La couleur de mon anu



  • La couleur de mon anu

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    16 avril 2020 à 18 h 03 min

    Sergie,

    Que m’as-tu fait ?

    Que faut-il que je fasse ?

    Bien cruel es-tu donc, de me refuser ce face à face.

    Penser à toi me procure à présent tout autant de plaisir que lorsque je dois m’épiler la chatte.

    Pour autant, pour guérir du mal, il faut que le jaune éclate, bien presser tout le pu.

    Et voici au final, ce que de notre histoire j’ai le plus retenu :

    De nous deux, tu es de loin le plus mal loti, celui qui en a le plus chié dans la vie.

    Heureusement pour moi, je ne suis pas née avec ton intelligence,

    Ce qui me sauve probablement de nombreuses autres années de solitude et d’errance.

    Voici donc, également, ce qu’il faut que tu saches,

    Moi qui, pertinemment, sais bien où tu te caches.

    Je peux, sans aucun remord, te l’écrire ici bas,

    Je n’en pense pas moins: tu n’es qu’un petit ingrat.

    Pendant des mois j’ai toléré, flirtant quotidiennement avec la conviction d’être folle,

    Ton Deepfake de forcené, pour ne pas menacer ta pseudo image de troll.

    Pour autant, j’assume également de mon côté ce noir dessein:

    Je n’ai accepté ce “faux-profond”, que dans l’espoir qu’un jour tu me la mette….et bien.

    J’ai toléré de rester le cul entre deux chaises pendant cinq longs mois pour toi.

    Or, comme le chante si bien Mademoizelle K

    “avoir le cul entre deux chaises n’a jamais mis personne à l’aise”

    Tu remarqueras là, je l’espère, mon exploit !

    Résultats de ma loyauté : je me retrouve seule avec mes pensées,

    Mon glorieux postérieur à présent à jamais déformé

    On dirait une vilaine demie clémentine avec 4 gros quartiers de cellulite.

    Dis moi comment je vais faire maintenant pour pécho un gars de l’élite ?

    Et tu me plantes là, dans le sol, comme un géranium

    Pour quels prétextes sur le mémorandum ?

    Que je suis chiante ?

    Ce n’est si peu de chose, (et mon amie la rose me l’a dit ce matin) voyons.

    Reconnais-le…t’en a vu d’autres !!!

    Je ne peux pas CROIRE que je suis LA femme la plus chiante de l’univers.

    C’est pas foutre possible d’affirmer une ânerie pareille.

    D’autant que j’en connais déjà, au moins une, pire que moi: ma mère.

    Es-tu donc si décidé à faire de moi, des chieuses la toute première ?

    Moi qui n’est été pour la dernière fois en tête,

    que sous la forme d’un spermato bien décidé à naître ?

    Moi, dont le père aux vannes assassines,

    disait que je n’étais douée que pour les examens d’urine ?!

    Si de cet infime honneur, tu souhaites m’oréoler,

    dans ce cas j’attends toujours ma couronne en or plaqué.

    A quel autre prétexte, recours-tu pour me pendre:

    Que j’ai douté de toi ? De ton style « si unique » ?

    Au risque de te confondre avec quelque autre cancrelat cynique ?

    Mais dit moi….ne te sens-tu donc pas un peu serré dans tes chaussures ?

    A force d’avoir envers tes congénères masculins, un jugement aussi dur ?

    J’espère que tous les hommes qui liront ces lignes, se retourneront contre toi,

    Qu’ils verront tous en toi, l’élégance du porcin

    Te souhaitant bien des souffrances, dans tes parties intimes,

    Pour te punir de cette absence de solidarité et d’humilité masculine.

    Que je ne sais pas écouter ? Capter tes signaux faibles ?

    Que des pancartes clignotantes ne suffiraient à me faire taire ?

    Et bien, excuse moi de ne point être aussi tarée que toi,

    d’avoir voulu limiter autant se faire se peut les dégâts, mes illusions,

    Toi qui nous a tous deux projetés, dans un roman dingue de science fiction.

    Ah mon Sergie, tu as fait du mal à mon petit coeur. Moi, qui pour toi, ai si vite mis de côté toute pudeur et candeur.

    A force de me parler de ton beau petit cul et de ta longue q…

    Je nous voyais déjà, couler des jours heureux.

    Je rêvais bien des soirs qu’un beau jour tu me niques,

    Toi qui vite pénétra, mon univers poétique.

    Toi qui disais avoir la force mentale et les couilles du Surhomme. . .

    Le constat est bien là: Tu ne soulèveras plus personne.

    En me rappelant tes calembours, je me bourre la gueule.

