Croyances et éveil spirituel

  • Croyances et éveil spirituel

    Publié par sarah2186 le 7 novembre 2020 à 19 h 29 min

    Bonjour à tous, quelles sont vos croyances, comment voyez vous la spiritualité et quelles sont les pensées qui vous ont amenées à ces conclusions dans ce domaine. Cela m’intéresse beaucoup de me confronter à d’autres points de vue que le mien dans le but de m’amener à réfléchir sur mes propres croyances, et ainsi de potentiellement les remettre en question. Est-ce que certains d’entre vous vivent ce que l’on appel un “éveil de la conscience”, si oui, que ressentez vous et quelles sont vos croyances aujourd’hui ? Merci

    auroredenuit a répondu il y a 3 années, 4 mois 7 Membres · 8 Réponses
  • 8 Réponses
  • hermesvole

    Membre
    8 novembre 2020 à 7 h 27 min

    Je pense qu’il y a deux niveaux de réflexion possible: l’un a attrait aux élucubrations métaphysiques tandis que l’autre est une réflexion pure et simple sur les valeurs et les règles d’une société.

    Pour moi, l’un implique forcément l’autre car peu importe ce que l’on pense comme réel l’important est ce qui en découle dans nos possibilité d’action au sein de ce réel, notre manière d’interagir avec lui.

    Exemple, beaucoup croit en un Dieu unique pourtant ce qui fait question n’est pas tant son existence en tant que tel mais bien l’ensemble de règles et de mœurs qui en découle. Comme dirait Einstein, “Dîtes-moi ce qu’est Dieu pour vous et de vous dirait si j’y crois ou non”.

    Dit autrement je pense que l’important c’est avant tout les idées et les valeurs qui découlent et que l’on tire d’une croyance que la croyance en elle-même.

  • Membre Inconnu

    Membre
    8 novembre 2020 à 7 h 50 min

    Hello à vous,

    merci pour vos réflexions sur le sujet.

    Je pense perso ( mais c’est vraiment perso quoi ) que si l’on parle ou qu’on s’interroge sur ce qu’est une croyance ou pas, il faut déjà définir le truc.

    Le croyant c’est qui ? Le mec qui croit à quelque chose sans preuve donc ?

    Si c’est ça, j’ai une réflexion à vous proposer :

    Alors, je pense qu’on parle de la croyance de la vie après la mort non ?

    Si c’est ça, je pense qu’il y a une énorme méprise sur le terme de “croyant”.

    Car qui est “croyant” ? Tout autant celui qui croit en la vie après la mort que celui qui n’y crois pas. Car “ne pas croire” en la vie après la mort est une croyance, tout autant que l’inverse.

    A ce sujet, le non croyant en une vie après la mort est plus croyant que le croyant.

    Je sais ça parait ouf, mais je vous explique : le non croyant, qui se dit que la mort est la fin, il croit que la mort est la fin, mais il n’a rien de tangible à ce propos.

    Alors que celui qui croit que la mort n’est pas la fin, il a au moins les NDE, ou les EMI.

    Donc il a déjà plus de matière que le non croyant, qui lui n’a aucune matière à ce propos.

    Et les NDE ou les EMI, c’est pas de la merde non plus, donc le non croyant est plus “croyant” ( en la non vie après la mort donc ) que celui qui croit à une vie après la mort. Car il croit qu’il n’y a rien après la vie, alors que le croyant en une vie après la mort a déjà bien plus de matière sous le coude niveau vie après la vie.

    Ca va là, on me suis ou on est paumés ? Désolé, je veux pas faire de provoc.

    En gros, les “croyants” d’une vie après la vie ont les Nde et les Emi, ce qui est déjà quelque chose. Et les “croyants” d’une non vie après la vie n’ont quedal.

    Donc qui est vraiment croyant dans tout ça ?

