Interrogations sur le LGBT

  • 60944cc9a5130 bpthumb

    geapix

    Membre
    9 juillet 2022 Ă  19 h 26 min

    Le problĂšme des injections c’est qu’elles sont insidieuses, de l’ordre de l’inconscient. C’est rarement facile de s’en dĂ©faire. Pas tout le monde n’a la chance comme toi de s’en dĂ©faire facilement. Il y a des milieux socio-professionnel plus difficiles que d’autre dans ce domaine.

    LĂ  oĂč je te rejoins, c’est qu’effectivement on a la chance d’ĂȘtre libre de mener la vie que l’on souhaite au niveau de l’expression de genre. MĂȘme si ce n’est vraiment pas Ă©vident pour tout le monde.

    Il y a tout de mĂȘme du travail encore Ă  faire pour rĂ©duire la pression sociĂ©tale et changer les mentalitĂ©s.

  • 62b09ccaf099d bpthumb

    gueko

    Membre
    9 juillet 2022 Ă  19 h 37 min

    aprĂšs c’est sur que c’est pas toujours simple. ça demande beaucoup de travail sur soi. Perso, j’ai choisi de voir une psy pour Ă©voluer, vu que mon milieu n’Ă©tait pas favorable. Et cette aide lĂ , la majoritĂ© des gens peuvent y avoir accĂšs.Cependant, il faut se poser la question de “pourquoi les choses se rĂ©pĂštent?”. Perso, c’est quand j’ai compris que c’Ă©tait moi le dĂ©nominateur commun a toutes les relations de merde que j’ai vĂ©cu que j’ai pu me remettre en question et changer ma perception de moi mĂȘme et donc celle des autres. Mais bon, chacun avance comme il peut, au rythme oĂč il peut

  • 60944cc9a5130 bpthumb

    geapix

    Membre
    9 juillet 2022 Ă  20 h 01 min

    Il faut diffuser l’idĂ©e : qu’importe ton sexe tu peux ĂȘtre qui tu veux, ĂȘtre aimĂ© pour ce que tu es. Ça sera plus facile pour les gens d’aujourd’hui et les gĂ©nĂ©rations futures de trouver leur voie et leur Ă©panouissement. L’Ă©ducation et la sensibilisation sont primordiales pour amĂ©liorer les choses.

    Je suis heureuse pour toi que tu es trouvĂ©e des rĂ©ponses et des solutions Ă  tes problĂšmes personnels. Je ne pense pas que les problĂšmes ne venaient entiĂšrement de toi, mais c’est sĂ»r que la vie est tellement plus sympa quand on s’aime comme on est.

  • 5f825ad29183e bpthumb

    faiseuse-de-foret

    Membre
    10 juillet 2022 Ă  8 h 42 min

    ‟Personnellement, je ne crois pas qu’il y ait d’injonctions liĂ©es au genre. Il y en a eu, oui. Mais aujourd’hui, je ne crois plus que ce soit vrai.”
    Ça dĂ©pend des groupes sociaux. Je peux vous garantir qu’au collĂšge il y en a masse des injonctions· Ailleurs elles peuvent ĂȘtre moins fortes mais totalement absentes ça me paraĂźt difficile·

    ‟je me dĂ©finis par moi mĂȘme et non parce qu’on attend de moi”
    Oui mais il faut prendre en compte le stade intermĂ©diaire qui est s’inspirer de ce qui nous plaĂźt chez les autres donc ce n’est pas binaire ici· & parfois les frontiĂšres sont floues entre s’inspirer & subir une injonction surtout si on n’a pas d’autre cadre de rĂ©fĂ©rence que la norme·
    Malheureusement beaucoup de filles n’ont pas d’autre choix que de rechercher la reconnaĂźssance de leur groupe pour se sentir bien·

  • 62b09ccaf099d bpthumb

    gueko

    Membre
    21 juillet 2022 Ă  16 h 29 min

    ce qui me gĂšne dans ce discours, c’est beaucoup de garçons n’ont pas le choix non plus. Je crois que c’est trĂšs limitant de penser que cela ne concerne que les filles.

