La haine mène à la souffrance… Mais “trop” aimer aussi.

  • La haine mène à la souffrance… Mais “trop” aimer aussi.

    Posted by neba on 15 août 2021 à 12 h 50 min

    Je préfère ouvrir un sujet plutôt que digresser de trop sur celui du Féminisme 😉

     

    La haine mène à la souffrance… Mais “trop” aimer aussi.

    @kitsunebi

    Ce n’est pas “trop” aimer qui pose problème et je suis bien placé pour en parler je pense. ^^

     

    Ce qui mène à la souffrance c’est la peur, la dépendance et l’égoïsme :

    – Peur de perdre ce que l’on aime qui rend la vie plus belle à nos yeux.

    – Peur en pensant que notre bien-être dépend de la présence de l’autre.

    – Peur de perdre un confort qui dépend de l’autre.

    – Peur de perdre l’amour que l’autre me donne ne sachant pas m’aimer moi-même.

    La liste est longue mais c’est déjà pas mal de travailler ces points. 😉

     

    Le problème n’est pas d’aimer “trop”, c’est d’aimer ce qui nous aime pas “trop” qui finira par partir.

    Le problème c’est d’aimer “trop” et pas s’aimer soi-même “trop” afin d’établir un équilibre stable dans le respect mutuel.

     

    Aimer “trop”, c’est accepter que l’autre est un être libre de choisir sa direction.

    Aimer “trop”, c’est voir un être complet et vouloir contribuer à son bonheur sans chercher à le changer.

    Aimer “trop” c’est respecter les limites de l’autre qui lui permettent d’apprécier les instants que nous partageons.

    Aimer “trop” c’est partager notre joie d’être et rayonner ensemble de ce que nous sommes.

    Aimer “trop”, c’est vouloir se lier à l’autre pour affronter les difficultés de la vie et grandir ensemble.

     

    On peut être égoïste dans la dépendance et vouloir aimer non pas “trop” mais “égoïstement”.

    Aimer “trop” alors qu’on aime “égoïstement” n’est pas une réalité mais une interprétation pour se donner bonne conscience.

     

    Plus facile de se dire :

     

    “Je l’aimais trop alors je l’ai tué pour ne pas qu’elle parte”

     

    Plutôt que :

     

    “Je me sens incapable de vivre sans elle et dans mon égoïsme, j’ai préféré la tuer que la laisser vivre sa vie loin de moi et me voir souffrir de son choix dans son libre arbitre”

     

    Ce qui change c’est la responsabilité émotionnelle, la dépendance et l’égoïsme…

     

    Aimer “trop”, c’est le respect de l’autre dans son corps et son esprit.

     

    Plus nous faisons face à nos responsabilités et nos peurs et les surmontons plus nous nous offrons une vision claire et une vie épanouissante ou nous ne sommes pas ensemble par dépendance mais par amour mutuel.

     

    Quelqu’un croit encore ici que l’amour, c’est tuer, blesser ou ne pas respecter ce que l’on aime ?

     

    Je ne vois aucun amour dans ces choix… Plutôt de la souffrance, de l’irresponsabilité émotionnelle, de l’égoïsme et de la dépendance…

     

    Pour savoir aimer, il faut s’aimer soi-même et reconnaitre que nos besoins sont légitime autant que ceux de l’autre.

    Aimer n’a jamais obligé l’autre à nous aimer en retour.

    Aimer quelqu’un qui ne nous aime pas c’est attendre l’arrivée d’un train à l’aéroport…

    lutindesbois2 a répondu il y a 1 année, 1 mois 9 Membres · 117 Réponses
  • 117 Réponses
  • 626bb25d54601 bpthumb

    le_bacteriophage

    Membre
    15 août 2021 à 16 h 04 min

    Bonjour @neba

    Globalement j’adhère à tout ce que tu dis là mais j’ai quand même une petite remarque au sujet de la dépendance.

    Aimer n’est-il pas aussi d’accepter d’être dépendant de l’autre ? Être “trop” dépendant de l’autre c’est ne pas savoir s’aimer soit même, certes mais je suis surpris que cette notion de dépendance apparaisse tellement dans ton poste alors qu’à mon sens fait clairement partie de ce qu’il faut pouvoir accepter pour vivre une relation pleine et saine.

  • 630a469775241 bpthumb

    neba

    Membre
    15 août 2021 à 16 h 59 min

    Bonjour @Glen

    La dépendance n’est pas obligatoire. La volonté de s’aimer mutuellement et d’être présent l’un pour l’autre oui.

    C’est une question d’état d’esprit. Les raisons de nos choix.

    Aimer est plus fort que d’être aimé. 😉

  • 626bb25d54601 bpthumb

    le_bacteriophage

    Membre
    15 août 2021 à 17 h 30 min

    Encore une fois, sur le principe je n’ai rien à dire mais j’ai du mal à comprendre ce qu’est l’amour sans dépendance. À partir du moment où l’on souhaite passer sa vie avec une personne précise et que ça se produit, c’est une question de dépendance et son acceptation est une des conditions pour que ça se passe bien.