    Bise sincère à vous

  • chronos

    Membre
    14 janvier 2021 à 14 h 01 min

    Non c’est relativement simple. Toute conviction qui relève d’une circonstance absente d’une ou de plusieurs preuves irréfutables est une croyance. Que l’on croit en la vie après la mort ou non est une croyance. Je trouve intéressant de se dépouiller de ses croyances pour appréhender notre nature intime loin de toute forme de croyance dans la mesure où cela est possible. Que suis je ou qui suis je dévêtu de toute croyance ?

  • Membre Inconnu

    Membre
    16 janvier 2021 à 9 h 12 min

    @chronos (Chronos=dieu du Temps)

    Je trouve intéressant de se dépouiller de ses croyances

    Oui, c’est ouvrir son esprit à de nouvelles possibilités, mais lentement, à son rythme, et c’est une démarche personnelle que personne n’a le droit de nous imposer.

  • maxime

    Membre
    16 janvier 2021 à 12 h 29 min

    Bonjour a toutes et à tous.

    La croyance est un cheminement intérieur, dans les frontières vont bien au-delà de la raison pure.

    La croyance a les forces d’être protéïformes, et de toucher un domaine bien plus puissant (intérieurement), que le seul domaine du savoir. Elle fait parti de nous, et deviens presque une expression individuelle, contrairement à un savoir, qui n’est, au fond, qu’un ensemble d’informations, qui, corrélées ensembles font sens.

    J’ai l’intuition (que je vous invite à critiquer), qu’une croyance se fait, après une révélation: on découvre intérieurement, une chose, qu’on n’avait pas réussi à théoriser auparavant. Mais elle est sensible, sans aucuns doutes.

    Aussi, je voudrais noter le fait qu’un débat d’opinion semble diamétralement opposé à un débat de connaissances. Leurs limites sont justement définies par deux sources ambivalentes, qui ne peuvent vraiment se rejoindre. Un débat d’opinion va chercher une confrontation, le premier parti apportant ses opinions au deuxième et inversement. N’étant pas vraiment fondés sur des preuves tangibles, aucun des deux partie n’est en mesure d’imposer quelque vision que ce soit. Elles ne restent que des opinions personnelles.

    Mais (parce-qu’il y a toujours un “mais”) je crois (là il s’agit d’une opinion “-D)qu’ une opinion peut très bien en enrichir une autre, pour peu que les deux partis du débat, acceptent de respecter l’un l’autre.

    L’éveil:

    Fût une époque ou j’ai cherché quelque chose transcendant la raison pure. De part mon éducation, j’étais anticlérical (encore une opinion), et vertement opposé à toute forme de dogme possible (assez proche du marxisme, d’ailleurs).

    Et j’ai découvert le bouddhisme, puis l’astrophysique.

    De par l’histoire du prince Gautama Siddharta, puis par la lecture de quelques livres sur le bouddhisme, j’ai découvert un dogme, dont la dynamique m’avait plu: la recherche du non être.(j’ai cru comprendre que la recherche du moine bouddhiste, était de s’affranchir de tous désirs contraignants, et chercher le salut de soi, par l’abandon lié à la méditation, afin d’espérer devenir un être de pur esprit). Cette vision des choses m’a ouvert à certaines expériences d’abandon et de relaxation, liées à des exercices de respiration.

    L’astrophysique: En lisant les livres de Stephen Hawking, de Hubert Reeves (entre autres) j’ai synthétisé une certaine vision (une croyance, donc), que l’immensité de l’espace, et l’aspect cyclique des phénomènes, étaient perceptibles, à toutes les échelles (échelle micrométrique et macrométrique). Non seulement semblables mais se répétant à l’infini, comme dans un système de fractales. De cette vision, ma croyance a donc été que puisque je suis un élément négligeable de tout ce système, mon existence en elle même est futile et trop limitée, pour la laisser me faire souffrir.

