How I met this morceau, ou : les madeleines musicales

  • How I met this morceau, ou : les madeleines musicales

    Publié par Membre Inconnu le 11 décembre 2020 à 17 h 35 min

    Vous ne pouvez plus écouter Céline Dion sans repenser à la douce main de Cécile, qui serrait la vôtre lors du générique de Titanic, dans la salle de ciné encore sombre ?

    Le nom de Prokofiev vous rappelle invariablement le vieux lecteur de cassette de votre enfance, grâce à “Pierre et le loup” ?

    Émotionnel ou pas, anodin ou non, voici un thread pour raconter, chacun à sa manière, comment vous avez connu tel morceau, et pourquoi il vous a marqué.

    Sur une idée déjà largement développée, en particulier par une certaine radio qui diffuse du classique – rendons à César ce qui lui appartient -.

    Membre Inconnu a répondu il y a 3 années, 5 mois 2 Membres · 3 Réponses
  • 3 Réponses
  • Membre Inconnu

    Membre
    11 décembre 2020 à 20 h 45 min

    @andre mes références risquent d’être triste. En voici une qui m’a beaucoup marquée, l’album d’Emilie Jolie que j’écoutais en boucle dont cette chanson. J’étais si jeune et déjà tellement …

    https://youtu.be/uxQFE1QLoQk

  • Membre Inconnu

    Membre
    11 décembre 2020 à 21 h 26 min

    @sylvie7 j’avais pas pensé à ça, “madeleines musicales, venez déprimer ensemble” 😪

    Bref… Merci pour ton partage.

    Je raconte un souvenir un peu différent. Je n’étais plus un enfant, donc peut-être moins de charge émotionnelle.

    D’abord le morceau :

    https://www.youtube.com/watch?v=o7AGoPObYYU

    A l’époque (2007 ?), je n’y connais rien en musique classique.

    J’ai un rdv galant (un resto) avec une jeune femme qui me propose d’aller au concert ensuite, elle avait des places (directement par le chef qu’elle connaissait).

    N’étant pas spécialement aficionado je me dis qu’au pire cela fait une découverte. Grand bien m’en a pris.

    Les places sont royales bien sûr, hauteur idéale dans l’auditorium et en droite ligne de l’orchestre.

    Je suis d’abord sensible à l’acoustique du lieu, claire comme de l’eau de roche. La moindre utilisation du triangle s’entend parfaitement même au milieu des autres instruments.

    L’orchestre a aussi un plaisir immense à jouer ce soir là, l’énergie du chef n’y est pas pour rien, il fait littéralement un bond gigantesque lors des notes finales pour bien marquer le coup.

    Le public explose en applaudissements, et moi je découvre que la musique classique peut être joyeuse et enthousiasmante…

    Évidemment, l’aspect un peu jazzy de “Un américain à Paris” n’y est pas pour rien, c’est plus accessible que les chants grégoriens.

    Mais depuis, je n’ai jamais arrêté d’aimer et d’explorer la musique classique. Merci Gherswin et merci V………. pour les places !

    Épilogue : je n’ai jamais revu V, nous n’étions manifestement (pour d’autres raisons) pas du tout fait l’un pour l’autre !

  • Membre Inconnu

    Membre
    9 février 2021 à 12 h 40 min

    J’en ai trouvé une 😁… premier slow en primaire avec le plus beau garçon de l’école ce qui n’a pas plut aux autres filles qui se sont un peu vengées… ha charmantes petites garces mais bon ça reste un bon souvenir

    https://youtu.be/CjRas1yOWvo

Connectez-vous pour répondre.