    Idem pour le collĂšge. Les injonctions ne sont pas liĂ©es qu’au genre, elle le sont sur la musique que tu Ă©coutes, ton niveau de vie, tes relations familiales, etc, etc…

  • 5f825ad29183e bpthumb

    faiseuse-de-foret

    Membre
    22 juillet 2022 Ă  8 h 03 min

    §1 Je suis d’accord·
    §2 Certes mais il n’empĂȘche que certaines de ces injonctions soient liĂ©es au genre·˙

  • 62b09ccaf099d bpthumb

    maeya

    Membre
    21 août 2022 à 21 h 21 min

    En fait pour rĂ©pondre Ă  ta toute premiĂšre question “pourquoi la crĂ©ation de ce groupe” etc, et bien c’est par exemple pour ne pas avoir des conversations comme celle que je viens de lire. Pour ĂȘtre sĂ»r.e.s de discuter avec des personnes qui ne nous demanderont pas de justification, qui ne viendront pas chercher la petite bĂȘte pour essayer de dĂ©crĂ©dibiliser une dĂ©marche. Tu peux ne pas comprendre cette dĂ©marche, mais tu peux aussi laisser la communautĂ© en dehors de tes interrogations. C’est comme venir sur ce site et dire “pourquoi la crĂ©ation de ce site de surdouĂ©s?” ben pour Ă©changer entre nous parce que quelque chose nous rassemble, tout simplement. C’est pareil avec ce groupe LGBT+.

  • 62b09ccaf099d bpthumb

    gueko

    Membre
    21 août 2022 à 21 h 39 min

    Alors je ne cherche pas a discrĂ©diter quoi que ce soit. Je n’impose Ă  personne de rĂ©pondre Ă  mes questionnements, mais le fait est que j’ai le droit d’avoir des questionnements, quelque soit le sujet.

    Si qqun me demandait “pourquoi rencontre surdouĂ©s?”, je serais capable de lui apporter une rĂ©ponse, sans me sentir menacĂ© par je sais pas quoi. AprĂšs, encore une fois, je n’impose rien Ă  personne

  • 5cf64b196a427 bpthumb

    Libertas

    Membre
    22 août 2022 à 8 h 15 min

    Personnellement je comprends la dĂ©marche du groupe, car si je m’y suis inscrite, c’est que j’y trouvais un intĂ©rĂȘt (Ă©tant moi-mĂȘme un peu hors-norme). Sans parler du groupe en lui-mĂȘme mais du mouvement LGBT+, ce qui Ă©tait Ă  la base un rassemblement de minoritĂ©s afin que chacun se sentent moins seul et soutenu par une communautĂ©, divise de plus en plus aujourd’hui.

    LĂ  oĂč je comprends les interrogations soulevĂ©es ici, c’est qu’en effet, Ă  force de mettre des +++ on a fait l’inverse et on a commencĂ© Ă  Ă©tiqueter chacun avec des dĂ©finitions de plus en plus prĂ©cise et je trouve que ça va trop loin car on ne ressemble plus, on divise en sous-catĂ©gories.

    Evidement, il faut bien dĂ©finir les choses, afin de pouvoir les reconnaĂźtre, si l’on veut se comprendre (une chaise est une chaise), ça marche pour l’ĂȘtre humain, ou sa valorisation (en effet, une femme fĂ©minine aura plus tendance Ă  se maquiller, etc) mais c’est aussi qu’il ne faut pas tout confondre. Une femme peut se sentir parfaitement femme sans ĂȘtre fĂ©minine. J’ai exercĂ© de nombreux mĂ©tiers, donc certains trĂšs “masculins” et pourtant, on ne s’est jamais posĂ© la question si je n’Ă©tais pas une femme parce que je portais un bleu de travail et des sĂ©cu.

    Alors aprĂšs Ă©videment, le fait d’en parler dans toutes les sĂ©ries TV, les ados se questionnent beaucoup, mais c’est aussi un Ăąge oĂč l’on se questionne sur tout et oĂč l’on a envie de mettre en avant sa diffĂ©rence. Je pense qu’il faut juste bien les accompagner afin qu’ils soient sur de bonnes bases, bien dans leur tĂȘte et bien dans leur peau et qu’aprĂšs cette pĂ©riode trĂšs complexe qu’est l’adolescence, ils verront d’eux-mĂȘmes si c’Ă©tait un simple questionnement et non une orientation. Tant qu’on est lĂ  pour rĂ©pondre Ă  leur questions sans jugement, ils trouvent leur propre voie.

    Personnellement ça ne me dĂ©range pas qu’on m’interroge sur ma sexualitĂ©, j’ai souvent droit au : “comment tu as su, tu l’as toujours su, etc”. Et si je suis dans ce groupe c’est Ă  la fois parce que j’en fait naturellement partie et Ă  la fois parce que ça ne me dĂ©range pas de parler de ce que je suis.

Page 2 of 2