    Ce qu’il fallait corriger, ce n’était donc pas ma vie, mais bel et bien mon rapport au réel. Ma croyance a évolué pour être la suivante: si l’existence te fait mal, regarde la autrement, et impose toi de ne pas faire de mal aux autres, à défaut de t’éviter de te faire souffrir toi-même.

    Voilà.

    Bien entendu, j’imagine que ce site regorge de personnes ouvertes, qui feront peut-être en sorte de ne pas juger (encore un jugement?) trop durement, ce que je viens d’écrire. Je vous invite à dire ce que vous pensez, ou avez vécu, en lien avec vos croyances.

    Cordialement,

    M.

  • chronos

    Membre
    17 janvier 2021 à 12 h 22 min

    Bonjour,

    Je ne souhaite pas débattre et encore moins convaincre. Simplement, exprimez l’écho de votre texte. Ce que vous nommez croyance me semble correspondre à la spiritualité à ne pas confondre avec la religion. La croyance est le processus mental expérimenté par une personne qui adhère à une thèse ou une hypothèse, de façon qu’elle les considère comme vérité, indépendamment des faits, ou de l’absence de faits, confirmant ou infirmant cette thèse ou cette hypothèse. Ainsi, les croyances sont souvent des certitudes sans preuve (définition Wikipédia).

    La religion est à mon sens une relation transversale qui assure une certaine forme de cohésion sociale en reliant les humains avec l’instauration de règles, de préceptes, de dogmes, qui utilise parfois le savoir comme instrument politique de pouvoir en imposant une hiérarchie de domination. La spiritualité est une quête solitaire pour visiter ce lien qui nous uni vers l’absolu. Ce lien qui donne du sens à la vie. Elle nous entraîne à passer de l’ignorance à la connaissance et de la peur vers l’amour pour nous permettre d’accueillir, de recevoir avec le cœur. De découvrir la sérénité de l’instant présent. Le havre de paix et de joie qui demeure en nous.

    Quant à l’éveil selon Alexander kimpe « c’est la disparition d’un état de séparation qui n’a jamais vraiment existé »

    Je vous propose un témoignage :

    “Bonjour, je découvre les merveilles de la joie, l’amour, la paix intérieure, le rire, le bonheur de l’éveil depuis quelques semaines et je désire partager cette expérience absolument prodigieuse avec chacun d’entre vous.

    C’est avec joie que je partagerai avec chacun d’entre vous, mais je n’ai pas les réponses pour chacun. Je sais que les réponses sont en chacun de nous et qu’il n’y a pas un chemin, mais de multiples chemins pour découvrir cette voie tout comme nous sommes tous multiples et différents.

    Tout ce que je vis ressent passe par le cœur, l’émotion, l’âme, le sentiment d’unité, d’être enfin soi après autant de temps d’errance et de souffrance. L’intellect est totalement absent de cette aventure la joie, les larmes, le rire, la compassion, le calme, la paix intérieure se succède en permanence dans le moment présent, il n’y a qu’ici et maintenant.

    C’est la noblesse exaltée du sentiment que je perçois. La magnificence et la beauté de la nature qui se renouvellent à chaque instant et dont la beauté m’envahit en permanence dans le moment présent. Les larmes glissent et la joie me submerge devant tant de merveilles. Pendant mes longues promenades en compagnie de mon fidèle compagnon je ressens avec une intensité jamais égalée l’énergie dans mes jambes, dans mon corps qui me relie à la terre, à l’univers. C’est comme une symphonie qui se renouvelle en permanence, le plaisir de respirer est si profond que j’ai parfois le sentiment que je vais défaillir. Voilà plus de deux mois que cet éveil prend vie en moi et chaque l’intensité des perceptions s’accroît. Vous aussi vous dormez entre deux et quatre heures par nuit. Vous ne ressentez plus l’ennui, mais une profonde joie de vivre, une aptitude à la contemplation sans pareille.