    Je ne vois pas du tout l’amour, le couple en l’absence de dépendance.

  • 630a469775241 bpthumb

    neba

    Membre
    15 août 2021 à 17 h 50 min

    Je comprends @glen

    La souffrance liée à la dépendance est un problème d’acceptation de ce qui est.

    Tu peux me donner une situation précise ou tu souffres de la dépendance ? 😉

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Usager supprimé

    Membre
    15 août 2021 à 18 h 02 min

    @NEBA :

    Je ne sais pas trop quoi répondre à cela.

    J’essaye toujours de combattre ma peur quand elle me signale un danger immédiat (réel, supposé ou possible), pour y réagir au mieux.

    Mais lorsqu’il s’agit de la perspective d’un danger, ma première réaction est d’écarter ce danger, ce qui me paraît être une réaction plutôt logique.

    “Aimer quelqu’un qui ne nous aime pas c’est attendre l’arrivée d’un train à l’aéroport…”
    Alors il vaut mieux ne pas aller à l’aéroport, tu ne crois pas ?

  • 626bb25d54601 bpthumb

    le_bacteriophage

    Membre
    15 août 2021 à 18 h 03 min

    Oh c’était une remarque générale mais j’ai des exemples effectivement chez moi qui sont principalement dus au fait que je n’apprécie pas le temps que je passe avec moi-même. J’ai encore tout à apprendre là-dessus comme je n’ai jamais vécu seul avant que la mère de ma fille parte. Ça viendra 🙂

  • 630a469775241 bpthumb

    neba

    Membre
    15 août 2021 à 18 h 35 min

    @kitsunebi

    Je ne sais pas trop quoi répondre à cela.

    J’essaye toujours de combattre ma peur quand elle me signale un danger immédiat (réel, supposé ou possible), pour y réagir au mieux.

    Ta peur se base sur des faits ou des interprétations ? Tu écoutes ta peur dans les deux cas ?

    Mais lorsqu’il s’agit de la perspective d’un danger, ma première réaction est d’écarter ce danger, ce qui me paraît être une réaction plutôt logique.

    Oui si le danger est réel.

    “Aimer n’a jamais obligé l’autre à nous aimer en retour.”
    Donc, cela veut dire qu’on peut rester en couple avec quelqu’un dont on n’est pas amoureux.

    La question à se poser c’est pourquoi rester si nous ne sommes pas amoureux ?

    Sommes-nous heureux et épanouie ? Si oui pourquoi voudrions-nous changer de situation ?

    L’autre est-il malheureux ?

    “Aimer quelqu’un qui ne nous aime pas c’est attendre l’arrivée d’un train à l’aéroport…”
    Alors il faut mieux ne pas aller à l’aéroport, tu ne crois pas ?

    Oui c’est une façon de dire qu’il ne sert à rien d’aimer quelqu’un qui n’a pas d’attirance pour nous, de feeling, etc… Si il n’y a pas de désir, d’attirance, il n’y a aucune raison d’attendre l’amour. Ne crois-tu pas qu’il y a des raisons de patienter dans le cas inverse ? Parfois on est à la gare à attendre le train et il faut juste le laisser arriver à nous. 😉

    Dans tous les cas, ne pas aimer quelqu’un ne doit pas amener à ne pas le respecter, lui faire mal et le blesser…

    Je suis complétement d’accord. ^^

  • 630a469775241 bpthumb

    neba

    Membre
    15 août 2021 à 18 h 37 min

    @glen

    je n’apprécie pas le temps que je passe avec moi-même

    Je crois que tu as déjà un bon début de réponse dans ce que tu exprimes. 😉

    Je ne savais apprécier la solitude et je me gavais de films et séries pour ne pas m’entendre penser.

    Après un bon nettoyage, j’apprécie aujourd’hui le temps que je passe avec moi-même dans mon silence interieur. 😉

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Usager supprimé

    Membre
    15 août 2021 à 22 h 11 min

    @NEBA :

    Ma peur se base sur des faits et la connaissance que j’ai de moi-même.

    Je n’ai pas forcément les réponses à ces questions.

    Je pense qu’on ne choisit pas de qui on tombe amoureux. Et que lorsqu’on s’en aperçoit qu’on l’est, c’est trop tard. Même si on préfère parfois rester dans le déni et s’enfuir.

    Et je pense aussi que des fois, on peut tomber amoureux bien plus tard de quelqu’un qui nous a aimé ou se rendre compte de de qu’on ressent, sauf que ce quelqu’un n’est plus sur la quai de la gare à nous attendre…

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Usager supprimé

    Membre
    16 août 2021 à 7 h 38 min

    @NEBA : en fait, il est clair que je devrais arrêter de trop anticiper et vivre plus dans l’instant présent, comme on le dit.

    C’est sûr qu’à force d’avoir trop peur, on ne vit plus.
    C’est un équilibre à (re)trouver, et c’est pour cela qu’il faut accepter de voir ses traumatismes en face et de les affronter.

Page 1 of 12