en toi…

    Laisse-moi te dire quelque chose…
    Toute cette colĂšre, cette peur, cette confusion…
    vont se dissiper, Esther.

    Tu vas te coucher,
    Te rĂ©veiller ensuite…
    C’est trĂšs simple.
    Au matin suivant, quand tu te rĂ©veilleras, tu te sentiras merveilleusement bien…

  • jabberwocky

    Member
    4 septembre 2018 at 0 h 06 min

    @olbius Bien que je sois aux antipodes de tes convictions, je les comprends. Et mine de rien, tu les défends assez bien.

    Je suppose que tu crois, quelque part, derriĂšre tout cela en la capacitĂ© de chacun de s’autorĂ©guler.

    Je te reprendrais cependant sur un point. Tu dis en substance que l’extrĂȘme gauche et l’extrĂȘme droite se rejoignent sur la question souverainiste.
    Soit…

    Sauf que ce que l’on dĂ©signe systĂ©matiquement comme “extrĂȘme” dans un cas comme dans l’autre, ne l’est pas… ou ne l’est plus. Il y a belle lurette que le parti communiste français a divorcĂ© avec le stalinisme ou que le Front National n’est plus le conglomĂ©rat de groupuscules des annĂ©es 70/80. Quant au parti de Jean-Luc MĂ©lenchon, je ne vois strictement pas de rĂ©sidus extrĂ©mistes.

    L’extrĂȘme gauche, c’est… C’Ă©tait des mouvements rĂ©volutionnaires ou sectaires parfois violents. Les mouvements d’extrĂȘme droite (les vrais) ont choisi la clandestinitĂ©. Ils sont d’ailleurs en train de se reformer et de se coordonner avec des groupuscules russes afin de s’Ă©quiper en arme (je vous conseil de vous informer Ă  ce sujet et de vous en inquiĂ©ter). Plusieurs opĂ©rations de police rĂ©centes ont permis de dĂ©manteler des cellules terroristes de cette tendance…

    Bref… Ce qui me gĂȘne dans cette dĂ©nomination, c’est qu’elle sert d’Ă©pouvantail et qu’elle galvaude la dĂ©finition mĂȘme de l’extrĂ©misme. C’est une façon de brandir les spectres du goulag ou des camps de concentration afin de crĂ©dibiliser des personnalitĂ©s qui ne sont pas Ă  proprement parlĂ© des politiques, mais des gestionnaires.

    Je te rejoins enfin par rapport Ă  la nouvelle donne politique. Nous ne sommes plus dans un clivage gauche/droite, mais bel et bien dans un confrontation verticale oĂč s’opposent Ă©tatisme et libĂ©ralisme.

  • astrolabe

    Member
    4 septembre 2018 at 19 h 35 min

    ” Qu’on le veuille ou non, nous avons tous une culture politique mais pas nĂ©cessairement une appartenance. Je n’appartiens pas, je n’adhĂšre pas, je ne suis pas attachĂ©.
    Je tĂąche d’ĂȘtre libre.”

    Ne pas adhĂ©rer, n’est-ce pas encore un geste politique? La neutralitĂ© est politique pour moi.

  • jabberwocky

    Member
    4 septembre 2018 at 19 h 57 min

    Je ne dis pas le contraire @astrolabe, mĂȘme si je ne suis pas trop d’accord avec l’idĂ©e de “neutralitĂ©” me concernant…

  • tralalaa

    Member
    5 décembre 2018 at 19 h 16 min

    Il y a pas mal de chose d’intĂ©ressantes dans les rĂ©ponses, mais je vais rĂ©pondre au message initial:

    A l’instar des Saints, les hommes qui peuvent nous inspirer, mĂȘme idolĂątrĂ©s, restent des hommes.
    Un mec sympa disait que les penseurs sont comme des fruits, il y a toujours un pĂ©pin quelque part, faut juste prendre ce qu’on veut pour en faire sa cuisine.

    Et selon moi, le clivage est nécessaire, rien que pour les gens qui pensent avoir raison.
    Au mĂȘme titre que l’hĂ©sitation peut avoir du bon, crĂ©er du doute permet de perfectionner, je pense qu’on est assez bien placĂ© pour cautionner ça.

    La question de la “vĂ©ritĂ©” est relative, tout autant que celle du bon sens, hĂ©las.. Ça serait bien trop facile sinon.

    Est ce que tu connais quelqu’un qui travaille au gouvernement ou Ă  la mairie en tant qu’Ă©lu ?
    Si tu connais quelqu’un qui est ou Ă©tait au gouvernement, tu dois savoir qu’outre le passĂ© ou les idĂ©aux qui font des parties ce qu’ils sont aujourd’hui, ils sont nĂ©cessaires au bon fonctionnement de la rĂ©publique telle qu’elle est pensĂ©e.
    Et que toutes ces personnes sont dans un Ă©tat d’esprit oĂč ils font du bien aux gens, oĂč ils cherchent Ă  ĂȘtre en lien avec leurs besoins d’aujourd’hui et de demain et c’est une question passionnante parce qu’elle englobe vraiment tout.

    Je crois personnellement en la dĂ©mocratie, mais pas en la Veme RĂ©publique. Je pense qu’elle porte en elle les stigmates d’un passĂ© dĂ©jĂ  rĂ©volue.
    Et que si nous avions une démocratie plus participative et plus ouverte la question ne se poserait pas.
    Non, je ne fais pas de politique mais je salue l’effort de ceux qui ont choisi cette voie et de ceux qui s’y investissent, donc Ă  terme la politique et les “HP”? Why not?
    Rien n’exclu le fait qu’il y en ait dĂ©jĂ  eu et qu’il y en ait Ă  l’heure actuelle.

    Ah et je pense que le libĂ©ralisme c’est bien mais si il est confrontĂ© au capitalisme Ă©conomique mondial, c’est un peu “toi et ta chance”… AprĂšs encore une fois ça n’engage que moi.

    VoilĂ , aprĂšs il y a plein de chose Ă  dĂ©velopper mais globalement c’est mon avis, bien loin de croire qu’il puisse faire l’unanimitĂ© ou qu’il soit infaillible.

    Mais sinon, j’aime bien ce qui est dit dans les rĂ©ponses, c’est enrichissant comme point de vue et c’est agrĂ©able de voir des gens qui savent avoir un avis modĂ©rĂ© et rĂ©flĂ©chi en mĂȘme temps.


Viewing 1 - 18 of 18 posts

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 articles Juin 2018
Maintenant

New Report

Close