    En me tapant des barres, je bouffe des frites

    Le chocolat est redevenu mon meilleur ami,

    j’ai oublié l’objectif plage et sable fin avec toi, en bikini.

    A tes belles paroles, je n’y pense absolument plus,

    Ce type de pensées, je les ai enroulées de PQ

    Toutes ces atrocités, ne causent plus mon émoi

    Je ne visualise plus tes mains, tout au creux de mes reins.

    Ni ta bouche avide, sur mes lèvres brûlantes,

    Ta langue toute agitée, goûtant mes parties tendres

    Ni tes doigts effilés, tenant mes membres hauts,

    Tandis que du bassin, tu nous donnes le tempo

    Ni le poids de ton corps, tel un grand compresseur,

    Sur mon corps dans les draps, coincés durant des heures,

    Ni mes mains sur tes muscles, mes dents dans ton épaule

    La température grimpant, sur le son de Sean Paul

    Mes yeux te suppliant, de pénétrer mon antre

    Ou mes longs cheveux bruns, encadrant ton bas ventre.

    Frotter chaque parcelle de ma peau contre toi,

    Dans un sublime tableau aux tons caramel et chocolat.

    Non, de tout cela je ne fantasme plus,

    Car de par ta lâcheté, tu m’as bien trop déçue

    Même si à mes yeux, tu n’es à présent qu’un énième couard,

    Ton secret douteux, je l’emporte et le laisse à jamais dans le noir.

    Tout d’abord, pour te rappeler qu’au final tu n’impressionne personne.

    Et que le pouvoir jamais tu n’auras, de changer le fond de ma personne.

    Mon cul au carré s’éloigne donc de toi, haut et fier,

    Enfin prêt et décidé, à s’asseoir sur d’autres glaives.

    Toi que je sais très friand de ces choses là,

    Tiens le toi pour dit: la couleur de mon anu, tu ne la connaîtra pas.

    Bien cordialement,

    Mujer Kassa, la reine des Kassos.

  • 5d2a2cb085eb8 bpthumb

    bagayaga

    Membre
    16 avril 2020 à 19 h 43 min

    C’est quand le chat est repu qu’il dit que le cul de la souris pue.

    Proverbe Peuls.

  • 5e538ff590b75 bpthumb

    max

    Modérateur
    16 avril 2020 à 21 h 49 min

    J’adore, on dirait du Bukowski ! C’est beau le politiquement incorrect !

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    16 avril 2020 à 21 h 59 min

    Je vous remercie !

    Oups, j’ai oublié la “pitite chanson” :

    https://www.youtube.com/watch?v=iCxfX_xAz-g

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    16 avril 2020 à 22 h 02 min

    Mesdames, préservez-vous …..

    (et faites-moi signe si vous souhaitez que je mette en place un numéro vert. Des fois qu’il y ai d’autres victimes. #Nonauculdeclémentine )

  • 5e8aa3c06fde9 bpthumb

    zelos

    Membre
    17 avril 2020 à 10 h 23 min

    Haha, excellent, et on voit effectivement 4 quartiers bien délimités !

    Question con, y a une signification à utiliser anu au lieu d’anus ?

    Ca revient dans le titre et le poème, donc je me suis dit que c’était intentionnel, donc je veux capter, donc je demande.

  • ?s=80&d=https%3A%2F%2Frencontre surdoue.com%2Fwp content%2Fuploads%2F2017%2F06%2Frencontresurdoue

    Anonyme

    Membre
    17 avril 2020 à 13 h 35 min

    Salut @Zelos !

    Très bonne question, je te remercie.

    Oui c’est tout à fait volontaire.

    Je trouve que c’est important de rester classe vois-tu ?

    Il me semble que prononcer “anu” au lieu d’ “anuS” apporte un petit côté distingué, ou laisse entrevoir le profil d’une “pouffe bobo parisienne outrée”, personnage dont je suis particulièrement friande.

    Enfin, non je ne dirais pas qu’il s’agisse d’un “poème”, n’ayant pas compté les vers, mais d’un texte batard, hybride.

    (Cet homme ne méritait pas un tel degré d’investissement de ma part. Déjà qu’il a un texte rien que pour lui = faut pas déconner !!!).

  • 5e538ff590b75 bpthumb

    max

    Modérateur
    17 avril 2020 à 13 h 57 min

    Dans le genre “pouffe parisienne” Philippe Katherine se refuse lui aussi à prononcer le -s final…

  • 5e538ff590b75 bpthumb

    max

    Modérateur
    18 avril 2020 à 0 h 10 min

Affichage des publications 1 - 9 de 9

Connectez-vous pour répondre.

Article Original
0 de 0 messages Juin 2018
Maintenant

New Report

Close