    Être tout, n’être qu’un ici et maintenant quelle joie, quel bonheur. Ressentir ce flot d’amour qui vous submerge et vous transcende en même temps c’est une véritable réalisation.

    Vous êtes nombreux à découvrir votre vrai moi, la vraie vie, la joie, la paix, l’amour, le sentiment d’être tout et rien à la fois. L’acuité de tous vos sens qui s’accroît chaque jour qui passe, l’ancrage permanent dans le présent ici et maintenant. Les mots, leurs réponses qui viennent naturellement sans réfléchir, le son de votre voix qui change dans des tonalités plus graves. Le goût des aliments qui devient un festin permanent, les nuits de sommeil qui se limite entre deux et quatre heures maximum avec un regain d’énergie sans précédent. Un calme si intense en vous que vous êtes capable de détendre quelqu’un au téléphone de façon si profonde qu’il peut presque s’endormir. Je suis littéralement ivre de joie, je ressens l’énergie de mon corps en harmonie avec l’univers dans un élan de vie sans précédent.

    Être enfin soi, découvrir la pleine conscience avoir l’esprit vide de toute pensée aussi calme et tranquille qu’un lac de montagne. Avoir des envies, mais ne plus ressentir le moindre manque, la moindre peur. Vivre dans la joie et l’extase permanente c’est tout simplement prodigieux.

    En ce qui me concerne, c’est beaucoup plus puissant qu’une simple douce joie d’être omniprésente. Je ressens un tel détachement que j’ai le sentiment que rien ne peut véritablement m’affecter pour le moment.”

    Pour ceux que le sujet intéresse, voici le lien d’un site

    https://eveilimpersonnel.blogspot.com/

    Quand l’esprit reste au repos, il y a tranquillité.
    Quand une pensée surgit, il y a mouvement.
    Et
    cela qui perçoit la tranquillité
    et qui reconnaît les mouvements,
    c’est la conscience éveillée.

    Dudjom Rimpoché

    Qui peut être conscient d’être conscient si ce n’est la conscience elle-même ? Existe-t-il une autre entité ?
    La conscience est là, elle est toujours consciente d’elle-même, le seul ennui est que cette conscience se soit identifiée au corps !

    Nisargadatta Maharaj

    Je vous invite à méditer sur cette pensée que j’apprécie profondément de Nisargadatta Maharaj

    « Quand je vois que je ne suis rien, c’est la sagesse. Quand je vois que je suis tout, c’est l’amour. Entre les deux ma vie s’écoule. »

    Bonne et douce journée à chacun.

  • Membre Inconnu

    Membre
    18 janvier 2021 à 18 h 46 min

    @chronos

    La croyance est le processus mental expérimenté par une personne qui adhère à une thèse ou une hypothèse, de façon qu’elle les considère comme vérité, indépendamment des faits,
    ou de l’absence de faits, confirmant ou infirmant cette thèse ou cette
    hypothèse. Ainsi, les croyances sont souvent des certitudes sans preuve

    salut

    adhérer à une hypothèse, je le vois plus comme un pari que considérer que c’est la vérité.
    Exemple concert: je prends ma voiture, je suppose qu’elle marche bien, qu’elle ne va pas s’arrêter d’un coup sur l’autoroute et que je ne vais pas me faire emboutir par le 35 tonnes qui me suis!

    Autre exemple, pour ma voiture, j’admets que les lois de la mécanique newtonienne vont être valables, et je raisonne selon ces lois, tout en sachant pertinemment que cette théorie est fausse puisqu’elle donne une trajectoire incorrecte à Mercure

  • auroredenuit

    Membre
    26 mars 2021 à 13 h 11 min

    Salut salut

    Il M’a fait plaisir ton texte. Je m’apprêtais à écrire quelque chose de similaire dans l’intention alors pour ainsi dire, tu m’ôtes les mots de la bouche.

    Amicalement

    AUrORE Denuit

Connectez-vous pour répondre.